RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Marcos Ana, mort d’un poète

Toute sa vie, Marcos Ana aura vécu et combattu pour ses idées. Photo : Caroline Ventezou/AFP

Le poète et militant communiste Marcos Ana est mort le 24 novembre dernier à 96 ans. Sa disparition a provoqué une vive émotion en Espagne.

Il venait d’avoir dix-neuf ans lorsqu’il fut arrêté et emprisonné par les franquistes en 1939. Quarante-deux ans quand il sera libéré. Marcos Ana détient le triste record du plus vieux prisonnier politique d’Espagne. Vingt-trois années derrière les barreaux. Condamné plusieurs fois à mort, il verra sa peine commuée à soixante ans d’emprisonnement. C’est en prison qu’il va se lancer dans l’écriture poétique dans des conditions d’enfermement épouvantables : faim, froid, tortures, vexations… Mais dans l’horrible prison de Burgos – réputée pour avoir été l’une des plus féroces en matière disciplinaire –, la solidarité s’organise et met sur pied une université populaire clandestine où les prisonniers républicains apprennent à lire et à écrire. On y dispense des cours de formation politique, on organise des cercles littéraires. « Pendant ces années, confie-t-il à l’Humanité dans un entretien réalisé par Cathy Ceïbe, je me suis formé politiquement. Grâce à nos familles, nous n’avons jamais été coupés du monde. Et puis la solidarité est arrivée d’Europe et d’Amérique latine. On recevait des cartes des ouvriers de Renault ou de Tchécoslovaquie. Quand on me demande ce qui est le plus beau dans la vie, je réponds : la solidarité. »

Ce fils de paysan sans terre, qui grandit dans les rues d’Alcala de Henares, militera d’abord dans une organisation catholique avant de s’engager dans les jeunesses socialistes puis communistes. Il s’éloigne définitivement de la religion après avoir découvert dans les gravats d’un immeuble bombardé par l’aviation mussolinienne le corps de son père. Un choc pour ce garçon à peine sorti de l’adolescence. Malgré son jeune âge, il ira batailler les armes à la main dans la sierra de Madrid pour contenir l’avancée des troupes franquistes. Son âge le sauvera d’une première condamnation, mais il sera définitivement arrêté sur dénonciation. Il apprendra en prison la mort de sa mère, Ana. Orphelin, il signera désormais du prénom de ses parents ses écrits : Marcos Ana.

Dans ses écrits, aucune amertume, aucun regret...

Lorsqu’il est libéré le 17 novembre 1960 suite à un décret de Franco qui ordonne la libération des prisonniers politiques incarcérés depuis plus de vingt ans, le retour à la vie civile sera rude. « Dites-moi à quoi ressemble un arbre / Dites-moi le chant de la rivière / Quand elle se couvre d’oiseaux /Parlez-moi de la mer, parlez-moi / De l’odeur ample des champs, / Des étoiles, de l’air », écrit-il dans un poème qui, plus tard, donnera le titre à son recueil Decidme como es un arbol (Dites-moi à quoi ressemble un arbre), paru en 2007. Dans ses écrits, aucune amertume, aucun regret, aucun esprit de vengeance : « La vengeance n’est pas un idéal politique. Je me sentirais profondément dégradé si mon objectif était que d’autres souffrent ce que j’ai souffert. La seule “vengeance” que je désire, c’est une vengeance historique : voir un jour triompher les idéaux pour lesquels j’ai lutté, pour lesquels des milliers d’hommes et de femmes ont perdu leur vie ou leur liberté », confiait-il toujours dans l’Humanité. Exilé en France avant de pouvoir retourner dans son pays, Marcos Ana toute sa vie durant aura vécu, combattu pour ses idées. Parmi les personnalités venues lui rendre un dernier hommage à Madrid, on pouvait reconnaître Almudena Grandes, Pilar Bardem et le juge Baltasar Garzon. Marcos Ana est entré dans la légende de son vivant. Il fut l’un des symboles de la résistance à la dictature franquiste, un homme intègre, un honnête homme, un poète, un militant communiste, un combattant de la liberté.

Marie-José Sirach

»» http://www.humanite.fr/marcos-ana-mort-dun-poete-627567
URL de cet article 31248
  

Même Thème
ESPAGNE : un livre en plein dans le mille
Vladimir MARCIAC
Jean Ortiz a publié 90 articles sur le site Le Grand Soir. Son style impeccable, son cœur à fleur de clavier, son intelligence servant sa remarquable connaissance des dossiers qu’il traite, son humour, sa fougue, sa fidélité aux siens, c’est-à-dire aux guérilleros espagnols que le monde a laissé se faire écraser par un dictateur fasciste, le font apprécier par nos lecteurs (nos compteurs de lecture le disent). Il a en poche une carte du PCF qui rend imparfaitement compte de ce qu’est pour lui le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« L’utopie est ce qui n’a pas encore été essayé. »

Theodore Monod

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.