RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les destins de Gaza et de Julian Assange sont liés

Si elles étaient correctement rapportées, deux audiences judiciaires d'une importance cruciale tenues cette semaine à Londres et à La Haye feraient apparaître l'"ordre fondé sur des règles" des États-Unis comme une imposture.

Deux affaires judiciaires menaçant nos libertés les plus fondamentales à l’échelle mondiale se sont déroulées séparément en Grande-Bretagne et aux Pays-Bas cette semaine. Aucune de ces affaires n’a fait l’objet d’une couverture plus que superficielle dans les médias de l’establishment occidental, comme la BBC.

Dans le premier cas, il s’agit de l’ultime recours du fondateur de Wikileaks, Julian Assange, contre les tentatives des États-Unis de l’extrader pour l’enfermer jusqu’à la fin de ses jours.

Selon l’administration Biden, le crime d’Assange est d’avoir publié des fuites exposant les crimes de guerre systématiques approuvés par les autorités américaines et britanniques en Irak et en Afghanistan. Le gouvernement britannique, ce qui n’est peut-être pas surprenant, a donné son accord à son extradition.

L’autre affaire a été entendue par la Cour internationale de justice (CIJ) à La Haye. Quelques semaines après que les juges de la Cour mondiale ont estimé plausible qu’Israël se livre à un génocide contre les Palestiniens de Gaza, l’État client des États-Unis s’est à nouveau retrouvé sur le banc des accusés dans une affaire distincte.

L’Assemblée générale des Nations unies a demandé aux juges de rendre un avis consultatif sur la question de savoir si l’occupation et la colonisation désormais permanentes des territoires palestiniens par Israël constituent une annexion illégale d’un territoire où le pays a mis en place un régime d’apartheid.

Par ailleurs, Israël doit également indiquer s’il s’est conformé à la décision de la Cour lui enjoignant de cesser toute activité susceptible d’être assimilée à un génocide.

Si les cas d’Assange et d’Israël peuvent sembler avoir peu de choses en commun, ils sont en fait intimement liés, et ce d’une manière qui souligne à quel point le soi-disant "ordre fondé sur des règles" de l’Occident est en train d’être révélé comme un faux-semblant.

Le silence des médias

L’une des similitudes les plus frappantes est la faible couverture médiatique dont chaque affaire a fait l’objet, en dépit de la gravité de l’enjeu. Le principal journal télévisé du soir de la BBC n’a consacré que quelques secondes au premier jour de l’audition d’Assange, et presque à la fin de son programme.

Si les États-Unis obtiennent gain de cause, les tribunaux donneront effectivement à la Maison Blanche le pouvoir de faire main basse sur tout éditeur qui met en lumière les crimes de l’État américain, puis de le faire disparaître dans son système d’incarcération draconien.

La requalification du journalisme d’investigation en espionnage a pour but d’étouffer encore davantage le journalisme critique et la liberté d’expression. Tout journaliste envisageant de s’attaquer à l’État américain chargé de la sécurité nationale se souviendrait du sort cruel réservé à Assange.

Mais en vérité, une grande partie des médias de l’establishment ne semble pas avoir besoin de telles menaces, comme le confirment les nombreuses années d’obéissance et de quasi-absence de reportages sur les mauvais traitements infligés à Assange par les autorités britanniques et américaines.

En attendant, si La Haye lui donne raison, Israël s’enhardira à accélérer le vol et la colonisation des terres palestiniennes. Le nettoyage ethnique et l’oppression des Palestiniens s’aggraveraient, avec le risque que les tensions régionales actuelles ne dégénèrent en une guerre plus vaste.

Une victoire d’Israël déchirerait le cadre juridique élaboré après les horreurs de la Seconde Guerre mondiale et de l’Holocauste, privant les personnes faibles et vulnérables des protections censées leur être accordées par le droit humanitaire international. À l’inverse, cela signifierait aux plus forts et aux plus belliqueux qu’ils peuvent faire ce qu’ils veulent.

L’horloge juridique serait ramenée huit décennies en arrière, voire plus.

Une hypocrisie criante

Curieusement, ces deux affaires capitales pour la préservation d’un ordre démocratique libéral moderne et de l’État de droit ont suscité à peine une fraction de l’intérêt et de l’attention des médias pour la mort d’Alexei Navalny, un critique du président russe Vladimir Poutine.

En affichant leurs préoccupations au sujet de Navalny, les médias occidentaux ont une fois de plus fait écho aux hypocrisies trop évidentes des gouvernements occidentaux, au lieu de s’y attaquer.

Le président américain Joe Biden a annoncé cette semaine des sanctions contre Moscou pour avoir pris pour cible le dissident politique russe. C’est ce même Joe Biden qui cherche, dans le même temps, à enfermer un journaliste australien dissident, Assange, pour une durée pouvant aller jusqu’à 175 ans, pour avoir mis en lumière les crimes de guerre des États-Unis.

Pendant des années, les médias occidentaux ont fait part de leur horreur face au traitement réservé à Navalny et aux diverses tentatives d’assassinat dont il a fait l’objet, qu’ils attribuent toujours au Kremlin. Mais c’est à peine si un sourcil a été levé sur les discussions que la CIA aurait eues en 2017 sur les moyens potentiels d’enlever et d’assassiner Assange.

Peu de gens ont souligné le fait qu’Assange a déjà subi un accident vasculaire cérébral dans le cadre de sa persécution et de l’enfermement de 15 ans qui lui a été imposé par les autorités américaines et britanniques. Il était trop malade pour assister aux audiences de cette semaine ou même pour suivre les débats via une liaison numérique depuis le tribunal.

L’ancien rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, avertit depuis longtemps que M. Assange est lentement "écrasé" par l’isolement et la torture psychologique, ce qui a de graves conséquences pour sa santé.

Cette semaine, les avocats de M. Assange ont prévenu la Haute Cour de Londres qu’il existait un risque sérieux que les États-Unis ajoutent d’autres chefs d’accusation une fois M. Assange extradé, y compris des chefs d’accusation justifiant la peine de mort. Cette menace pour la vie d’un journaliste occidental est passée sous le radar des médias.

Selon des experts médicaux, et comme l’a reconnu le premier juge chargé de l’affaire d’extradition, M. Assange risque de se suicider s’il se retrouve dans l’isolement strict d’une prison super-max américaine.

Les larmes des médias pour Navalny piquent par leur hypocrisie.

Chèque en blanc

Une autre similitude révélatrice entre les affaires Assange et Israël est que toutes deux sont devant les tribunaux uniquement parce que Washington s’est entêté et a refusé de résoudre les questions juridiques, en dépit de leurs implications profondément inquiétantes.

Si les États-Unis retiraient leur demande d’extradition, Assange pourrait être libéré immédiatement. Le nuage oppressant qui pèse sur l’avenir d’une société libre, une société qui a le droit et la capacité de demander à ses représentants de rendre compte de leurs actes répréhensibles, se dissiperait instantanément.

Les libertés fondamentales, telles que celles consacrées par le premier amendement de la Constitution américaine, sont réduites à néant uniquement parce qu’un consensus règne au sein de la classe politique américaine - des démocrates aux républicains - pour étouffer ces droits.

De même, si les États-Unis insistaient pour que cesse le massacre des enfants à Gaza - plus de 12 000 sont morts à ce jour - les armes d’Israël se tairaient immédiatement.

S’ils exigeaient qu’Israël mette fin à son occupation des territoires palestiniens et au siège de Gaza qui dure depuis 17 ans, et si les États-Unis adoptaient une approche véritablement impartiale des pourparlers de paix, la Cour mondiale pourrait mettre de côté ses audiences contre Israël. Son avis serait superflu.

Washington, quelles que soient ses protestations, dispose d’un tel pouvoir. Ce sont les États-Unis et leurs alliés qui fournissent à Israël des bombes et des munitions. Ce sont les États-Unis et leurs alliés qui fournissent l’aide militaire et la couverture diplomatique qui permettent à Israël d’agir comme un chien d’attaque dans le Moyen-Orient riche en pétrole.

L’intransigeance d’Israël, son appétit pour la terre des autres, sa déshumanisation du peuple palestinien et son recours constant aux options militaires devraient être abandonnés, même si c’est à contrecœur, si les États-Unis ne lui donnaient pas un chèque en blanc.

Au lieu de cela, les États-Unis ont opposé leur veto cette semaine au Conseil de sécurité, bloquant les efforts visant à imposer un cessez-le-feu pour mettre fin au génocide. Le Royaume-Uni s’est abstenu.

Cette semaine également, des fonctionnaires américains ont déclaré aux juges de la Cour mondiale qu’ils ne devraient pas demander à Israël de mettre fin à son occupation de sitôt. De manière orwellienne, les États-Unis ont qualifié des décennies d’oppression violente par Israël et la colonisation illégale des terres palestiniennes de "besoins très réels d’Israël en matière de sécurité".

Campagne d’intimidation

Les deux affaires sont liées d’une autre manière.

Dans l’affaire Assange, les États-Unis exigent une juridiction mondiale absolue pour traquer les critiques, ceux qui souhaitent lever le voile du secret qui protège les responsables occidentaux de l’obligation de rendre compte de leurs crimes.

Ils souhaitent réduire au silence ceux qui dénoncent leurs mensonges, leurs tromperies et leurs hypocrisies. Il espère pouvoir faire disparaître dans son système carcéral ceux qui cherchent à faire respecter l’engagement autoproclamé de l’Occident en faveur d’un ordre démocratique et d’un comportement légal.

Parallèlement, et pour des raisons similaires, Washington exige le contraire pour elle-même et ses États clients tels qu’Israël. Il insiste sur l’immunité juridique mondiale absolue, quoi qu’ils fassent.

Son veto au Conseil de sécurité est utilisé à cet effet, tout comme sa campagne d’intimidation contre les autorités judiciaires qui entretiennent l’idée fantaisiste que le même droit international utilisé pour maîtriser les ennemis pourrait contraindre Washington et ses alliés.

Lorsque la cour sœur de la CIJ à La Haye, la Cour pénale internationale, a cherché à enquêter comme il se doit sur les États-Unis pour les crimes de guerre commis en Afghanistan et sur Israël pour les atrocités commises dans les territoires palestiniens occupés, Washington s’est déchaîné.

Il a imposé des sanctions financières à des personnalités de la CPI et a bloqué l’accès à ses enquêteurs afin qu’ils ne puissent pas exercer leurs fonctions. De même, Israël a empêché une série de rapporteurs spéciaux des Nations unies d’entrer dans les territoires palestiniens occupés pour y rendre compte des violations des droits de l’homme.

Tout comme la persécution d’Assange vise à terroriser d’autres journalistes pour qu’ils n’envisagent pas de demander des comptes aux responsables américains pour leurs crimes, l’intimidation des plus hautes autorités juridiques de la planète vise à envoyer un message clair aux systèmes judiciaires nationaux. Ce message semble avoir été reçu avec force à Londres.

Le vide de l’information

Un autre lien est peut-être le plus important. M. Assange a fait remarquer un jour : "Presque toutes les guerres qui ont commencé au cours des 50 dernières années ont été le résultat des mensonges des médias.

Ce n’est qu’en raison d’un manque d’informations réelles - qu’elles aient été omises par les journalistes par crainte de contrarier des acteurs puissants, ou qu’elles aient été dissimulées par les politiques de secret de ces mêmes acteurs puissants - que les États peuvent persuader leurs opinions publiques de soutenir les guerres et l’accaparement violent des ressources.

Les seules personnes qui profitent de ces guerres sont une petite élite riche au sommet de la société. Trop souvent, ce sont les gens ordinaires qui en paient le prix, soit de leur vie, soit en endommageant les secteurs de l’économie dont ils dépendent.

La guerre par procuration qui se poursuit en Ukraine - une guerre financée et armée par l’OTAN contre la Russie, qui utilise l’Ukraine comme champ de bataille - en est une parfaite illustration. Ce sont les Ukrainiens et les Russes ordinaires qui meurent.

Bien que l’Occident ait encouragé l’effusion de sang, les économies européennes ont été anéanties et la désindustrialisation s’est poursuivie, tandis qu’en conséquence directe des combats, une nouvelle hausse des prix à la consommation a touché les plus vulnérables.

Mais quelques-uns - notamment les grandes sociétés énergétiques et les fabricants d’armes, ainsi que leurs actionnaires - ont profité de la guerre pour engranger des bénéfices considérables. C’est exactement le même plan de jeu à Gaza.

Il incombe aux médias de faire le lien avec les opinions publiques occidentales en jouant le rôle de chien de garde du pouvoir. Mais une fois de plus, ils ont failli à leur devoir professionnel et moral le plus important. Les criminels se sont une fois de plus tirés d’affaire.

Ce sont les criminels de guerre et les génocidaires de Washington qui sont libres, tandis qu’Assange est enfermé dans un donjon et que les habitants de Gaza meurent lentement de faim.

Le projet d’Assange visait à inverser tout cela. Il s’agissait d’amener les criminels de guerre des capitales occidentales à rendre des comptes grâce à la vérité et à la transparence. Il s’agissait de lever le voile.

Si Assange était libre, et si les lanceurs d’alerte et les personnes de conscience dans les couloirs du pouvoir étaient enhardis plutôt que terrorisés par son traitement, nous pourrions vivre dans une société où nos dirigeants n’oseraient pas armer un génocide ; et n’oseraient pas conspirer à la famine de deux millions de personnes.

C’est pourquoi les destins de la population de Gaza et de Julian Assange sont si étroitement liés.

Jonathan Cook
23 février 2024

Traduction "tout en fait est lié à la vérité et à notre droit de savoir" par Viktor Dedaj avec probablement toutes les fautes et coquilles habituelles

»» https://www.jonathan-cook.net/2024-02-23/fates-gaza-assange-sealed/
URL de cet article 39680
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Israël, Les 100 pires citations
Jean-Pierre Bouché, Michel Collon
Ce livre contient 100 citations de dirigeants, stratèges et penseurs sionistes, des origines du mouvement jusqu’à aujourd’hui. À partir de ces citations, il s’agit pour les auteurs de faire une analyse à la fois documentée et ludique de la pensée sioniste à travers les années. Les auteurs montrent ainsi qu’il y a bien une pensée sioniste cohérente qui se perpétue à travers le temps. Le conflit israélo-palestinien ne vient pas de nulle part : il prend sa source au moment même où le projet sioniste s’est (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.