RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
13 

Intervention de Vladimir Poutine lors d’une réunion avec des hauts fonctionnaires du ministère des Affaires étrangères (14 juin 2024)

Photo : Aleksey Maishev, RIA Novosti

(traduction automatique)

Chers collègues, bonjour.

Je suis heureux de vous accueillir tous et de vous exprimer ma gratitude pour votre travail actif dans l’intérêt de la Russie et de notre peuple.

La dernière fois que nous nous sommes rencontrés dans ce format élargi, c’était en novembre 2021. Depuis lors, de nombreux événements cruciaux, voire fatidiques, se sont produits, sans exagération, tant en Russie que dans le reste du monde. Par conséquent, je pense qu’il est important d’évaluer la situation actuelle dans les affaires mondiales et régionales, ainsi que de définir les tâches appropriées pour le ministère des affaires étrangères. Toutes ces tâches visent à atteindre notre objectif principal : créer les conditions nécessaires au développement durable de la Russie, garantir sa sécurité et améliorer le bien-être des familles russes.

Dans les conditions difficiles et imprévisibles d’aujourd’hui, notre travail dans ce domaine exige que nous concentrions nos efforts, notre esprit d’initiative, notre persévérance et nos capacités non seulement pour répondre aux défis actuels, mais aussi pour définir notre propre programme à long terme. Nous devons proposer des solutions possibles à des questions fondamentales qui nous concernent, nous, mais aussi l’ensemble de la communauté internationale. Il est essentiel d’en discuter avec nos partenaires de manière ouverte et constructive.

Je le répète : le monde change rapidement. La politique mondiale, l’économie et la concurrence technologique ne seront plus jamais les mêmes. De plus en plus de pays s’efforcent de renforcer leur souveraineté, leur autosuffisance et leur identité nationale et culturelle. Les pays du Sud et de l’Est gagnent en importance, et le rôle de l’Afrique et de l’Amérique latine s’accroît. Depuis l’époque soviétique, nous avons toujours reconnu l’importance de ces régions, mais aujourd’hui, la dynamique a complètement changé, ce qui devient de plus en plus évident. Le rythme des transformations en Eurasie, où de nombreux projets d’intégration importants sont en cours, s’est également accéléré de manière significative.

Cette nouvelle réalité politique et économique sert aujourd’hui de fondement à l’ordre mondial multipolaire et multilatéral qui se dessine, et il s’agit là d’un processus inévitable. Elle reflète la diversité culturelle et civilisationnelle qui fait intrinsèquement partie de l’humanité, malgré toutes les tentatives d’unification artificielle.

Ces changements profonds à l’échelle du système inspirent certainement l’optimisme et l’espoir, car l’instauration de la multipolarité et du multilatéralisme dans les affaires internationales, y compris le respect du droit international et une large représentation, permettent de résoudre ensemble les problèmes les plus complexes dans l’intérêt commun, et d’établir des relations et une coopération mutuellement bénéfiques entre les États souverains pour le bien-être et la sécurité des peuples.

Cette vision de l’avenir correspond aux aspirations de la grande majorité des pays. Cela se traduit notamment par un intérêt croissant pour les travaux d’une association universelle telle que les BRICS, qui repose sur une culture de dialogue basé sur la confiance, l’égalité souveraine de ses membres et le respect mutuel. Cette année, sous la présidence russe, nous faciliterons l’intégration harmonieuse des nouveaux membres des BRICS dans les organes de travail de l’association.

Je demande au gouvernement et au ministère des affaires étrangères de poursuivre le travail de fond et le dialogue avec nos partenaires pour faire en sorte que le sommet des BRICS, qui se tiendra à Kazan en octobre, débouche sur un ensemble considérable de décisions concertées qui détermineront l’orientation de notre coopération dans les domaines de la politique et de la sécurité, de l’économie et de la finance, de la science, de la culture, du sport et des liens humanitaires.

D’une manière générale, je pense que le potentiel des BRICS leur permettra de devenir l’une des principales institutions de régulation de l’ordre mondial multipolaire.

Je dois noter à cet égard que des discussions internationales sont déjà en cours concernant les paramètres de l’interaction entre les États dans un monde multipolaire et la démocratisation de l’ensemble du système des relations internationales. À cet égard, nous avons convenu et adopté, avec nos collègues de la Communauté des États indépendants, un document commun sur les relations internationales dans un monde multipolaire. Nous avons également invité nos partenaires à discuter de ce sujet dans le cadre d’autres plateformes internationales, notamment l’Organisation de coopération de Shanghai et les BRICS.

Nous souhaitons encourager ce dialogue au sein des Nations unies, y compris sur un sujet aussi vital pour tous que la création d’un système de sécurité indivisible. En d’autres termes, les affaires mondiales doivent être fondées sur le principe selon lequel la sécurité de certains ne peut être assurée au détriment de celle des autres.

Permettez-moi de vous rappeler qu’à la fin du XXe siècle, après la fin de l’intense confrontation militaire et idéologique, la communauté internationale a eu une occasion unique de construire un ordre de sécurité fiable et juste. Cela n’exigeait pas grand-chose - simplement la capacité d’écouter les opinions de toutes les parties intéressées et une volonté mutuelle de prendre ces opinions en compte. Notre pays est déterminé à s’engager dans un travail constructif de cette nature.

Cependant, une approche différente a prévalu. Les puissances occidentales, menées par les États-Unis, pensaient avoir gagné la guerre froide et avoir le droit de déterminer comment le monde devait être organisé. La manifestation concrète de cette vision était le projet d’expansion illimitée du bloc de l’Atlantique Nord dans l’espace et dans le temps, malgré l’existence d’idées alternatives pour assurer la sécurité en Europe.

Ils ont répondu à nos questions justifiées par des excuses, affirmant qu’il n’y avait aucun projet d’attaque contre la Russie et que l’expansion de l’OTAN n’était pas dirigée contre la Russie. Ils ont effectivement oublié les promesses faites à l’Union soviétique, puis à la Russie, à la fin des années 1980 et au début des années 1990, selon lesquelles le bloc n’accepterait pas de nouveaux membres. Même s’ils reconnaissaient ces promesses, ils les grimaçaient et les rejetaient comme de simples assurances verbales qui n’étaient pas juridiquement contraignantes.

Dans les années 1990 et par la suite, nous avons constamment mis en évidence l’approche défectueuse adoptée par les élites occidentales. Au lieu de nous contenter de les critiquer et de les mettre en garde, nous avons proposé des options et des solutions constructives, en insistant sur la nécessité de développer un mécanisme de sécurité européenne et mondiale qui soit acceptable pour toutes les parties concernées (je tiens à souligner ce point). Il serait trop long d’énumérer toutes les initiatives avancées par la Russie au fil des ans.

Rappelons l’idée d’un traité européen de sécurité, que nous avons proposée en 2008. En décembre 2021, un mémorandum du ministère russe des affaires étrangères a été soumis aux États-Unis et à l’OTAN, abordant les mêmes questions.

Cependant, toutes nos tentatives répétées (il est impossible de les énumérer toutes) pour convaincre nos partenaires, ainsi que nos explications, nos appels, nos avertissements et nos demandes, sont restés sans réponse. Les pays occidentaux, confiants non pas tant dans la justesse de leur cause que dans leur pouvoir et leur capacité à imposer ce qu’ils souhaitent au reste du monde, ont tout simplement ignoré les autres perspectives. Au mieux, ils ont proposé des discussions sur des sujets moins importants (qui n’ont guère contribué à résoudre les problèmes réels), ou sur des sujets qui n’ont profité qu’à l’Occident.

Il est rapidement apparu que le concept occidental, considéré comme la seule option viable pour la sécurité et la prospérité en Europe et dans le monde, était en fait inefficace. Rappelons la tragédie des Balkans. Si les questions internes ont certainement contribué aux problèmes de l’ex-Yougoslavie, ceux-ci ont été considérablement exacerbés par une ingérence extérieure intrusive. À l’époque, le principe fondamental de la diplomatie de l’OTAN s’est manifesté de la manière la plus éclatante - un principe profondément défectueux qui n’est d’aucune utilité pour résoudre des conflits internes complexes. Essentiellement, ce principe vise à blâmer une partie (souvent mal aimée par l’Occident pour diverses raisons) et à déclencher toute la puissance politique, informationnelle et militaire de l’Occident, y compris les sanctions économiques et les restrictions à son encontre.

Plus tard, ces mêmes approches ont été appliquées dans différents pays, que nous ne connaissons que trop bien : Irak, Syrie, Libye et Afghanistan. Ces interventions n’ont fait qu’aggraver les problèmes existants, ruiner la vie de millions de personnes, détruire des États entiers et créer des foyers de catastrophes humanitaires et sociales, ainsi que des enclaves terroristes. En fait, aucun pays au monde n’est à l’abri de rejoindre cette liste tragique.

Par exemple, l’Occident tente actuellement de se mêler effrontément des affaires du Moyen-Orient. Ils avaient auparavant le monopole de cette région et les conséquences de leurs actions sont aujourd’hui évidentes pour tout le monde. Le Caucase du Sud et l’Asie centrale en sont également de parfaits exemples. Il y a deux ans, lors du sommet de l’OTAN à Madrid, il a été déclaré que l’alliance s’occuperait désormais des questions de sécurité non seulement dans la région euro-atlantique, mais aussi dans la région Asie-Pacifique. Elle prétend que ces régions ne peuvent se passer d’elle. Il s’agit clairement d’une tentative d’exercer une pression accrue sur les pays de la région dont ils ont décidé de freiner le développement. Comme vous le savez, la Russie figure en bonne place sur cette liste.

Permettez-moi également de vous rappeler que c’est Washington qui a sapé la stabilité stratégique en se retirant unilatéralement des traités sur la défense antimissile, sur l’élimination des missiles à portée intermédiaire et à courte portée et sur le ciel ouvert, et en démantelant, avec ses satellites de l’OTAN, le système vieux de plusieurs décennies de mesures de confiance et de contrôle des armements en Europe.

Enfin, l’égocentrisme et l’arrogance des pays occidentaux nous ont conduits à une situation extrêmement périlleuse aujourd’hui. Nous nous rapprochons dangereusement d’un point de non-retour. Les appels à une défaite stratégique de la Russie, qui possède les plus grands arsenaux d’armes nucléaires, démontrent l’extrême imprudence des hommes politiques occidentaux. Soit ils ne comprennent pas l’ampleur de la menace qu’ils sont en train de créer, soit ils sont simplement consumés par leur notion d’invincibilité et d’exceptionnalisme. Les deux scénarios peuvent déboucher sur une tragédie.

Il est évident que l’ensemble du système de sécurité euro-atlantique s’effondre sous nos yeux. Il est aujourd’hui pratiquement inexistant et doit être reconstruit. Pour y parvenir, nous devons collaborer avec les pays intéressés, qui sont nombreux, afin d’élaborer nos propres stratégies pour garantir la sécurité en Eurasie, puis les soumettre à un débat international plus large.

Telle est la tâche fixée dans le discours à l’Assemblée fédérale : esquisser une vision pour une sécurité égale et indivisible, une coopération mutuellement bénéfique et équitable et le développement du continent eurasien dans un avenir prévisible.

Que faut-il faire pour y parvenir et selon quels principes ?

Tout d’abord, il est important d’établir un dialogue avec tous les participants potentiels à ce futur système de sécurité. Je voudrais vous demander d’aborder les questions nécessaires avec les pays qui sont ouverts à une interaction constructive avec la Russie.

Lors de ma récente visite en Chine, le président Xi Jinping et moi-même avons discuté de cette question. Il a été noté que la proposition russe n’est pas contradictoire, mais qu’elle complète et s’aligne sur les principes de base de l’initiative chinoise de sécurité globale.

Deuxièmement, il est essentiel de reconnaître que la future architecture de sécurité devrait être ouverte à tous les pays d’Eurasie qui souhaitent participer à sa création. L’expression "pour tous" inclut également les pays européens et les pays de l’OTAN. Nous partageons le même continent et nous devons vivre et travailler ensemble quelles que soient les circonstances. La géographie ne peut être modifiée.

Oui, les relations de la Russie avec l’UE et de nombreux pays européens se sont détériorées, et il est important de souligner que nous ne sommes pas responsables de cette situation. La campagne de propagande anti-Russie, à laquelle participent de hauts responsables politiques européens, s’accompagne de spéculations selon lesquelles la Russie aurait l’intention d’attaquer l’Europe. J’ai déjà abordé cette question et il n’est pas nécessaire de la répéter ici. Nous savons tous que ces affirmations sont sans fondement et ne servent qu’à justifier une course aux armements.

Dans ce contexte, je voudrais faire une brève digression. La menace qui pèse sur l’Europe ne vient pas de la Russie. La principale menace pour les Européens est leur dépendance critique et croissante à l’égard des États-Unis sur les plans militaire, politique, technologique, idéologique et informationnel. L’Europe est marginalisée dans le développement économique mondial, plongée dans le chaos de défis tels que la migration, et perd son agence internationale et son identité culturelle.

J’ai parfois l’impression que les hommes politiques européens et les représentants de la bureaucratie européenne craignent davantage de se mettre à dos Washington que de perdre la confiance de leur propre peuple. Les récentes élections au Parlement européen l’ont également démontré. Les hommes politiques européens tolèrent les humiliations, les grossièretés et les scandales, tels que la surveillance des dirigeants européens, tandis que les États-Unis les exploitent simplement à leur profit. Par exemple, ils sont obligés d’acheter du gaz cher, qui coûte trois à quatre fois plus cher en Europe qu’aux États-Unis. En outre, les pays européens subissent des pressions pour augmenter les livraisons d’armes à l’Ukraine. Les exigences sont constantes et les sanctions sont imposées sans hésitation aux opérateurs économiques européens.

Ils font maintenant pression sur leurs partenaires pour qu’ils fournissent davantage d’armes à l’Ukraine et augmentent leur capacité de fabrication d’obus d’artillerie. Qui aura besoin de ces obus une fois le conflit en Ukraine terminé ? En quoi cela garantit-il la sécurité militaire de l’Europe ? C’est difficile à comprendre. Les États-Unis investissent dans les technologies militaires, en particulier dans les technologies avancées du futur telles que l’exploration spatiale, les drones modernes et les systèmes de frappe basés sur de nouveaux principes physiques. Les États-Unis financent des domaines qui détermineront la nature des futurs conflits armés, ainsi que le pouvoir militaire et politique des nations et leur position dans le monde. On attend de ces pays qu’ils investissent dans des domaines qui intéressent les États-Unis. Toutefois, cela n’élargit pas le potentiel européen. Laissons-les faire ce qu’ils veulent. Nous en profiterons probablement, mais, en fait, c’est la situation.

Si l’Europe veut continuer à être un centre indépendant de développement mondial et un pôle culturel et civilisationnel sur notre planète, elle doit absolument entretenir des relations bonnes et amicales avec la Russie. Et surtout, nous sommes prêts à le faire.

En effet, les hommes politiques d’envergure véritablement européenne et mondiale, qui sont des patriotes de leurs pays et de leurs nations, comprennent ce fait simple et évident. Ils pensent en termes de catégories historiques et ne sont pas de simples suiveurs de la volonté et de l’influence de quelqu’un d’autre. Charles de Gaulle en parlait dans l’après-guerre. Je me souviens très bien avoir participé à une conversation en 1991 au cours de laquelle le chancelier allemand Helmut Kohl a souligné l’importance d’un partenariat entre l’Europe et la Russie. J’espère que les nouvelles générations d’hommes politiques européens finiront par restaurer cet héritage.

En ce qui concerne les États-Unis, les tentatives incessantes des élites libérales mondialistes actuelles de répandre leur idéologie dans le monde entier, de maintenir leur statut impérial et leur domination d’une manière ou d’une autre, ne font qu’épuiser davantage le pays, conduisant à sa dégradation, et vont clairement à l’encontre des intérêts réels du peuple américain. Sans cette politique sans issue, animée par un messianisme agressif fondé sur la croyance en leur supériorité et leur exceptionnalisme, les relations internationales seraient stabilisées depuis longtemps.

Troisièmement, il est nécessaire d’intensifier considérablement le processus de dialogue entre les organisations multilatérales déjà présentes en Eurasie afin de promouvoir l’idée d’un système de sécurité eurasien, en particulier les organisations telles que l’État de l’Union, l’Organisation du traité de sécurité collective, l’Union économique eurasienne, la Communauté des États indépendants et l’Organisation de coopération de Shanghai.

Nous estimons qu’il est possible que d’autres associations eurasiennes influentes, de l’Asie du Sud-Est au Moyen-Orient, se joignent à ces processus à l’avenir.

Quatrièmement, nous pensons que le moment est venu d’entamer un large débat sur un nouveau système de garanties bilatérales et multilatérales de sécurité collective en Eurasie. Dans le même temps, il est nécessaire, à long terme, de réduire progressivement la présence militaire des puissances extérieures dans la région eurasienne.

Bien sûr, nous sommes conscients que dans la situation actuelle, ce point peut sembler irréaliste, mais cela changera. Toutefois, si nous mettons en place un système de sécurité fiable à l’avenir, une telle présence de contingents militaires hors région ne sera tout simplement pas nécessaire. Pour être honnête, il n’y a pas de nécessité aujourd’hui non plus - une occupation et c’est tout.

En fin de compte, nous pensons que les pays et les structures régionales d’Eurasie devraient eux-mêmes identifier des domaines spécifiques de coopération en matière de sécurité commune. Dans cette optique, ils doivent également mettre en place un système d’institutions, de mécanismes et d’accords de travail qui serviront réellement à atteindre les objectifs communs de stabilité et de développement.

En ce sens, nous soutenons l’initiative de nos amis biélorusses visant à élaborer un document de programme - une charte de la multipolarité et de la diversité au 21e siècle. Ce document peut formuler non seulement les principes cadres de l’architecture eurasienne basés sur les normes essentielles du droit international, mais aussi une vision stratégique de la nature de la multipolarité au sens large et du multilatéralisme en tant que nouveau système de relations internationales qui remplacerait le monde centré sur l’Occident. Je considère que c’est important et je voudrais vous demander de travailler en profondeur sur ce document avec nos partenaires et avec tous les États intéressés. J’ajouterai que lorsque nous discutons de questions aussi complexes et globales, nous avons besoin d’une représentation aussi large que possible et d’une prise en compte des différentes approches et positions.

Cinquièmement, les questions relatives à l’économie, au bien-être social, à l’intégration et à la coopération mutuellement bénéfique, ainsi que la résolution de problèmes communs tels que la lutte contre la pauvreté, l’inégalité, le climat, l’environnement et le développement de mécanismes permettant de répondre aux menaces de pandémies et de crises dans l’économie mondiale, devraient constituer une partie essentielle du système eurasiatique de sécurité et de développement. Tout cela est important.

L’Occident n’a pas seulement sapé la stabilité militaro-politique du monde par ses actions. Il a compromis et affaibli les principales institutions du marché par ses sanctions et ses guerres commerciales. En utilisant le FMI et la Banque mondiale et en modifiant l’agenda climatique, il a freiné le développement du Sud. En cédant à la concurrence, même selon les règles que l’Occident s’est fixées, il applique des barrières prohibitives et toutes sortes de protectionnisme. Ainsi, les États-Unis ont abandonné l’Organisation mondiale du commerce en tant que régulateur du commerce international. Tout est bloqué. Pendant ce temps, la pression s’exerce non seulement sur les concurrents, mais aussi sur leurs propres satellites. Il suffit de voir comment ils sont en train de "siphonner le jus" des économies européennes qui sont au bord de la récession.

Les pays occidentaux ont gelé une partie des actifs et des réserves monétaires de la Russie. Ils tentent à présent d’inventer une justification juridique à leur appropriation irréversible. D’un autre côté, malgré tous les juristes véreux, il est évident que le vol restera le vol et ne restera pas impuni.

Le problème est encore plus profond. En volant les actifs russes, ils feront un pas de plus vers la destruction du système qu’ils ont eux-mêmes créé et qui, pendant de nombreuses décennies, a assuré leur prospérité, leur a permis de consommer plus qu’ils ne gagnent et a attiré l’argent du monde entier par le biais de dettes et d’engagements. Aujourd’hui, il devient évident pour tous les pays, entreprises et fonds souverains que leurs actifs et leurs réserves sont loin d’être en sécurité, tant sur le plan juridique qu’économique. Et quiconque pourrait être le prochain à être exproprié par les États-Unis et l’Occident, ces fonds souverains étrangers pourraient également l’être.

Le système financier fondé sur les monnaies de réserve occidentales suscite déjà une méfiance croissante. On assiste à une certaine fuite des fonds des titres et des obligations des pays occidentaux, ainsi que de certaines banques européennes qui, jusqu’à une date récente, étaient considérées comme des institutions absolument fiables pour placer des capitaux. Aujourd’hui, l’or est également retiré de ces banques. Et c’est la bonne chose à faire.

Je pense que nous devons sérieusement intensifier la formation de mécanismes économiques étrangers bilatéraux et multilatéraux efficaces et sûrs comme alternatives à ceux contrôlés par l’Occident. Cela inclut l’expansion des règlements en monnaie nationale, la création de systèmes de paiement indépendants et la construction de chaînes de valeur qui contournent les canaux bloqués ou compromis par l’Occident.

Naturellement, il est nécessaire de poursuivre les efforts visant à développer des corridors de transport internationaux en Eurasie, le continent dont la Russie est le noyau géographique naturel.

Par l’intermédiaire du ministère des affaires étrangères, je vous demande de contribuer autant que possible à l’élaboration d’accords internationaux dans tous ces domaines. Ils sont extrêmement importants pour renforcer la coopération économique entre notre pays et nos partenaires. Cela devrait également donner un nouvel élan à la construction d’un vaste partenariat eurasien, qui, par essence, pourrait devenir la base socio-économique d’un nouveau système de sécurité indivisible en Europe.

Collègues,

Nos propositions visent à établir un système dans lequel toutes les nations peuvent se sentir en sécurité. Avec un tel cadre, nous pourrions aborder les nombreux conflits actuels d’une manière différente et plus constructive. Les problèmes d’insécurité et de méfiance mutuelle ne se limitent pas au continent eurasien ; les tensions croissantes sont évidentes dans le monde entier. L’interconnexion et l’interdépendance de notre monde sont constamment mises en évidence, la crise ukrainienne en étant un exemple tragique dont les répercussions s’étendent à l’ensemble de la planète.

Je tiens à préciser d’emblée que la crise ukrainienne n’est pas un conflit entre deux États ou deux peuples découlant de questions qui les opposent. Si tel était le cas, il ne fait aucun doute que les Russes et les Ukrainiens, unis par une histoire et une culture communes, des valeurs spirituelles et des millions de liens familiaux et humains, auraient trouvé une solution équitable à leurs différends et désaccords.

Cependant, la situation est différente car les racines du conflit ne se trouvent pas dans les relations bilatérales. Les événements en Ukraine sont le résultat direct des développements mondiaux et européens de la fin du 20e siècle et du début du 21e siècle. Ils découlent de la politique agressive, effrénée et totalement irréfléchie que l’Occident mène depuis de nombreuses années, bien avant le début de l’opération militaire spéciale.

Les élites des pays occidentaux, comme je l’ai mentionné plus tôt dans la journée, ont tracé la voie d’une nouvelle restructuration géopolitique du monde après la fin de la guerre froide. Leur objectif était d’établir et d’appliquer ce que l’on appelle un ordre fondé sur des règles, dans lequel les États forts, souverains et autosuffisants n’ont tout simplement pas leur place.

C’est ce qui explique la politique d’endiguement menée à l’encontre de notre pays. Certaines personnalités aux États-Unis et en Europe déclarent ouvertement les objectifs de cette politique, en parlant aujourd’hui de la soi-disant décolonisation de la Russie. Il s’agit essentiellement d’une tentative de justifier idéologiquement la division de notre patrie selon des critères ethniques. Le démembrement de l’Union soviétique et de la Russie est un sujet de discussion depuis longtemps, comme chacun le sait dans cette salle.

En poursuivant cette stratégie, les pays occidentaux visaient à absorber et à développer militairement et politiquement les territoires qui leur sont proches. Il y a eu cinq, et maintenant six, vagues d’expansion de l’OTAN. Ils ont cherché à transformer l’Ukraine en leur bastion, un "anti-Russie". Pour atteindre ces objectifs, ils ont investi de l’argent et des ressources, acheté des politiciens et des partis entiers, réécrit l’histoire et les programmes éducatifs, et nourri des groupes de néo-nazis et de radicaux. Ils ont tout fait pour saper nos liens interétatiques, nous diviser et monter nos peuples les uns contre les autres.

Ils auraient poursuivi cette politique avec encore plus d’effronterie et sans cérémonie si le sud-est de l’Ukraine, région qui a fait partie de la Grande Russie historique pendant des siècles, n’avait pas été sur leur chemin. Les habitants de cette région, et ceux qui y vivent encore, ont continué à plaider en faveur de liens meilleurs et plus étroits avec notre pays, y compris lorsque l’Ukraine a déclaré son indépendance en 1991. Russes et Ukrainiens, ainsi que des représentants d’autres groupes ethniques, ils étaient unis par la langue, la culture, les traditions et la mémoire historique russes.

Les présidents ukrainiens et les candidats à la présidence devaient simplement tenir compte de l’opinion, des humeurs et des intérêts de ces personnes - les millions de personnes vivant dans le sud-est. Les hommes politiques ukrainiens avaient besoin de leurs votes. Cependant, après s’être servis de leur soutien lorsqu’ils briguaient de hautes fonctions, ils ont ensuite manœuvré pour ne pas faire ce qu’ils avaient promis, se sont défilés, ont menti et ont invoqué le soi-disant "choix européen". Ils n’ont cependant pas osé rompre tous les liens avec la Russie, car le sud-est de l’Ukraine avait un point de vue différent, avec lequel il fallait compter. Cette dualité a toujours été présente dans les politiques du gouvernement ukrainien, depuis la reconnaissance de l’indépendance.

L’Occident s’en est rendu compte, bien sûr. Les hommes politiques occidentaux sont depuis longtemps conscients des problèmes qui pourraient être soulevés en Ukraine ; ils ont également réalisé l’importance du sud-est en tant que facteur de restriction et savaient que même des années de propagande ne pourraient pas changer radicalement la situation. Ce n’est pas qu’ils n’essayaient pas, mais il était vraiment difficile d’inverser la situation.

Ils ont eu beau essayer, il n’y avait aucune chance qu’ils parviennent à déformer l’identité historique et la conscience de la majorité des habitants du sud-est de l’Ukraine, à éradiquer les bons sentiments envers la Russie et le sens de notre communauté historique, même chez les jeunes générations. Et ils ont décidé de recourir à nouveau à la force, d’aller briser les habitants du sud-est, comme s’ils n’avaient pas d’importance. Pour ce faire, ils ont conçu, organisé et financé un coup d’État armé, profitant clairement des difficultés et des querelles politiques en Ukraine. Ils l’ont préparé à dessein et de manière cohérente.

Une vague massive d’émeutes, de violences et de meurtres déferle sur les villes ukrainiennes. Enfin, des nationalistes radicaux ont pris et usurpé le pouvoir à Kiev. Leurs slogans nationalistes agressifs, y compris la réhabilitation des sbires nazis, ont été proclamés au niveau de l’idéologie d’État. Ils ont inauguré une politique d’abolition de la langue russe dans tous les aspects du gouvernement et de la société, et ont intensifié la pression sur les croyants orthodoxes et l’ingérence dans les affaires de l’Église, ce qui a finalement conduit à un schisme. Personne n’a semblé remarquer cette ingérence, comme si ce n’était pas grave. Essayez quelque chose de ce genre ailleurs, tout le monde sera tellement furieux que vous le regretterez. Mais là-bas, c’est autorisé, parce que c’est contre la Russie.

Comme on le sait, des millions de personnes résidant en Ukraine, principalement dans les régions orientales, ont pris position contre le coup d’État. Elles ont commencé à être menacées par la violence et la terreur. En premier lieu, les nouvelles autorités de Kiev ont commencé à préparer une attaque contre la Crimée russophone qui, comme vous le savez peut-être, a été transférée de la RSFSR à l’Ukraine en 1954, en violation de toutes les normes et procédures légales, même celles en vigueur dans l’Union soviétique à l’époque. Dans cette situation, nous ne pouvions certainement pas abandonner et laisser sans protection les habitants de Crimée et de Sébastopol. Ils ont fait leur choix et, comme chacun sait, l’unification historique de la Crimée et de Sébastopol à la Russie a eu lieu en mars 2014.

Les manifestations pacifiques contre le coup d’État à Kharkov, Kherson, Odessa, Zaporozhye, Donetsk, Lugansk et Mariupol ont été réprimées, le régime de Kiev et les groupes nationalistes déclenchant le règne de la terreur. Il n’est pas nécessaire de rappeler tout cela, car tout le monde sait très bien ce qui s’est passé dans ces régions.

En mai 2014, des référendums ont été organisés sur le statut des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, à l’occasion desquels l’écrasante majorité de la population locale a voté en faveur de l’indépendance et de la souveraineté. Cela soulève la question suivante : "Les gens exprimeraient-ils généralement leur volonté de cette manière et déclareraient-ils leur indépendance ? Les personnes présentes dans cette salle savent qu’elles pourraient certainement le faire et qu’elles avaient le droit et la raison de le faire en vertu du droit international, y compris le droit des peuples à l’autodétermination. Il n’est pas nécessaire de vous le rappeler, bien sûr, mais puisque les médias sont à l’œuvre, je dirai que l’article 1, paragraphe 2, de la Charte des Nations unies étend ce droit.

Permettez-moi de rappeler à cet égard le fameux précédent du Kosovo. Nous en avons parlé à maintes reprises par le passé, mais je le répète aujourd’hui. Il s’agit du précédent que les pays occidentaux ont créé eux-mêmes dans une situation absolument identique : ils ont reconnu comme légitime la sécession du Kosovo d’avec la Serbie en 2008. Par la suite, la Cour internationale de justice a rendu son célèbre avis consultatif. Se fondant sur l’article 1, paragraphe 2, de la Charte des Nations unies, elle a statué le 22 juillet 2010 que, je cite : "Aucune interdiction générale des déclarations unilatérales d’indépendance ne peut être déduite de la pratique du Conseil de sécurité." Citation suivante : "Le droit international général ne contient aucune interdiction applicable aux déclarations d’indépendance." Plus encore, il est dit que les parties d’un pays qui décident de déclarer leur indépendance ne sont pas obligées de s’adresser aux organes centraux de leur ancien État. Ils ont écrit tout cela de leur propre main, noir sur blanc.

Les républiques de Donetsk et de Lougansk avaient-elles le droit de déclarer leur indépendance ? Bien sûr que oui ! Cette question ne peut même pas être envisagée différemment.

Mais qu’a fait le régime de Kiev dans cette situation ? Il a totalement ignoré le choix du peuple et a déclenché une guerre à grande échelle contre les nouveaux États indépendants, les républiques populaires du Donbass, en utilisant des avions, de l’artillerie et des chars. Ils ont lancé des bombardements et des attaques d’artillerie sur des villes pacifiques et ont eu recours à l’intimidation. Que s’est-il passé ensuite ? Les habitants du Donbass ont pris les armes pour protéger leurs vies, leurs maisons, leurs droits et leurs intérêts légitimes.

En Occident, le discours dominant est que la Russie a déclenché la guerre avec son opération militaire spéciale et qu’elle est donc l’agresseur, ce qui l’autorise à attaquer le territoire russe en utilisant des armes occidentales. On affirme que l’Ukraine ne fait que se défendre et qu’elle est justifiée de le faire.

Je tiens à le répéter : La Russie n’a pas commencé la guerre. C’est le régime de Kiev qui a déclenché les hostilités, à la suite de la déclaration d’indépendance des habitants de certaines parties de l’Ukraine, conformément au droit international, et qui continue de le faire. Si nous ne reconnaissons pas le droit de ces peuples à déclarer leur indépendance, il s’agit bien d’une agression. Ceux qui ont soutenu la machine de guerre du régime de Kiev au fil des ans sont donc complices de cette agression.

En 2014, les habitants du Donbass ont refusé de se rendre. Les unités de milice ont tenu bon, repoussé les forces punitives et les ont finalement repoussées de Donetsk et de Lougansk. Nous espérions que cela ramènerait à la raison ceux qui avaient initié la violence. Pour mettre fin à l’effusion de sang, la Russie a lancé ses appels habituels à la négociation. Des pourparlers ont été engagés entre Kiev et des représentants des républiques du Donbass, avec le soutien de la Russie, de l’Allemagne et de la France.

Les pourparlers n’ont pas été faciles, mais ils ont finalement abouti à la conclusion des accords de Minsk en 2015. Nous avons pris leur mise en œuvre très au sérieux, dans l’espoir de résoudre la situation dans le cadre du processus de paix et du droit international. Nous espérions que cela conduirait à la reconnaissance des intérêts et des demandes légitimes du Donbass, y compris la consécration du statut spécial de ces régions et la garantie des droits fondamentaux des personnes qui y vivent, tout en maintenant l’intégrité territoriale de l’Ukraine. Nous étions préparés à cette éventualité et avons cherché à persuader les habitants de ces territoires de résoudre les problèmes par ces moyens. Nous avons proposé divers compromis et solutions à plusieurs reprises.

Cependant, Kiev a finalement tout rejeté et s’est contenté d’écarter les accords de Minsk. Comme l’ont avoué plus tard des représentants de l’élite ukrainienne, aucun des articles de ces documents ne les satisfaisait ; ils se sont contentés de mentir et d’éluder autant que possible.

L’ancien chancelier allemand et l’ancien président français, qui étaient essentiellement les co-auteurs et les prétendus garants des accords de Minsk, ont par la suite ouvertement admis que la mise en œuvre de ces accords n’avait jamais été leur intention. Au contraire, ils ont affirmé qu’il s’agissait d’une tactique pour gagner du temps pendant qu’ils soutenaient les groupes armés ukrainiens et leur fournissaient des armes et des équipements. Ils nous ont encore joué un tour et nous ont trompés une fois de plus.

Au lieu de favoriser un véritable processus de paix et de mener des politiques de réintégration et de réconciliation nationale, comme le prétendait souvent Kiev, le Donbass a enduré huit années de bombardements incessants, d’attaques terroristes, de meurtres et de blocus sévère. Tout au long de ces années, les habitants du Donbass - femmes, enfants et personnes âgées - ont été déshumanisés, qualifiés de "seconde classe" ou de "sous-hommes", et menacés de représailles, avec la promesse de régler leurs comptes avec tout le monde. Qu’est-ce que cela peut être d’autre qu’un génocide au cœur de l’Europe du XXIe siècle ? Pendant ce temps, en Europe et aux États-Unis, on fait comme si rien ne se passait et comme si personne ne s’apercevait de rien.

Fin 2021 et début 2022, le processus de Minsk a finalement été enterré par Kiev et ses manipulateurs occidentaux. Une nouvelle attaque de grande envergure a été planifiée dans le Donbass. Un groupe important des forces armées ukrainiennes se préparait à lancer une nouvelle offensive contre Lougansk et Donetsk, ce qui impliquait évidemment des campagnes de nettoyage ethnique, de nombreuses victimes et des centaines de milliers de réfugiés. Nous étions obligés d’empêcher cette catastrophe et de protéger la population. Nous ne voyions pas d’autre solution.

La Russie a reconnu les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk. Nous ne l’avons pas fait au cours des huit années précédentes, dans l’espoir de parvenir à un accord [avec Kiev]. Vous connaissez le résultat. Le 21 février 2022, nous avons signé des traités d’amitié, de coopération et d’assistance mutuelle avec les républiques que nous avons reconnues. Ces républiques populaires avaient-elles le droit de nous demander de l’aide si nous reconnaissions leur indépendance ? Avons-nous le droit de reconnaître leur indépendance et ont-elles le droit de proclamer leur souveraineté conformément aux articles et aux décisions de la Cour internationale de justice des Nations unies que j’ai mentionnés ? Avaient-ils le droit à l’indépendance ? Oui, ils l’avaient. S’ils avaient ce droit et l’exerçaient, nous avions le droit de signer un traité avec eux, ce que nous avons fait, comme je l’ai dit, en pleine conformité avec le droit international et l’article 51 de la Charte des Nations unies.

En même temps, nous avons demandé aux autorités de Kiev de retirer leurs troupes du Donbass. Je peux vous dire que nous les avons contactées pour leur dire qu’elles devaient retirer leurs troupes et que c’était fini. Ils ont rejeté notre proposition presque immédiatement, ils l’ont tout simplement ignorée, alors que c’était l’occasion de régler le problème pacifiquement.

Le 24 février 2022, la Russie a dû annoncer le début de l’opération militaire spéciale. Je me suis adressé aux citoyens russes, aux habitants des républiques de Donetsk et de Lougansk et à la société ukrainienne, en exposant les objectifs de cette opération : la protection des habitants du Donbass, le rétablissement de la paix, la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine. Nous avons agi de la sorte pour écarter la menace qui pèse sur notre État et pour rétablir l’équilibre dans la sphère de la sécurité en Europe.

Dans le même temps, nous avons continué à penser que notre priorité était d’atteindre les objectifs susmentionnés par des moyens politiques et diplomatiques. Je voudrais vous rappeler que lors de la première phase de l’opération militaire spéciale, nous avons accepté de tenir des négociations avec des représentants du régime de Kiev. Elles ont d’abord eu lieu au Belarus, puis en Turquie. Le message que nous avons essayé de faire passer était qu’ils devaient respecter le choix fait par le Donbass, retirer leurs troupes et cesser de bombarder les villes et villages pacifiques. C’est tout ce que nous avons demandé, en disant que tout le reste pourrait être décidé plus tard. Mais leur réponse a été : "Non, nous nous battrons". C’était clairement l’ordre qui venait de leurs maîtres occidentaux. Je vais en parler maintenant.

Comme vous le savez, en février et mars 2022, nos troupes se sont approchées de Kiev. Il y a de nombreuses spéculations à ce sujet, tant en Ukraine qu’en Occident.

Qu’est-ce que je veux dire à ce sujet ? Nos unités ont effectivement été déployées près de Kiev, et les départements militaires et le bloc de sécurité avaient des propositions différentes sur nos actions futures possibles, mais il n’y a pas eu de décision politique de prendre d’assaut la ville de trois millions d’habitants, quoi qu’on en dise ou qu’on en conjecture.

En fait, il ne s’agissait de rien d’autre que d’une opération visant à contraindre le régime ukrainien à la paix. Les troupes étaient là pour pousser la partie ukrainienne à négocier, essayer de trouver des solutions acceptables et ainsi mettre fin à la guerre que Kiev a déclenchée contre le Donbass en 2014, et résoudre les problèmes qui constituent une menace pour la sécurité de la Russie.

De manière surprenante, des accords satisfaisant à la fois Moscou et Kiev ont été conclus. Ces accords ont été mis sur papier et paraphés à Istanbul par le chef de la délégation ukrainienne de négociation. Cela signifie que cette solution convenait aux autorités de Kiev.

Le document était intitulé "Accord sur la neutralité permanente et les garanties de sécurité pour l’Ukraine". Il s’agissait d’un compromis, mais ses points essentiels étaient conformes à nos demandes fondamentales et résolvaient les problèmes qui étaient considérés comme majeurs dès le début de l’opération militaire spéciale. Permettez-moi également de noter que cela incluait la démilitarisation et la dénazification de l’Ukraine. Nous avons également réussi à trouver des solutions ambitieuses. Ils étaient compliqués, mais ils ont été trouvés. Il était prévu qu’une loi soit adoptée en Ukraine pour interdire l’idéologie nazie et toutes ses manifestations. Tout cela était écrit.

En outre, en échange de garanties internationales de sécurité, l’Ukraine aurait limité la taille de ses forces armées, se serait engagée à ne pas adhérer à des alliances militaires, à ne pas accueillir de bases militaires étrangères, à ne pas y stationner de soldats et de contingents et à ne pas mener d’exercices militaires sur son territoire. Tout était écrit sur le papier.

La Russie, qui comprend également les préoccupations de l’Ukraine en matière de sécurité, a accepté que l’Ukraine reçoive des garanties similaires à celles dont bénéficient les membres de l’OTAN sans adhérer formellement à l’alliance. Ce fut une décision difficile pour nous, mais nous avons reconnu la légitimité des demandes de l’Ukraine pour assurer sa sécurité et nous n’avons pas objecté à la formulation proposée par Kiev. C’est la formulation proposée par Kiev, et nous n’avons généralement pas eu d’objections, comprenant que l’essentiel était de mettre fin à l’effusion de sang et à la guerre dans le Donbass.

Le 29 mars 2022, nous avons retiré nos troupes de Kiev parce qu’on nous a assuré que les conditions devaient être créées pour achever le processus de négociation politique, et que l’une des parties ne pouvait pas signer de tels accords, comme l’ont dit nos collègues occidentaux, avec un pistolet sur la tempe. D’accord, nous avons accepté cela aussi.

Cependant, dès le lendemain du retrait des troupes russes de Kiev, les dirigeants ukrainiens ont suspendu leur participation aux négociations en organisant la tristement célèbre provocation de Buca et ont rejeté la version préparée des accords. Je pense qu’aujourd’hui, il est clair que cette horrible provocation était nécessaire : pour expliquer pourquoi les résultats obtenus au cours des négociations ont été rejetés. La voie de la paix a été rejetée une nouvelle fois.

Comme nous le savons maintenant, cela a été fait sur ordre des conservateurs occidentaux, y compris l’ancien Premier ministre britannique qui a dit directement lors de sa visite à Kiev - pas d’accords ; la Russie doit être vaincue sur le champ de bataille pour obtenir sa défaite stratégique. Ils ont donc commencé à approvisionner intensivement l’Ukraine en armes et à parler de la nécessité d’infliger une défaite stratégique à la Russie, comme je viens de le mentionner. Quelque temps plus tard, comme tout le monde le sait, le président ukrainien a publié un décret interdisant à ses représentants et à lui-même de mener des négociations avec Moscou. Cet épisode de notre tentative de résoudre le problème par des moyens pacifiques n’a rien donné une fois de plus.

En ce qui concerne les négociations, je voudrais maintenant rendre public un autre épisode. Je n’en ai pas parlé publiquement non plus, mais certaines des personnes ici présentes sont au courant. Après que l’armée russe s’est emparée d’une partie des régions de Kherson et de Zaporozhye, de nombreux hommes politiques occidentaux ont proposé leur médiation en vue d’un règlement pacifique du conflit. L’un d’entre eux était en visite de travail à Moscou le 5 mars 2022. Nous avons accepté ses efforts de médiation, d’autant plus qu’il a déclaré au cours de la conversation qu’il avait obtenu le soutien des dirigeants de l’Allemagne et de la France, ainsi que de représentants américains de haut rang.

Au cours de notre conversation, notre invité étranger s’est demandé - un moment intéressant - si vous aidiez le Donbass, alors pourquoi les troupes russes se trouvaient-elles dans le sud de l’Ukraine, y compris dans les régions de Kherson et de Zaporozhye ? Nous avons répondu que c’était la décision de notre état-major général de planifier l’opération. Et j’ajouterai aujourd’hui que l’idée était de contourner certaines zones fortifiées construites dans le Donbass au cours des huit dernières années par les autorités ukrainiennes, principalement pour libérer Marioupol.

Notre collègue étranger a ensuite précisé - en homme professionnel, pour être juste envers lui : les troupes russes vont-elles rester dans les régions de Kherson et de Zaporozhye ? Et qu’adviendra-t-il de ces régions une fois que l’opération militaire spéciale aura atteint ses objectifs ? J’ai répondu qu’en général, je n’excluais pas le maintien de la souveraineté ukrainienne sur ces territoires, à condition que la Russie dispose d’un pont terrestre stable vers la Crimée.

Cela signifie que Kiev devrait garantir la servitude, comme ils l’appellent, un droit d’accès légalement formalisé pour la Russie à la péninsule de Crimée via les régions de Kherson et de Zaporozhye. Il s’agit d’une décision politique cruciale. Et, bien sûr, dans sa version finale, elle ne sera pas adoptée unilatéralement mais seulement après des consultations avec le Conseil de sécurité, avec d’autres institutions, bien sûr, après une discussion avec les citoyens, le public de notre pays et, surtout, avec les résidents des régions de Kherson et de Zaporozhye.

En fin de compte, c’est ce que nous avons fait : nous avons demandé l’avis de la population elle-même et organisé des référendums. Et nous avons fait ce que les gens ont décidé, y compris dans les régions de Kherson et de Zaporozhye, dans les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk.

À l’époque, en mars 2022, notre partenaire de négociation a déclaré qu’il allait se rendre à Kiev pour poursuivre la conversation avec ses collègues dans la capitale ukrainienne. Nous avons salué cette démarche, en général, comme une tentative de trouver un règlement pacifique au conflit, car chaque jour de combat signifiait de nouvelles victimes et de nouvelles pertes. Toutefois, les services du médiateur occidental n’ont pas été acceptés en Ukraine, comme nous l’avons appris plus tard, et au contraire, comme nous l’avons appris, ils l’ont accusé d’adopter des positions pro-russes sous une forme assez dure, il faut le mentionner, mais ce n’est pas grand-chose.

Aujourd’hui, comme je l’ai déjà dit, la situation a fondamentalement changé. Les habitants de Kherson et de Zaporozhye ont exprimé leur position lors de référendums, et les régions de Kherson et de Zaporozhye, ainsi que les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, font désormais partie de la Fédération de Russie. Et il ne peut être question de perturber l’unité de notre État. La volonté du peuple d’appartenir à la Russie est inviolable. Cette question est close à jamais et ne peut plus être discutée.

Une fois de plus, c’est l’Occident qui a prémédité et provoqué la crise ukrainienne ; c’est l’Occident qui fait de son mieux aujourd’hui pour prolonger cette crise indéfiniment, pour affaiblir et aigrir mutuellement les peuples de Russie et d’Ukraine.

Ils continuent d’envoyer de nouveaux lots d’armes et de munitions. Certains hommes politiques européens ont récemment envisagé la possibilité de déployer leurs troupes régulières en Ukraine. Dans le même temps, comme je l’ai déjà noté, ces marionnettistes, les véritables dirigeants de l’Ukraine - malheureusement, il ne s’agit pas du peuple ukrainien, mais des élites mondialistes d’outre-mer - tentent à présent de faire porter le poids de décisions impopulaires aux autorités exécutives ukrainiennes, y compris la décision d’abaisser encore l’âge de la conscription.

Comme vous le savez, l’âge de la conscription pour les hommes ukrainiens a récemment été abaissé à 25 ans ; ils pourraient bien l’abaisser à 23 ans la prochaine fois, puis à 20 ans, ou descendre jusqu’à 18 ans. Ensuite, ils se débarrasseront des fonctionnaires qui ont pris ces décisions impopulaires sous la pression de l’Occident, les jetteront comme s’ils n’étaient pas indispensables, en leur rejetant toute la responsabilité, et les remplaceront par d’autres fonctionnaires, également dépendants de l’Occident, mais avec une réputation plus claire - pour l’instant.

D’où, peut-être, l’idée d’annuler la prochaine élection présidentielle en Ukraine. Ils laisseront faire l’équipe sortante avant de la jeter à la poubelle, et continueront à faire ce qu’ils pensent être juste.

À cet égard, je voudrais vous rappeler une chose que Kiev préfère oublier et que l’Occident passe également sous silence. De quoi s’agit-il ? En mai 2014, la Cour constitutionnelle d’Ukraine a statué que, je cite, "le président est élu pour un mandat de cinq ans, que l’élection soit régulière ou anticipée". En outre, la Cour constitutionnelle a noté que "le statut constitutionnel du président n’implique aucune norme fixant une durée de mandat autre que celle de cinq ans" - fin de citation, point final. La décision de la Cour était définitive et sans appel. C’est tout.

Qu’est-ce que cela signifie par rapport à la situation actuelle ? Le mandat présidentiel du chef de l’Ukraine précédemment élu a expiré en même temps que sa légitimité, qui ne peut être rétablie par aucun artifice. Je n’entrerai pas dans les détails du contexte de la décision de la Cour constitutionnelle ukrainienne sur le mandat présidentiel. Il est clair qu’elle a été prise dans un contexte de tentatives de légitimer le coup d’État de 2014. Néanmoins, le verdict a été rendu, et c’est un fait juridique qui rend insoutenable toute tentative de justifier la pantomime d’aujourd’hui sur l’annulation de l’élection.

En fait, comme je l’ai dit précédemment, le chapitre tragique actuel de l’histoire de l’Ukraine a commencé par une prise de pouvoir, un coup d’État anticonstitutionnel en 2014. Je le répète, un putsch armé est à l’origine du régime actuel de Kiev. Aujourd’hui, la boucle est bouclée. Tout comme en 2014, le pouvoir exécutif en Ukraine a été usurpé et est détenu illégalement. En fait, nous avons affaire à un gouvernement illégitime.

Je dirai même plus : l’annulation des élections reflète la nature même, les entrailles du régime actuel de Kiev, qui est issu du coup d’État armé de 2014, y est lié et y a ses racines. Le fait qu’après avoir annulé les élections, ils continuent à s’accrocher au pouvoir est expressément interdit par l’article 5 de la Constitution de l’Ukraine. Je cite : "Le droit de déterminer et de modifier l’ordre constitutionnel en Ukraine appartient exclusivement au peuple et ne peut être usurpé par l’État, ses organes ou ses fonctionnaires". En outre, ces actes tombent sous le coup de l’article 109 du code pénal ukrainien, qui fait précisément référence au changement ou au renversement par la force de l’ordre constitutionnel ou à la prise du pouvoir de l’État, ainsi qu’à la conspiration en vue de commettre de tels actes.

En 2014, cette usurpation a été justifiée par la révolution, et aujourd’hui par les hostilités, mais cela ne change rien à la situation actuelle. En fait, il s’agit d’une collusion entre le pouvoir exécutif du gouvernement ukrainien, la direction de la Verkhovnaya Rada et la majorité parlementaire qu’elle contrôle. Cette collusion vise à usurper le pouvoir de l’État (c’est la seule façon de le décrire), ce qui constitue une infraction pénale en vertu du droit ukrainien.

Ensuite, la Constitution ukrainienne ne prévoit pas la possibilité d’annuler ou de reporter l’élection du président du pays, ni le maintien de ses pouvoirs dans le cadre de la loi martiale, à laquelle ils font maintenant référence. Que dit la loi fondamentale ukrainienne ? Elle dit que les élections à la Verkhovnaïa Rada peuvent être reportées pendant la loi martiale. L’article 83 de la constitution ukrainienne stipule ce qui suit.

Ainsi, la législation ukrainienne a prévu la seule exception lorsque les pouvoirs d’une autorité publique sont prolongés pendant la période de la loi martiale et que des élections ne sont pas organisées. Cela s’applique exclusivement à la Verkhovnaya Rada. Cela confère au Parlement ukrainien le statut d’organe permanent sous la loi martiale.

En d’autres termes, contrairement au pouvoir exécutif, la Verkhovnaïa Rada est désormais un organe légitime. L’Ukraine n’est pas une république présidentielle, mais une république parlementaire et présidentielle. C’est là l’essentiel.

En outre, en vertu des articles 106 et 112, le président de la Verkhovnaïa Rada, agissant en tant que président, est investi de pouvoirs spéciaux, notamment dans le domaine de la défense, de la sécurité et du commandement suprême des forces armées. Tout est écrit noir sur blanc.

Par ailleurs, au cours du premier semestre de cette année, l’Ukraine a signé une série d’accords bilatéraux avec plusieurs États européens concernant la coopération en matière de sécurité et de soutien à long terme. Un document similaire a également été signé avec les États-Unis.

Depuis le 21 mai 2024, des questions se posent naturellement sur l’autorité et la légitimité des représentants ukrainiens qui signent ces documents. Pour nous, cela n’a pas d’importance, qu’ils signent ce qu’ils veulent. Il est clair qu’il s’agit d’une question de politique et de propagande. Les États-Unis et leurs satellites semblent désireux de soutenir leurs alliés, en renforçant leur crédibilité et leur position.

Pourtant, si un examen juridique sérieux d’un tel accord est mené ultérieurement aux États-Unis (non pas en ce qui concerne le contenu, mais le cadre juridique), des questions se poseront sans aucun doute quant à savoir qui a signé ces documents et avec quelle autorité. Il pourrait s’avérer que ce n’était que de l’esbroufe, rendant l’accord nul, et toute la structure pourrait s’effondrer, à condition qu’il y ait une volonté d’analyser la situation. On peut prétendre que tout est normal, mais la réalité est loin de l’être, je l’ai lue. Tout est documenté, inscrit dans la Constitution.

Permettez-moi également de vous rappeler qu’après le début de l’opération militaire spéciale, l’Occident a lancé une campagne vigoureuse et peu diplomatique visant à isoler la Russie sur la scène mondiale. Il est désormais évident pour tout le monde que cette tentative a échoué. Cependant, l’Occident n’a pas abandonné son objectif de former une sorte de coalition internationale contre la Russie et de maintenir une façade de pression sur notre pays. Nous sommes pleinement conscients de cette stratégie.

Comme vous le savez peut-être, l’initiative visant à organiser en Suisse une conférence internationale de haut niveau sur la paix en Ukraine a fait l’objet d’une promotion active. En outre, ils ont l’intention de l’organiser peu après le sommet du G7, c’est-à-dire ceux qui ont essentiellement alimenté le conflit en Ukraine par leurs politiques.

Les organisateurs de la réunion en Suisse proposent une nouvelle manœuvre pour détourner l’attention, déformer les causes profondes de la crise ukrainienne, mal orienter la discussion et, dans une certaine mesure, réaffirmer la légitimité de l’actuel pouvoir exécutif en Ukraine.

On peut donc s’attendre à ce que la conférence en Suisse évite d’aborder les questions fondamentales qui sous-tendent la crise actuelle de la sécurité et de la stabilité internationales, y compris les véritables racines du conflit ukrainien. Malgré les efforts déployés pour présenter un ordre du jour apparemment respectable, il est peu probable que ces questions essentielles soient abordées.

On peut s’attendre à ce que tout se résume à un discours général démagogique et à une nouvelle série d’accusations contre la Russie. L’idée est facile à lire : rallier par tous les moyens le plus grand nombre d’États possible et présenter la question comme si les recettes et les règles occidentales étaient par conséquent partagées par l’ensemble de la communauté internationale, ce qui signifie que la Russie doit les accepter inconditionnellement.

Comme vous le savez, nous n’avons naturellement pas été invités à la réunion en Suisse. Après tout, il ne s’agit pas de négociations, mais de la volonté d’un groupe de pays de poursuivre leur politique et de résoudre comme ils l’entendent des questions qui touchent directement à nos intérêts et à notre sécurité.

À cet égard, je voudrais souligner qu’il est impossible de parvenir à une solution pacifique à la crise ukrainienne et à la sécurité européenne globale sans la participation de la Russie, sans un dialogue honnête et responsable avec nous.

Actuellement, l’Occident ignore nos intérêts, tout en interdisant à Kiev de négocier, et ne cesse de nous appeler hypocritement à négocier. C’est tout simplement idiot : d’un côté, on leur interdit de négocier avec nous, et de l’autre, on nous demande de négocier en sous-entendant que nous refusons de le faire. C’est absurde. On dirait que nous vivons dans une sorte de monde imaginaire.

En attendant, ils devraient d’abord ordonner à Kiev de lever l’interdiction de négocier avec la Russie et, ensuite, nous sommes prêts à entamer des négociations dès demain. Nous comprenons la particularité de la situation juridique, mais il existe des autorités légitimes, même en accord avec la Constitution, comme je l’ai dit. Il y a quelqu’un avec qui négocier. Vous êtes là, nous sommes prêts. Nos conditions pour entamer de tels pourparlers sont simples et se résument à ce qui suit.

Vous savez, je vais prendre le temps de rappeler une fois de plus toute la chaîne des événements pour qu’il soit clair que ce que je vais dire ne concerne pas seulement aujourd’hui pour nous, mais que nous avons toujours adhéré à une certaine position et que nous nous sommes toujours efforcés de parvenir à la paix.

Ces conditions sont donc simples. Les troupes ukrainiennes doivent être complètement retirées des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk et des régions de Kherson et de Zaporozhye. Je précise qu’elles doivent être retirées de l’ensemble du territoire de ces régions à l’intérieur de leurs frontières administratives à l’époque où elles faisaient partie de l’Ukraine.

Dès que Kiev aura déclaré qu’elle est prête à prendre cette décision et à entamer un véritable retrait des troupes de ces régions, et qu’elle aura officiellement notifié qu’elle renonce à ses projets d’adhésion à l’OTAN, notre camp suivra l’ordre de cesser le feu et d’entamer des négociations que nous émettrons à ce moment précis. Je le répète, nous agirons rapidement. Bien entendu, nous garantissons également un retrait sans entrave et en toute sécurité des unités et formations ukrainiennes.

Nous aimerions certainement nous attendre à ce qu’une telle décision sur le retrait des troupes, sur un statut de non-bloc et sur le lancement d’un dialogue avec la Russie, dont dépend l’existence future de l’Ukraine, soit adoptée à Kiev de manière indépendante, sur la base des réalités établies et guidée par les véritables intérêts nationaux du peuple ukrainien, et non à la demande de l’Occident, bien qu’il y ait, bien sûr, de grands doutes à ce sujet.

Néanmoins, qu’est-ce que je veux dire de nouveau à ce sujet et que veux-je vous rappeler ? J’ai dit que j’aimerais revoir la chronologie des événements. Prenons le temps de le faire.

Ainsi, lors des événements du Maïdan à Kiev en 2013-2014, la Russie a proposé à plusieurs reprises son aide pour la résolution constitutionnelle de la crise qui avait été en réalité orchestrée de l’extérieur. Revenons à la chronologie des événements à la fin du mois de février 2014.

Le 18 février, l’opposition a provoqué des affrontements armés à Kiev. Plusieurs bâtiments, dont la mairie et la Maison des syndicats, ont été incendiés. Le 20 février, des tireurs d’élite non identifiés ont ouvert le feu sur des manifestants et des membres des forces de l’ordre, c’est-à-dire que les cerveaux du coup d’État armé ont tout fait pour pousser la situation à la violence, à la radicalisation. Et ceux qui étaient dans les rues de Kiev et exprimaient leur mécontentement à l’égard des autorités de l’époque ont été délibérément utilisés comme chair à canon à des fins égoïstes. Ils font exactement la même chose aujourd’hui, en mobilisant et en envoyant les gens à l’abattoir. Pourtant, à l’époque, il y avait une chance de sortir de la situation de manière civilisée.

Il est établi que le 21 février, le président ukrainien de l’époque et l’opposition ont signé un accord sur le règlement de la crise politique. Comme on le sait, les représentants officiels de l’Allemagne, de la Pologne et de la France en étaient les garants. L’accord prévoyait le retour à une forme de gouvernement parlementaire et présidentiel, l’organisation d’élections présidentielles anticipées, la formation d’un gouvernement d’entente nationale, ainsi que le retrait des forces de l’ordre du centre de Kiev et la remise des armes par l’opposition.

Je dois ajouter que la Verkhovna Rada a adopté une loi excluant toute poursuite pénale à l’encontre des manifestants. Un tel accord, qui aurait mis fin à la violence et ramené la situation dans le cadre constitutionnel, était un fait. Cet accord a été signé, bien que Kiev et l’Occident préfèrent ne pas en parler non plus.

Aujourd’hui, je vais vous faire part d’un autre fait important qui n’a pas été révélé publiquement auparavant : à la même heure, le 21 février, j’ai eu une conversation avec mon homologue américain à l’initiative de la partie américaine. Pour l’essentiel, le dirigeant américain a apporté un soutien sans équivoque à l’accord de Kiev entre les autorités et l’opposition. Il l’a en outre décrit comme une véritable percée et une occasion pour le peuple ukrainien d’empêcher l’escalade de la violence de franchir toutes les frontières imaginables.

En outre, au cours de nos discussions, nous avons formulé en commun l’approche suivante : La Russie s’est engagée à persuader le président ukrainien de l’époque de faire preuve de la plus grande retenue, en s’abstenant de déployer l’armée et les forces de l’ordre contre les manifestants. Inversement, les États-Unis se sont engagés à exhorter l’opposition à libérer pacifiquement les bâtiments administratifs et à œuvrer à l’apaisement des rues.

Tous ces efforts visaient à rétablir la normalité dans le pays, en garantissant le respect des principes constitutionnels et juridiques. Dans l’ensemble, nous avons convenu de collaborer pour favoriser la stabilité, la paix et le développement de l’Ukraine. Nous avons pleinement respecté nos engagements. À l’époque, le président Ianoukovitch, qui n’avait pas l’intention de déployer l’armée, s’est abstenu de le faire et a même retiré des unités de police supplémentaires de Kiev.

Qu’en est-il de nos collègues occidentaux ? Dans la nuit du 22 février et tout au long du jour suivant, malgré les accords et les garanties de l’Occident (à la fois l’Europe et les États-Unis, comme je viens de le mentionner), les radicaux ont pris de force le contrôle du bâtiment de la Rada, l’administration présidentielle, et ont pris le contrôle du gouvernement pendant que le président Ianoukovitch partait pour Kharkov, où le congrès des députés des régions du sud-est de l’Ukraine et de la Crimée était censé se dérouler. Et aucun des garants de ces accords de règlement politique - ni les États-Unis, ni les Européens - n’a fait quoi que ce soit pour remplir ses obligations en exhortant l’opposition à libérer les bâtiments administratifs saisis et à renoncer à la violence. Il est évident que cette séquence d’événements non seulement leur convient, mais suggère également qu’ils ont peut-être orchestré le déroulement des événements.

Le 22 février 2014, la Verkhovna Rada, en violation de la Constitution ukrainienne, a adopté une résolution déclarant l’autodémission du président Ianoukovitch et prévoyant des élections anticipées pour le 25 mai. Il s’agissait d’un coup d’État armé fomenté par des influences extérieures. Les radicaux ukrainiens, avec le consentement implicite et le soutien direct de l’Occident, ont entravé tous les efforts visant à une résolution pacifique de la crise.

Nous avons ensuite exhorté Kiev et les capitales occidentales à entamer un dialogue avec les habitants du sud-est de l’Ukraine et à respecter leurs intérêts, leurs droits et leurs libertés. Cependant, le régime qui s’est emparé du pouvoir par le biais d’un coup d’État a opté pour la guerre et a entamé des actions punitives contre le Donbass au printemps et à l’été 2014. Une fois de plus, la Russie a lancé un appel à la paix.

Nous avons fait tous les efforts possibles pour traiter les questions urgentes qui se posent dans le cadre des accords de Minsk. Toutefois, comme nous l’avons souligné précédemment, l’Occident et les autorités de Kiev n’ont manifesté aucune intention de les mettre en œuvre, malgré les assurances verbales de nos collègues occidentaux, y compris le chef de la Maison Blanche, selon lesquelles ils considéraient les accords de Minsk comme essentiels et s’engageaient à les mettre en œuvre. Elles ont prétendu que ces accords contribueraient à résoudre la situation en Ukraine, à la stabiliser et à prendre en compte les intérêts des habitants de l’est de l’Ukraine. Au lieu de cela, ils ont effectivement mis en place un blocus, comme je l’ai mentionné précédemment, contre le Donbass. Les forces armées ukrainiennes se sont systématiquement préparées à une opération tous azimuts visant à détruire les républiques populaires de Donetsk et de Lougansk.

Les accords de Minsk ont finalement été ignorés par les actions du régime de Kiev et de l’Occident. Je reviendrai sur ce sujet prochainement. Par conséquent, en 2022, la Russie a été contrainte de lancer une opération militaire spéciale pour mettre fin à la guerre dans le Donbass et protéger les civils d’un génocide.

Dès le départ, nous avons constamment proposé des solutions diplomatiques à la crise, comme je l’ai mentionné plus tôt aujourd’hui. Ces solutions comprenaient des négociations au Belarus et en Turquie, ainsi que le retrait des troupes de Kiev pour faciliter la signature des accords d’Istanbul, qui avaient été largement acceptés. Toutefois, ces efforts ont également été repoussés. L’Occident et Kiev ont persisté dans leur objectif de nous vaincre. Pourtant, comme vous le savez, ces efforts ont finalement échoué.

Aujourd’hui, nous présentons une nouvelle proposition de paix concrète et authentique. Si Kiev et les capitales occidentales la rejettent à nouveau, comme ils l’ont déjà fait, ils porteront en fin de compte la responsabilité politique et morale de l’effusion de sang qui se poursuit. Il est clair que la situation sur le front continuera d’évoluer défavorablement pour le régime de Kiev, modifiant les conditions nécessaires à l’ouverture de négociations.

Permettez-moi de souligner un point essentiel : l’essence de notre proposition n’est pas une trêve ou un cessez-le-feu temporaire, comme l’Occident pourrait le préférer, pour permettre au régime de Kiev de se rétablir, de se réarmer et de se préparer à une nouvelle offensive. Je le répète : il ne s’agit pas de geler le conflit, mais de le résoudre définitivement.

Et je le répète : une fois que Kiev aura accepté le plan d’action proposé aujourd’hui, y compris le retrait total de ses troupes de la RPD, de la RPL, des régions de Zaporozhye et de Kherson, et qu’il aura entamé ce processus avec sérieux, nous serons prêts à entamer des négociations rapidement et sans délai.

Je réitère notre position ferme : L’Ukraine doit adopter un statut neutre et non aligné, être dénucléarisée, démilitarisée et dénazifiée. Ces paramètres ont été largement approuvés lors des négociations d’Istanbul en 2022, y compris les détails spécifiques de la démilitarisation, tels que le nombre convenu de chars et d’autres équipements militaires. Nous sommes parvenus à un consensus sur tous les points.

Il est certain que les droits, les libertés et les intérêts des citoyens russophones d’Ukraine doivent être pleinement protégés. Les nouvelles réalités territoriales, notamment le statut de la Crimée, de Sébastopol, des républiques populaires de Donetsk et de Lougansk, des régions de Kherson et de Zaporozhye en tant que parties de la Fédération de Russie, doivent être reconnues. Ces principes fondamentaux doivent être formalisés par des accords internationaux fondamentaux à l’avenir. Naturellement, cela implique également la levée de toutes les sanctions occidentales à l’encontre de la Russie.

Je crois que la Russie propose une option qui permettra de mettre réellement fin à la guerre en Ukraine, c’est-à-dire que nous appelons à tourner la page tragique de l’histoire et, bien que difficilement, à rétablir progressivement, pas à pas, des relations de confiance et de voisinage entre la Russie et l’Ukraine et dans l’ensemble de l’Europe.

Une fois la crise ukrainienne réglée, nous pourrions, avec nos partenaires de l’OTSC et de l’OCS qui, aujourd’hui encore, apportent une contribution significative et constructive à la recherche d’un règlement pacifique de la crise ukrainienne, ainsi qu’avec les partenaires occidentaux, y compris les pays européens prêts au dialogue, nous atteler à la tâche fondamentale que j’ai évoquée au début de mon intervention, à savoir la création d’un système indivisible de sécurité eurasiatique qui prenne en compte les intérêts de tous les États du continent sans exception.

Bien sûr, il est impossible de revenir mot pour mot aux propositions de sécurité que nous avons présentées il y a 25, 15 ou même deux ans, car trop de choses se sont produites et les conditions ont changé. Toutefois, les principes de base et, surtout, le sujet même du dialogue restent inchangés. La Russie est consciente de sa responsabilité dans la stabilité mondiale et réaffirme sa volonté de dialoguer avec tous les pays. Mais il ne doit pas s’agir d’une imitation d’un processus de paix visant à servir la volonté égoïste ou les intérêts particuliers de quelqu’un, mais d’une conversation sérieuse et approfondie sur tous les sujets, sur l’ensemble des questions relatives à la sécurité mondiale.

Collègues,

Je pense que vous êtes tous bien conscients de l’ampleur des tâches qui attendent la Russie et de tout ce que nous devons faire, y compris dans le domaine de la politique étrangère.

Je vous souhaite sincèrement de réussir dans cette tâche difficile qui consiste à assurer la sécurité de la Russie, à défendre nos intérêts nationaux, à renforcer la position du pays dans le monde, à promouvoir l’intégration et les relations bilatérales avec nos partenaires.

Pour leur part, les dirigeants nationaux continueront à apporter le soutien nécessaire au ministère des affaires étrangères et à tous ceux qui participent à la mise en œuvre de la politique étrangère de la Russie.

Merci encore pour votre travail, merci pour votre patience et votre attention à ce qui a été dit. Je suis persuadé que nous réussirons.

Je vous remercie de votre attention.

»» http://en.kremlin.ru/events/president/news/74285
URL de cet article 39679
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Désobéissons à l’Union européenne !
Aurélien BERNIER
Délocalisations, destruction méthodique des droits sociaux, incapacité à protéger l’environnement, refus de la démocratie... Après l’adoption du traité de Lisbonne en 2008, on pouvait croire que l’Union européenne avait atteint le fond du trou libéral. Erreur ! Depuis la crise financière, elle creuse ! Même l’idéal de solidarité entre États vole aujourd’hui en éclat. Une vague d’austérité sans précédent déferle sur l’Europe, qui place elle-même ses peuples sous la tutelle des marchés financiers. Faut-il (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.