RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Réflexion du compañero Fidel

Le Prix Nobel de la Paix

C’est à peine si je parlerai du peuple cubain qui a liquidé un jour la domination des États-Unis de sa patrie, quand le système impérialiste était au faîte de sa puissance.

Des hommes et des femmes de tous âges ont défilé le 1er Mai sur les places les plus symboliques de toutes les provinces du pays.

Notre Révolution s’est instaurée là où l’Empire l’attendait le moins, sur un continent où il régnait en maître absolu.

Cuba a été le dernier pays à briser le joug colonial espagnol et le premier à se débarrasser de l’odieuse tutelle impérialiste.

Mais je pense surtout aujourd’hui à notre soeur, la République bolivarienne du Venezuela, et à sa lutte tenace contre le pillage impitoyable des ressources dont la Nature a doté son peuple noble et entreprenant dont les soldats avancèrent jadis vers les recoins les plus reculés du sous-continent pour faire plier le genou au pouvoir militaire espagnol.

Cuba n’a pas besoin d’expliquer pourquoi elle a été solidaire non seulement des pays de ce sous-continent mais aussi de beaucoup d’autres d’Afrique et d’autres régions du monde.

La Révolution bolivarienne a aussi été solidaire avec notre patrie, au point que son appui a eu une grande importance durant les années de la Période spéciale. Cette coopération, Cuba ne l’a pourtant pas réclamée, de même que nous n’imposons aucune condition aux peuples qui ont besoin de nos services éducationnels ou médicaux. Nous aurions offert notre aide maximale au Venezuela en toutes circonstances.

Coopérer avec d’autres peuples exploités et pauvres a toujours constitué pour les révolutionnaires cubains un principe politique et un devoir envers l’humanité.

Je me réjouis énormément de constater, comme j’ai pu le faire hier grâce à Venezolana de Televisión et à TeleSur, l’impact profond que la Loi organique du travail promulguée par le leader bolivarien et président de la République, Hugo Chávez Frà­as, a eu sur le peuple vénézuélien frère. Je n’avais jamais rien vu de pareil dans l’arène politique de notre continent.

J’ai prêté attention à la foule énorme qui s’est réunie sur les places et avenues de Caracas, en particulier aux déclarations spontanées de citoyens interviewés qui transmettaient une émotion et un espoir que j’ai rarement vus, voire jamais. On pouvait constater que l’immense majorité de la population est constituée de modestes travailleurs. Une vraie bataille d’idées est en train de se dérouler là fortement.

Rafael Correa, le président équatorien, a déclaré intelligemment que, plutôt qu’une époque de changement, nous vivions un changement d’époque. Hugo Chávez et lui sont chrétiens. Obama, en revanche, qu’est-ce qu’il est ? En quoi croit-il ?

Un an, jour pour jour, après l’assassinat de Ben Laden, Obama rivalise avec son adversaire Mitt Romney pour justifier ce méfait commis dans une installation proche de l’École militaire du Pakistan, un pays musulman allié des États-Unis.

Marx et Engels n’ont jamais prôné l’assassinat des bourgeois. Dans le vieux concept bourgeois, les juges jugeaient ; les bourreaux exécutaient.

Il n’y a pas de doute qu’Obama a été chrétien ; c’est sous l’une des facettes de cette religion qu’il apprit l’art de transmettre ses idées, ce qui a beaucoup joué dans son ascension météorique au sein de son parti.

La déclaration de principes promulguée à Philadelphie en juillet 1776 affirmait que tous les hommes naissaient libres et égaux et que leur Créateur leur concédait à tous des droits déterminés. Or, que l’on sache, trois quarts de siècle après l’indépendance, les esclaves noirs, avec femmes et enfants, continuaient d’être vendus à l’encan sur les places publiques, et presque deux siècles après, Martin Luther King eut un rêve, mais fut assassiné. Il était, et bien gagné, Prix Nobel de la Paix.

Obama, le sien, le jury d’Oslo lui en a fait cadeau, au point d’en faire une légende. Or, le Prix Nobel Barack Obama s’est précipité en Afghanistan comme si le monde ne savait rien des tueries massives commises dans ce pays, des autodafés de livres qui sont sacrés aux yeux des musulmans et des outrages infligés aux cadavres de personnes assassinées.

Aucune personne décente ne sera jamais d’accord avec le terrorisme, mais le président des États-Unis a-t-il par hasard le droit de juger et le droit de tuer ; de s’ériger à la fois en tribunal et en bourreau ; de commettre de tels crimes dans un pays et contre un peuple situés aux antipodes des siens ?

Des millions de personnes doivent avoir vu le président des États-Unis monter au trot les marches d’un escalier raide, en manches de chemise, avancer au pas de charge le long d’un couloir suspendu et pérorer ensuite devant un parterre de militaires qui applaudissaient sans trop d’enthousiasme le discours de leur illustre président. Ces hommes n’étaient pas tous nés citoyens étasuniens. Moi, pour ma part, je pensais aux dépenses colossales qu’impliquent ces équipées et dont le monde fait les frais. Qui paie en effet ces sommes faramineuses qui dépassent déjà quinze billions de dollars ? Voilà ce que l’illustre Prix Nobel de la Paix offre à l’humanité.

Fidel Castro Ruz
Le 3 mai 2012
19 h 50

http://www.cuba.cu/gobierno/reflexiones/2012/fra/f030512f.html

URL de cet article 16607
  

Même Auteur
L’Histoire m’acquittera
Fidel CASTRO, Jacques-François BONALDI
L’Histoire m’acquittera (en espagnol : La Historia me absolvera) est un manifeste d’auto-défense écrit par Fidel Castro en octobre 1953, à la veille de son procès (il est jugé pour avoir attaqué la caserne de Moncada le 26 juillet 1953, en réaction au coup d’état de Batista). Fidel Castro est diplômé en droit, il manie la plaidoirie, exercice qu’il connaît bien, avec aisance : il y explique ses actes et son implication dans le soulèvement contre Batista mais surtout, il y développe ses différentes thèses (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les individus ne constituent une classe que pour autant qu’ils ont à soutenir une lutte commune contre une autre classe ; pour le reste, ils s’affrontent en ennemis dans la concurrence.

Karl Marx

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.