RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
19 

Les loups et les hommes

Lettre à Dominique Muselet et à d’autres.

Ce n’est pas un gage de bonne santé que d’être bien intégré dans une société profondément malade. (Krishnamurti)

L’homme est un loup pour l’homme.

Chacun a entendu ou lu, de nombreuses fois cette maxime éculée. Juste ou fausse, selon les circonstances, elle imprègne notre interprétation, notre appréciation, notre appréhension d’autrui.

Aux vus et entendus de l’histoire, il apparaît assez clairement que l’homme a su se comporter, au cours de son histoire, comme le pire des prédateurs en face de sa propre espèce.

Jamais, au grand jamais, l’homme n’aura rencontré un prédateur pire que lui-même. Aucune espèce vivante sur cette terre n’a jamais autant fait pire prédation face à sa propre espèce, à l’échelle que l’on connaît.

Depuis la nuit des temps et jusqu’à nos jours, ce problème de coexistence humaine subsiste. S’il n’était advenu diverses formes de civilisations de sociétés en divers endroits de la planète, l’humanité en serait restée au stade de l’anthropophagie. Ici, le propos n’englobe pas les diverses formes d’anthropologie/ethnologie existantes dans des formes plus ou moins pacifiées, mais plutôt marginales et originelles. Non, ici le propos se pose en particulier sur la dérive anthropologique matérialiste de la société occidentale.

Après un stade civilisationel judéo-chrétien évoluant vers une forme encore inachevée de pacification des mœurs qui laissait moins de place aux loups contre l’homme, est advenue, une contre-civilisation, la contre-civilisation des loups du dieu dollar.

Des loups de Wall-Street et cie.

Forts de leurs pouvoirs et de leurs avoirs, ces loups ont investis et subvertis les forces du savoir. Dans un chantage aux besoins naturels de subsistance du troupeau humain, ces loups ont su y adjoindre tous autres besoins artificiels auxquels presque tous les moutons ont succombé d’emblée. A partir de là, les moutons, qui par nature sont d’innocentes, pacifiques et dociles bestioles, se sont accrochés aux artifices compensatoires, quitte à les défendre comme des loups enragés. Dès lors, dans un état de consumérisme matérialiste accompli, tous les moutons se sont mis à se comporter comme des loups, tout en restant des moutons qui s’ignorent.

Déguisés en loups, voilà les moutons qui se mettent à hurler comme des loups, contre les hommes qui veulent juste rester dans leur état naturel et le défendre. Et voilà donc comment les moutons sont devenus des loups pour l’homme libre.

C’est vrai, vous aviez bien raison de me répondre que l’homme est un mouton face au loup et un loup face au mouton. Ma métaphore rejoint ici la votre.

J’espère que ce développement abrégé méritera votre attention.

Feufollet 12.10.21

URL de cet article 37447
  

Même Thème
L’écologie réelle
Guillaume SUING
Des premières aires naturelles protégées (zapovedniki) en 1918 jusqu’au plus grand plan d’agroforesterie au monde en 1948, avant que Nikita Khrouchtchev ne s’aligne sur le modèle intensif américain dans les années soixante, c’est toute une écologie soviétique qui fut jadis raillée par les premiers zélateurs occidentaux de l’agriculture « chimique ». Cette « préhistoire dogmatique », pourtant riche d’enseignements pour l’époque actuelle, est aujourd’hui totalement passée sous silence, y compris dans le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En Occident, la guerre deviendra la norme, la guerre constante. Les gens grandiront, atteindront la maturité, deviendront adultes, avec l’idée qu’il y a toujours une guerre. Alors la guerre ne sera plus une chose exceptionnelle, inhabituelle ou horrible. La guerre deviendra la nouvelle normalité.

Julian Assange

Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.