Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Le prisonnier du Sud Global

Pourquoi et comment Lula est devenu le prisonnier politique le plus important du monde. Julian Assange est le plus important dissident occidental en prison. Eduard Snowden, le principal exilé. Luiz Inácio Lula da Silva est le prisonnier du Sud Global par excellence. Noam Chomsky a qualifié Lula de « prisonnier politique le plus important du monde » et de « figure extraordinaire du XXIe siècle » et a comparé son emprisonnement à celui du fondateur du Parti communiste italien, Antonio Gramsci (1891-1937), pourquoi ces titres ?

Sous Lula, le Brésil est passé de l’inexistence dans la sphère internationale à être certainement le pays le plus respecté au monde. Lula a rendu digne la majorité sociale de son pays qui ne comptait pour rien. En 2010, le Programme alimentaire mondial de l’ONU lui a décerné le titre de « Champion du monde dans la lutte contre la faim ». Après huit ans au pouvoir, il a sorti des millions de Brésiliens de la pauvreté et a quitté son poste avec un niveau d’approbation sans précédent.

Lula a été capital dans l’intégration indépendante prometteuse de l’Amérique latine, qui a impliqué Chávez, Morales, les Kirchner et d’autres, et parmi eux il était le plus respecté et pas seulement pour le poids spécifique de son énorme pays. Avec Lula le BRIC’s (Brésil, Russie, Inde, Chine et autres) est né comme un concept dans lequel le Brésil a mis la première lettre. Eh bien, ce personnage est en prison depuis un an et demi, après avoir été condamné à douze ans et onze mois de prison dans une affaire manifestement fabriquée six mois avant les élections où il était le favori.

Il y a plusieurs explications à cela. Selon le professeur Elias Jabbour de l’Université de Rio de Janeiro, Lula a été victime d’une action de guerre hybride orchestrée depuis les États-Unis après l’annonce de la découverte d’importantes réserves de pétrole au Brésil, qui a donné de la force à une campagne médiatique agressive contre la gauche et la politique en général. Lula lui-même suggère le motif principal d’un autre aspect : son protagonisme général dans la création du BRICS, et dans les mouvements pour créer une monnaie alternative au dollar dans les relations commerciales de cet énorme conglomérat de pays qui comprend la majorité de la planète, en population et en volume de transactions.

« Les États-Unis avaient très peur de nos débats sur la création d’une nouvelle monnaie. Obama m’a appelé et m’a demandé si j’essayais de créer une nouvelle monnaie, un nouvel euro, et j’ai répondu : « Non, j’essaie de me débarrasser du dollar US pour ne pas être dépendant ».

Selon le journaliste Pepe Escobar, qui a repris cette déclaration dans une interview accordée à Lula cet été en prison :

« Obama a peut-être essayé d’avertir Lula que l’État dans ses profondeurs (the Deep State) ne permettrait jamais au BRICS d’investir dans une monnaie pour échapper au dollar. Plus tard, Poutine et Erdogan ont averti (sa successeuse à la présidence) Dilma Roussef, avant sa destitution, que le Brésil serait attaqué sans merci. En fin de compte, la direction du Parti Travailliste a été prise au dépourvu par une conjonction de techniques sophistiquées de guerre hybride », explique Escobar. « Le résultat a été que l’une des plus grandes économies du monde a été prise en main par les partisans de la ligne dure néolibérale sans se battre ».

Derrière tout cela, il y avait plus qu’un revers pour l’hégémonie occidentale : l’idée que le consensus et l’action concertée entre le BRICS et les grands pays du Sud Global est capable d’élaborer un programme pour le monde, une alternative au chaos de l’hégémonie euro atlantique avec ses recettes bellicistes. Le cas de l’Iran offre un indice concret.

C’est le Brésil de Lula qui, en 2010, a conclu à Téhéran, en commun accord avec la Turquie et l’Iran, un accord nucléaire avec le régime des ayatollahs. C’était cinq ans avant le fameux accord de Vienne de 2015, que Bolton et Trump ont coulé avec le soutien d’Israël et de l’Arabie Saoudite en s’en retirant et en rétablissant un scénario de guerre. Dans l’interview en prison mentionnée plus haut, Lula se souvient qu’après cet accord Obama et Merkel étaient nerveux :

« J’étais comme le gamin qui a eu 10 à l’école, il le dit à sa mère et elle affirme que ce n’est pas bien ».

Dans le monde d’aujourd’hui, un homme charismatique qui dirige un grand pays et qui veut être indépendant est quelque chose qui produit d’énormes doutes impériaux. Ils commencent à se mettre d’accord et à résoudre les problèmes mondiaux sans nous et sans notre monnaie, et où allons-nous nous retrouver ? Voici les coordonnées de l’emprisonnement de Lula.

La méthode consistait à combiner la guerre judiciaire avec la manipulation des médias entre les mains des magnats, dans le but de détruire l’opposant politique spécifique par la judiciarisation de la politique. Ce qui est connu sous le terme « Lawfare ».

« Cela commence par des dénonciations sans preuves, se poursuit par des campagnes de dénigrement médiatique et oblige les accusés à des justifications sans fin, puis vient la prison et les amendes, le Lawfare enferme les débats politiques dans les tribunaux« , affirme un manifeste signé ce même mois par plusieurs centaines de personnalités du monde entier. Le résultat final de l’opération – un changement de régime – est le même que celui des coups d’État militaires latino-américains d’antan commandités ou dirigés directement depuis les États-Unis.

Grâce au travail publié cet été par le journaliste Glenn Greenwald dans The Intercept, les détails de cette guerre judiciaire corrompue contre Lula sont connus, mais la question transcende le Brésil. Les anciens présidents de l’Équateur et de l’Argentine, Rafael Correa et Cristina Kirchner, sont persécutés pour cette combinaison bâtarde. En Afrique, il y a les cas du Mauritanien Biram Dah Abeid, du candidat à la présidence du Cameroun Maurice Kamto, de l’ancien député gabonais Bertrand Zibi, du leader de l’opposition cambodgienne Kem Sokha, du leader du Front de gauche russe Sergei Udaltsov, de la sénatrice des Philippines Leila de Lima et même de Jean-Luc Mélenchon, le leader français de gauche victime de harcèlement des médias et accusé de rébellion. De tous ces échantillons, Lula est le plus important à tous points de vue.

Source : El preso del Sur global

Traduction https://reseauinternational.net/

»» https://rafaelpoch.com/2019/09/25/el-preso-del-sur-global/
URL de cet article 35256
   
L’Eglise et l’école, de Marceau Pivert
La laïcité séduit au XIXe siècle une bourgeoisie soucieuse de progrès et d’efficacité. Les socialistes en font également leur cheval de bataille. La séparation de l’Église et de l’École puis de l’Église et de l’État en 1905 en est le symbole, mais ce fragile compromis est bientôt remis en cause. Face à une contestation grandissante, la bourgeoisie et l’Église s’allient pour maintenir l’ordre social, politique et moral. Depuis les années 1920, leur offensive conjointe reprend une à une les conquêtes laïques. La (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« A toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie. »

Karl Marx


Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
30 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
42 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.