RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
ENTRETIEN

LYNCH, DERRIàˆRE LE MIROIR

C’est très probablement l’un des plus grands réalisateurs dans le monde. Certains le considèrent même comme le plus grand de tous. David Lynch livre à ALM les dessous de son monde.

A. DAKI : Dès « Elephant man », vous avez marqué le cinéma en visionnant le monde du point de vue d’un personnage difforme. L’intérieur et l’extérieur, qu’est ce qu’ils représentent pour vous ?

David Lynch : L’intérieur et l’extérieur ! C’est un sujet aux limites infinies. On peut en parler pendant des jours et des jours sans en épuiser la substance. On peut en parler aussi longtemps qu’on le voudra sans réussir à dire combien ce sujet est beau.
On regarde la surface des choses comme devant une image lorsqu’on ouvre les yeux. L’oeil aperçoit ce qu’il voit, mais on sait sous cette surface qui se donne aux yeux, se cachent bien des choses. Sous le visage social des gens, sous la surface d’une chaise, sous ses matériaux, ses molécules, ses électrons. Et c’est dans la face cachée des choses que réside leur force. Ne pas chercher à en pénétrer le mystère, c’est passer à côté de l’essentiel. Cette préoccupation de la face interne des choses est si excitante qu’il ne m’est pas possible de faire du cinéma en l’occultant. Le cinéma parce qu’il peut exprimer des abstractions, se prête à cette aventure à l’intérieur des surfaces. Mais cette recherche doit être fondée sur des idées simples qui entrent dans la trame d’une histoire, de façon à rendre cet objet intérieur un tant soit peu intelligible pour le spectateur. Mais aussi simples qu’elles puissent être, les idées sont aussi porteuses des dessous des choses. C’est le vertige du dessous des surfaces. C’est comme un lac qui réfléchit les détails d’un paysage. On pense à une surface solide, mais dès que l’on met le pied, elle se dérobe pour nous entraîner dans des profondeurs que l’on ne soupçonnait pas. Et c’est ce genre d’idées qui m’intéressent.

A. Daki : Est-ce qu’il existe pour vous une différence entre réalité et fiction, rêve et vie ?

David Lynch : (Long silence… Rires). Il y a trop de choses dans la vie, dans la surface de la vie, et puis en dessous, de façon sous jacente, des myriades de détails. Et pourtant à la base un principe unificateur responsable, en fait, de tout l’édifice. Le cinéma peut parler de tout cela, de ces idées, de ces abstractions, car il est un porteur unique de sensations, il ouvre toutes les portes. En ce sens, le cinéma est un médium magique. Rêve et vie ! Dans le cinéma, la distinction entre les deux ne veut pas dire grand chose. Seul l’avènement de l’instant cinématographique compte !

A. Daki : Est-ce qu’il existe une influence de cinéastes ou d’écrivains sur vos films ?

David Lynch : Non ! Je pense que l’on peut apprécier le travail des autres, mais Fellini est Fellini et je n’ai pas à être Fellini. Je peux être inspiré par une oeuvre, mais je ressens le besoin vital de me saisir de mes idées, d’en apprécier la teneur, d’en tomber amoureux pour leur donner corps dans mes oeuvres. C’est de cela qu’il s’agit. Chaque homme développe des idées qui se rapportent à son expérience de la vie, sa vision des choses, son angle de vue. Au bout du compte, c’est cet angle qui distingue des milliers d’artistes traitant d’un même sujet. Je ne fais qu’exprimer mes idées d’un point de vue qui m’est propre.

A. Daki : Qu’est ce que vous avez cherché à dire dans l’histoire de « Sailor and Lula » ?

David Lynch : C’est une histoire d’amour dans un monde complètement fou. J’ai toujours dit que « Sailor and Lula » est une histoire d’amour moderne. La raison pour laquelle je dis que cette histoire est moderne : l’homme traite la femme avec beaucoup de respect, et réciproquement. Le message que le film communique, c’est que l’amour entre un homme et une femme ne peut être qu’ainsi. Le héros des temps modernes, ce héros qui vit une histoire d’amour avec une femme est un homme quelconque, mais dévoré par la soif de vivre. Il rencontre une femme tout aussi quelconque, mais cherchant à être follement aimée, et ce indépendamment du confort social qu’il peut lui apporter, des règles de bienséance et du politiquement correct. Et le plus drôle, c’est que le monde est devenu encore plus fou qu’à l’époque du tournage de ce film.

A. Daki : Que pouvez-vous répondre aux personnes qui jugent vos films difficiles, incompréhensibles, comme « Mulholland Drive » ?

David Lynch : Écoutez ! Quand vous faites une chose, vous êtes mû par le désir de la communiquer à d’autres. … La seule raison pour laquelle on crée quelque chose est le désir de la partager avec d’autres. Le moteur de la création est un destinataire. Mais vous réalisez vite qu’il n’y a pas une seule idée que vous pouvez traduire de façon intelligible par tous. Le cinéma n’échappe pas à cette vérité. Les gens ont leurs propres goûts, leurs idées arrêtées sur un fait esthétique, alors quand vous réalisez une oeuvre, les gens réagissent très différemment. On est tous différents les uns des autres, c’est ainsi que va le monde. Mais je garde l’orgueil peut-être et surtout l’envie de toucher des spectateurs inconnus, pour que tout au fond d’eux-mêmes ils soient saisis par l’impression que nous parlons la même langue, que nous nous comprenons à mi-mot et même qu’entre nous il est nombre de choses qui vont sans dire.

URL de cet article 421
  

Palestine, photographies de Rogério Ferrari
Préface, Dominique Vidal - Texte, Leïla Khaled Rogério Ferrari n’est pas un reporter-photographe. Il ne scrute pas, ne témoigne pas, n’écrit pas d’images. Il s’emploie à rendre au plus grand nombre ce qu’il a reçu en partage : l’humanité tenace de celles et ceux à qui elle est déniée. Existences-Résistances est un alcool fort, dont l’alambic n’a pas de secret ; il lui a suffit de vivre avec celles et ceux qui en composent le bouquet. Au bout de ces images, point d’ivresse. Mais un silence. De ces silences (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de contrôler le devenir de leur monnaie, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, les banques et les compagnies qui fleuriront autour des banques priveront le peuple de tous ses biens jusqu’au jour où ses enfants se retrouveront sans toit sur la terre que leurs parents ont conquise.

Thomas Jefferson 1802

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.