RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les badauds

Il y avait là presque tout le pays. Ils s’entassaient, se poussaient, certains même étaient là avec leurs enfants, qu’ils posaient sur leurs épaules. Il y en avait qui étaient venus d’un peu loin (jamais assez), parce que pour un spectacle, c’était un vrai spectacle !

Il faut dire que la vision en valait la peine. Devant eux s’étendait une sorte de tas, sur des kilomètres, dont on avait du mal à discerner les détails. C’était noirâtre, un peu boueux, un amoncellement d’objets hétéroclites, de voitures renversées, de bouts de murs, de papiers peints déchirés, restes d’habitations pulvérisées par l’évènement. Et puis, surtout, ça et là, il y avait des petites taches qui, à bien y regarder (ils tordaient tous le cou pour mieux voir) ressemblait à s’y méprendre à des bouts... de corps. Parce que, même s’il ne se l’avouaient pas, c’était pour ça qu’ils étaient tous là, ils ne seraient pas venus au bord de ce cloaque s’il n’y avait pas eu aussi la promesse de voir quelques corps encore chauds.

Ah ! Pour avoir chaud ils avaient dû avoir chaud ! Avec une explosion pareille, c’est sûr qu’ils avaient pas eu besoin de chauffage (mais ça faisait longtemps qu’on ne se chauffait plus, on n’en avait pas les moyens et puis, de toute façon il n’y avait plus de fuel).

C’était exactement comme ils disaient dans le poste. Deux minutes pour arriver, une fraction de seconde pour tout détruire. Encore hier, ils en avaient parlé. Ça avait été une conversation sympathique et bon enfant, pas trop technique non plus, pour que tous les télespectateurs puissent comprendre. C’était tous de grands spécialistes, c’est sûr, puisqu’ils ils étaient payés pour ça, être grands spécialistes. On parlait de choses hypersoniques (ça voulait dire qu’elles dépassaient de beaucoup la vitesse du son) en en faisant des mégatonnes (note de l’auteur : un peu facile, je l’admet, j’ai succombé). On riait aussi un peu, comme le jour où l’un des spécialistes s’était trompé et avait déclaré que ces choses allaient plus vite que la vitesse de la lumière. Les autres spécialistes n’avaient pas réagi, sans doute parce qu’ils n’avaient pas entendu, ou mal compris, mais le sympathique animateur avait dû recevoir l’info dans son oreillette et il avait corrigé le boute-en-train. Il y avait eu aussi quelques dirigeants compétents qui avaient commenté la situation d’un revers de la main (la vocifération puis le balayage d’un revers de la main : la quintessence de l’action politique et diplomatique).

Il avait noté tous les détails dans son carnet. Ça lui plaisait d’être au courant de ce genre de choses, lui aussi il était devenu spécialiste. Il pouvait vous débiter la liste des arsenaux sans hésitation, comme ça, comme un poème qu’il aurait récité à l’école quand il était enfant (il aimait apprendre des choses par coeur).

Mais oui, il en était sûr.

- Regarde ! dit-il à sa femme, un bras ! Il y a un bras qui dépasse !

Elle hésitait, elle avait du mal à voir, il y avait tant de gens devant elle ! Elle se mit sur la pointe des pieds, et en tendant le cou, elle s’écria :

-Oui ! je vois ! Tu as raison, c’est un bras ! Et il y a une chaussure aussi ! La main (encore au bout du bras) était quasiment posée dessus. C’était drôle, est-ce qu’il avait sa chaussure à la main quand cela était arrivé ? Mais on ne voyait pas le reste, on ne saurait pas si la personne (homme ou femme ?) avait encore sa chaussure au pied, vu que le pied n’était pas visible (ni la jambe d’ailleurs). Vraiment c’était du beau spectacle !

Maintenant que l’on s’était habitué, ça devenait plus facile d’apercevoir d’autres bouts. Les uns montraient du doigt, en criant pour attirer l’attention, et la foule ondulait vers la direction indiquée. Il y avait des AAAAAHHH et des OOOOOOOHHHH un peu dégoûtés mais on ne se lassait pas. Personne n’osait s’avancer toutefois parce que l’air n’est pas bon dans ces endroits-là. On peut devenir malade assez vite, et même, insidieusement, des mois ou des années plus tard. Comme on avait déjà eu le vaccin pour ça, on allait pas tenter le diable ! Cette idée si spirituelle le fit sourire, mais il la garda pour lui. Il ne voulait pas inquiéter sa femme qui, de temps en temps, avait des petits coups de blues. On se demandait bien pourquoi...

Le soir tombait, il était temps de rentrer maintenant, déjà qu’il n’y avait plus beaucoup d’éclairage public, économie oblige. On reviendrait demain.

La foule commençait à se disperser.

Alors l’homme prit sa femme par l’épaule et se dirigea en claudiquant vers le gouffre béant qui figurait l’entrée de son immeuble. Il était content, il avait retrouvé l’avant-bras de son épouse et sa propre chaussure. Avec un peu de chance, sa jambe (et son pied ?) traînerait aussi dans les parages... Et puis il y aurait peut-être une autre emission dans le poste ce soir, avec des spécialistes, il aimait tant ça, les spécialistes...

PS : la fenêtre, c’est par là.

URL de cet article 37994
  

CUBA OU L’INTELLIGENCE POLITIQUE - Réponses à un président des États-Unis (Livre format PDF)
Jacques-François BONALDI
365 JOURS APRÈS Aujourd’hui 22 mars 2017, voilà un an jour pour jour que Barack Obama entrait de son pas caractéristique sur la scène du Grand Théâtre de La Havane pour une première : un président étasunien s’adressant en direct et en personne au peuple cubain. Trois cent soixante-cinq jours après, que reste-t-il de ce qui était le clou de sa visite de deux jours et demi à La Havane ? Pas grand-chose, je le crains… Les événements se déroulent maintenant si vite et tant de choses se sont passées depuis – (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Julian Assange, à qui l’on doit plus d’articles importants que l’ensemble de ses journalistes-critiques, a 50 ans aujourd’hui - en prison. Il est en prison pour une raison : l’administration Biden et la plupart des médias commerciaux ne se soucient pas de la liberté de la presse, mais font semblant de s’en soucier quand ça les arrange.

Glenn Greenwald

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.