RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
13 
L’ex-mari de la ministre de la répression géorgienne...

Non, vous ne connaissez pas Raphaël Glucksmann qui rejette une liste commune aux européennes avec LFI

Le député européen Raphaël Glucksmann (Place Publique – S&D) a rejeté mardi (9 mai) une liste commune avec La France insoumise (LFI – La Gauche unie) aux élections européennes de 2024, estimant que les divergences politiques sont trop importantes.

J’espère que LFI lui fera savoir qu’elle se passera volontiers de lui. Et pour plusieurs raisons, dont les suivantes, glanées sur des terres européennes :

« Fils du philosophe André Glucksmann, il a eu un parcours chaotique, papillonnant sur l’échiquier politique, flirtant avec Sarkozy avant de se poser sur le PS qui en a fait son chef de file aux élections européennes de 2019. Il sera élu avec 6% des voix.
En octobre 2011, il organise le voyage de Nicolas Sarkozy à Tbilissi la capitale de la Géorgie pour une rencontre avec le président Mikheil Saakachvili. Glucksmann est alors le conseiller officiel du président (« mon ami » dit-il), il participe à l’écriture de ses discours il publiera même avec lui un livre d’entretiens (« Je vous parle de liberté »).

Le 25 août 2008 Raphaël Glucksmann publie une tribune dans Libération où il fait l’éloge de Saakachvili. Il y concède néanmoins que son ami « n’est pas Gandhi », sage précaution car le despote se heurte à des manifestations de rues, brutalement réprimées.

Pendant que les prisons se remplissent, Raphaël Glucksmann se tait. A cette époque, la ministre de l’Intérieur (et de la répression de Géorgie) est Eka Zguladze… épouse de Raphaël Glucksmann.

Raphaël Glucksmann qui vivait au cœur du pouvoir en Géorgie ne savait rien (sinon il nous l’aurait dit) sur la police de sa femme, police qui rackettait les entreprises, volait les petites gens, persécutait les partis d’opposition, assassinait dans la rue et torturait en prison, broutilles qui finirent par obliger le président Mikheil Saakachvili, sa ministre de la répression, Eka Zguladze et son époux, Raphaël Glucksmann, à fuir précipitamment la Géorgie pour échapper à leur arrestation ».

Maxime VIVAS.
(Extrait du livre « Les divagations des antichinois en France », Editions Delga, mars 2022. Maxime Vivas, Aymeric Monville, Jean-Pierre Page. Préface du contre-amiral Claude Gaucherand).

URL de cet article 38655
  

L’affaire WikiLeaks - Médias indépendants, censure et crime d’État
Stefania MAURIZI
Dès 2008, deux ans après le lancement de la plateforme WikiLeaks, Stefania Maurizi commence à s’intéresser au travail de l’équipe qui entoure Julian Assange. Elle a passé plus d’une décennie à enquêter les crimes d’État, sur la répression journalistique, sur les bavures militaires, et sur la destruction méthodique d’une organisation qui se bat pour la transparence et la liberté de l’information. Une liberté mise à mal après la diffusion de centaines de milliers de documents classifiés. Les "Wars logs", ces (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La provocation est une façon de remettre la réalité sur ses pieds.

Bertolt Brecht

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.