Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes


Sur les eaux noires du fleuve.

Plus de six décennies de conflit armé affectent la Colombie, pays considéré, d’un point de vue formel, comme une démocratie. Aux guérillas nées en réaction à la violence structurelle et à l’injustice sociale a répondu une épouvantable répression.

En cette année 2002, le gouvernement a rompu les négociations avec les Forces armées révolutionnaires de Colombie. Ces terribles FARC viennent d’enlever Ingrid Betancourt. L’élection présidentielle se profile, dont est favori un dur, un certain à lvaro. De l’étranger, les journalistes arrivent à Bogotá.

Loin de la capitale, entre des rives envahies par la forêt, coule un fleuve. Egarée dans l’exubérance de ce fouillis végétal, végète une petite agglomération amphibie construite sur pilotis : Vistabonita. De pleines embarcations de guérilleros y accostent régulièrement. Ils vont et viennent au coeur du village, fixent le cours de la coca, prônent la révolution. Certains habitants fraternisent, comme Estefania, l’institutrice, ou Camilo et Juan Carlos. D’autres non - posez donc la question au maire Petro, à don Pablo ou à Velásquez, le patron de la cantina -, exaspérés par les méthodes des insurgés. Manuel le raspachine, lui, cultive la coca, sans trop se soucier de savoir à qui profite le trafic de la cocaïne : il est amoureux de Jenny, la petite guérillera qui a troqué son balai et une vie de misère contre une AK-47.

Ainsi va la vie, dans ce hameau où les familles se connaissent, s’apprécient, mais aussi se surveillent et se haïssent parfois. Jusqu’à ce qu’éclate la terrible nouvelle : « Du nord déboulent les paramilitaires ! Les pue la mort nous foncent droit dessus ! »

Les journalistes enquêtent - ou font semblant. Le gouvernement et les élites de ce pays sont-elles aussi démocratiques qu’elles le prétendent ? Qui sont et que font les paramilitaires ? Les guérilleros des FARC sont-ils de simples « terroristes » sanguinaires doublés de narcotrafiquants ?

A l’heure où, à La Havane, les représentants du président Juan Manuel Santos et les comandantes des FARC ont entamé un dialogue de paix, Sur les eaux noires du fleuve, nous fait vivre, de l’intérieur, avec un très grand réalisme, car écrit par un spécialiste, au coeur de cette guerre sans merci.

Sur les eaux noires du fleuve
Maurice Lemoine
478 pages - 20 euros

Éditions Don Quichotte http://www.donquichotte-editions.com/fiction/sur-les-eaux-noires-du-fleuve/

Maurice Lemoine :

Né (à peu près) au milieu du XXe siècle, fils d’un chauffeur de taxi prématurément disparu et d’une mère (initialement) femme au foyer, Maurice Lemoine a connu la trajectoire de nombreux jeunes « prolos » de la banlieue parisienne : vie en cité HLM, sortie du système scolaire assez précipitée (CEP, CAP), sport de compétition (cyclisme et athlétisme), service militaire musclé (au sein d’un bataillon parachutiste).

Fort heureusement, grâce à sa mère, il a grandi dans une maison pleine de bouquins, en compagnie de John Steinbeck, William Faulkner, Ernest Hemingway, Albert Londres, Blaise Cendrars, Lucien Bodard, Jack London, Joseph Conrad, Georges Arnaud et bien d’autres, ainsi, cela va de soi, que de Spirou et de Tintin reporter (ce qui lui a donné quelques idées).

Avant d’oser s’essayer au journalisme, il n’en a pas moins exercé tous les métiers (ou presque, n’exagérons rien) : typographe, démarcheur d’assurances au porte-à -porte, distributeur de prospectus, vendeur de (très peu de) machines à écrire, représentant de commerce (particulièrement non doué), homme de ménage dans un Prisunic (technicien de surface, selon l’actuelle dénomination), employé de bureau, veilleur de nuit dans un Club Méditerranée, chauffeur de camion, opérateur-pupitreur, ingénieur commercial, homme de piste à l’aéroport d’Orly, etc. Il a également vécu un an et demi en brousse, au Gabon, comme « Volontaire du progrès » (ce qui lui a laissé entrevoir l’existence de la FrançAfrique) et un an dans un kibboutz (ce qui lui a permis de découvrir l’existence des… Palestiniens). C’est néanmoins un premier voyage de sept mois en Amérique centrale, en 1973, avec 7 000 francs dans la poche (disons 1 000 euros), qui a marqué un infléchissement dans cette vie aux apparences de foutoir passablement désorganisé.

URL de cet article 19864
   
Même Auteur
Cinq Cubains à Miami
Maurice LEMOINE
6 octobre 1976, La Barbade : un attentat détruit en vol un DC-8 de la Cubana de Aviación (soixante-treize morts). 12 avril au 4 septembre 1997 : une série d’explosions frappe les hôtels de La Havane. A l’origine de ces actions terroristes qui, depuis 1959, ont fait plus de 3 400 morts à Cuba : Miami ; la très honorable « Fondation » ; quelques personnages ténébreux : Luis Posaril, Pepper Nández, Jorge Maskano, le docteur Orlando… Une même obsession les habite : en finir avec le régime et faire la peau (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Lorsque j’ai pris mes fonctions, j’étais déterminé à faire entrer les Etats-Unis dans le 21ème siècle, toujours comme le plus grand facteur de paix et de liberté, de démocratie, de sécurité et de prospérité."

Bill Clinton, 1996

"A travers le monde, chaque jour, un homme, une femme ou un enfant sera déplacé, torturé, assassiné ou "porté disparu", entre les mains de gouvernements ou de groupes politiques armés. Et la plupart du temps, les Etats-Unis en sont complices. "

Amnesty International, 1996


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
19 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
18 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
21 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.