RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Gouverner par la culture

Dès que La Brique met son nez hors de ses contrées nordistes, l’exclamation revient comme une rengaine : « à Lille, ça bouge ! » Et c’est vrai : depuis la mise en orbite du vaisseau culturel lillois en 2004, pas une année sans biennale, grande expo au Tri-Postal, ouverture de nouvelles salles de spectacle ou raout à la gare Saint-Sauveur. L’événement est partout et tout le temps. Mis en scène par l’entreprise lille3000 et par les services municipaux.

Face à ce rouleau compresseur, ce numéro essaye de faire entendre une autre voix.

De la culture au culturel

L’exercice n’est pas évident. Après tout, qui donc peut bien critiquer la culture ? Dans ce numéro, il ne sera jamais question d’esthétique, de beauté ou de valeur artistique. Nous ne reprendrons pas non plus le genre de chantage au bon goût avancé par Aubry lorsqu’elle déclare : « Quand on aime la vie, quand on aime les autres, j’ai du mal à comprendre qu’on n’aime pas la culture ! » [1]

En réalité, ce numéro cause moins de la « culture » que du « culturel ». C’est-à-dire la culture passée à la moulinette des pouvoirs locaux, instrumentalisée, et déformée pour servir des enjeux bien éloignés des discours de solidarité et d’émancipation balancés à tour de bras par les services de com’ ou la presse locale. Les articles qui suivent tentent de répondre une fois de plus à cette question : à qui profite la culture ?

Lille Excel

À Lille comme ailleurs, la culture est avant tout une affaire de gros sous. Ses bienfaits s’évaluent sur tableau Excel, en « retombées touristiques », « événements générateurs d’emplois » ou « fréquentation des transports ». « 280 000 visiteurs en 2012 au Palais des Beaux-Arts. 100 000 sollicitations par mois de l’Office du Tourisme. 108 hôtels homologués offrant près de 7000 chambres sur le Grand Lille » [2] : voilà le bilan de la culture ! Ou plutôt – car il s’agit bien de ça – de l’industrie culturelle lilloise. Celle-là même qui prépare sa Renaissance en 2014 [3].

Le culturel, c’est aussi l’occupation du territoire – de la métropole pour le coup. Il ne faut pas s’étonner de voir la carte en page centrale de notre dernier numéro dessiner les lignes de front de l’embourgeoisement à Lille par des « lieux culturels ». Les Maisons Folies et du Hip-Hop, la Gare Saint-Sauveur pour ne citer que les plus offensifs servent en premier lieu à transformer les derniers quartiers populaires. La culture est une des armes – si ce n’est la première – pour transformer la ville et pacifier les quartiers un peu trop agités.

L’objectif ? Encore et toujours attirer les investisseurs, promoteurs immobiliers, grandes firmes de nouvelles technologies et construire un environnement policé pour leurs nouveaux salariés. Et il faut bien le reconnaître, depuis 2004 le capitalisme festif avance à plein régime. Aubry et sa clique ont su vendre la ville comme un paquet de céréales. Sur le marché des métropoles culturelles, Lille trône aujourd’hui aux côtés de Bilbao, Barcelone ou du Qatar.

« Extraordinaire » pour travailleur parcellaire

Mais l’enjeu n’est pas que dans les chiffres. Il se retrouve aussi dans le rôle qu’on attribue à la culture. À Lille, c’est la loi du spectacle. De moins en moins acteur de son existence, le Lillois lambda doit se contenter d’être spectateur d’une culture tantôt abrutissante tantôt inepte qui, lorsqu’elle n’est pas élitiste, n’est finalement plus que du divertissement de masse. Avec pour fonction de « faire rêver » à du « fantastique » et de l’« extraordinaire ». Le Lillois déambule alors tous les deux ans de la Grand’ Place à la Gare Lille-Flandres en touriste dans sa propre ville décorée par des publicitaires illuminés tels le pape de la culture locale, Didier Fusillier.

Pour toutes ces raisons, la culture est devenue primordiale pour la « métropole ». C’est aujourd’hui à lille3000 et à la municipalité d’ordonner la production culturelle lilloise, de sélectionner, subventionner et (dé)programmer. Quand on parle culture à Lille, les langues ont du mal à se délier. Les silences pleins de sous-entendus, et les demandes d’anonymat traduisent la peur de payer cash – dans tous les sens du terme – un petit écart politique. Si Didier Fusillier a répondu à notre sollicitation, les autres se taisent.

Le culturel place, le politique déplace

Si effectivement « Lille bouge », c’est donc au fond et avant tout grâce à une prise d’otages généralisée. De gré ou de force, capitaux privés, décideurs politiques, médias, artistes et habitants sont enrôlés dans la dynamique culturelle. L’entreprise lille3000 phagocyte la culture à Lille et frappe de son logo n’importe quelle représentation pour en faire l’étendard de sa diversité. Les rares bastions indépendants, comme les cafés-concerts ou les petites compagnies sont sérieusement attaqués ces temps-ci.

Observant la forme marseillaise de ce capitalisme culturel, des copains constataient : « le culturel place et maintient en place, et c’est le politique qui déplace. » [4] Le pouvoir dans la métropole lilloise avance masqué, caché derrière des lapins roses et des léopards empaillés. La mascarade culturelle lui sert avant tout à ré-enchanter artificiellement un présent sans avenir. À réoccuper un espace public vidé de toute aspiration à l’émancipation.

la Brique Lille - édito

»» http://labrique.net/numeros/numero-38-janvier-fevrier-2014/article/gou...

Notes

[1] La Voix du Nord, 14/12/13.

[2] « Une ville attractive, cœur économique d’une eurométropole », plaquette Ville de Lille.

[3] Le thème de la prochaine mascarade lille3000 dans les cartons.

[4] Alessi Dell’umbria, Jean Pierre Garnier, « Un magic kingdom urbain : "Marseille Provence 2013 capitale européenne de la culture" », à paraître (à ce qui paraît).


URL de cet article 24085
  

"Pour sauver la planète, sortez du capitalisme" de Hervé Kempf
René HAMM
Le titre claque comme un slogan que l’on clamerait volontiers avec allégresse. Quel immense dommage que si peu de Vert(-e)s adhèrent à ce credo radical, préférant, à l’image de Dominique Voynet Daniel Cohn-Bendit ou Alain Lipietz, quelques commodes replâtrages ! Les déprédations gravissimes de l’environnement découlent d’un mode de production uniquement mû par « la maximisation du profit ». La crise économique actuelle, corollaire des turbulences qui ont frappé la bulle des hedge funds et des subprimes, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Chaque prétendant à l’Empire claironne à l’extérieur qu’il veut conquérir le monde pour y apporter la paix, la sécurité et la liberté, et qu’il sacrifie ses enfants dans un but éminemment noble et humanitaire. C’est un mensonge, et un vieux mensonge, et pourtant des générations se succèdent et y croient !

Si les Etats-Unis ont la prétention de devenir un Empire, comme c’est la cas pour la plupart des nations, alors les réformes internes seront abandonnées, les droits des états seront abolis - pour nous imposer un gouvernement centralisé afin de renier nos libertés et lancer des expéditions à l’étranger.

Alors le Rêve Américain mourra - sur des champs de batailles à travers le monde - et une nation conçue dans la liberté détruira la liberté des Américains et imposera la tyrannie pour assujettir les nations.

George S. Boutwell - (1818-1905), Secrétaire du Trésor sous le Président Ulysses S. Grant, Governeur du Massachusetts, Sénateur and Représentant du Massachusetts

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
122 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.