RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

L’Å’UVRE IMPOSSIBLE DE COPPOLA

Le grand réalisateur américain Francis Ford Coppola a tenu une conférence de presse à Marrakech, jeudi 19 septembre. En réponse à une question de « Aujourd’hui le Maroc », il a tout dit du projet du film le plus ambitieux de sa carrière : « Mégalopolis ».

Les grands créateurs portent en eux le projet d’une oeuvre unique. Celle où ils livrent leur vision de la vie, leur profession de foi esthétique. Cela s’est vu avec des écrivains comme Balzac et « La comédie humaine », Proust et « La recherche du temps perdu ». Quant au « Livre » de Mallarmé, celui où il voulait combiner son art poétique avec sa vision philosophique, il est resté à l’état embryonnaire de notes.

L’ambition d’une oeuvre peut tuer l’oeuvre. C’est de cet esprit que participe le film de Francis Ford Coppola : « Mégalopolis ». Il le porte en lui depuis 15 ans, mais il est déterminé depuis 4 ans à ne rien faire d’autre avant que son film ne voie le jour. Cela fait donc déjà 4 ans que Coppola n’a pas réalisé de films, et il ne faut pas s’étonner de voir cette durée s’étendre, compte tenu de l’ambition qui sous-tend celui qu’il prépare. Le réalisateur a précisé qu’il possède déjà « une soixantaine d’heures d’images », qu’il travaille au montage un peu partout. « Y compris lorsque je voyage. Les moyens techniques permettent de travailler aujourd’hui où que l’on soit ».

Dans « Mégalopolis », Coppola projette de donner sa vision de la vie dans une grande cité. Il veut capter le nerf de la contemporanéité. « J’ai commencé ce projet lorsque j’ai fait "One from the heart" (Coup de coeur). A l’époque, j’avais l’idée d’allier image et musique pour une grande densité de l’instant du cinéma. J’ai conçu l’une avec l’autre. J’avais créé à cette fin un grand studio qui anticipait sur le numérique. En ce moment-là , il n’y avait aucun scénario qui se prêtait à cette technologie nouvelle. Le film a été un ratage total. » Au résultat, le film ne ressemblait pas à ce que Coppola voulait en faire. Il a été de surcroît « un désastre financier », précise le réalisateur. « J’ai passé dix ans de ma vie, de 40 à 50 ans, à faire un film par an pour payer les dettes contractées pour le tournage de "One from the heart". Mais intérieurement le projet tel que je l’avais conçu m’est resté au travers de la gorge. J’étais dévasté par cet échec. Je me résignais mal à renoncer à cette épopée de la vie contemporaine. J’avais besoin d’un projet qui me fasse rêver. Je ne savais pas ce que je voulais, mais je saisissais l’esprit de mon film. Je n’avais aucune idée de comment faire, mais je savais ce que je voulais faire. Quel film cela peut-il être ? Quel film cela devrait-il être ? Je n’en savais rien, mais je voulais à la fois qu’il change le monde, et qu’il apporte un langage neuf à la manière de ce qu’ont fait James Joyce, Stravinsky ou Picasso. J’ai rendu ce travail si difficile, si complexe, si ambitieux qu’il en est devenu tout simplement impossible. Le cinéma obéit à des exigelces de faisabilité et je me suis rendu compte que mon projet n’était pas réalisable dans l’état. Alors, je refais, je resserre, je simplifie, je condense, mais le projet reste très ambitieux. Pour me consoler je me dis que Tolstoï a réécrit dix fois "Guerre et paix" ».

Coppola a conclu sa réponse en soulignant la vision optimiste du monde qu’il va donner dans ce film. Il est persuadé que ses enfants et ses petits-enfants vont vivre dans un monde meilleur. Coppola a insisté sur le fait que la démesure de son projet peut le rendre irréalisable. « J’ai été obligé de revenir de mes ambitions pour le rendre possible » souligne-t-il. En dépit de la modération de ses prétentions, il faut s’attendre à ce que « Mégalopolis » soit un chef d’oeuvre absolu du cinéma, si toutefois son réalisateur le termine un jour.

URL de cet article 420
  

Les Etats-Unis de mal empire : Ces leçons de résistance qui nous viennent du Sud
Danielle BLEITRACH, Maxime VIVAS, Viktor DEDAJ
Présentation de l’éditeur Au moment même où les Etats-Unis, ce Mal Empire, vont de mal en pis, et malgré le rideau de fumée entretenu par les médias dits libres, nous assistons à l’émergence de nouvelles formes de résistances dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine. Malgré, ou grâce à , leurs diversités, ces résistances font apparaître un nouveau front de lutte contre l’ordre impérial US. Viktor Dedaj et Danielle Bleitrach, deux des auteurs du présent livre, avaient intitulé leur précédent ouvrage (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Nos sociétés sont des taudis intellectuels. Nos croyances sur le monde et sur les autres ont été créées par le même système qui nous a entraînés dans des guerres répétées qui ont tué des millions de personnes. On ne peut pas construire une civilisation uniquement à partir de l’ignorance et du mensonge." - Julian Assange

"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.