RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
14 

Les « reportages inventés »

Un certain François Bugingo, reporter de nombreuses publications, ancien président de Reporters sans frontières (RSF) Canada et ex-vice-président international de la même organisation, conférencier à l’occasion aussi, n’a vraiment pas de chance. Une journaliste du quotidien Québécois « La Presse », après enquête, a découvert qu’il était un affabulateur et n’a pas hésité à le livrer au lynchage, en révélant ses « reportages inventés de toutes pièces ». Il a, immédiatement, été viré par ses employeurs, qui sont la radio 98,5 FM, TVA Nouvelles, Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec. Du côté des confrères, la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) est « extrêmement préoccupée », « va se pencher sur l’affaire » et ses inquiétudes sont que « ça entache toute la profession » et que « le public ne fasse plus confiance aux journalistes ».

Sur le plan politique, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, « trouve ça surprenant que, dans un réseau médiatique sérieux, on puisse apparemment - car il faut que ce soit démontré - monter de toutes pièces des reportages et des histoires sur l’actualité internationale ». Dans l’absolu, ce type de réactions peut être considéré comme naturel. Car mentir au public et trafiquer des informations, est une atteinte majeure à la déontologie journalistique. Mais nous ne sommes pas dans l’absolu, pour que soit permis de condamner Bugingo seul, du seul fait qu’une journaliste se soit intéressé à son travail, sans relativiser, sans élargir son champ d’investigation à toute la machine médiatique, sans omettre certains fabricants d’informations, pour lesquels cette machine travaille. Elle se serait, probablement, prise à plusieurs fois avant de divulguer ses conclusions. Peut-être y a-t-elle pensé, sans vouloir risquer le coup, le morceau étant trop gros et son journal n’aurait certainement pas aimé. Passons sur l’interrogation, qui reste somme toute essentielle, concernant l’escalade de Bugingo au rang de vedette médiatique, durant de longues années, et son élection à la tête de RSF Canada et de RSF international. Il a mieux pour se défendre, puisqu’il compte le faire. Il lui suffit d’exiger que ses « reportages inventés » soient confrontés à la majeure partie des reportages parus dans la presse et qui ont servi, souvent, à mettre des pays à feu et à sang. Ses reportages gagneraient, de même, à être rapprochés de quelques déclarations de Washington ou de ses satellites. Pour l’efficacité, il faudrait un tribunal spécial qui jugerait des faits. Les mensonges de l’accusé paraîtront, alors, être un bien moindre mal comparés à ceux qui ont plongé des peuples entiers dans la tragédie. De l’Irak à la Libye, en passant par la Yougoslavie, à la Syrie, au Venezuela et autres contrées où la propagande a remplacé la réalité des faits, les exemples sont édifiants. Sans recourir aux preuves que les journalistes étaient poussés à inventer la « vérité » qui agréent leurs patrons, un seul reléguerait le cas Bugingo dans les interlignes. Celui du général étatsunien, Colin Powel, secrétaire d’Etat qui exposait devant l’ONU, toute honte bue, son « reportage inventé » sur les armes de destruction massive de Saddam Hussein.

Ahmed Halfaoui

URL de cet article 28698
  

Même Thème
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les individus ne constituent une classe que pour autant qu’ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s’affrontent en ennemis dans la concurrence.

Karl Marx

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.