RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
L’URSS n’existe plus, mais la Russie est toujours là, aussi haïe.

Migrants et boat people

J'ai reçu cet article par courriel. J'ignore tout et de l'envoyeur et de l'auteur. J'ai cependant estimé qu'il était suffisamment intéressant pour être publié. Aux lecteurs de LGS de juger.
Byblos

Un nouveau débat semble vouloir s’ouvrir à propos des migrants Moyen-Orientaux, pour justifier ou non l’accueil de ces migrants.

D’un côté il y a ceux qui disent que, parce que la France s’était mobilisée pour sauver des milliers de boat people, elle ne peut pas faire moins avec les « réfugiés syriens ».

De l’autre, il y a ceux qui disent : ah ben non !

Ce n’est pas du tout pareil.

Les voilà partis, pour certains, à énumérer les différences, même les plus déroutantes comme : les Vietnamien ne crient pas « Bouddha est grand, » eux.

Ça me rappelle un reportage du temps où l’Afrique du Sud se dirigeait vers la fin de l’apartheid.

Un Sud-Africain avait répondu à une question du journaliste en lui disant : « Vous voyez bien que nous sommes différents. Regardez-les, ils ont les cheveux crépus et pas nous.

Comment voulez-vous que nous vivions côte à côte avec eux ? »

En ramenant le débat des migrants sur le terrain franco-français, on entre dans un domaine parfaitement géré depuis des décennies et où tout le monde est à l’aise.

La conscience politique du Français moyen à été cantonnée à sa vie immédiate et à ce qu’il voit, et s’il ne voit rien, on pourra lui montrer ce qu’il doit voir.

Pour le reste, c’est une affaire de spécialistes ; trop compliqué. Mais le débat sur les nouveaux migrants sort largement du cadre des querelles franco-françaises habituelles.

Ce phénomène promet d’avoir des répercussions aussi importantes, sinon plus, que le les boat people.

Pour voir la similitude des deux phénomènes, rappelons quelques faits.

À la fin de la guerre du Vietnam, les Américains, en partant, ont évacué tous leurs collabos qui auraient sans doute été massacrés s’ils étaient restés.

C’est ainsi à la fin de chaque guerre où l’on sait que les représailles et les vengeances sont la règle.

Les Français ont fait de même avec les Harkis d’Algérie pour leur éviter une mort certaine.

A la libération, en 1944-1945, si les collabos français avaient pu fuir en masse, ils l’auraient fait, et auraient pu éviter l’épuration que l’on connait.

Au Vietnam, étant donné l’intensité de la guerre, les représailles auraient été encore plus féroces.

Les Américains ont donc évacué 143 000 personnes, présentées comme des réfugiés fuyant le mal communiste.

Les boat people n’ont commencé que plus tard, après la réunification, et concernaient principalement des commerçants souvent sino-vietnamiens, à cause de la montée des tensions avec la Chine voisine.

Les vagues de départ, parfois encouragées, s’intensifièrent avec force publicité, prolongeant la guerre militaire perdue par une guerre médiatique contre le communisme.

Les médias de l’époque ne prenaient pas en compte le fait que dans les bateaux de migrants il y avait aussi des Laotiens et des Cambodgiens.

En France, cette guerre médiatique contre le communisme prit une tournure inattendue, mais parfaitement orchestrée.

A cette époque, le Parti Communiste Français était puissant et solide.

Il soutenait Moscou de toutes ses forces et avait des intellectuels de haut niveau, convaincus et engagés, dont le chef de file n’était autre que Jean-Paul Sartre lui-même, et de grandes figures toutes aussi engagées comme Yves Montand, ou Jean Ferrat.

Autour de ces personnalités, gravitait une flopée de faux gauchistes, des taupes, en fait, tels que André Glucksmann, Bernard Henri Levy, Bernard Kouchner, et tant d’autres qui sont nos néocons d’aujourd’hui.

Le chef de file des intellectuels d’en face était représenté par Raymond Aaron, dont nous savons maintenant qu’il était un agent de la CIA [Note du GS : Ce n’est pas ce que dit le site auquel renvoie ce lien. Mais il est sûr qu’Aron a été manipulé par la CIA et il en est convenu dans ses mémoires].

L’opération en France fut réglée comme du papier à musique. On envoya tout d’abord MSF sur place, avec Bernard Kouchner pour se faire photographier portant dans ses bras un enfant réfugié comme un sac de riz.

On multiplia les photos et les commentaires plus larmoyants les uns que les autres, et l’émotion fut entretenue à son plus haut niveau par des témoignages et des apparitions à la télé.

Toutes les taupes se joignirent à leur ami Kouchner pour crier au scandale et au génocide, en appelant à l’idéal humanitaire de la France.

Voilà le Parti Communiste et les Sartre, Montand piégés.

Soit ils adhèrent publiquement à l’émotion générale, ce qui équivaut à condamner le communisme responsable des drames que vivaient les boat people, soit ils continuaient leur soutien sans faille du communisme, ils apparaitraient alors comme les complices de ce qui se passe et seraient complètement disqualifiés.

Ils préférèrent ne pas être disqualifiés.

Mais la simple adhésion à l’émotion ambiante ne suffisait pas. Des mises en scène grandioses s’ensuivirent : la grande réconciliation entre Sartre et Raymond Aaron sous l’œil attendri de Glucksmann, des conférences de presse, des émissions de télé aux heures de grande écoute, etc.

Le message que l’on voulait passer était clair.

Les intellectuels français dont le grand Sartre condamnaient le communisme, et donc se distanciaient de Moscou.

Après cette opération en France, une sorte de consensus fut trouvé, pour parler de communisme, chez les intellectuels de gauche, qui désormais mettaient beaucoup de bémol dans leurs engagements.

Plus tard, certains iront même jusqu’à les renier complètement. L’un des seuls pays occidentaux où l’URSS pouvait encore s’appuyer sur une base intellectuelle, voyait cette base se déliter au profit quasi exclusif des intellectuels de gauche-taupes.

Nous sommes alors à la fin du mandat de Valéry Giscard d’Estaing. Mitterrand va rafler la mise moins de deux ans plus tard.

La médiatisation autour des migrants d’aujourd’hui est quelque chose de parfaitement orchestré, comme ce fut le cas en 1979. Nous le voyons aujourd’hui, la campagne autour des boat people entrait dans le cadre de la lutte contre l’URSS, via l’affaiblissement du support intellectuel prosoviétique en France.

Pour la campagne actuelle sur les migrants Syriens, il ne faut peut-être pas en chercher les objectifs dans ses effets immédiats.

Certes, l’URSS n’existe plus, mais la Russie est toujours là, aussi haïe que l’était l’URSS.

C’est peut-être à ce niveau qu’il faut chercher les buts poursuivis pas les Etats-Unis, que l’on retrouve à l’origine des deux phénomènes migratoires dont le point de départ est, pour l’un, le Vietnam, prosoviétique, et pour l’autre, la Syrie, prorusse.

URL de cet article 29284
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Impérialisme humanitaire. Droits de l’homme, droit d’ingérence, droit du plus fort ?
Jean BRICMONT
Jean Bricmont est professeur de physique théorique à l’Université de Louvain (Belgique). Il a notamment publié « Impostures intellectuelles », avec Alan Sokal, (Odile Jacob, 1997 / LGF, 1999) et « A l’ombre des Lumières », avec Régis Debray, (Odile Jacob, 2003). Présentation de l’ouvrage Une des caractéristiques du discours politique, de la droite à la gauche, est qu’il est aujourd’hui entièrement dominé par ce qu’on pourrait appeler l’impératif d’ingérence. Nous sommes constamment appelés à défendre les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Le pire des analphabètes, c’est l’analphabète politique. Il n’écoute pas, ne parle pas, ne participe pas aux événements politiques. Il ne sait pas que le coût de la vie, le prix de haricots et du poisson, le prix de la farine, le loyer, le prix des souliers et des médicaments dépendent des décisions politiques. L’analphabète politique est si bête qu’il s’enorgueillit et gonfle la poitrine pour dire qu’il déteste la politique. Il ne sait pas, l’imbécile, que c’est son ignorance politique qui produit la prostituée, l’enfant de la rue, le voleur, le pire de tous les bandits et surtout le politicien malhonnête, menteur et corrompu, qui lèche les pieds des entreprises nationales et multinationales. »

Bertolt Brecht, poète et dramaturge allemand (1898/1956)

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.