RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’enjeu de la dégringolade des cours pétroliers

L’exploitation à grande échelle aux Etats-Unis de gisements de gaz et pétrole de schiste a permis à ce pays à redevenir autosuffisant au plan énergétique et même exportateur.

Cette nouvelle donne s’additionnant au tassement de la demande internationale sur les marchés pétroliers pour cause de recul de croissance voire même de récession que connaissent les principales puissances économiques de la planète, va durablement influer sur les cours des produits énergétiques et probablement empêcher qu’ils remontent au niveau des 100 dollars et plus qui a été le leur ces dernières années.

Il est normal que s’en tenant à cette réalité, le citoyen lambda dans les pays producteurs de pétrole aux économies et finances tributaires essentiellement de la manne que leur procurent leurs ressources énergétiques, soit déconcerté par le fait que l’OPEP refuse de réduire le niveau du quantitatif pétrolier que ses Etats membres mettent sur le marché. Pour ne pas l’être, il lui fallait intégrer que l’OPEP n’est pas une organisation dont les décisions se prennent de façon consensuelle entre ses Etats membres, mais dictées par ceux dont les capacités de production surpassent celles des autres, et principalement par l’Arabie Saoudite qui en a les plus grandes. Et quand cet Etat assume qu’il ne fera rien pour contrer la dégringolade des cours pétroliers même s’ils descendent sous la barre des vingt dollars, les autres Etats membres de l’OPEP sont impuissants face à la perspective.

Il se pose alors la question de savoir pourquoi l’Arabie Saoudite se montre déterminée à aller à cette extrémité dont elle pâtirait lourdement tout de même. S’il était uniquement dans son intention de contribuer en accord avec les Etats-Unis à affaiblir la Russie et l’Iran, pays producteurs avec lesquels tous deux sont en confrontation aux plans régional et international, la pression de cours pétroliers à moins de 60 dollars voire même de 70 dollars suffit amplement comme le prouvent les difficultés financières réelles auxquelles sont déjà confrontés leurs adversaires.

En se déclarant prêtes à laisser s’enfoncer les cours plus bas encore, les autorités saoudiennes émettent en fait un message destiné à leur allié américain dont l’industrie de gaz et pétrole de schiste ne peut survivre si ces cours descendent effectivement aussi bas. Et ce n’est pas uniquement pour décourager la concurrence américaine sur le marché pétrolier qu’elles ont brandi la menace. La monarchie saoudienne se rend compte qu’en devenant indépendants de son pétrole, les Etats-Unis sont en train de réviser les termes de l’alliance stratégique séculaire contractée par les deux pays. Elle en a une peur panique des conséquences pour elle. Elle en perçoit les prémices dans la politique moyen-orientale actuelle de Washington et particulièrement dans le rapprochement qui s’est opéré entre l’Amérique et l’Iran.

Contre ses revirements au détriment du Royaume qui s’esquissent dans la politique américaine, Ryadh brandit donc l’arme d’une faillite de l’exploitation du pétrole de schiste des Etats-Unis et escompte qu’elle aura pour effet de stopper le désengagement américain à l’égard du Royaume. Toute la question est de savoir si l’Amérique cédera à ce chantage ou si au contraire elle n’accélérera pas le processus de désengagement et en finir plus vite ainsi avec une monarchie dont les errements ont atteint l’insoutenable.

Kharroubi Habib

»» http://www.lequotidien-oran.com/index.php++cs_INTERRO++news=5207835
URL de cet article 27678
  

LA CRISE, QUELLES CRISES ?
Eric TOUSSAINT, Damien MILLET
Les médias et les économistes de la tendance dominante donnent généralement à propos d’un phénomène aussi profond qu’une crise des explications partielles, partiales et biaisées. Cette vision teintée de myopie caractérise tout ce qui touche aux questions économiques. Damien Millet et Eric Toussaint en spécialistes de l’endettement lèvent le voile sur les racines profondes et durables du déséquilibre économique qui caractérise toute la vie sociale. En 2007-2008 a éclaté la crise financière internationale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les prolétaires n’ont rien à perdre que leurs chaînes. Ils ont un monde à gagner. Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !

Karl Marx

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.