RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le pilote particulier du président colombien meurt en transportant de la cocaïne pour le cartel de Sinaloa

Samuel David Niño Cataño, le pilote particulier du président colombien d’Iván Duque lors de de la campagne électorale et conseiller de confiance d’Álvaro Uribe Vélez, s’est crashé le mardi 3 décembre 2019, à la frontière entre le Guatemala et le Mexique. Il transportait une cargaison de cocaïne pour le cartel de Sinaloa depuis la Colombie.

Niño Cataño était originaire de Villavicencio et était le frère d’Hernán Gómez Niño, un leader du parti [d’Uribe] Centro Democratico, et ancien candidat au poste de gouverneur de la région du Meta.

Le pilote Samuel David Niño Cataño (cercles rouges) était un invité spécial lors de la prise de possession d’Iván Duque le 7 août 2018. Il était assis non loin du trafiquant de drogue José Guillermo Hernández Aponte, alias "El Ñeñe", chef politique du gang criminel de Marcos de Jesús Figueroa, alias "Marquitos".

Neñe" a acheté des votes pour Duque dans au moins quatre départements : La Guajira, Cesar, Magdalena et Santander.

La première nouvelle de l’accident - dans laquelle le Niño Cataño n’était pas mentionné - a été diffusée le 4 décembre 2019 par l’armée guatémaltèque via son compte Twitter, dans les termes suivants

"#DernièreMinute | L’armée du Guatemala a détecté un vol suspect violant l’espace aérien national. Des unités des forces terrestres se sont dirigées vers de possibles points d’atterrissage à Sayaxché, Petén, où ils ont localisé un avion en flammes".

Le tweet est accompagné de ces photographies d’un bimoteur à turbopropulseur portant le numéro d’immatriculation mexicain XB-PGP, qui pourrait être falsifié.

L’un des deux membres de l’équipage a été identifié comme étant Lino Nevado Sthormes, originaire de l’état vénézuélien de Zulia et ancien pilote de l’armée de l’air vénézuélienne.

L’avion n’a pas signalé sa présence dans le ciel guatémaltèque aux autorités aéronautiques locales mais a été détecté par radar.

Parmi les restes de l’avion bimoteur ont été retrouvés les corps carbonisés des deux membres d’équipage, qui ont été emmenés à l’Institut national des sciences médico-légales dans le département guatémaltèque de Petén. Voici une photographie de ce qui restait du corps de l’un d’entre eux.

Diverses marques sur le bimoteur indiquent qu’il aurait été fabriqué aux États-Unis, selon le ministère de la défense guatémaltèque.

Samuel Niño Cataño pilotait des avions de la société Llanera de Aviación S.A.S., basée à l’aéroport de Bogota à Guaymaral, principalement le Cessna 208 Gran Caravan (voir photo suivante) qui transportait Alvaro Uribe Vélez, qui n’utilise pas de vols commerciaux.

L’accident au Guatemala coïncide avec les nouvelles qui ont commencé à circuler dans les médias colombiens neuf jours après la catastrophe aérienne. À cette date, par exemple, le journal Villavicencio Día a Día a fait un rapport :

"Le pilote Samuel Niño Cataño, frère du leader politique Hernán Gómez Niño, est porté disparu depuis plusieurs jours. On craint qu’il soit l’une des victimes d’un accident d’avion à la frontière entre le Guatemala et le Mexique.

"Les autorités guatémaltèques ont signalé un vol qui allait violer l’espace aérien national et ont alerté l’avion".

Llanera de Aviación S.A.S. se propose comme opérateur de transport aérien régulier de passagers et a été fondée le 3 décembre 2001. Son siège est situé sur l’autoroute Nord de Bogotá, au kilomètre 16, à l’aéroport de Guaymaral, à côté de la tour de contrôle.

Le Petén est un département du Guatemala, situé à l’extrême nord de ce pays et bordé par les États mexicains de Quintana Roo et Campeche. Il s’agit d’un point crucial pour le transfert de la cocaïne colombienne vers les États-Unis. L’année dernière, 46 avions de trafic de drogue ont été retrouvés brûlés sur les pistes clandestines de cette région.

Lorsque ces avions s’écrasent, la cocaïne est retirée pour être acheminée vers sa destination finale par d’autres itinéraires, et les avions sont incinérés pour tenter d’effacer les traces de leur origine.

Le passage par Petén est une route qui appartient au cartel de Sinaloa, aujourd’hui sous le commandement de deux fils de Chapo Guzmán, connus sous le nom de Los Chapitos.

Des sources politiques du Meta, qui préfèrent ne pas être identifiées, ont déclaré à La Nueva Prensa que le pilote avait disparu à la fin de l’année dernière lors d’un "vol noir" transportant de la drogue à travers l’Amérique centrale.

"Beaucoup font remarquer que l’avion transportait de la drogue ; il y a un corps qui n’a pas encore été reconnu publiquement. Hernán Gómez Niño et sa famille sont très discrets avec cette information", a déclaré l’une des sources consultées à Villavicencio.

Ils ont également ajouté que le pilote Niño Cataño se plaignait de la crise économique.

Le politicien Hernán Gómez Niño n’a pas voulu répondre aux questions écrites de La Nueva Prensa sur ce fait. Cependant, plusieurs sources ont déclaré que la disparition de son frère a été attribuée à un enlèvement présumé des FARC à Vichada.

Une source du registre national de l’état civil de Bogota nous a déclaré que "lorsque vous saisissez les informations sur Samuel Niño Cataño, il apparaît une note qui dit : "INFORMATION EN PROCESSUS JUDICIAIRE". ANNEXE PROCUREUR GÉNÉRAL DE LA NATION".

"Cette note - a-t-il ajouté - apparaît lorsque des autorités telles qu’Interpol ou la CIA mènent des enquêtes en association avec le parquet et la présidence".

Gonzalo GUILLEN et Julian MARTINEZ

Source : La Nueva Prensa - Traduction : Romain Migus pour Les 2 Rives

»» Les 2 Rives
URL de cet article 36350
   

Même Thème
Sur les eaux noires du fleuve.
Maurice LEMOINE
Plus de six décennies de conflit armé affectent la Colombie, pays considéré, d’un point de vue formel, comme une démocratie. Aux guérillas nées en réaction à la violence structurelle et à l’injustice sociale a répondu une épouvantable répression. En cette année 2002, le gouvernement a rompu les négociations avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie. Ces terribles FARC viennent d’enlever Ingrid Betancourt. L’élection présidentielle se profile, dont est favori un dur, un certain à lvaro. De (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Même les morts ne peuvent reposer en paix dans un pays opprimé.

Fidel Castro

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
120 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.