RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pétrole : l’insolence néolibérale

En coordination avec les institutions financières internationales et les pressions occidentales, elle n’a ménagé aucun effort pour pousser au bout la logique de la libéralisation. Devant la timidité, voire le refus, des capitalistes nationaux et étrangers, surtout étrangers, d’occuper le terrain, pour autant qu’ils pourraient impulser une dynamique de développement économique et social, le pouvoir, coincé entre sa volonté de libéraliser et le front social, s’est retrouvé isolé et sujet à de féroces attaques, sous divers prétextes.

Accusé de ne pas procéder à des « réformes courageuses », il devait « partir » et laisser la place à ceux qui sauraient les mettre en œuvre, les « forces du changement ». Des forces représentées par une nébuleuse de partis et de personnalités, victimes des recompositions du sommet de l’Etat. C’est que l’appétit a grandi. Les fortunes amassées ne pouvaient plus se contenter de grenouiller sans contrôler totalement les affaires du pays. Sous couvert de « démocratisation » et « d’ouverture », ce sont toutes les revendications d’un néolibéralisme sans concessions qui sont brandies.

L’une des cibles principales est désignée, ce sont les subventions qui continuent d’être appliquées aux produits de large consommation, notamment à l’énergie. Des subventions qui compromettent le libre jeu des lois du marché, de la concurrence, et qui empêcheraient les investisseurs de se risquer sur un marché aux prix contrôlés. La solution proposée : ne plus « acheter la paix sociale », rompre avec « la prime à l’émeute ». Un comportement classé au titre de la lâcheté politique. Sur ces entrefaites, l’effondrement hypothétique du marché pétrolier vient à point nommé exciter les troupes. L’occasion est trop belle. Le pouvoir doit, enfin, cesser de redistribuer les revenus du pays et « diversifier l’économie en encourageant l’investissement privé ». Mais comme ses institutions seraient grippées et incompétentes, parce que toujours attachées au « socialisme », il devrait s’ouvrir au « changement » proposé à cors et à cris.

Ceci dit, toujours est-il que, en matière de changement, il en faut un. Il faut le changement qui tire ses leçons de la faillite du libéralisme, de la situation qui a été créée par la soumission à ses règles, et qui a fait de l’Algérie une fille à marier guettant des princes charmants qui ne venaient pas, où qui lui exigeaient plus de lascivité. Il faut le changement qui inverse le cours suicidaire actuel. Les arguments sont légions. Le premier d’entre tous : l’argent est celui du peuple, souverain sur les richesses nationales jusqu’à preuve du contraire.

Ahmed Halfaoui

27 décembre 2014

»» https://www.facebook.com/notes/ahmed-halfaoui/p%C3%A9trole-linsolence-...
URL de cet article 27680
  

Israël/Palestine - Du refus d’être complice à l’engagement
Pierre STAMBUL
Entre Mer Méditerranée et Jourdain, Palestiniens et Israéliens sont en nombre sensiblement égal. Mais les Israéliens possèdent tout : les richesses, la terre, l’eau, les droits politiques. La Palestine est volontairement étranglée et sa société est détruite. L’inégalité est flagrante et institutionnelle. Il faut dire les mots pour décrire ce qui est à l’oeuvre : occupation, colonisation, apartheid, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, racisme. La majorité des Israéliens espèrent qu’à terme, les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Soit dit en passant, c’est une chose assez hideuse que le succès. Sa fausse ressemblance avec le mérite trompe les hommes.

Victor Hugo

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.