RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
D’anciens responsables des services secrets occidentaux accusent :

« Le Qatar, l’Arabie Saoudite, les USA et les Frères musulmans déterminés à faire chuter l’Algérie »

Organisée à l’appel de sociétés civiles de wilayas du sud du pays, Tamanrasset, Adrar, Illizi et Ghardaïa, de Saïda Benhabylès, présidente d’association, et la revue El-Djazair.Com, une rencontre sur les prises d’otages, notamment le rapt de diplomates algériens à Gao, au nord du Mali, s’est tenue, hier, à l’hôtel El Aurassi, avec la participation de grosses pointures du renseignement, des ambassadeurs en Algérie de l’Autriche, de Cuba, du Venezuela, d’un représentant de l’ambassadeur de la République arabe du Sahara Occidental (RASD) et d’experts. Ont également participé à la rencontre, les familles de nos diplomates enlevés à Gao et des notables touaregs, dont Akhamoukh.

D’emblée, Saïda Benhabylès a déclaré qu’au Sahel « c’est une situation qui n’inspire pas confiance, qui menace la paix, la stabilité et surtout la cohésion sociale ». « On a voulu et réussi, par tous les moyens, à obtenir la caution de l’opinion publique pour l’ingérence étrangère dans la région », selon elle. « Je remercie les familles des diplomates enlevés qui sont venues, ici, pour rejeter l’ingérence étrangère », ajoute-t-elle.

Intervenant à son tour, Yves Bonnet, ancien patron de la DST (services secrets français), explique « l’évolution » du terrorisme, à travers le temps, tout en rappelant que « le terrorisme n’a jamais fait fléchir une région ou lui a fait changer sa ligne de conduite ».

« L’Algérie a fait face, durant les années 1990, au terrorisme, avec ses propres moyens et par le sacrifice de ses enfants ». « L’Algérie avait alerté la communauté internationale sur le caractère transfrontalier du terrorisme, et quand je défendais la vision algérienne, on me taxait d’homme des généraux. Le temps a fini par donner raison à la juste réflexion algérienne », lance-t-il. « Il faut rendre hommage à ces généraux qui ont défendu l’Algérie quand le pays était en isolement », ajoute-t-il.

Lors de son intervention, Yves Bonnet, ancien patron de la DST, rappelle avoir, lui et d’autres personnes, fait le déplacement à Tripoli puis à Benghazi, en Libye. « Cet Etat fonctionnait nettement mieux qu’en l’état actuel », selon lui, ajoutant avoir alerté sur le fondamentalisme religieux. « Moins les forces occidentales s’occupent des affaires des autres, mieux ça ira », a-t-il dit. Yves Bonnet plaide, par ailleurs, pour « le rapprochement total entre l’Algérie et la France, face aux menaces qui pèsent sur la région du Sahel ». « La menace n’est pas seulement terroriste, mais également liée à d’autres organisations criminelles et les narcotrafiquants, notamment latino-américains et mexicains qui inondent le Mali et la Mauritanie », selon Yves bonnet.

« L’Algérie paye pour avoir combattu le terrorisme dans les années 1990 »

Anna Marie Lisa, présidente honoraire du Sénat belge, accuse, quant à elle, ouvertement l’Arabie Saoudite « d’oeuvrer à déstabiliser volontairement les frontières sud de l’Algérie à travers, notamment, le financement des salafistes et djihadistes ». « L’Algérie, et par le rapt de ses diplomates à Gao, paye pour avoir combattu le terrorisme durant les années 1990 », selon elle. « Les auteurs du rapt se sont, en particulier, attaqués au symbole de l’Algérie, en la personne des diplomates enlevés », explique-t-elle.

« Ceci, au moment où de l’argent, provenant de paiements de rançons, et autres, arrive, de la façon la plus illégale qui soit, aux terroristes sévissant dans la région », dénonce-t-elle. « C’est une oeuvre de déstabilisation qui cible l’Algérie, entretenue par des bailleurs de fonds saoudiens », insiste la présidente honoraire du Sénat belge.

Prenant la parole, Eric Denussy, directeur du Centre français de recherches sur le terrorisme, et ancien officier des services secrets, tire la sonnette d’alarme : « La situation est très grave. L’Algérie est considérée par le Qatar et l’Arabie Saoudite, et par l’alliance entre les USA et les Frères musulmans, comme le domino qui n’est pas tombé et qui doit tomber, coûte que coûte. » Il accuse l’Otan d’avoir reconfiguré le terrorisme dans la région du Sahel, avec l’intervention militaire engagée dans ce pays.

« Certains pays ont même largué des armes, profitant, du coup aux terroristes du GIA, devenu GSPC puis AQMI, après que les terroristes eurent été défaits en Algérie et fui vers le Sud », ajoute-t-il. « Ils ne comprennent pas comment l’Algérie n’a pas chuté avec le printemps arabe et veulent déstabiliser ce pays coûte que coûte », lance-t-il.

Il s’interroge : « Comment l’Occident peut-il donner des leçons de démocratie à la Libye et à la Syrie en s’alliant à l’Arabie Saoudite et le Qatar ? » Comme il se demande : « Comment le Qatar donne-t-il des leçons de démocratie à la Syrie, pays à la civilisation millénaire ? » Richard Labévière, journaliste, essayiste, spécialisé dans le terrorisme, abonde dans le même sens, accusant d’autres parties de tenter de déstabiliser l’Algérie et toute la région du Sahel.

M. A.

15/04/12

http://www.letempsdz.com//content/view/73155/177/

URL de cet article 16447
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Donde Estan ? ; Terreurs et disparitions au Pérou (1980-2000)
Daniel Dupuis
La pratique des arrestations illégales, des tortures et des exécutions en dehors de tout procès régulier puis de la dissimulation des dépouilles (d’où le terme de « disparus ») est tristement célèbre en Amérique latine où les dictatures ( l’Argentine de la junte militaire, le Paraguay dirigé par le général Alfredo Stroessner, le Chili tenu par Augusto Pinochet...) y ont eu recours. De 1980 à 2000, sous un régime pourtant démocratique, l’armée du Pérou n’a pas hésité à recourir à la terreur pour combattre la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Quand je donne à manger aux pauvres, ils disent que je suis un Saint. Quand je demande pourquoi les pauvres sont pauvres, ils disent que je suis un communiste.

Dom Helder Camara

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.