Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le prisonnier du Sud Global

Pourquoi et comment Lula est devenu le prisonnier politique le plus important du monde. Julian Assange est le plus important dissident occidental en prison. Eduard Snowden, le principal exilé. Luiz Inácio Lula da Silva est le prisonnier du Sud Global par excellence. Noam Chomsky a qualifié Lula de « prisonnier politique le plus important du monde » et de « figure extraordinaire du XXIe siècle » et a comparé son emprisonnement à celui du fondateur du Parti communiste italien, Antonio Gramsci (1891-1937), pourquoi ces titres ?

Sous Lula, le Brésil est passé de l’inexistence dans la sphère internationale à être certainement le pays le plus respecté au monde. Lula a rendu digne la majorité sociale de son pays qui ne comptait pour rien. En 2010, le Programme alimentaire mondial de l’ONU lui a décerné le titre de « Champion du monde dans la lutte contre la faim ». Après huit ans au pouvoir, il a sorti des millions de Brésiliens de la pauvreté et a quitté son poste avec un niveau d’approbation sans précédent.

Lula a été capital dans l’intégration indépendante prometteuse de l’Amérique latine, qui a impliqué Chávez, Morales, les Kirchner et d’autres, et parmi eux il était le plus respecté et pas seulement pour le poids spécifique de son énorme pays. Avec Lula le BRIC’s (Brésil, Russie, Inde, Chine et autres) est né comme un concept dans lequel le Brésil a mis la première lettre. Eh bien, ce personnage est en prison depuis un an et demi, après avoir été condamné à douze ans et onze mois de prison dans une affaire manifestement fabriquée six mois avant les élections où il était le favori.

Il y a plusieurs explications à cela. Selon le professeur Elias Jabbour de l’Université de Rio de Janeiro, Lula a été victime d’une action de guerre hybride orchestrée depuis les États-Unis après l’annonce de la découverte d’importantes réserves de pétrole au Brésil, qui a donné de la force à une campagne médiatique agressive contre la gauche et la politique en général. Lula lui-même suggère le motif principal d’un autre aspect : son protagonisme général dans la création du BRICS, et dans les mouvements pour créer une monnaie alternative au dollar dans les relations commerciales de cet énorme conglomérat de pays qui comprend la majorité de la planète, en population et en volume de transactions.

« Les États-Unis avaient très peur de nos débats sur la création d’une nouvelle monnaie. Obama m’a appelé et m’a demandé si j’essayais de créer une nouvelle monnaie, un nouvel euro, et j’ai répondu : « Non, j’essaie de me débarrasser du dollar US pour ne pas être dépendant ».

Selon le journaliste Pepe Escobar, qui a repris cette déclaration dans une interview accordée à Lula cet été en prison :

« Obama a peut-être essayé d’avertir Lula que l’État dans ses profondeurs (the Deep State) ne permettrait jamais au BRICS d’investir dans une monnaie pour échapper au dollar. Plus tard, Poutine et Erdogan ont averti (sa successeuse à la présidence) Dilma Roussef, avant sa destitution, que le Brésil serait attaqué sans merci. En fin de compte, la direction du Parti Travailliste a été prise au dépourvu par une conjonction de techniques sophistiquées de guerre hybride », explique Escobar. « Le résultat a été que l’une des plus grandes économies du monde a été prise en main par les partisans de la ligne dure néolibérale sans se battre ».

Derrière tout cela, il y avait plus qu’un revers pour l’hégémonie occidentale : l’idée que le consensus et l’action concertée entre le BRICS et les grands pays du Sud Global est capable d’élaborer un programme pour le monde, une alternative au chaos de l’hégémonie euro atlantique avec ses recettes bellicistes. Le cas de l’Iran offre un indice concret.

C’est le Brésil de Lula qui, en 2010, a conclu à Téhéran, en commun accord avec la Turquie et l’Iran, un accord nucléaire avec le régime des ayatollahs. C’était cinq ans avant le fameux accord de Vienne de 2015, que Bolton et Trump ont coulé avec le soutien d’Israël et de l’Arabie Saoudite en s’en retirant et en rétablissant un scénario de guerre. Dans l’interview en prison mentionnée plus haut, Lula se souvient qu’après cet accord Obama et Merkel étaient nerveux :

« J’étais comme le gamin qui a eu 10 à l’école, il le dit à sa mère et elle affirme que ce n’est pas bien ».

Dans le monde d’aujourd’hui, un homme charismatique qui dirige un grand pays et qui veut être indépendant est quelque chose qui produit d’énormes doutes impériaux. Ils commencent à se mettre d’accord et à résoudre les problèmes mondiaux sans nous et sans notre monnaie, et où allons-nous nous retrouver ? Voici les coordonnées de l’emprisonnement de Lula.

La méthode consistait à combiner la guerre judiciaire avec la manipulation des médias entre les mains des magnats, dans le but de détruire l’opposant politique spécifique par la judiciarisation de la politique. Ce qui est connu sous le terme « Lawfare ».

« Cela commence par des dénonciations sans preuves, se poursuit par des campagnes de dénigrement médiatique et oblige les accusés à des justifications sans fin, puis vient la prison et les amendes, le Lawfare enferme les débats politiques dans les tribunaux« , affirme un manifeste signé ce même mois par plusieurs centaines de personnalités du monde entier. Le résultat final de l’opération – un changement de régime – est le même que celui des coups d’État militaires latino-américains d’antan commandités ou dirigés directement depuis les États-Unis.

Grâce au travail publié cet été par le journaliste Glenn Greenwald dans The Intercept, les détails de cette guerre judiciaire corrompue contre Lula sont connus, mais la question transcende le Brésil. Les anciens présidents de l’Équateur et de l’Argentine, Rafael Correa et Cristina Kirchner, sont persécutés pour cette combinaison bâtarde. En Afrique, il y a les cas du Mauritanien Biram Dah Abeid, du candidat à la présidence du Cameroun Maurice Kamto, de l’ancien député gabonais Bertrand Zibi, du leader de l’opposition cambodgienne Kem Sokha, du leader du Front de gauche russe Sergei Udaltsov, de la sénatrice des Philippines Leila de Lima et même de Jean-Luc Mélenchon, le leader français de gauche victime de harcèlement des médias et accusé de rébellion. De tous ces échantillons, Lula est le plus important à tous points de vue.

Source : El preso del Sur global

Traduction https://reseauinternational.net/

»» https://rafaelpoch.com/2019/09/25/el-preso-del-sur-global/
URL de cet article 35256
   
Même Thème
HOLLYWOOD PROPAGANDA
MATTHEW ALFORD
Examinant le fonctionnement interne de l’industrie hollywoodienne, cet ouvrage révèle les liens étroits entre le cinéma et les forces politiques américaines les plus réactionnaires. Ses analyses détaillées de nombreux films démontrent qu’Hollywood, loin d’être le lieu d’expression de la gauche américaine, n’est que le versant culturel d’une politique impérialiste. Alors que des films comme Transformers, Terminator ou La Chute du faucon noir, ouvertement financés par l’armée, glorifient l’hégémonie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Un écrivain doit désormais être un homme d’action... Un homme qui a consacré un an de sa vie aux grèves dans la métallurgie, ou aux chômeurs, ou aux problèmes du racisme, ou qui n’a pas perdu son temps. Un homme qui sait où est sa place. Si vous survivez à une telle expérience, ce que vous raconterez ensuite sera la vérité, la nécessité et la réalité, et perdurera.

Martha Gellhorn, 1935


« SIN EMBARGO » - Paroles cubaines sur le blocus (et le reste aussi) - Préambule - 1/13
PREAMBULE « Un microphone ? Hum... » Ca y’est, deux jours à la Havane et je commence à me sentir comme un fucking Chevalier de la Table Ronde à la recherche du Graal. Oui, j’ai besoin d’un microphone, avec une petite prise, pour le brancher là. « Tu veux acheter un microphone ? » Ben oui, à peine arrivé, le mien est tombé en panne, alors j’ai besoin d’un microphone. « Oui, oui, je comprends. Un microphone... ». Je suis dans un centre culturel. Un grand centre culturel. J’ai l’impression de voir des (...)
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
43 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.