RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

A propos du rôle de l’individu dans l’histoire

Selon Georges Plekhanov (1856-1918)

L’éditorial de Théophraste R. qui cite K. Marx (*), amorce évidemment des réflexions sur la place de l’action personnelle dans l’histoire.
La question a été pensée par les marxistes.
L’ouvrage de Plekhanov n’existe pas sur Internet, c’est pourquoi j’en propose quelques extraits qui vont à l’essentiel, au détriment de la saveur des exemples (la Pompadour entre autres), ou des critiques d’autres penseurs comme Bossuet, Sainte-Beuve ou Mignet.

Les particularités personnelles des grands hommes déterminent donc la physionomie individuelle des évènements historiques, et le hasard, au sens où nous l’avons dit, joue toujours un certain rôle dans le cours de ces évènements dont l’orientation se trouve en dernière analyse définie par les causes dites générales, en réalité par l’évolution des forces productives et les rapports que celles-ci déterminent entre les hommes dans le processus économique et social de la production.

Les phénomènes dus au hasard et les particularités personnelles des grands hommes se remarquent beaucoup mieux que les causes générales qu’il faut aller rechercher dans les profondeurs.

Le XVIIIe siècle ne s’était guère préoccupé de ces causes générales [...] Les avocats de la nouvelle tendance historique (...) dans leur effort pour souligner au maximum l’action des causes générales ont laissé de côté les particularités personnelles des artisans de l’histoire. A les en croire, les évènements historiques n’auraient pas été modifiés d’un cheveu si l’on avait substitué les uns aux autres des individus plus ou moins capables.[...]

Aujourd’hui, on n’a plus le droit de tenir la nature humaine pour la cause première et la plus générale du devenir historique.

Ce qu’il faut aujourd’hui tenir pour la cause première et la plus générale de ce devenir, c’est l’évolution des forces productives, lesquelles conditionnent les changements successifs dans les rapports sociaux entre les hommes.

A côté de cette cause générale opèrent des causes particulières, c’est-à -dire la situation historique dans laquelle se déroule l’évolution des forces productives d’un peuple, et qui est elle-même créée en suprême instance par l’évolution de ces forces chez les autres peuples, ce qui nous ramène à la cause générale.

Enfin, l’influence des cause particulières est complétée par l’action des cause individuelles, c’est-à -dire des particularités personnelles des hommes d’Etat, et l’ensemble des "hasards" grâce auxquels les évènements revêtent finalement leur physionomie individuelle. Les causes individuelles ne peuvent introduire de modifications fondamentales dans l’action des cause générales et des causes particulières qui conditionnent de surcroît la direction et les limites de l’action individuelles. Il n’en demeure pas moins incontestable que l’histoire changerait de visage si les causes individuelles qui y agissent se trouvaient remplacées par d’autres du même ordre. [...]

La grandeur du grand homme ne consiste pas en ce que ses qualités personnelles donnent une physionomie individuelle aux grands évènements de l’histoire. Elle consiste en ce que le grand homme a des qualités qui le rendent le plus capable de servir les grandes nécessités sociales de son temps, lesquelles naissent par l’opération des causes générales et particulières. [...]

Les rapports sociaux ont leur logique : tant que les hommes se trouvent entre eux dans de certains rapports, ils vont nécessairement penser, sentir et agir d’une certaine façon. L’homme d’Etat n’a rien à gagner à engager la bataille contre cette logique : le cours naturel des choses, c’est-à -dire cette logique des rapports sociaux, réduirait à néant ses efforts.

Mais si je sais dans quel sens les rapports sociaux se modifient par l’effet de certains changements dans le processus économique et social de production, je sais du même coup dans quel sens la psychologie sociale va se modifier et j’ai donc la possibilité de l’influencer. Influencer la psychologie sociale revient à influencer les évènements historiques.

Dans un certain sens, je peux donc faire l’histoire quand même, sans avoir besoin d’attendre qu’elle "se fasse".

(*) « Ce n’est pas la conscience des hommes qui détermine leur existence, c’est au contraire leur existence sociale qui détermine leur conscience. » Karl Marx

URL de cet article 18735
  

DETTE INDIGNE ! QUI SONT LES COUPABLES ? QUELLES SONT LES SOLUTIONS ?
Jean-Jacques CHAVIGNE, Gérard FILOCHE
« Euro-obligations », « règle d’or », « gouvernance européenne », « fédéralisme budgétaire »… la crise de la dette qui ébranle la France et l’Europe donne lieu à une inflation sans précédent de termes économico-financiers dans les médias et dans les discours des dirigeants politiques. Pour les citoyens, ce vocabulaire, souvent obscur, dissimule une seule et même réalité : un gigantesque mouvement de transfert des dettes privées (en particulier celles des banques) vers les dettes publiques pour essayer de faire (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’ennemi n’est pas celui qui te fait face, l’épée à la main, ça c’est l’adversaire. L’ennemi c’est celui qui est derrière toi, un couteau dans le dos ».

Thomas Sankara

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.