RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Afrique : une nouvelle année, des défis anciens et nouveaux.

A l’heure où nous parlons, rares sont les gouvernements du monde qui n’ont pas une "politique africaine" bien construite et parfois avec la participation active des Africains qui, à la différence du projet colonial initial conçu exclusivement par les Européens, sont associés en tant qu’une "élite indigène qui collabore à l’exploitation et à la mise en valeur de l’Afrique". Ces politiques africaines présentent le continent comme le continent de l’avenir. Mais l’avenir de qui ?

Début janvier 2012, nous écrivions un texte intitulé "Afrique : la photographie que 2011 a renvoyée aux Africains". Il s’agissait de dresser un bilan critique de cette année-là, d’interpeller les Africains sur les défis posés à notre continent et d’indiquer quelques pistes de solutions, bien sûr, en étant très lucide.

Janvier 2014 pointe le bout de son nez. La situation, d’une manière générale, sur le continent que nous habitons – sans le maîtriser, sans le posséder effectivement – n’est pas en passe de s’améliorer. Bien au contraire, tous les indicateurs signalent - et nous l’avons toujours dit – que l’avenir s’annonce plus que redoutable. L’Afrique – à l’insu des Africains eux-mêmes – est le continent central. Elle est non seulement cartographiquement, géographiquement au coeur du monde, mais surtout au centre de grands enjeux économiques. Son contrôle est l’une des questions géopolitiques les plus importantes de tous les temps, et plus précisément depuis la fin du 14ème siècle. Il faut dire que l’Afrique est le continent-réservoir par excellence pour le bonheur d’autres peuples. Elle a été conduite à fournir gratuitement tout : des bras aux minéraux de toutes sortes aux autres civilisations qui ont réussi à la subjuguer et la vaincre par tous les moyens possibles sur tous les plans. Solidement attachée à la remorque du monde d’où elle a été expulsée, l’Afrique a ses veines ouvertes et son sang, son énergie alimente le développement des autres. Elle les nourrit, les habille, les finance, et les blanchit. Parmi les instruments les plus puissants servant à immobiliser l’Afrique dans ce rôle de fournisseur de services gratuits, il faut citer la guerre, l’école et la religion. Malheureusement, et pour le grand bonheur des autres peuples, la conscience en Afrique est nettement en retard sur les évènements et surtout sur les institutions précitées.

Lorsqu’une masse humaine ne questionne pas ou pas suffisamment les institutions qu’elle trouve dans sa société, elle les subit. Les Africains ne questionnent que trop peu le cadre africain et ses institutions qu’ils trouvent lorsqu’ils viennent dans ce bas monde. Ainsi, demeurons-nous, de la naissance à la mort, des naïfs et surtout des promoteurs zélés des instruments construits de l’extérieur et imposés sur le sol africain comme le fruit d’une réflexion et d’un consensus endogènes.

A l’heure où nous parlons, rares sont les gouvernements du monde qui n’ont pas une "politique africaine" bien construite et parfois avec la participation active des Africains qui, à la différence du projet colonial initial conçu exclusivement par les Européens, sont associés en tant qu’une "élite indigène qui collabore à l’exploitation et à la mise en valeur de l’Afrique". Ces politiques africaines présentent le continent comme le continent de l’avenir. Mais l’avenir de qui ? Ce serait une grossière erreur d’appréciation si les Africains pensent qu’on parle dans ces politiques africaines de leur avenir. Le sénat français sous les auspices de Jean-Marie Bockel a rendu public en octobre dernier un rapport dont le titre à lui seul, il faut l’espérer, a le mérite d’ouvrir les yeux à ces Africains jusque-là insensibles aux réalités : "L’Afrique est notre avenir". Voilà la réponse à notre question. L’Afrique est l’avenir des autres. Et, ils le disent clairement.

Que d’autres, depuis leur pays, puissent dire et écrire qu’un autre continent est leur avenir, voilà un cri de guerre ! Ces mots seront repris dans un autre cadre quelques semaines plus tard : le Rapport Hubert Védrine, remis à François Hollande. Pour rédiger les deux documents, des Africains appelés Experts ont été sollicités. Il s’agit là de faire croire qu’on s’intéresse au sort du peuple noir. Le piège est gros.

Reste aux Africains d’écouter le message, de le comprendre et d’y répondre en s’organisant autour d’une nouvelle génération lucide, courageux et apte à conduire l’entreprise de démolition de l’ordre colonial sans cesse renouvellé, maquillé et imposé en Afrique. Ainsi, pour une fois, les Africains montreraient qu’ils veulent reprendre effectivement la propriété de leur continent, remettre la main sur toutes ses ressources pour les réorienter vers la satisfaction de leurs propres besoins avant tout.

Komla KPOGLI

Web : http://lajuda.blogspot.ch

»» http://lajuda.blogspot.ch/2013/12/afrique-la-photographie-que-2011.html
URL de cet article 24084
  
Communication aux lecteurs
JULIAN ASSANGE : Le documentaire "Hacking Justice" à Paris

Le 17 novembre à 20h
au cinéma Espace St Michel
7 Pl St Michel, Paris 75005

Les Amis du Monde Diplo & Les Mutins de Pangée organisent une projection du film "Hacking Justice Julian Assange" de Clara Lopez Rubio et Juan Pancorbo suivie d’un débat avec la réalisatrice.

https://lesmutins.org/hacking-justice

à partir du 17 novembre, le film sera suivi de débats aux séances de 20h les lundi, mercredi, Vendredi. Calendrier : https://lesmutins.org/hacking-justice?tab=projections

Même Thème
Meurtre au Burundi. La Belgique et l’assassinat de Rwagasore
Ludo de WITTE
En 1999, Ludo De Witte publie un livre-choc : L’Assassinat de Lumumba. Ses révélations sur le rôle du roi Baudouin, du gouvernement belge et de la CIA amèneront la Belgique à présenter des excuses officielles au Congo. En 2017, le sociologue belge sort chez Investig’Action L’Ascension de Mobutu. Salué par Jean Ziegler : « Un livre superbe d’érudition, de courage et d’intelligence analytique. Au magnifique peuple congolais, il contribue à restituer une mémoire claire… » En 2021, ce nouveau livre (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La pire chose qui soit jamais arrivée au peuple juif, après l’Holocauste, c’est la création de l’état d’Israël.

William Blum - juin 2010

Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
22 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.