RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les Etats-Unis d’Amérique et les intérêts des peuples du monde.

En tant que première puissance mondiale, les États-Unis exercent une influence déterminante dans beaucoup de secteurs relatifs à la sécurité et au développement des peuples. Leur puissance militaire n’est plus à démontrer tout comme leur capacité d’être présents non seulement dans toutes les régions du monde, mais, encore, dans les diverses hiérarchies qui dirigent les peuples et les gouvernements. Même le Vatican n’y échappe pas.

UN DISCOURS OUVERT AUX VALEURS UNIVERSELLES

Dans ce contexte, il est un peu normal que les Présidents qui se succèdent aient un discours qui fasse ressortir les grandes valeurs auxquelles aspirent les peuples du monde. Ils parleront amplement de la démocratie, de la liberté, du respect des droits humains, de l’aide internationale, mise à la disposition des plus défavorisés, ainsi que des forces militaires qui vont à la rescousse des victimes de dictateurs sanguinaires. De nombreux exemples d’interventions humanitaires dans les secteurs de la recherche, du développement, de la l’entraide viendront illustrer ces grandes valeurs qui inspirent ce peuple et qui en font l’ami de tous les peuples et de toutes les personnes de bonne volonté. En somme, un discours inclusif, généreux et tout ce qu’il y a de plus respectueux des grandes aspirations des temps que nous vivons. Les discours à la Nation des Présentés commencent et finissent presque tous en référence à ces contenus.

UNE PRATIQUE SUBORDONNÉE AUX VALEURS NATIONALES

Une fois élaborée cette liste des grandes valeurs humanitaires, laquelle est loin d’être exhaustive, le discours passe à des considérations plus pragmatiques et d’intérêts nationaux. Ils aborderont évidemment le terrorisme, présenté comme une véritable menace pour leur sécurité. Cette menace omniprésente justifiera de nombreuses incursions militaires dans le monde ainsi que des mesures spéciales à l’endroit des citoyens étasuniens eux-mêmes, Dans les deux cas, des droits fondamentaux des peuples et des personnes seront sacrifiés. La SÉCURITÉ NATIONALE s’imposera comme un absolu qui ne saurait être sacrifié pour quelque considération que ce soit. Elle agira comme une référence transcendante, non définie et à portée universelle, sous le couvert de laquelle les Présidents justifieront, avec ou sans l’accord des Nations-Unies, la mise en place de mesures allant à l’encontre des droits des peuples et des personnes.

Nous connaissons bien la nature de l’intervention militaire en Irak que le Président Bush a justifiée en disant que la sécurité nationale des Etats-Unis était menacée par la présence d’armes de destruction massive. Près d’un million de morts, sinon plus, des centaines de milliers de blessés, la destruction d’infrastructures de tout un pays, font maintenant parties de cette intervention qui dure depuis huit ans. Tout cela sans qu’il y ait eu la moindre trace de ces armes de destruction massive. Il s’agissait d’une intervention préventive, non soutenue par les Nations Unies, fondée sur un grossier mensonge. Les exemples de ces interventions de lutte contre le terrorisme ne manquent pas.

A la sécurité nationale s’ajoute une autre référence ayant également un caractère absolu : les INTÉRÊTS DES ÉTATS-UNIS D’AMÉRIQUE. Encore là , ces intérêts peuvent prendre toutes les formes possibles. Il suffit qu’un Président déclare que telle ou telle politique ou tel ou tel gouvernement menace les intérêts des Etats-Unis pour que tous les moyens soient pris pour y remédier. Il se donne alors le droit d’intervenir comme il l’entend. Là encore, l’accord des Nations Unies, bien que préférable, n’est pas essentiel à leurs interventions. Ils peuvent, comme des rois, agir au dessus des lois et des droits.

Par exemple, lorsqu’au début des années 1970, Salvador Allende, nouveau Président élu du Chili, nationalisa certaines multinationales étasuniennes, ce fut interprété comme une attaque contre les intérêts des Etats-Unis. Tout le reste ne fut que mise en opération d’une action qui devait inévitablement éliminer ce gouvernement et reprendre le contrôle du pays par des alliés indéfectibles. Que la démocratie ait été bafouée, que les droits humains ignorés, tout cela importait peu pourvu que leurs intérêts nationaux soient les premiers servis.

Il en est de même aujourd’hui avec les pays émergents en Amérique latine et ailleurs dans le monde. Dans ces derniers cas, les interventions se font plus discrètes de leur part, mais toujours aussi agressives et intenses. Ils apportent tout leur appui financier et logistique aux oligarchies nationales et à certains organismes régionaux qu’ils contrôlent bien pour faire la sale besogne. Il en fut ainsi pour le coup d’État militaire au Honduras, en 2009, qui délogea le président élu, Manuel Zelaya. Plus récemment, en septembre 2010, c’était le Président élu de l’Équateur qui faisait face à une tentative de coup d’État. Déjà , en avril 2002, nous avions assisté à une tentative de coup d’État au Venezuela qui faillit couter la vie au président élu, Hugo Chavez. Grâce à l’intervention du peuple et d’une fraction importante de l’armée, cette opération s’est soldée par un échec total. A ces exemples, il faut ajouter toutes ces actions menées en Bolivie soit pour renverser le gouvernement d’Évo Morales, un autre président élu, ou éliminer physiquement ce dernier. Il est évident que toutes ces actions se trament en utilisant l’argent de la corruption, la collaboration des oligarchies nationales et, si besoin est, l’implication de mercenaires bien payés.

Nous assistons présentement à la mise en place d’une autre référence, elle aussi de caractère absolu : l’INTERVENTION MILITAIRE HUMANITAIRE qui donne un visage humain et désintéressé aux actions de conquête, de renversement de gouvernement ou encore de changement de régime. La guerre en Libye illustre à merveille cette nouvelle façon de faire. Là encore c’est sur la base de mensonges grossiers, tous contredits par des faits, que cette guerre, avec ses dizaines de milliers de bombes et de roquettes, a détruit les infrastructures de tout un pays, le plus développé de tous les pays d’Afrique, et fait plus de 70 000 morts en huit mois. Comme si ce n’était pas assez, les Etats-Unis et ses alliés de l’OTAN se préparent maintenant pour une autre intervention militaire humanitaire en Syrie. Nous aurons tous compris que derrière ce beau vocable se cache, cette fois, la conquête pure et simple de la richesse d’un pays et le contrôle d’une région.

LES PRÉSIDENTS DES ÉTATS-UNIS NE SONT QUE DES EXÉCUTANTS

Le véritable pouvoir et les véritables intérêts au service desquels oeuvrent les Administrations étasuniennes ne sont, quoiqu’ils puissent en dire, ni ceux du peuple étasunien ni ceux d’une humanité plus juste et solidaire, mais ceux des principales oligarchies qui contrôlent les industries militaires, les milieux financiers, les grandes multinationales ainsi que les institutions politiques et économiques du pays. CE SONT LES INTÉRÊTS DE CES DERNIàˆRES QUE LES PRÉSIDENTS QUI SE SUCCàˆDENT ONT LE MANDAT D’IMPOSER AU PEUPLE ÉTATSUNIEN ET AU MONDE. Tout le reste ne peut être qu’emballage et image. Pour ce faire, ils disposent des moyens de communication à l’emploi desquels ils placent les plus grands manipulateurs d’opinion. Le « WE CAN » (NOUS POUVONS) d’Obama n’est qu’un slogan utile pour une campagne électorale. Une fois élu et dans le fauteuil de la Présidence, le nouveau venu n’a plus qu’à dire au Peuple « I CAN’T MORE » (je ne peux plus).

UNE àˆRE NOUVELLE S’IMPOSE DONC, MAIS LAQUELLE ?

Le monde est de plus en plus conscient de cette grande tricherie que n’arrivent plus à dissimuler les beaux discours aux valeurs universelles. Ceci dit, les maitres du monde peuvent toujours compter sur leur capacité militaire, sur leur pouvoir énorme de corruption de personnes et de dirigeants à la conscience élastique. Pour le moment ils ont la main mise sur l’ensemble des organisations internationales y incluant les Nations Unies et certaines grandes églises dont le Vatican.

Par contre les armes n’ont pas de pouvoir sur les consciences et encore moins sur les peuples unis et solidaires. L’avenir de la libération des peuples devra passer par cette prise de conscience de cette énorme tricherie dont ils sont les victimes. Ce sera l’éveil d’une nouvelle conscience humanitaire, seule capable de conduire à des changements fondamentaux dans la gouvernance des peuples et dans l’expression des solidarités entre eux. Les mensonges ne sauraient s’imposer indéfiniment devant les évidences de leur contraire tout comme l’obscurité de la nuit ne saurait résister à l’arrivée de l’aurore.

Le jour où les peuples reprendront le contrôle de leur destin, avec une conscience aguerrie contre la tricherie et solidaire dans le développement, ces puissantes oligarchies s’effondreront comme des châteaux de cartes. Sans le soutien des peuples, elles ne sauraient survivre.

Oscar Fortin

Québec, le 29 octobre 2011

http://humanisme.blogspot.com

URL de cet article 15009
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Les enfants cachés du général Pinochet - Précis de coups d’Etat modernes et autres tentatives de déstabilisation
Maurice LEMOINE
Le 15 septembre 1970, onze jours après l’élection de Salvador Allende, le président Richard Nixon, en 15 minutes lors d’une réunion avec Henry Kissinger, ordonne à la CIA de « faire crier » l’économie chilienne. Le 11 septembre 1973, Allende est renversé… En 1985, Ronald Reagan déclare que le Nicaragua sandiniste « est une menace pour les Etats-Unis » et, le 1er mai, annonce un embargo total, similaire à celui imposé à Cuba. Depuis le Honduras et le Costa Rica, la « contra », organisée et financée par la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je ne sais pas ce qu’est un homme, je ne connais que son prix.

Bertolt Brecht

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.