RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Aujourd’hui le Maroc

Maroc : Les Instituts Français font la chasse aux livres étrangers

Le communiqué de l’Association pour la Promotion des Ecrivains (APEC) est extraordinaire : les Bibliothèques des Instituts français au Maroc ont reçu l’instruction de retirer les ouvrages étrangers traduits en français. Que pensent les concernés de cette décision ? Et quelles en sont les raisons ?

Où sont passés Auster, Higgins, Faulkner et tous les auteurs du monde traduits en français ? Ils ne sont plus dans les rayonnages de la bibliothèque de l’Institut français de Kénitra !

L’homme qui a fait ce constat ahurissant est l’écrivain Jean-Pierre Koffel - également vice-président de l’Association pour la Promotion des Ecrivains (APEC). Il voulait lire des auteurs américains pour mener des recherches au sujet d’une table-ronde sur le roman policier. « J’ai cherché un premier auteur américain sans le trouver. Je me suis dit que les abonnés avaient emprunté tous ses livres. J’en ai cherché un deuxième sans succès non plus, un troisième et ainsi de suite... A la fin, j’ai dû me rendre à cette évidence : tous les auteurs non-français de polars ont disparu ! » nous a-t-il confié.

Interloqué par cette disparition, il a mené des recherches et a appris que les médiathèques des Instituts français (IF) avaient reçu l’instruction de retirer de leurs bibliothèques les littératures étrangères traduites en français et de « ne plus passer commandes de livres traduits en français » comme souligné dans le communiqué de l’APEC. De mystérieux agents ont donc mené la chasse aux littératures du monde dans cette bibliothèque. On peut se demander quel sort sera réservé à ces livres. Un autodafé ? ou un triste séjour chez les marchands de caaahuètes ?

Plus sérieusement, la recommandation de retirer les littératures du monde des Instituts français établis au Maroc provoque beaucoup d’embarras au service culturel de l’Ambassade de France. Jean-Christophe Deberre, conseiller de coopération et d’action culturelle auprès de cette Ambassade, l’a démenti catégoriquement : « C’est totalement faux ! Je garantis qu’aucune instruction n’a été donnée dans ce sens. L’inverse serait absurde ! Tout ce qui concerne les Instituts français passe par mon service. Une décision aussi importante ne peut tout de même pas m’échapper ».

Il faudrait pourtant croire que quelqu’un a bel et bien donné cette instruction. Le directeur d’un institut français nous a confirmé l’avoir reçue, mais il a refusé "d’obtempérer".

Cette « nouvelle n’est ni complètement vraie, ni complètement fausse », a dit pour sa part Agnès Dumont-Fillon, coordonnatrice des médiathèques des IF au Maroc. Elle a estimé qu’elle était beaucoup plus complexe que ne le laissait entendre le communiqué de l’APEC. Cette recommandation ne vise pas seulement les livres, mais également les films. Elle ne concerne pas toutes les littératures et les cinémas du monde, mais surtout les productions du monde anglo-saxon.

Il a été constaté que les abonnés dans les IF consomment bien plus de livres anglo-saxons traduits en français et de films américains que d’oeuvres dont les auteurs sont français. Cette décision obéit ainsi « à la volonté de faire évoluer les médiathèques en lieu de diffusion de la culture de la France contemporaine » selon les termes du directeur d’un IF. Elle traduit une appréhension de voir la culture anglo-saxonne faire des adeptes dans un lieu de promotion de la culture française.

Le problème, c’est que ces abonnés lisent et regardent ces oeuvres en français. Toute langue véhicule une culture. Et une langue qui limite sa géographie culturelle aux personnes qui la parlent, depuis la naissance, est vouée à l’épuisement, à l’étroitesse.

Jusque-là , tout le monde se félicitait de l’action des médiathèques des IF, par ce qu’ils faisaient - il faut bien le dire - office de bibliothèques publiques. Les abonnés étaient à moitié sûrs d’y trouver un écrivain récent ou un film d’un grand réalisateur américain. Leur richesse explique en grande partie le succès de ces médiathèques auprès des abonnés. En menant la chasse à des auteurs anglo-saxons dans ces structures, en engageant des actions de purification, on chasse en même temps beaucoup d’abonnés.

Aujourd’hui le Maroc est un quotidien en français.


URL de cet article 388
  

Pour une critique de la marchandisation
André Prone
Où va-t-on ? Chacun d’entre nous est en mesure d’observer les dérèglements biosphériques, économiques, politiques et sociétaux qui affectent le système-monde aujourd’hui. Mais au-delà du constat, quelles en sont les causes et comment agir pour en stopper le cours ? C’est ce à quoi tente de répondre ce livre. Il le fait avec la ferme conviction que rien n’est impossible et que tout dépend de nous. Analyser les dérives sociétales, thérapeutiques et environnementales générées par la marchandisation mondiale (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je pense que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées entières sur le pied de guerre. Si le peuple américain permet un jour aux banques privées de contrôler le devenir de leur monnaie, d’abord par l’inflation, ensuite par la récession, les banques et les compagnies qui fleuriront autour des banques priveront le peuple de tous ses biens jusqu’au jour où ses enfants se retrouveront sans toit sur la terre que leurs parents ont conquise.

Thomas Jefferson 1802

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.