RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les Etats-Unis renforcent, leurs plans pour une Cuba sans Castro, par Guy Dinmore - Financial Times.



Lire aussi à la suite
Caleb McCarry : L’élu de Bush pour Cuba a été l’artisan du désastre haïtien.

* * * * *







[ Voilà qui vient à pic après l’article ridicule de
Libération du non moins ridicule Eric Randal intitulé "Cuba, un
néostalinisme tropicalisé"
.
http://fr.groups.yahoo.com/group/CubaSolidarityProject

C’est fou comme certaines "vérités" passent tranquillement dans la presse anglo-saxonne, et comment elles sont impossibles à faire passer dans la presse française. Pour seulement la moitié de ce que raconte, et sans états d’âme, le Financial Times, on nous accuserait de "stalinisme"... ]



Les Etats-Unis renforcent, leurs plans pour une Cuba sans Castro.


Financial Times, Washington, 1er novovembre 2005.


Le plan des Etats-Unis pour une "transition" à Cuba après Fidel Castro vient d’entrer dans une nouvelle phase par la création d’un bureau spécial pour la reconstruction au sein de Département d’Etat afin de préparer "le jour d’après", lorsque Washington tentera de soutenir un gouvernement démocratique à la Havane.

Le projet inter-agence, dans lequel est impliqué le Département de la Défense, reconnaît que la transition à Cuba pourrait ne pas être pacifique et que les Etats-Unis auraient à lancer une opération de reconstruction de la nation.

Caleb McCarry (concernant McCarry, voir ci-dessous), le coordinateur de la transition à Cuba, travaille sur ce projet au sein du Bureau de Reconstruction et de Stabilisation, qui fut crée par l’administration Bush pur prévenir et intervenir dans les situations de post-conflit.

[Sur cet étrange "bureau de reconstruction..." , lire "La montée du Capitalisme de Catastrophe, par Naomi Klein"
www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=2269 - NDT ]

Tous les six mois, le Conseil National du Renseignement met à jour une liste secrète de 25 pays à surveiller et où l’instabilité pourrait amener les Etats-Unis à intervenir. Le bureau de reconstruction, dirigé par Carlos Pascual - un ancien ambassadeur d’origine cubaine - était focalisé sur le Soudan, Haïti, le Congo et le Népal. Par un acte controversé, Cuba vient d’être rajoutée à cette liste.

L’Institut américain pour la Paix [US Institute of Peace], financé par le Congrès pour travailler sur la gestion des conflits, a refusé de participer au projet Cuba. "Il s’agissait d’un exercice de déstabilisation, pas de stabilisation" a déclaré une des personnes impliquées.

M. McCarry a reconnu qu’il portait deux casquettes : aider une Cuba post-Castro à retrouver un gouvernement démocratique et une économie de marché, et aussi accélérer la transition.

Condoleeza Rice, secrétaire d’Etat, a nommé M. McCarry au mois de Juillet (2005). Sa nomination figure parmi les recommandations de la Commission d’Assistance pour une Cuba Libre, créée a-t-elle souligné, par George W. Bush pour "accélérer la fin de la tyrannie de Castro". [rapport de la dite commission :
http://www.legrandsoir.info/article.php3?id_article=1563.]

La Commission a déclaré dans son rapport de mai 2004 qu’elle appliquait une "approche plus réactive, intégrée et disciplinée pour miner les stratégies de survie du régime castriste et contribuer aux conditions qui aideraient le peuple cubain à accélérer la fin de la dictature".

Un engagement global est envisagé pour l’après-Castro, y compris une assistance immédiate afin que "les écoles restent ouvertes et soient fournies en matériel scolaire et personnel nouveaux", une distribution d’aliments et de médicaments, et le paiement des retraites.

M. McCarry a déclaré à notre journal que le renforcement de l’embargo l’année dernière - telles que les restrictions des visites à Cuba pour les cubano-américains, et la réduction des montants des transferts d’argent - avait coûté au régime castriste la somme estimée de 500 millions de dollars (417 millions d’euros).

L’organisation Human Rights Watch a condamné le mois dernier les restrictions imposées aux voyages imposées à la fois par Cuba et les Etats-Unis, déclarant : "les deux pays sacrifient la liberté de mouvement des individus à la promotion de politiques sans issue". M. McCarry a refusé de commenter son travail au sein du Bureau de Reconstruction et de Stabilisation, sauf pour dire qu’il serait "respectueux du peuple cubain et de son désir d’être libre".

"Le Génie de la transition est sorti de la bouteille," a-t-il dit, en référence aux activités de l’opposition à l’intérieur de Cuba, et qu’un "large consensus" existait au sein de la communauté exilée. "Ce sont eux qui définiront l’avenir démocratique de Cuba". [ "et pas les cubains de l’île ?" - question stupide du traducteur ]

Les officiels US déclarent qu’ils "n’accepteront pas " une transfert du pouvoir de M. Castro, âgé de 79 ans, à son frère Raoul, âgé de 74 ans. Bien que la signification d’une telle déclaration ne soit pas claire, M. McCarry a insisté pour dire que les Etats-Unis "n’imposeront pas" leur aide.

Devant l’Association de l’Armée US le mois dernier, M. Pascual a informé que sa coopération avec les militaires n’était qu’à ses débuts. Il a déclaré que sa stratégie à long terme était de tenter de comprendre "comment nous pouvions gérer le processus de transition entre le moment de la mort de Castro et l’instauration de la démocratie à Cuba qui, nous le savons, surviendra tôt ou tard."

Certains observateurs affirment que les militaires, préoccupés par un exode massif de réfugiés Cubains, étaient intéressés de connaître le plans de l’administration pour le dit "jour d’après".

Mais ils demandent aussi, au vu des budgets limités accordés à MM Pascual et McCarry, si la Maison Blanche est réellement déterminée à réaliser ce travail.

Certains soupçonnent M. Bush d’avoir abordé la question en 2004 en ayant pour arrière pensée le vote de la communauté des exilés cubains en Floride. "Les Etats-Unis ont une longue histoire d’échecs en ce qui concerne Cuba," a prévenu Daniel Erikson, analyste du groupe de réflexion "Inter-American Dialogue".

Un officier militaire US a déclaré "la vérité c’est que personne, y compris sur l’île, ne sait ce qui se passera pendant la transition.

(...)

Guy Dinmore


- Source :
http://news.ft.com


- Traduction : Viktor Dedaj pour Cuba Solidarity Project
http://viktor.dedaj.perso.neuf.fr/html




Caleb McCarry : L’élu de Bush pour Cuba a été l’artisan du désastre haïtien.


Granma international, 27 octobre 2005.


En ayant recours à d’ex-militaires, à des sbires et des délinquants pour déstabiliser Jean-Bertrand Aristide, Caleb McCarry a été l’artisan de la situation actuelle des droits de l’homme dans ce pays des Caraïbes, qualifiée de « catastrophique » par l’ONU. L’ex-fonctionnaire du parti Républicain, lié aux services de renseignement nord-américains, est celui qu’a choisi George W. Bush pour mettre à exécution le dernier plan d’annexion de Cuba mis de l’avant par l’Administration et la mafia de Miami.

Des fonctionnaires de la Mission de stabilisation des Nations Unies à Haïti ont qualifié récemment de « catastrophique » la situation des droits de l’homme dans cette île antillaise, selon ANSA. « Il y a des violations graves et répétées. Des exécutions sommaires, des tortures et des arrestations arbitraires sont commises par la police ou avec son consentement », a affirmé en conférence de presse Thierry Fagart, avocat de la section des droits de l’homme de l’ONU à Port-au-Prince.

Caleb McCarry, le proconsul désigné par l’Administration Bush pour tenter de provoquer l’annexion de Cuba, appartient à une mafia de politiciens et fonctionnaires nord-américains qui a provoqué l’enlèvement et la grotesque éviction du président Jean-Bertrand Aristide de Haïti, à l’insu du Département d’Etat et avec la bénédiction du clan Bush.

McCarry et ses amis ont mené leur complot en utilisant un activiste politique lié aux Duvalier et une troupe de mercenaires et de délinquants, dans une opération sale gérée par les cercles d’extrême droite les plus fanatiques du parti Républicain.

Dans un article intitulé "The other regime change’ (L’autre changement de régime) publié en juillet 2004 par le site web salon.com, le journaliste nord-américain Max Blumenthal révèle comment l’International Republican Institute (IRI), une « fondation politique sans but lucratif », fortement subventionnée par l’ USAID et représentée dans l’île infortunée par Stanley Lucas, a dirigé l’opération anti-Aristide. Dans cette besogne, l’IRI a reçu l’appui inconditionnel d’un noyau d’extrême droite du parti Républicain étroitement lié à George W. Bush dans lequel Caleb McCarry semble jouer le rôle clé.

La famille de Lucas est célèbre à Haïti pour un massacre de paysans que ses cousins, Léonard et Rémy, ont organisé en 1987. Une bande de délinquants armés de machettes a alors tué 250 petits agriculteurs qui réclamaient une redistribution des terres de leur domaine. A ce même moment, Lucas entraînait des militaires pour des actions anti-insurrection.

Selon Blumenthal, Lucas, un ex-champion de judo au profil de playboy, originaire d’une famille riche identifiée aux Duvalier dont le régime assassin a dominé à Haïti durant des décennies, est la version haïtienne du collaborateur irakien Ahmed Chalabi.

Tandis que Colin Powell cherchait à conserver envers Haïti une ligne politique modérée conçue sous Clinton, Caleb McCarry, « un fonctionnaire anti-Aristide du Comité des relations extérieures de la Chambre » et une délégation de Républicains se sont réunis en République dominicaine avec Convergence, l’alliance anti-Aristide, qui a ensuite manifesté une ligne divergente de celle du Département d’État. Convergence a reçu de l’IRI environ deux millions de dollars entre 1998 et 2002, a confessé au journaliste un porte-parole.

Selon un ex-fonctionnaire du Département d’État, McCarry et Lucas ont travaillé « coudes à main » pour établir le financement nord-américain de l’« opposition » qu’ils fabriquaient.

Lucas s’est consacré à préparer personnellement les opposants à Aristide par des cours qu’il a intitulés « Démocratie 101 ». Parmi les invités à ces sessions d’entraînement, ont fait leur apparition plusieurs membres de CREDDO, le groupe politique du général Prosper Avril qui a dirigé Haïti de 1988 à 1990 « instaurant l’état de siège et torturant ses opposants ».

Quand, en février 2004, le mercenaire Guy Philippe - un ex-chef de police ami d’enfance de Lucas - capture Cap-Haïtien avec 200 « insurgés », dont de nombreux assassins, délinquants et ex-sbires de régimes antérieurs, et menace Port-au-Prince tandis que la police nationale fuit, des représentants de l’ambassade nord-américaine présentent à Aristide l’alternative de demeurer dans la capitale sans protection, face à des bandes de criminels amis de Lucas ou de monter dans un avion fourni par Washington qui le conduirait en Afrique.

Parmi les « combattants de la liberté », comme les appellera Roger Noriega, se trouvent Louis Joyel Chamblain, un chef paramilitaire de sinistre réputation, et Emmanuel « Toto » Constant qui confessera plus tard ses liens avec la CIA.


Démocratie, version McCarry

Une compilation d’articles de la presse officielle nord-américaine réalisée récemment par l’enquêteur canadien Aaron Mate, et publiée par le site web Znet.org, énumère une longue série d’incidents violents survenus au cours des derniers mois qui montre clairement diverses caractéristiques de la démocratie instaurée à Haïti grâce à Caleb McCarry et ses complices.

Le premier mars 2005, le Miami Herald rapportait comment le jour précédent, la police haïtienne avait ouvert le feu sur une marche de 2 000 manifestants pacifiques, à Port-au-Prince, tuant deux personnes et en blessant plusieurs autres. La protestation commémorait le coup d’Etat contre Aristide survenu l’année précédente.

Le 24 mars suivant, AP décrivait comment la police avait tiré de nouveau contre des manifestants dans la capitale, tuant une personne. « Des reporters de Associated Press ont vu des officiers de police tirant en l’air et vers les manifestants », précisait la dépêche.

Le 27 avril, pour la troisième fois, la police a ouvert le feu contre des manifestants qui exigeaient la libération de partisans d’Aristide, tuant cinq d’entre eux, rapportait alors AP.

Le 5 juin, l’agence britannique Reuters annonçait que « jusqu’à 25 personnes ont été assassinées dans des raids de la police, vendredi et samedi, dans des bidonvilles de la capitale de Haïti », selon des « employés de la morgue et des témoins ». Un des témoins, Ronald Macillon, a raconté que les policiers « ont tué beaucoup de gens et incendié les maisons ».

Une autre dépêche de Reuters, datée du 15 juillet, rapportait comment « des groupes d’opposition et de résidents de bidonvilles racontent que des douzaines de personnes innocentes ont été exécutées durant des raids de troupes de l’ONU et la police haïtienne ». Renan Hedouville, dirigeant du Comité d’avocats pour les libertés individuels, connus sous le sigle CARLI, un groupe très respecté pour le sérieux de ses interventions, précisait que parmi les victimes se trouvaient des enfants et des personnes âgées des quartiers Bel Air et Cité Soleil.

Le premier septembre, le Herald rapportait un autre massacre mené dans la localité de Martissant le 20 août « au milieu d’un matche de football » par des « policiers avec des fusils d’assaut et des masques noirs ».

« L’attaque a fait au moins six morts et a provoqué des préoccupations parmi les officiers de l’ONU qui essaient de stabiliser cette ville sans loi où des policiers qui travaillaient avec les bandes guidées par un politicien inconnu, menaient une opération de nettoyage avant les élections de novembre ».

Le 30 août, le Washington Times a précisé que des témoins du massacre « ont dit qu’ils ont reconnu quelques civils armés de machettes comme étant des "attachés’, c’est à dire des criminels locaux dont on dit qu’ils sont des informateurs et des assassins payés par la police ».


L’ élu de Bush, Rice, Martinez et de Diaz-Ballart

Aristide a été séquestré le 28 février 2004 par des forces spéciales nord-américaines et expulsé de son propre pays. Blumenthal raconte dans son article comment Condoleezza Rice a réveillé George W. Bush au milieu de la nuit pour annoncer la nouvelle du « triomphe » nord-américain dans le pays le plus pauvre de l’hémisphère.

Le 29 juillet 2005, Condoleezza Rice, nommée entre-temps secrétaire d’État, annonçait la désignation de McCarry pour « diriger la Commission d’aide à une Cuba libre » et répéter à Cuba ce qui a été expérimenté à Haïti.

La cérémonie de nomination de McCarry a eu lieu au Salon des traités de l’édifice Harry S. Truman au Département d’Etat, en présence de deux éminents membres de la mafia de Miami, le sénateur Mel Martinez, mentor du Cuban Liberty Council, dont les membres se distinguent pour leurs liens avec le terroriste international Luis Posada Carriles, et Lincoln Diaz-Balart, le congressiste furibond qui se vante de ses relations privilégiées avec les cercles les plus fanatiques de la Floride du sud.

Jean-Guy Allard, spécialement pour Granma international


- Source :
www.granma.cu/frances


Cuba : Qui est Raoul Castro ? par Danielle Bleitrach.

A LIRE : Les dernières mesures des USA contre Cuba, par Wayne S. Smith, juillet 2006.


Cuba en ligne de mire, par Noam Chomsky.

Edifiant ! : Déclaration du Secrétaire d’Etat adjoint US Robert Noriega à propos de Cuba. <BR>
A lire jusqu’au bout.



URL de cet article 2832
  

Même Thème
Victor Hugo à La Havane
Maxime VIVAS
Victor Hugo a pris parti pour Cuba, dans des textes admirables en faveur des femmes cubaines et pour fustiger l’armée d’occupation espagnole pendant qu’en Europe il portait le fer rouge de ses vers au front de l’injustice. Le poète a su associer son talent d’écriture, ses dons de visionnaire et ses penchants humanistes pour bâtir, dans cette complétude humaine, une oeuvre par cela frappée du sceau du génie. On découvrira ici qu’avec lui, des dizaines d’autres Français glorieux ont tissé des liens (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Le plus troublant pour moi était la soif de meurtre témoignée par les membres de l’US Air Force. Ils déshumanisaient les personnes qu’ils abattaient et dont la vie ne semblait avoir aucune valeur. Ils les appelaient "dead bastards" et se félicitaient pour leur habilité à les tuer en masse.

Chelsea (Bradley) Manning

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.