RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Message de paix et charge anti-gouvernement pour les 50 ans des FARC

A l’occasion du 50e anniversaire des Farc en Colombie, le chef de la guérilla marxiste, Timoleon Jimenez alias "Timochenko", a affiché mardi son espoir de parvenir à une "paix efficace" lors des négociations avec le gouvernement, tout en dénonçant l’"arrogance" du pouvoir.

Dans une vidéo de près d’une demi-heure, le numéro un des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), célèbre "cinquante années de lutte incorruptible" et prévient que les rebelles "feront le nécessaire si l’oligarchie persiste à empêcher la paix". Revêtu de son uniforme au milieu d’une forêt, "Timochenko", dont la localisation est inconnue, clame que les négociations de paix avec le gouvernement du président Juan Manuel Santos, qui se déroulent depuis 18 mois à Cuba, ne se traduiront pas par une "reddition humiliante" de la guérilla.

"Nous sommes à La Havane car nous rêvons d’une paix efficace", ajoute le chef des Farc, dont le discours est intégralement reproduit sur le site internet de la guérilla (www.farc-ep.co).

Forte d’environ 8.000 combattants selon les autorités, la principale guérilla colombienne, la plus ancienne d’Amérique latine, attribue sa naissance au lancement le 27 mai 1964 d’une vaste opération militaire contre un foyer d’insurrection paysanne. Le conflit interne, qui a mêlé des milices paramilitaires et des bandes criminelles, a fait plus de 220.000 morts et 5 millions de déplacés, selon des chiffres officiels.

Nous sommes nés en conséquence d’une déclaration de guerre de l’oligarchie colombienne et de la Maison Blanche", affirme le dirigeant suprême des Farc. "C’est la dure réalité politique de notre pays qui a fait basculer nos vie dans la lutte armée", cet ancien étudiant en médecine formé à Moscou, nommé à la tête de la rébellion en 2011 après la mort de son prédecesseur, Alfonso Cano, lors d’un raid militaire.

Dans son intervention, qui intervient entre les deux tours de l’élection présidentielle, "Timochenko" lance aussi une violente charge contre le chef de l’Etat, en lice pour un second mandat, lui reprochant notamment d’avoir refusé un cessez-le-feu durant les négociations. "Le président Santos n’a cessé d’accuser pendant sa campagne ses opposants fanatiques d’extrême-droite de vouloir tuer l’espoir de paix du peuple colombien. Comme s’il n’ordonnait pas chaque jour d’intensifier les opérations militaires et les bombardements dans sa soif d’éliminer les leaders de l’insurrection avec laquelle il dialogue à La Havane", clame-t-il.

Le chef des Farc reproche enfin au gouvernement actuel de "n’avoir rien fait d’autre que répondre par la moquerie" aux mouvements de protestation ruraux contre "les effets de la politique noélibérale". "La réconciliation nationale passe par le démontage de la politique de haine et d’anéantissement menée par les plus hauts représentants de l’Etat", conclut-il.

»» http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/05/27/message-de-paix-et-charge_n...
URL de cet article 25769
  

Même Thème
La rose assassinée
Loic RAMIREZ
Vieilles de plus de 50 ans, souvent qualifiées par les médias de narco-terroristes, les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC), restent avant tout une organisation politique avec des objectifs bien précis. La persistance de la voie armée comme expression ne peut se comprendre qu’à la lumière de l’Histoire du groupe insurgé. En 1985, s’appuyant sur un cessez-le-feu accordé avec le gouvernement, et avec le soutien du Parti Communiste Colombien, les FARC lancent un nouveau parti politique : (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
"Un système meurtrier est en train de se créer sous nos yeux" (Republik)
Une allégation de viol inventée et des preuves fabriquées en Suède, la pression du Royaume-Uni pour ne pas abandonner l’affaire, un juge partial, la détention dans une prison de sécurité maximale, la torture psychologique - et bientôt l’extradition vers les États-Unis, où il pourrait être condamné à 175 ans de prison pour avoir dénoncé des crimes de guerre. Pour la première fois, le rapporteur spécial des Nations unies sur la torture, Nils Melzer, parle en détail des conclusions explosives de son enquête sur (...)
11 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.