RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Répression en Ukraine : un témoignage de Maxim Goldarb

Maxim Goldarb est le président de l'Union des Forces de Gauche (pour un Nouveau socialisme). Voici son témoignage sur la répression en Ukraine.

L’Ukraine a longtemps été considérée comme le pays le plus libre de l’espace post-soviétique. Jusqu’à il y a dix ans, les partis politiques et les organisations publiques de toutes les couleurs et une variété de médias agissaient librement dans notre État et les adversaires politiques, les journalistes et les militants pouvaient critiquer ouvertement et sans crainte les autorités. Toute tentative d’éviter la critique des activités des autorités est devenue la cause d’un grand scandale, il y a donc eu peu de tentatives de ce type.

Mais tout a radicalement changé depuis [les manifestations et les émeutes de] l’Euromaïdan de 2014. Le régime oligarchique d’extrême droite qui a pris le pouvoir avec une idéologie nationaliste a commencé à persécuter ses opposants en utilisant des méthodes terroristes.

L’exemple le plus tragique non pas de persécution mais d’assassinats par le régime au pouvoir à Kiev contre des opposants idéologiques s’est produit à Odessa le 2 mai 2014, lorsque des militants nationalistes avec la pleine connivence et l’aide des autorités ont empêché les activités antifascistes qui se déroulaient dans la Chambre des syndicats en mettant le feu au bâtiment, ce qui a poussé de nombreuses personnes à se jeter par les fenêtres pour fuir les flammes et ont mis fin à leurs jours en frappant le sol. Plus de 40 personnes ont été tuées à cette époque, dont Vadim Papura, membre du Komsomol (le syndicat des jeunes communistes) ainsi qu’Andrei BraJevsky, membre de l’organisation de gauche Borotba.

Personne n’a jamais été puni pour ce crime, bien que ceux qui ont participé à l’attaque aient été enregistrés sur de nombreuses photographies et vidéos. Comme si cela ne suffisait pas, l’un des organisateurs du massacre est devenu plus tard le président du Parlement ukrainien, et un autre est entré dans ce parlement sur les listes des partis de l’ancien président Porochenko.

La même chose s’est produite avec les meurtriers de plusieurs politiciens et journalistes de l’opposition bien connus tués depuis 2014 : l’ancienne députée du Parti socialiste d’Ukraine Valentina Semenyuk-Samsonenko, (meurtre déguisé en suicide, 27 août 2014) ; l’ancien député, organisateur d’actions d’opposition Oleg Kalachnikov (tué le 15 avril 2015) ; l’écrivain et publiciste antifasciste populaire Oles Buzina (tué le 16 avril 2015) et bien d’autres. De même, les activités du plus grand parti de gauche du pays à l’époque, le Parti communiste d’Ukraine, ont été interdites.

En outre, des politiciens, des journalistes et des militants d’opposition, dont beaucoup sont de gauche, ont été battus, arrêtés et emprisonnés ces dernières années sur de fausses accusations de "haute trahison" et d’autres accusations manifestement politiques. Ce fut notamment le cas des journalistes Vasily Muravitsky, Dmitry Vasilets, Pavel Volkov et du militant des droits de l’homme Ruslan Kotsaba, entre autres. Il est caractéristique qu’une fois au tribunal, et malgré la pression des autorités, ces accusations tombent généralement en morceaux et s’avèrent totalement intenables.

La situation politique s’aggrave d’année en année, surtout depuis que Vladimir Zelensky est devenu président de l’Ukraine. La raison formelle de l’élimination complète des restes de libertés civiles et du début de la répression politique ouverte était le conflit militaire qui a débuté en Ukraine en février 2022.

Tous les partis d’opposition en Ukraine, la plupart de gauche, y compris l’Union des Forces de gauche (pour un Nouveau socialisme) sous ma direction, ont été interdits sur la base d’accusations fabriquées et fausses d’être "pro-russes".

Dans le même temps, le seul membre du Parlement ukrainien qui est allé ouvertement travailler dans les autorités créées par la Russie sur le territoire de l’Ukraine, Oleksiy Kovalyov, représentait le parti du président Zelensky, Serviteur du peuple. De plus, tout au long de la guerre, le parti au pouvoir a été secoué par des scandales de corruption très médiatisés qui sapent l’autorité des représentants publics aux yeux du peuple et détruisent les vestiges de l’autorité de l’Ukraine aux yeux de la communauté mondiale (les cas du chef adjoint du Bureau du Président Kyrylo Timochenko, du ministre de la Défense Oleksiy Reznikov et son adjoint Vyacheslav Shapovalov, Vice-ministre du Développement communautaire, des Territoires et des Infrastructures Vasily Lozinsky, Président du Naftogaz Ukrainy Andriy Kobolev, Chef de l’Administration militaire régionale de Dnepropetrovsk Valentyn Reznichenko et d’autres). Malgré le fait que cette "activité" du parti au pouvoir constitue une menace directe pour la sécurité et l’existence du pays, pour une raison quelconque, elle n’a pas encore été interdite par les autorités.

Le Service de sécurité ukrainien (SBU) a arrêté divers leaders d’opinion et journalistes qui ont fait des commentaires dans les médias et critiqué le gouvernement avant la guerre. Tous ont été accusés de promouvoir une position pro-russe, de haute trahison, d’espionnage, de propagande, etc.

Une longue liste d’arrestations, de disparitions et de morts

En février-mars 2022, des blogueurs et journalistes bien connus ont été arrêtés pour haute trahison et placés dans des centres de détention provisoire (SIZO), tels que Dmitry Djangirov (d’idéologie de gauche, a collaboré avec notre parti), Yan Taksyur( d’idéologie de gauche), Dmitry Marunich, Mikhail Pogrebinsky, Yuri Tkachev, etc. La raison de leur arrestation n’était pas du tout une trahison, mais la peur des autorités de leur position publique, qui ne coïncidait pas avec l’officier.

En mars 2022, l’historien Alexander Karevin, connu pour sa citoyenneté active, a disparu sans laisser de trace après que des agents du SBU se soient rendus chez lui. Karevin avait à plusieurs reprises sévèrement critiqué les actions des autorités ukrainiennes dans le domaine des sciences humaines, de la politique linguistique et de la politique de la mémoire historique.

En février 2023, Dmitry Skvortsov, journaliste et blogueur orthodoxe, a été arrêté dans un monastère près de Kiev et placé dans un centre de détention provisoire.

En mars 2022, à Kiev, l’avocate et militante des droits de l’homme connue pour ses positions antifascistes, Olena Berezhnaya, a été envoyée dans un centre de détention provisoire pour suspicion de trahison (en vertu de l’article 111 du Code pénal). Cet activiste s’était exprimé devant le Conseil de sécurité de l’ONU en décembre 2021 sur l’illégalité de ce qui se passait en Ukraine.

Le 3 mars 2022, les frères Alexander et Mikhail Kononovichi, militants antifascistes, ont été arrêtés à Kiev pour violation de l’article 109 du Code pénal ukrainien ("actions visant à modifier de force l’ordre constitutionnel ou à s’emparer du pouvoir de l’État"). Ils ont été placés dans un centre de détention préventive jusqu’à la fin de 2022, où ils ont été battus et torturés, et privés d’une assistance médicale en temps opportun.

En mai 2022, à Dnipro, le SBU a arrêté Mikhail Tsarev, frère de l’ancien candidat à la présidence Oleg Tsarev, pour "déstabilisation de la situation sociopolitique dans la région."En décembre 2022, il a été condamné à 5 ans de prison pour terrorisme.

Le 7 mars 2022, six militants de l’organisation d’opposition Patriots for Life ont disparu sans laisser de trace à Severodonetsk, et en mai, l’un des dirigeants du groupe Azov, Maxim Jorin, a publié une photo de leurs cadavres sur Internet, déclarant qu ’ "ils avaient été exécutés", et que leur meurtre était lié à leur position et avait été perpétré par des structures paramilitaires.

Le 12 janvier 2023, Sergei Titov, un habitant de Belaya Tserkov, une personne handicapée à moitié aveugle atteinte d’une maladie mentale, a été arrêté et admis dans un centre de détention préventive pour "saboteur". Le 2 mars, il a été signalé qu’il était décédé dans ce centre.

Depuis novembre 2022, Dmitry Shymko, de Khmelnytsky, est dans les cachots en raison de ses convictions politiques.

Des centaines de personnes persécutées pour avoir diffusé du contenu politique sur Internet

les autorités ont placé l’espace d’information ukrainien, y compris Internet, sous un contrôle strict. Toute publication personnelle par des citoyens sur des erreurs au front, sur la corruption des autorités et de l’armée ou sur les mensonges des fonctionnaires est déclarée un crime. Ces personnes, ainsi que les blogueurs et les administrateurs des chaînes Telegram, sont victimes de harcèlement de la part de la police et des services de sécurité.

Selon le SBU, au printemps de cette année, 26 chaînes Telegram ont été bloquées dans lesquelles les gens s’informaient mutuellement des appels à la mobilisation. Des perquisitions ont été menées sur six administrateurs publics considérés comme suspects. De cette manière, les pages opérant dans les régions d’Ivano-Frankovsk, Tcherkassy, Vinnitsa, Tchernovtsi, Kiev, Lvov et Odessa, auxquelles plus de 400 000 utilisateurs étaient abonnés, ont été bloquées. Les administrateurs de ces pages risquent jusqu’à dix ans de prison.

En mars 2022, l’article 436-2 sur "La justification, la reconnaissance comme légale, la négation de l’agression armée de la Fédération de Russie contre l’Ukraine, la glorification de ses participants" a été introduit dans le Code pénal ukrainien, qui est en fait dirigé contre tout citoyen ukrainien qui pense quelque chose de différent de la position politique officielle.

Cette règle est formulée de telle manière qu’elle prévoit essentiellement de punir le "crime de pensée" : mots, phrases prononcés non seulement en public, mais également dans une conversation privée, écrits sur une chaîne privée ou dans un SMS envoyé par téléphone. En fait, nous parlons d’une invasion de la vie privée des citoyens, de leurs pensées. Cela a été confirmé par l’application de la loi : en mars 2023, il y avait 380 condamnations au registre des décisions de justice pour de simples conversations dans la rue et des "j’aime" sur Internet, y compris des peines de prison effectives.

Ainsi, en juin 2022, à Dniepropetrovsk, un habitant de Marioupol qui, en mars 2022, a affirmé que les bombardements contre la population civile et les infrastructures civiles de Marioupol avaient été perpétrés par des militaires des Forces armées Ukrainiennes a été condamné à 5 ans de prison. Une autre peine, basée sur une conversation téléphonique en mars 2023, a été prononcée contre un habitant d’Odessa, condamné à deux ans de probation pour des conversations "antipatriotiques et antiétatiques" via un téléphone portable.

Une habitante du village de Maly Bobrik dans la région de Soumy, qui en avril 2022, étant dans sa cour en présence de trois personnes, a approuvé les actions des autorités russes vis-à-vis de l’Ukraine et qui n’a par la suite pas reconnu sa culpabilité, a été condamnée en vertu de l’article 436-2 du Code pénal en juin 2022 à une peine réelle de six mois de prison.

Au moins 25 Ukrainiens ont été condamnés pour "activités anti-ukrainiennes" sur les réseaux sociaux. Selon l’enquête, ces résidents en Ukraine ont distribué des symboles "Z", des drapeaux russes sur leurs pages et ont qualifié l’invasion de "libération".

Des peines ont également été infligées non pas à ceux qui ont distribué de telles publications, mais uniquement à ceux qui les ont "aimées" (ont exprimé leur approbation sur les réseaux sociaux) - au moins les textes de deux phrases indiquent que les soi-disant "j’aime" visaient à "apporter l’idée à un large éventail de personnes en modifiant les frontières du territoire ukrainien" et en "justifiant l’agression armée de la Fédération de Russie". La justification des chercheurs était que les pages personnelles sont en libre accès et que les publications avec des "j’aime" peuvent être consultées par de nombreuses personnes.

Ainsi, en mai 2022, à Ouman, un retraité a été condamné à deux ans de prison avec une période probatoire d’un an pour le fait qu ’ "en raison du rejet des autorités ukrainiennes actuelles [...] elle a mis les soi-disant" j’aime " sur le réseau Internet Odnoklassniki à une série de publications justifiant l’agression armée de la Fédération de Russie contre l’Ukraine."

À Kremenchug en mai 2022, conformément à l’article 436-2 du Code pénal ukrainien, un citoyen ukrainien a été condamné, qui sous un surnom a parlé sur Odnoklassniki des nazis en Ukraine et du développement d’armes biologiques financées par le Pentagone.

La répression utilisée par le gouvernement actuel pour lutter contre ceux qui ne sont pas d’accord a transformé l’Ukraine en l’État le plus privé de liberté d’Europe, dans un État dans lequel quiconque ose s’opposer aux autorités, à l’oligarchie, au nationalisme et au néonazisme risque la liberté et, souvent, la vie.

Nous demandons toute la diffusion possible de ces informations, car dans la situation actuelle, seule une large publicité internationale des faits présentés dans cet article peut aider à sauver des milliers de personnes dont la liberté et la vie sont maintenant menacées en Ukraine.

Traduit de l’anglais pour Rébellion par Paco Muñoz de Bustillo
Autres articles de Maxim Goldarb sur Rébellion : https://rebelion.org/autor/maxim-goldarb/

»» https://rebelion.org/las-personas-que-se-oponen-al-gobierno-actual-est...
URL de cet article 38657
  

Julian Assange parle
Karen SHARPE
200 citations qui reprennent les mots d’Assange, privé de la parole depuis si longtemps maintenant. A travers différentes thématiques, on comprend l’homme et les raisons qui ont poussé les États-Unis à le poursuivre sans raison. APPEL POUR JULIAN ASSANGE De Julian Assange vous avez beaucoup entendu parler. Souvent en mal. Mais lui-même, l’avez-vous entendu ? Savez-vous ce qu’il a vraiment dit et fait, pourquoi il a fondé Wikileaks, ce qu’il pense de la guerre, d’Internet, du journalisme et de bien (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Si un homme blanc veut me lyncher, c’est son problème. S’il a le pouvoir de me lyncher, c’est mon problème. Le racisme n’est pas une question d’attitude ; c’est une question de pouvoir. Le racisme tire son pouvoir du capitalisme. Donc, si vous êtes antiraciste, que vous en soyez conscient ou non, vous devez être anticapitaliste. Le pouvoir du racisme, le pouvoir du sexisme, vient du capitalisme, pas d’une attitude.

Stokely Carmichael

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.