RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Liberté de la presse

Il y a beaucoup de classements de pays qui sont publiés, pour le climat des affaires, pour le bien vivre, pour toute une liste de paramètres et pour la liberté de la presse, comme ces jours-ci. Comme d’habitude, invariablement, ce sont toujours les mêmes pays qui occupent le haut de la distribution et les mêmes que l’on retrouve tout en bas, du sommet aux abîmes selon la formule consacrée.

En guise de bonus et pour ceux qui n’aiment pas les tableaux rébarbatifs, il y a une carte du monde colorée qui permet d’embrasser d’un seul regard la répartition de la liberté, selon quelques nuances, dont trois dominent largement : celle qui encense, celle qui épingle et celle qui blâme, le jaune, le rouge et le noir.

Les critères sont un peu obscurs, mais qui s’en soucie réellement.

La presse quasi unanime reprend le rapport de Reporters Sans Frontières (RSF), sans s’arrêter un instant sur ses attendus. Un rapport qui accorde une place privilégiée à l’Afrique du nord.
À telle enseigne que le site de l’organisation s’ouvre sur un titre en caractères gras et en lettres capitales : " APRÈS LES PRINTEMPS, LES ESPOIRS DÉÇUS ".

Malgré cela, la Libye est remontée de 23 points. La Libye où l’on se demande comment RSF a pu juger de la " gouvernance " d’une fiction de gouvernement, où personne ne dirige personne et où le langage des armes règne en maître.

Concernant le reste des pays de la région, le verdict annonce qu’il n’y a pas eu d’évolution significative. Ceci établi, il y a tout de même des questionnements très lourds qui restent en suspens et que RSF ignore superbement.

Le principal de ces questionnements vise la main-mise quasi-totale de quelques magnats sur l’univers de la presse écrite et audiovisuelle mondiale.
Est-ce de leur liberté qu’il s’agit ou de la liberté des journalistes qu’ils emploient ? Est-ce encore la liberté d’être informés des lecteurs, des auditeurs et des téléspectateurs, qui est au centre des critères de classement ?

De toute évidence, il n’en est rien. En mai dernier, le Ministère des Communications de l’Équateur avait refusé de se réunir avec la Société Inter-américaine de Presse (SIP). Car l’ordre du jour proposé par la SIP, portait sur des sujets " qui perpétuent les privilèges et le pouvoir d’un cercle de propriétaires et d’imprimeurs, que travestissent leurs intérêts économiques et politiques derrière la défense des droits de la presse ".
Pis, en fait, au-delà des intérêts financiers et politiques, il y a la volonté de contrôler l’information et de la mettre au service de la stratégie atlantiste.

Tel a été le cas lors du déclenchement des trois dernières agressions, contre l’Afghanistan, contre l’Irak et contre la Libye, et telle l’opération de propagande en cours contre l’Iran et contre la Syrie.

Une ex-journaliste de CBS et de CNN, Kristina Borjesson, a produit une étude, intitulée Media Control (ed. Les Arènes), qui révèle le peu de cas fait à la notion de vérité par la presse étatsunienne. Elle nous apprend que " la plupart (des Étatsuniens) ne savent tout simplement pas ce qui se passe en dehors des États-Unis. Pire, ils ne savent pas ce que leur gouvernement entreprend à l’extérieur du territoire . Sans compter le travail méthodique de décérébration qui est à l’œuvre pour obtenir des " cerveaux disponibles " au bourrage publicitaire et politique.

Alors ce classement, viable ?

Ahmed Halfaoui

URL de cet article 22992
  

Même Thème
La face cachée de Reporters sans frontières - de la CIA aux faucons du Pentagone.
Maxime VIVAS
Des années de travail et d’investigations (menées ici et sur le continent américain) portant sur 5 ans de fonctionnement de RSF (2002 à novembre 2007) et le livre est là . Le 6 avril 2006, parce que j’avais, au détour d’une phrase, évoqué ses sources de financements US, RSF m’avait menacé dans le journal Métro : " Reporters sans frontières se réserve le droit de poursuivre Maxime Vivas en justice". Au nom de la liberté d’expression ? m’étonné-je. Quoi qu’il en soit, j’offre aujourd’hui au libre débat (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"le monde ne se meurt pas, il est en train d’être assassiné et les assassins ont un nom et une adresse"

Utah Philips

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.