Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le président Paul Doumer : en avez-vous entendu parler ?

Doumer, Paul Certainement ! Son nom a a été donné à une rue de Paris, à des hôpitaux, à un grand nombre d’écoles, de collèges de lycée, à de nombreux boulevards, partout en France ....

Il fut président de la république radical. "Élu au second tour de scrutin, après avoir dépassé le pacifiste Aristide Briand. Il a été assassiné par un déséquilibré du nom de Paul Gorgulov" nous indique Wikipédia. Il a été auparavant député, ministre, sénateur président de l’assemblée nationale puis du sénat etc etc ... Son buste en pierre trone par ci par là. Bref un notable de très haut rang "d’origine modeste" prévient toujours Wikipédia faisant l’honneur de la République et tragiquement enlevé à la Nation ...

Nos enfants, qui fréquentent écoles, lycées, collèges, ne savent pas la vérité sur ce personnage, car :

Il fut un grand trafiquant de drogue !

Le grand spécialiste du trafic drogues qu’est Alain Labrousse a publié un ouvrage de référence : Drogues un marché de dupes. Il est sans doute le meilleurs connaisseur de ce marché et avait mis sur pied un Observatoire Géopolitique des Drogues (OGD) qui faisait autorité mondialement. Un rapport était établi annuellement. Il avait par exemple établi à la fin des années 90, preuves à l’appui que la Turquie était le grand fournisseur d’héroïne pour toute l’Europe. Le quotidien l’Humanité du 5 mars 2000 explique : "Aucun citoyen français ne se doute que l’héroïne diffusée dans les banlieues a été produite en Afghnistan et élaborée en Turquie"... "Le Maroc est le principal fournisseur de hashish de l’hexagone". Cette production qui permet aux paysans du Riff par exemple, de survivre, est beaucoup plus rentable que celle des produits vivriers et permet à ces paysans de survivre. Il serait tellement plus intéressant qu’ils puissent produire les légumes, céréales etc indispensables à la population ... Dans le travail d’Alain Labrousse, les implications politico financières étaient mise à jour et clairement explicitées.

Cet observatoire fonctionnait sur ses propres ressources. "Nous n’avons jamais eu de subvention déclarait Alain Labrousse sur France 2 en 2000. Nous nous concevions comme un service public donnant gratuitement à tous ceux qui étaient intéressés. Il n’a obtenu aucune aide du gouvernement malgré les promesses et a du arrêter. Il était trop indépendant. Le travail de l’OGD dévoilait les intrications étroites entre le trafic de drogues et la géopolitique. Une journaliste a essayé de reprendre le flambeau mais elle n’a pas réussi à ma connaissance. Pour fonctionner, elle vendait ses infos, mais à un prix très élevé.

Juteux "jackpot" de la colonisation française en Indochine et au Maroc

Sous ce titre (p. 23 de l’ouvrage) , Alain Labrousse, après avoir expliqué que le trafic des drogues a été "le joyau du diadème impérial britannique", en clair qu’il rapportait beaucoup d’argent, écrit : "dès 1862, 6 mois après avoir annexé Saïgon, la France met en place, par l’intermédiaire de commerçants chinois, un fructueux commerce d’opium destiné aux "indigènes". La marchandise importée d’Inde est taxée à 10%. La "source de revenus est si juteuse que l’expérience est renouvelée les années suivantes avec chaque nouvelle région de l’Indochine devenue protectorat ou conquise"...

La système "atteint la "perfection" en 1893 avec l’arrivée de Paul Doumerc en Indocchine (il a été "Gouverneur général de l’Indochine de 1897 à 1902, où il succède à Armand Rousseau). Paul Doumerc, va rassembler " les 5 comptoirs en un monopole unique, il fait construire une raffinerie moderne qui transforme la résine indienne brute en opium à fumer et invente un nouveau procédé qui permet à la drogue de brûler plus rapidement obligeant ainsi les fumeurs à augmenter leur consommation". (Il faudrait s’informer : les cigarettiers ont-ils adopté un système pour que les cigarettes se consument plus vite : est ce le même ?)

Toute cette face de l’action du futur président est soigneusement cachée. Surtout les immenses dégâts occasionnés aux peuples d’Indochine ne sont nulle part évoqués.

Et Alain Labrousse de conclure : "un véritable coup de génie puisque l’opium finira par représenter un tiers des revenus de l’Indochine".

Mais : "la politique d’interdiction (des drogues) adoptée sur le plan international et mise en place au début du XXème siècle (...) ne sera tous simplement pas appliquée dans les colonies".

N’oublions jamais : la France coloniale a été une horreur, une suite de génocides, exactement comme la colonisation de l’Amérique du Nord et du Sud, de l’Afrique etc etc ...

J’ajouterais pour la gloire de l’industrie pharmaceutique, que les premiers pharmaciens et industriels, ont fait fortune en vendant des dérivés de l’opium. Mais c’est un autre sujet, dont il faudra bien reparler.

Et si vraiment vous souhaitez en savoir plus, par exemple sur la French connexion (en dehors des clichés cinématographiques) lire le livre de Alfred W. McCOY (enseignant d’histoire du Sud-est asiatique à l’université de Madison au Wisconsin (États-Unis) : La politique de l’héroïne. L’implication de la CIA dans le trafic des drogues.

Cette troisème République, quelle belle époque pour les hommes politiques ! On savait cacher l’activité réelle des hommes politiques, des princes qui gouvernaient ! Un Président qui a été instigateur du trafic de d’héroïne sur plusieurs pays compôsant ce que les colonialistes ont appelé "l’Indocchine", c’est pas banal.

Aujourd’hui, le tout petit bonhomme qui squatte l’Elysée avec l’approbation de l’ensemble de la classe politique, mais aussi des directions syndicales, et surtout du grand patronat français et européen est un homme "normal" qui préside "normalement". Et tout aussi normalement il envoi argent et armes en Syrie dans une aventure meurtrière de recolonisation du "moyen orient". Il est co responsable de massacres odieux, le ministre Fabius battant dans le genre des records.

Et l’animal, fait passer ce que la droite n’a pas réussi à faire passer contre les travailleurs et le peuple de France, .... et ça ne fait que commencer.

Il faudrait penser à débaptiser, rues, avenues, écoles, lycées, collèges, hôpitaux etc ... qui portent ce nom puant de Paul Doumer.

Docteur Jacques Lacaze,

qui a été chargéd’un dossier "drogues" à l"ex DDASS du Nord durant 10 ans.

Source : le blog de Jacques Lacaze.

Sur la drogue, lire également ceci.

URL de cet article 22509
   
TOUS LES MEDIAS SONT-ILS DE DROITE ? Du journalisme par temps d’élection
par Mathias Reymond et Grégory Rzepski pour Acrimed - Couverture de Mat Colloghan Tous les médias sont-ils de droite ? Évidemment, non. Du moins si l’on s’en tient aux orientations politiques qu’ils affichent. Mais justement, qu’ils prescrivent des opinions ou se portent garants du consensus, les médias dominants non seulement se comportent en gardiens du statu quo, mais accentuent les tendances les plus négatives inscrites, plus ou moins en pointillé, dans le mécanisme même de l’élection. Ce sont (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)


Retour sur l’étrange et persistante désinformation autour de « l’affaire » Julian Assange (le Fake News dans toute sa splendeur)
On ne le répétera jamais assez : pratiquement tout ce que les grands médias répètent à l’envi autour de « l’affaire » Julian Assange est incorrect. Et on a beau l’expliquer aux journalistes - lorsque l’occasion se présente - et ils ont beau hocher de la tête, rien n’y fait : ils persistent et signent, mus par une sorte d’incapacité à accepter le moindre écart d’une narrative pré-établie et apparemment immuable, même lorsqu’elle se révèle fausse. Il suffit pourtant d’un minimum de recherches, pas beaucoup, pour (...)
10 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.