RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Le Qatar derrière l’attentat contre le président mauritanien !

Selon des sources mauritaniennes et algériennes, la tentative d’assassinat perpétrée contre le chef de l’État mauritanien aurait été commanditée par l’émirat du Qatar, Hamad Ben Khalifa al-Thani.

Actuellement soigné à l’hôpital militaire Percy à Clamart, la vie du président mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, est hors de danger. Il a été blessé par balles samedi dernier, par un élément de sa garde présidentielle. C’est du moins ce qu’a affirmé le correspondant d’Al-Jazeera, samedi 13 octobre, à peine trente minutes après l’attentat ! On avait aussi parlé d’une patrouille militaire qui aurait attaqué le cortège présidentiel à Tweila, une localité à 40 km de Nouakchott. On avait également, selon un responsable sécuritaire mauritanien (AFP, 13 octobre), que c’est un automobiliste qui a directement visé le président mauritanien. Enfin, dernière version officielle du gouvernement mauritanien, par la voix du ministre de la Communication, Hamdi Ould Mahjoub, il s’agirait « d’un tir par erreur de l’armée, l’unité militaire ne savait pas qu’il s’agissait du cortège du président » ! Ces informations sont bien trop contradictoires pour ne pas justifier une investigation plus poussée.
Ancien général, Mohamed Ould Abdelaziz (55 ans) est arrivé au pouvoir par un coup d’État en 2008, légitimé par le laxisme de son prédécesseur face aux agissements de l’Aqmi. En 2009, il est démocratiquement élu à la tête de la Mauritanie. Depuis, il mène une guerre sans merci contre le terrorisme islamiste, notamment contre l’Aqmi qui, depuis le « printemps arabe » et la chute de Kadhafi, a conquis des positions stratégiques qui font de cette organisation affiliée à Al-Qaïda la première force terroriste dans le monde. Entre 2010 et 2011, l’armée mauritanienne a mené plusieurs opérations dans le nord du Mali, une vaste région qui est tombée, depuis déjà sept mois, sous le contrôle des djihadistes d’Al-Qaïda et d’autres groupuscules islamistes dont le Mouvement pour l’Unicité et le Djihad en Afrique de l’ouest (Mujao). C’est actuellement une région autonome, où la charia est impitoyablement pratiquée et où sont détenus les neuf Européens kidnappés, dont six Français.
C’est déjà une bonne raison d’essayer d’éliminer le président mauritanien, que les islamistes, y compris Jemil Ould Mansour, chef du parti islamiste mauritanien Tawassoul, accusent d’être un « suppôt » des Français. Il y a déjà quelques mois, l’Aqmi a d’ailleurs publiquement menacé de mort le président mauritanien. Mais il n’y a pas que cette raison. C’est notre confrère Zine Cherfaoui du quotidien Al-Watan (16 octobre) qui pose la vraie question : « Maintenant, hormis Aqmi et le Mujao, qui d’autre peut avoir quelques intérêts à liquider physiquement Ould Abdelaziz sachant pertinemment que, dans le contexte régional actuel, un tel acte aurait pour effet immédiat d’accentuer la crise politique en Mauritanie et, certainement aussi, de déstabiliser toute la région ? Objectivement, il peut s’agir de n’importe qui sauf d’un acteur régional. Un tel coup tordu ne peut provenir que de quelqu’un qui a la certitude d’être à l’abri du chaos sahélien ». Pour nous, cet acteur non régional est le Qatar. En voici les raisons.
Tous les services de renseignement savent que, par sa télévision Al-Jazeera et par sa diplomatie secrète, le Qatar joue un rôle prépondérant dans l’appui financier, médiatique et logistique des différents mouvements islamistes en Afrique du nord, en Afrique de l’ouest, en Asie et en Extrême-Orient. Hamad Ben Khalifa Al-Thani et son premier ministre Hamad Bin Jassim al-Thani, ont déjà réussi à placer Ennahda au pouvoir en Tunisie, les Frères musulmans en Égypte et les islamistes offshore libyens à Tripoli. Le Maroc ayant eu droit à un traitement de faveur par un « printemps arabe » en douce, il ne reste plus que l’Algérie à faire tomber pour constituer un axe stratégique Rabat-Alger-Tunis-Tripoli-Le Caire et Damas, dont le régime résiste encore à la guerre que lui livrent le Qatar et l’Arabie Saoudite. C’est donc principalement l’Algérie qui est pour le moment visée.
L’essentiel n’est pas là . Il y a un événement important que la presse internationale a passé sous silence mais qui n’a pas échappé à la sagacité des médias mauritaniens et algériens. Il s’agit de la visite de l’émir du Qatar à Nouakchott, le 9 janvier dernier, qui a tourné à l’incident diplomatique. Selon la presse mauritanienne et algérienne, le président Mohamed Ould Abdelaziz n’a pas raccompagné son illustre hôte à l’aéroport et a même interdit à ses ministres de s’y rendre. La raison, l’insolence et l’ingérence de l’émir bédouin dans les affaires mauritaniennes. Selon l’agence officielle de presse officielle mauritanienne, l’incident s’est produit au cours de l’entrevue entre le président mauritanien et l’émir du Qatar, lorsque celui-ci a demandé à son hôte de « procéder à des réformes démocratiques et de négocier avec les islamistes pour éviter à son pays de connaître un scénario similaire à la Tunisie, Libye ou la Syrie ». Toujours selon cette agence, « des prises de bec ont opposé les deux chefs d’État » puisque le président mauritanien a « fait savoir à l’émir que l’ingérence dans les affaires intérieures de la Mauritanie est une ligne rouge à ne pas franchir. Ne s’arrêtant pas là , il aurait même fait savoir directement à l’émir que par le biais d’Al-Jazeera, lui-même était à l’origine des soulèvements qui ont ébranlé les pays arabes ».
Le soir même, la télévision « indépendante » Al-Jazeera s’est lancée dans une critique violente du régime de Nouakchott, en donnant la parole aux opposants islamistes mauritaniens. Selon le journal mauritanien Al-Siraj, « de sources sécuritaires arabes ont mis en garde le président mauritanien du rôle du Qatar de tenter de provoquer un changement dans le pays, ajoutant que ce rôle consistera à réparer le terrain pour entraîner la Mauritanie dans le cercle vicieux des complots… ». Quant à Moncef Rédha, du journal algérien La Nouvelle République (10 janvier 2012), il a résumé cet incident par le titre de son article : « Un Dégage indirect a été signifié à l’émir du Qatar ».
Telle est la raison profonde de la tentative d’assassinat du président mauritanien. Dès lors, la question qui s’impose est la suivante : jusqu’à quand la France va-t-elle faire la sourde oreille sur l’activisme islamo-terroriste qatari dans des pays arabes et d’Afrique historiquement et traditionnellement liés au pays de Gaulle ?

Source : http://www.tunisie-secret.com/Le-Qatar-derriere-l-attentat-contre-le-p...

URL de cet article 18199
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Lesley Stahl :"Nous avons entendu dire que 500.000 enfants sont morts (en Irak). Ca fait plus qu’à Hiroshima. Et, vous savez, est-ce que cela en valait le prix ?

Secrétaire d’Etat US Madeleine Allbright : "Je pense que c’est un choix difficile. Mais le prix - nous pensons que cela en valait le prix."

Entretien télévisé sur CBS 60 minutes, Mai 1996

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.