Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

17 

Le vrai livre explosif est celui que Trump a signé (Il Manifesto)

Tout le monde parle du livre explosif sur Trump, avec des révélations sensationnelles sur comment Donald fait sa mèche, comment sa femme et lui dorment dans des chambres séparées, ce qui se dit dans son dos dans les couloirs de la Maison Blanche, ce qu’a fait son fils aîné qui, rencontrant une avocate russe à la Trump Tower de New York, a trahi la patrie et renversé l’issue des élections présidentielles.

Presque personne, par contre, ne parle d’un livre au contenu véritablement explosif, sorti peu de temps avant sous la signature du président Donald Trump : “Stratégie de la sécurité nationale des Etats-Unis”.

C’est un document périodique rédigé par les pouvoirs forts des diverses administrations, et avant tout par les militaires. En regard du précédent, publié par l’administration Obama en 2015, celui de l’administration Trump contient des éléments de continuité substantielle.

Fondamental le concept suivant lequel, pour “mettre l’Amérique au premier rang pour qu’elle soit sûre, prospère et libre”, il faut avoir “la force et la volonté d’exercer le leadership USA dans le monde”. Ce même concept qu’avait exprimé l’administration Obama (tout comme les précédentes) : “Pour garantir la sécurité de son peuple, l’Amérique doit diriger depuis une position de force”. Par rapport au document stratégique de l’administration Obama, qui parlait d’”agression russe contre l’Ukraine” et d’”alerte sur la modernisation militaire de la Chine et sur sa présence croissante en Asie”, le document de l’administration Trump est beaucoup plus explicite : “La Chine et la Russie défient la puissance, l’influence et les intérêts de l’Amérique, en tentant d’éroder sa sécurité et sa prospérité”. Ce disant les auteurs du documents stratégique abattent leurs cartes et montrent quel est le véritable enjeu pour les Etats-Unis : le risque croissant de perdre la suprématie économique face à l’émergence de nouveaux sujets étatiques et sociaux, au premier rang desquels Chine et Russie. En effet, celles-ci sont en train d’adopter des mesures pour réduire la prédominance du dollar qui permet aux USA de maintenir un rôle dominant, en imprimant des dollars dont la valeur se fonde non pas sur la réelle capacité économique étasunienne mais sur le fait qu’ils sont utilisés comme devise mondiale.

Chine et Russie - souligne le document stratégique - veulent former un monde antithétique aux valeurs et aux intérêts USA. La Chine cherche à prendre la place des Etats-Unis dans la région du Pacifique, en répandant son modèle d’économie sous direction étatique. La Russie essaie de ré-acquérir son statut de grande puissance et d’établir des sphères d’influence près de ses frontières. Son objectif est d’affaiblir l’influence étasunienne dans le monde et de nous diviser de nos alliés et partenaires”. Suit une véritable déclaration de guerre : “Nous nous battrons avec tous les outils de notre puissance nationale pour assurer que les régions du monde ne soient pas dominées par une seule puissance”, c’est-à-dire pour faire en sorte qu’elles soient toutes dominées par les Etats-Unis. Parmi “tous les outils “ est compris évidemment le militaire, où les USA sont en position supérieure. Comme soulignait le document stratégique de l’administration Obama, “nous possédons une force militaire dont la puissance, la technologie et la portée géostratégique n’a pas d’égal dans l’histoire de l’humanité ; nous avons l’Otan, la plus forte alliance du monde”.

La “stratégie de la sécurité nationale des Etats-Unis”, signée par Trump, implique ainsi l’Italie et les autres pays de l’Otan, appelés à renforcer leur flanc oriental contre l’”agression russe”, et à consacrer au moins 2% de leur PIB à la dépense militaire et 20% de celle-ci à l’acquisition de nouvelles forces et armes.

L’Europe part en guerre, mais on n’en parle pas dans les débats télévisés : ce n’est pas un thème électoral.

Manlio Dinucci

Edition de mardi 9 janvier 2018 de il manifesto

Traduit de l’italien par M-A P.

»» https://ilmanifesto.it/il-vero-libro-esplosivo-e-a-firma-trump/
URL de cet article 32815
   
Même Thème
L’Etat voyou
William BLUM
Quatrième de couverture « Si j’étais président, j’arrêterais en quelques jours les attaques terroristes contre les États-Unis. Définitivement. D’abord, je présenterais mes excuses à toutes les veuves, aux orphelins, aux personnes torturées, à celles tombées dans la misère, aux millions d’autres victimes de l’impérialisme américain. Ensuite, j’annoncerais aux quatre coins du monde que les interventions américaines dans le monde sont définitivement terminées, et j’informerais Israël qu’il n’est plus le 51e (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Occidentaux ont pour système de soutenir et de porter aux nues à l’Est des gens qu’ils s’empresseraient de jeter en prison chez eux.

Slobodan Despot


Cette épuisante sensation de courir dans l’eau (plaidoyer pour rompre définitivement avec le PS)
Vous avez déjà essayé de courir dans l’eau ? Epuisant n’est-ce pas ? Au bout de quelques pas, je me dis que j’irai plus vite en marchant. Alors je marche. Comme je n’ai jamais pris la peine de me chronométrer, je ne sais ce qu’il en est réellement, mais la sensation d’aller plus vite et plus loin est bien là. Et quoi de plus subjectif que le temps ? Préambule défoulant : Socialistes, j’ai un aveu à vous faire : je ne vous supporte plus. Ni vos tronches, ni vos discours, ni vos écrits, ni vos (...)
58 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Cuba - Tchernobyl : Lettre à Maria.
24 août 2006. Chère Maria, Je ne sais pas si mon nom vous dira quelque chose. A vrai dire, je ne crois pas vous avoir laissé un souvenir impérissable. C’est pourtant vous qui m’avez donné, au détour d’une seule phrase, une des plus belles leçons d’humanité qu’un homme puisse recevoir. Il y a déjà quelques années de cela mais, comme vous pouvez le constater, je n’ai pas oublié. Vous souvenez-vous, Maria, de cet occidental en visite sur votre île qui voulait vous poser quelques questions ? En réalité, et (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.