RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Merci à MarocHebdo de rappeler aux Noirs que la vie est un combat.

La Une de l’hebdomadaire du Maroc, MarocHebdo, de cette semaine a le mérite d’être claire : le royaume chérifien est menacé par les Noirs qui s’y déversent et qui s’y livreraient à des activités criminelles de tout genre. Peut-être arrachent-ils aussi le "pain au chocolat" de petits marocains, comme les arabo-musulmans et autres négro-africains le font, selon Jean-François Copé en France.

Voilà exactement ce que nous disent les rédacteurs de ce journal qui, du coup, doivent être félicités pour service rendu. Car, à la vérité, ils rendent un énorme service aux noirs conscients qui essaient péniblement de sonner le tocsin à la majorité des Noirs qui dorment toujours pendant que des canons et des bombardiers tonnent dans leur maison. Les rédacteurs de ce journal nous rappellent que nous sommes en guerre et ils nous renvoient tout simplement à nos devoirs de peuple. Ce que nous avons depuis fort longtemps dit vainement. C’est pour cela que s’il s’agit -encore - pour des Noirs de crier au racisme, de culpabiliser les Marocains et plus directement les auteurs de ce journal, de brocarder le Marocain (historiquement un envahisseur) qui refuse d’accueillir les Noirs, et d’entamerdes lamentations habituelles sur l’inhospitalité et la xénophobie envers les Noirs, eh bien, nous n’aurons donc rien compris au message qui nous est envoyé par cette Une de MarocHebdo. Elle est pourtant parfaitement claire : chaque peuple doit maîtriser son espace, y vivre et y faire la loi. Si un peuple a perdu la maîtrise de son espace, il lui faudra alors se donner tous les moyens nécessaires le plus vite possible pour le reconquérir et le reconstruire, au lieu de chercher à se dérober de cette responsabilité première en pensant trouver chez autrui chez soi.

Pouvons-nous continuer éternellement par ignorer la situation qui est la nôtre dans le monde ? Quelle est notre place ? Quel regard les autres ont-ils sur nous, y compris sur notre propre sol ? L’Africain peut-il continuer par raser les murs et incarner le visage d’autrui sans aucun souci de conscience ? Le Noir va-t-il continuer par ruser sur son propre état de décrépitude avancée qu’il fait semblant d’ignorer alors tout le lui rappelle ? Pouvons-nous enfin nous réunir pour commencer par réfléchir et agir pour nous tracer les sentiers d’un destin nouveau et maîtrisé ?

De Gaulle, un des plus grands patriotes français ayant le plus combattu pour maintenir l’Afrique dans "la vie de la Métropole" disait que la vie internationale, sinon la vie tout court est un combat et, en conséquence, qu’il soit donné à chacun selon les oeuvres de ses armes. Autrement dit, les peuples défaits et vaincus occupent bien la place qu’ils méritent, et si par indolence et désorganisation, ils ne se redressent pas pour reconquérir leur trône volé, qu’ils s’asseyent à même le sol. Ce n’est donc pas en fuyant le champs de bataille pour s’abriter chez autrui qu’on gagne sa place. Nous autres qui sommes hors d’Afrique aujourd’hui, nous le mesurons pleinement. Ce n’est pas en allant laver les voitures aux autres, en se prostituant, en allant se vautrer dans la mendicité dans les espaces publics chez les autres, en allant nettoyer les toilettes des autres, en allant s’occuper des vieillards des autres à qui on remplace les couches, en allant dresser le lit aux autres, en allant balayer les rues des autres, en allant garder les enfants des autres ou promener leurs chiens, en allant jouer au petit détaillant de cannabis dans les gares ou autres coins de rue chez les autres ou en allant servir le kebab ou livrer de la pizza aux clients chez les autres qu’on règle le problème réel qui nous confronte. Ce n’est pas en allant jouer au banquier, à l’enseignant, à l’aide-soigant ou au médecin chez les autres et pour les autres qu’on édifie son propre peuple. Ce n’est pas être chez les autres et prétendre être chez soi parce que bien accueillis que nous allons nous reconstituer en peuple. Au contraire ! Les Africains se mentent à eux-mêmes en pensant pouvoir sortir de la merde et devenir ainsi un peuple reconstitué en prenant le large. A la vérité les Africains ne seront pas ce seul peuple sur terre qui échapperait aux sentiers rudes et difficiles de l’histoire qu’emprunte tout peuple dominé et colonisé pour se redresser. Il y a un prix à payer pour se libérer et se reconstruire. Si les Africains estiment qu’ils sont trop beaux pour s’engager sur cette voie, trop mignons pour mettre la main dans le cambouis du combat libérateur alors il n’y a rien à faire. Si les Africains estiment que leur terre ne mérite pas qu’ils lui consacrent leur vie, leur misérable vie pour la reconquérir, la reconstruire et la sanctuariser, quoi de plus normal que nous ayons tous comme perspective le départ pendant que tout le monde entier se dirige vers l’Afrique pour y acquérir les matières premières minières, minéralières et agricoles. Disons leur simplement la bienvenue en terre africaine où ils peuvent puiser les ressources pour compléter et confirmer leur leadership dans le monde alors que nous, nous sommes vus comme le péril à leurs portes fermées à double tour.

Komla KPOGLI
Web : http://lajuda.blogspot.com

URL de cet article 18253
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Éric Laurent. Le scandale des délocalisations.
Bernard GENSANE
Ce livre remarquable est bien la preuve que, pour l’hyperbourgeoisie, la crise n’est pas le problème, c’est la solution. Éric Laurent n’appartient pas à la gauche. Il est parfois complaisant (voir ses livres sur Hassan II ou Konan Bédié). Mais dans le métier, on dit de lui qu’il est un " journaliste d’investigation " , c’est-à -dire … un journaliste. Un vrai. Sa dénonciation des délocalisations, par les patronats étatsunien et français en particulier, est puissamment documentée et offre une (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« (...) on a accusé les communistes de vouloir abolir la patrie, la nationalité. Les ouvriers n’ont pas de patrie. On ne peut leur ravir ce qu’ils n’ont pas. Comme le prolétariat de chaque pays doit en premier lieu conquérir le pouvoir politique, s’ériger en classe dirigeante de la nation, devenir lui-même la nation, il est encore par là national, quoique nullement au sens bourgeois du mot. »

Karl Marx, Friedrich Engels
Manifeste du Parti Communiste (1848)

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
44 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.