Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes

16 
Vautrés dans le pétainisme pour échapper au fascisme, apprêtons-nous faire front.

Le prix de la liberté

Thomas Hollande étant momentanément indisponible (cf. Gala, 13/04/17), c’est finalement Emmanuel Macron qui a été nommé président de la République, à notre grand soulagement car pour un peu nous replongions dans les heures les plus sombres de notre histoire. Artistes et créatifs en tous genres, porteurs d’un regard sur le monde et résolument ancrés à gauche, nous allions sans aucun doute finir parqués entre des miradors, au beau milieu d’une foule de Maghrébins, de Roms et autres victimes naturelles de la société, à cause de l’audace invétérée de nos convictions. C’est dire si nous avons eu chaud !

L’hypothèse invraisemblable

« Tout le monde nous disait que c’était impossible, mais ils ne connaissaient pas la France ! », beuglait notre sauveur au Carrousel du Louvre, le soir du 7 mai dernier. En effet, tel un chien famélique à qui on aurait balancé deux gamelles de viande avariée, le peuple français vient d’exercer son choix souverain : « une hypothèse invraisemblable il y a encore un an », renchérit Le Monde du 08/05/17, comme si l’invraisemblable était entre-temps devenu vraisemblable, par un effet de la grâce divine. Pourtant, certains n’arrivent pas à se défaire de l’impression étrange qu’on leur a enfoncé un président dans la gorge, et s’étonnent qu’un candidat aussi pathétique, à la tête d’un mouvement en carton-pâte, ait pu se frayer si facilement un chemin jusqu’à la première place du podium. Ils vont même jusqu’à se demander si l’avalanche surprenante de catastrophes qui ont neutralisé ses principaux adversaires – explosion de Fillon en plein vol (si l’on peut dire), sabordage en règle de la primaire du PS, suicide télévisé de Marine Le Pen, etc. – n’aurait pas quelque peu aidé le destin. Là où chacun s’accorde à ne voir qu’une suite banale de coïncidences plus énormes les unes que les autres, ils subodorent une main invisible (ou pour mieux dire, parfaitement visible), comme par exemple dans les radiations massives des listes électorales constatées le jour même du vote (plus de 16 000 rien qu’à Strasbourg). Toujours fidèle au poste, la normalosphère veille au grain : « C’est normal ! Quand on change d’adresse il faut prévenir la mairie ! » soutient Chtimi79, qui a repéré instantanément les 16 000 fautifs à l’origine de ce micmac. Mais il règne tout de même un parfum de suspicion, principalement chez ceux qui contre toute raison, persistent à croire qu’il s’agissait d’une élection. (1)

Le vertige démocratique

Nous sommes si accoutumés à ce qu’on ne nous demande pas notre avis que l’idée de choisir qui va nous gouverner ressemble à un canular, qu’on le veuille ou non. Dans la vraie vie, choisissons-nous notre patron ? Choisissons-nous celui qui va nous braquer dans la rue, ou la maladie que nous allons attraper ? Tous les cinq ans, il nous faut cependant puiser dans notre inculture pour recruter un président de la République. Nous nous y attelons avec les moyens du bord, en tâchant de nous assurer qu’il présente bien, qu’il n’a pas dit de gros mots, et qu’il ne s’enfuira pas avec les napperons de la salle à manger. Cette opportunité qui nous est offerte, d’examiner des candidats à la magistrature suprême comme s’ils postulaient à une place de chauffeur ou de majordome, ne va pas sans une certaine honte secrète, qui est le propre des satisfactions solitaires.

D’où notre hâte à faire de ce droit un devoir, pour ne pas dire une purge, consistant – lorsque nous avons la chance de ne pas avoir été radiés des listes électorales – à voter de préférence pour celui qui nous dégoûte le plus, dans une sorte de vertige de l’humiliation, au nom du « sauvetage nécessaire de la démocratie ». Notre mérite citoyen se mesurant à notre envie de vomir, il va sans dire que Macron a bénéficié d’un confortable avantage sur ses concurrents : son bilan catastrophique au sein du gouvernement, sa campagne aussi frelatée qu’hystérique, et son projet de saccage du droit du travail à coups d’ordonnances ne peuvent que donner la nausée, tout en consacrant l’effondrement définitif de la démocratie dans ce pays.

Travail, famille, patrie

Le fait que la France en marche soit un slogan du régime de Vichy ne doit donc pas nous troubler : capitulation et collaboration sont bel et bien les deux mamelles de la France, ce qu’illustre à merveille le réflexe pavlovien de nos candidats, qui courent se faire adouber par la chancelière allemande dès qu’une campagne électorale se profile à l’horizon (2). Pour les législatives nous aurons certainement droit à un nouveau slogan, comme par exemple LE TRAVAIL REND LIBRE, qui comblera les nostalgiques de tous bords, tout en collant parfaitement à cette société ubérisée que nous appelons de nos vœux, où le chômage sera devenu un comportement criminel.

C’est donc en nous vautrant dans le pétainisme (comme à notre habitude) que nous avons finalement échappé au fascisme – mais chacun sait que cette victoire n’est pas gratuite, et nous nous apprêtons à payer le prix de la liberté. Car il s’est noué entre nous et nos dirigeants une sorte de pacte, aux termes duquel nous acceptons d’être peu à peu dépouillés de toute perspective d’avenir, en échange du maintien de notre hochet électoral, qui nous permet de nous sentir supérieurs au restant de l’humanité (ce qui n’est pas une mince consolation). Après tout, ne vaut-il pas mieux une république bananière que pas de république du tout ? Et à tout prendre, l’esclavage n’est-il pas préférable à la dictature ? Quand on a la chance de vivre en démocratie, il faut savoir garder l’esprit large, aussi nous nous abstiendrons de toute raillerie envers Emmanuel Macron, car nous avons compris que ce serait faire le lit des extrêmes. Nous adorerons nous faire détrousser et jeter à la rue, sous peine d’être taxés d’obscurantisme. En votant pour lui, nous avons donc perdu toute voix au chapitre. Mais est-ce si grave ?

Olivier FOREAU

Notes

1. Pour le prochain scrutin présidentiel (si d’aventure il y en a un autre de prévu) aura-t-on la présence d’esprit de faire venir des observateurs de l’ONU ?
2. Macron, Fillon et Hamon se sont rués tous les trois à Berlin pour s’y livrer à un concours de salamalecs, mais l’inverse n’arrive évidemment jamais, et personne n’imagine un candidat allemand venant ramper devant nos « élites » pour se donner de la crédibilité.

»» https://normalosphere.wordpress.com/2017/05/15/le-prix-de-la-liberte/
URL de cet article 31885
   
AGENDA
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
samedi 18 novembre 2017
mardi 21 novembre 2017
mercredi 22 novembre 2017
jeudi 23 novembre 2017
vendredi 24 novembre 2017
samedi 25 novembre 2017
jeudi 30 novembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
vendredi 1er décembre 2017
samedi 2 décembre 2017
vendredi 15 décembre 2017
Même Thème
Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(CUBA) "Tant qu’il y aura l’impérialisme, nous ne pouvons nous permettre le luxe du pluri-partisme. Nous ne pourrions jamais concurrencer l’argent et la propagande que les Etats-Unis déverseraient ici. Nous perdrions non seulement le socialisme, mais notre souveraineté nationale aussi"

Eugenio Balari
in Medea Benjamin, "Soul Searching," NACLA Report on the Americas 24, 2 (August 1990) : 23-31.


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
96 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.