RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Louise sans nom

C’est un petit cimetière perdu dans la campagne. Un tombeau qui détonne dans le paysage attire l’attention. Le pognon fiston, quand il coule à flot, ça continue de se voir après la mort... Je jette un oeil négligent sur les inscriptions. Trois soeurs mortes entre dix-sept et vingt-deux ans peu avant 1950. Trois mortes en deux années. Le cimetière n’a guère d’autre sujet d’intérêt. Je continue à flâner vers les maisons du bourg.

Une grand-mère m’accoste. Elle va au cimetière avec son arrosoir et elle m’a vu sortir. On prend le temps de causer. Je suis très en avance pour mon rendez-vous. Elle s’emmerde sévère dans sa campagne, la grand-mère, avec des vieux trop vieux qui ne sortent plus de chez eux et des plus jeunes au boulot qui ne rentrent que le soir pour s’enfermer dans leurs pavillons. Je l’interroge sur ce grand tombeau de marbre qui domine le cimetière de sa richesse. Son visage s’éclaire. Ah l’étranger au pays a remarqué ! Et la voilà bien lancée dans la causette. Elle a connu les trois soeurs. C’étaient les filles d’une famille d’industriels roulant sur l’or " on avait remarqué ! " qui possédait de vastes terres et un château dans la commune. Parmi une multitude d’autres biens dans la région.

Les trois soeurs sont mortes de langueur. Comme on le disait naguère dans les bonnes familles. Pour mes jeunes lecteurs, qui n’étaient pas encore nés au temps où Flaubert ou Maupassant tenaient leurs blogues, un mot d’explication est nécessaire. La tuberculose n’affectait que les pauvres. Les riches, eux, mourraient de langueur ou de mélancolie... Question de classe et de distinction.

Les trois soeurs avaient une bonne à tout faire. Guère plus âgée qu’elles. Qui habitait un taudis.

" Une masure, monsieur, où il n’y avait pas de fenêtre, juste une porte. Et même pas de cheminée. Mon père n’aurait pas voulu y mettre ses cochons tant c’était une glacière ! Y’en avait bien de la misère, monsieur, même encore après la guerre !

La bonne a fini par contracter la tuberculose. Le biotope était favorable. Et la bonne a contaminé les trois soeurs...

" La bonne ?

" Oui, monsieur, elle aussi a été enterrée dans ce cimetière. Mais il y a bien longtemps qu’on ne voit plus sa tombe. C’était juste une butte de terre.

" Mais comment s’appelait-elle ?

" C’était la Louise.

" Louise comment ?

" Ah ben, on disait la Louise du taudis. J’ai jamais su son nom de famille. Son père est mort elle avait douze ou treize ans et les maîtres l’ont prise comme petite bonne à ce moment-là pour leurs filles. C’était bien de leur part vu qu’on lui connaissait pas d’autre famille que son père.

Je pense à Louise chaque fois que l’on parle d’économies sur les dépenses de santé. Et je pense chaque fois aux riches familles qui perdront itou leurs demoiselles par l’une ou l’autre des tuberculoses d’aujourd’hui.

"""

Partageux rencontre des personnes cabossées par notre société libérale, change leur identité et ne mentionne ni son nom ni sa ville pour qu’on ne puisse les reconnaître. http://partageux.blogspot.com

URL de cet article 17323
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Les trajectoires chinoises de modernisation, Jean-Claude Delaunay
La Chine est entrée dans les temps modernes, au xixe siècle, avec un mode de production inapte à assurer sa modernisation. La dynastie Qing en a fait l’expérience. Le républicain Sun Yatsen n’a pas réussi à le dépasser. Seule la révolution communiste a débarrassé ce pays de ses structures anciennes. Depuis lors, son économie a suivi de nouvelles trajectoires. La première partie du livre décrit les trajectoires réelles contemporaines de la Chine (démographiques, agricoles, industrielles, commerciales). Elle (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Nous préférons croire au mythe selon lequel la société humaine, après des milliers d’années d’évolution, a finalement créé un système économique idéal, plutôt que de reconnaître qu’il s’agit simplement d’une idée fausse érigée en parole d’évangile. »

« Les Confessions d’un assassin financier », John Perkins, éd. Editions Alterre, 2005, p. 247

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.