RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Les habitants de St Louis s’insurgent contre la signature d’un contrat avec Veolia qui ne respecte pas les droits humains (Mondoweiss)

A 14H30 mercredi 19 décembre 2012, au cours d’une réunion dans le bureau du maire, le Conseil de l’estimation et de répartition de la ville de St. Louis* (Board of Estimate & Apportionment), a refusé d’approuver un contrat entre la ville et Veolia tant que la firme n’aurait pas fait l’objet d’une enquête approfondie. La décision a été prise à cause de l’implication de la multinationale dans la discrimination ethnique imposée à la Palestine et du nombre d’appels téléphoniques, de mails et de réunions exprimant des "inquiétudes concernant le respect des droits humains par l’entreprise et sa situation financière " comme l’a dit la radio publique nationale de St Louis.

Dans les six heures qui ont précédé le vote, les membres du Conseil on reçu plus de 200 mails chacun leur demandant de retarder la signature du contrat. Leurs téléphones n’ont pas cessé de sonner et les militants ont aussi envoyé des messages aux officiels sur Twitter. Les membres du Comité de Solidarité pour la Palestine de St Louis et la Voix Juive pour la Paix de St Louis sont venus à la réunion exprimer leur opposition à Veolia.

Le Conseil qui comprend le maire de St Louis, Francis Slay, le contrôleur, Darlene Green, et le président du Conseil des Echevins, Lewis Reed, ont reconnu qu’ils ne pouvaient pas approuver en conscience un contrat qui soulevait autant de questions. Auparavant, le Comité pour la Solidarité avec la Palestine de St Louis avait distribué un tract qui décrivait la manière dont Veolia avait profité de l’occupation israélienne illégale de la Palestine et de sa politique d’apartheid ainsi que le mépris de la multinationale pour l’environnement, ses pratiques désastreuses en matière de gestion de personnel et de management, la corruption, les pots de vin, les détournements, les fraudes et enfin son échec à se réformer malgré ses promesses.

Quand le Maire Slay a soumis le contrat à l’approbation, le président Reed a demandé que le vote soit repoussé afin de pouvoir d’effectuer une enquête sur les pratiques de la firme. Le Commissaire à l’eau et le maire continuaient de soutenir que Veolia était la firme appropriée, mais Green et Reed ont été convaincants :

"Nos citoyens ne sont pas satisfaits. Et je veux respecter leurs demandes, le mal qu’ils se sont donné et leur désir ’d’enquêter sur Veolia’... Ce n’est pas notre argent ; c’est leur argent. Point... Vous, [les citoyens] vous avez de l’importance. Donc tâchons de tirer les choses au clair."

Reed a exprimé la crainte que le contrat ait été ajouté à l’ordre du jour à la dernière minute suite à la protestation des écologistes, des salariés, du mouvement de solidarité avec la Palestine et d’autres groupes indignés par l’épouvantable réputation de l’entreprise.

En dépit du fait que les gens ont été pris de cours, les organisateurs locaux ont réussi à mobiliser des centaines de personnes. Cette victoire a montré que les gens ordinaires avaient le pouvoir de s’opposer aux multinationales et d’exiger la transparence en matière de contrats publics.

Selon Sandra Tamari, une membre américo-palestinienne du Comité de Solidarité avec la Palestine de St Louis, qui assistait à la réunion :

"Je remercie le Conseil de l’estimation et de répartition de la ville de St. Louis pour sa décision éthique. Ma famille vit en Cisjordanie occupée où Israël a mis en place un système routier ségrégationniste et des bus ségrégationnistes dont certains appartiennent à Veolia. Si nous essayions de monter dans ces autobus, ma famille et moi serions repoussés à cause de notre race et de notre religion, comme c’est arrivé aux Palestinian Freedom Riders il n’y a pas longtemps. Je n’ai pas envie qu’une firme qui opprime mon peuple gagne de l’argent chaque fois que j’ouvre le robinet. Si la ville est contre la ségrégation aux Etats-Unis, elle ne doit pas soutenir des multinationales qui collaborent avec des pays ségrégationnistes."

Après avoir gagné cette première victoire, les habitants de St Louis vont redoubler d’efforts pour qu’il ne soit plus question du contrat une fois pour toutes. Il est temps que St Louis se débarrasse de Veolia.

Note :

* Selon la Charte St. Louis Ville, le Conseil de l’estimation et de répartition se compose du maire, Contrôleur et président du Conseil des Echevins. Le Conseil de l’E & A est l’exécutif de la Ville de gouvernement et approuve tous les achats de la ville immobiliers, les crédits et le budget de la Ville de fonctionnement annuel.

Pour consulter l’original : http://mondoweiss.net/2012/12/contract-following-activist.html

Traduction : Dominique Muselet

URL de cet article 18736
  

Roms de France, Roms en France - Jean-Pierre Dacheux, Bernard Delemotte
Population méconnue, la plus nombreuse des minorités culturelles, présente en Europe depuis des siècles, les Roms comptent plus de dix millions de personnes. Ils ont subi partout l’exclusion et les persécutions : l’esclavage en Roumanie du XIVe au XIXe siècle, l’extermination dans les camps nazis… Peuple à l’identité multiple, son unité se trouve dans son histoire, sa langue et son appartenance à une "nation sans territoire" . La loi Besson de juillet 2000 a reconnu les responsabilités de (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Partout où l’antisémitisme n’existe pas, le sionisme le fabrique »

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.