RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
12 

Mikhaïl Gorbachev : le véritable héritage

Les médias britanniques ont écrit leurs nécrologies élogieuses sur Mikhaïl Gorbatchev, le dirigeant qui a présidé à la disparition de l’Union des républiques socialistes soviétiques. L’acclamation et son rôle terminal ne sont pas sans rapport. Que 80% des journaux publiant ces nécrologies soient la propriété privée de 5 milliardaires pourrait éveiller nos soupçons.

Que deux anciens dirigeants d’extrême droite de la Grande-Bretagne et des États-Unis, Margaret Thatcher et Ronald Reagan, aient embrassé Gorbatchev comme « un homme avec qui nous pouvons faire des affaires », tout en qualifiant Nelson Mandela de terroriste, est révélateur : Mandela et Gorbatchev se tiennent de part et d’autre de l’histoire et de la division impériale.

Construire le socialisme sur les cendres de la guerre

Lorsque Gorbatchev est né en 1931, l’État soviétique avait à peine 13 ans. Comme on pouvait s’y attendre d’une société socialiste embryonnaire, la première du genre en 200 000 ans d’histoire humaine, conçue pendant le carnage de la Première Guerre mondiale, essayant de se frayer un chemin dans un monde capitaliste hostile : la lutte pour la survie fut traumatisante.

En 1917, la Russie soviétique avait technologiquement et économiquement plus de 50 ans de retard sur les pays capitalistes industrialisés. La guerre mondiale et la guerre civile avaient créé une famine et une pauvreté généralisées. Pratiquement toute l’industrie lourde avait été détruite. La production agricole avait chuté de 50 %. Les trois quarts de la population ne savaient pas lire. 7 millions de personnes étaient mortes de famine, 3 millions de plus d’épidémies de typhus et de choléra. 1,5 million de personnes sont mortes pendant la Première Guerre mondiale, 1 million de plus pendant la guerre civile. 2 millions ont émigré en masse - les industriels, les financiers, les commerçants et les 9/10èmes des ingénieurs, médecins et enseignants.

Les contre-révolutionnaires « blancs russes », soutenus et armés par le monde capitaliste, ont levé des armées pour faire tomber les Soviétiques. Des troupes de 17 pays, dont la Grande-Bretagne, la France et le Japon, ont envahi pour écraser la révolution.

Et pourtant, le peuple et son État soviétique naissant, dirigé par les bolcheviks et l’Armée rouge, ont survécu. L’État a survécu et grandi. Au fur et à mesure que la révolution socialiste se répandait, 15 républiques se sont réunies pour former l’Union des républiques socialistes soviétiques.

La guerre contre le fascisme

Au moment où Gorbatchev avait 9 ans, l’Union soviétique, abandonnée par ses « alliés », faisait face, seule, à la guerre-éclair nazie. Les États-Unis et la Grande-Bretagne ont refusé d’ouvrir le deuxième front pendant 4 ans. Le sénateur Harry Truman, qui deviendra plus tard président des États-Unis, expliqua en 1941 : « Si nous voyons que l’Allemagne est en train de gagner, nous devons aider la Russie, et si la Russie est en train de gagner, nous devons aider l’Allemagne, et ainsi les laisser tuer autant que possible. ... » La stratégie était claire : encourager le socialisme soviétique et l’Allemagne, un rival impérial des États-Unis, à s’entre-détruire. Les États-Unis pourraient alors intervenir et récupérer le butin, en termes de marchés, d’exportations de capitaux, de ressources et de main-d’œuvre bon marché.

En battant l’Allemagne nazie et la puissance de la Wehrmacht, l’URSS a déploré 25 millions de morts. 25 autres millions se sont retrouvés sans abri. 1710 villes et centres urbains ont été détruits, ainsi que 70 000 villages et 32 ​​000 entreprises industrielles.
Et pourtant, l’URSS a survécu. Telles étaient les conditions dans lesquelles le premier État socialiste devait être construit. En 1945, la révolution n’avait que 28 ans, dont un tiers avait été consacré à se défendre contre la guerre, l’invasion et la guerre civile. Ce qui a été réalisé sur le plan national pendant cette période et par la suite a témoigné des possibilités étonnantes de la nouvelle société socialiste et de l’effort humain.

La guerre froide

Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, les États-Unis et la Grande-Bretagne ont commencé à se préparer à la guerre conventionnelle, et à la guerre nucléaire, avec l’Union soviétique. En 1946, Winston Churchill a prononcé son discours de Fulton sur le « rideau de fer » de la guerre froide, déclarant que l’allié britannique de la Seconde Guerre mondiale était désormais son ennemi.

Le général américain Groves, qui était responsable du projet de la bombe atomique Manhattan à partir de l’automne 1942, écrivit par la suite :

"Je pense qu’il est important de dire, je pense que c’est bien connu, qu’il n’y a jamais eu plus de deux semaines, à partir du moment où j’ai pris en charge le projet, la moindre illusion de ma part, à savoir que la Russie était l’ennemi et que le projet était menée sur cette base. »

1942. Lorsque le peuple soviétique mourait par millions pour libérer le monde du fascisme, l’Allemagne nazie gazait des millions dans ses camps de concentration et les forces armées britanniques se battaient en Afrique du Nord pour garder la mainmise sur ses colonies.

L’hostilité de la guerre froide s’est poursuivie jusqu’à la nomination de Gorbatchev, avec une course aux armements conçue pour mettre l’URSS en faillite et détourner ses ressources de la construction du socialisme au niveau national et de fournir un soutien matériel aux mouvements de libération nationale dans leur lutte contre le colonialisme et l’impérialisme. Néanmoins, les Soviétiques ont continué à fournir un énorme soutien, y compris du matériel militaire, au peuple vietnamien dans sa guerre contre l’impérialisme étasunien. Ils ont apporté un soutien similaire aux peuples africains dans leurs luttes de libération contre le néo-colonialisme européen.

L’État socialiste hérité par Gorbachev

Malgré tous ces freins à son développement économique, les développements socialistes de l’URSS d’après-guerre ont été remarquables.

• Chômage : Le droit au travail a été établi dans la législation soviétique comme un droit humain fondamental. Le chômage a été aboli en 1930, tous les citoyens garantissant un emploi correspondant à leurs qualifications.

• Salaires : entre 1950 et 1970, les salaires réels moyens ont augmenté d’une fraction inférieure à 100 %. De 1970 à 1976, les salaires ont augmenté de 20 %, les bourses d’études de 50 % et les autres allocations de 40 %. De 1965 à 1977, les revenus réels par habitant ont augmenté de 65 %.

• Fiscalité : Les impôts représentaient un infime % du revenu.

• Prix : Dans les années 1970, l’indice des prix de détail (RPI) de l’URSS a chuté de 0,2 %. Pendant plusieurs décennies, les prix des biens de consommation de base et des services ont été gelés. En Grande-Bretagne, au cours de la même période, le RPI a augmenté de 114,9 % ; États-Unis 46,6 % ; Allemagne de l’Ouest 40,8 % ; France 66,9 %.

• Loyer : Au moment où Gorbatchev est arrivé au pouvoir, l’URSS avait les niveaux de loyer les plus bas et les plus stables au monde. Le loyer comprenait l’électricité, le chauffage central et le gaz. Il n’avait pas augmenté depuis 1928 et constituait en moyenne 4 à 5 % du budget familial.

• Logement : au cours des années 1970, plus de 11 millions de nouveaux appartements ont été construits, permettant à 20 % de la population d’emménager dans de nouveaux logements.

• Salaire social : Au moment où Gorbatchev est devenu le dirigeant soviétique, le salaire social de l’URSS était aussi élevé ou plus élevé par habitant que n’importe quel autre pays du monde, à l’exception de la République démocratique allemande. Cela comprenait le nombre d’écoles, d’enseignants, d’instituts d’enseignement supérieur, de lits d’hôpitaux et de médecins.

• Les femmes en politique : Les femmes se sont vu garantir par la loi l’égalité des droits, l’égalité des chances et l’égalité des salaires. En 1980, il y avait plus de femmes diplômées de l’enseignement supérieur que d’hommes. Les femmes constituaient 51 % de la main-d’œuvre, 31 % des députés au Soviet suprême, 35 % des Soviets suprêmes des 15 républiques syndicales et 48 % des Soviets locaux.

Le leadership de Gorbachev

Gorbatchev est devenu secrétaire général du Parti communiste en 1985 et chef de l’État en 1988, attaché à l’introduction des principes de marché dans l’économie planifiée. En 1991, l’Union des Républiques socialistes soviétiques n’était plus. Ses politiques tant vantées de « perestroïka » et de « glasnost » se sont révélées être des écrans de fumée qui ont facilité le retour de la propriété privée du capital.

Des tensions ethniques ont commencé à se développer et ont ensuite éclaté en guerres à grande échelle en Tchétchénie, en Géorgie et en Moldavie après l’effondrement de l’Union soviétique. Trois décennies plus tard, certains de ces conflits restent non résolus. Contrairement au récit occidental, le retour au capitalisme dans les 15 républiques a été tout sauf pacifique.

Les États-Unis, qui avaient été secrètement actifs pour saper les gouvernements des 15 républiques et des États du Pacte de Varsovie, ainsi que pour attiser les troubles sociaux, ont affirmé leur ordre mondial unipolaire, avec des guerres consécutives en Irak, en Afghanistan, en Syrie, en Yougoslavie et Libye.

En mars 1991, un référendum a abouti à une majorité écrasante pour préserver l’Union soviétique en tant que fédération de républiques souveraines égales. Le résultat a été mis de côté. Au mois d’août suivant, Gorbatchev signa un décret interdisant le Parti communiste de Russie.

Le 25 décembre de la même année, il a démissionné de son poste de président de l’URSS, qui a été dissoute le lendemain. Eltsine a continué dans son rôle de leader de la Russie.

7 décennies de la première grande expérience socialiste étaient terminées.

Eltsine au pouvoir

Sky History.com fournit un résumé succinct du rôle d’Eltsine au pouvoir :

"Avec l’Union soviétique à l’écart, Eltsine a éliminé la plupart des contrôles des prix, privatisé une multitude d’actifs publics majeurs, autorisé la propriété privée et adopté les principes du marché libre. Sous sa direction, une bourse des valeurs, des bourses de marchandises et des banques privées voient le jour. Mais bien que quelques oligarques sélectionnés soient devenus incroyablement riches, de nombreux Russes sont tombés dans la pauvreté en raison de l’inflation galopante et de la hausse du coût de la vie. La Russie d’Eltsine a également lutté contre la souillure d’être une ex-superpuissance et contre la corruption, l’anarchie, la baisse de la production industrielle et la baisse de l’espérance de vie.

Ces développements ont été accueillis avec une approbation globale par l’OTAN et l’UE, heureuses de penser que les marchés, les ressources naturelles et la main-d’œuvre de l’URSS et des États du Pacte de Varsovie seraient désormais mûrs pour être exploités par le capital occidental.

Mikhail Arutyunov, qui se tenait avec Eltsine au sommet d’un char à Moscou le 19 août 1991 alors que les dirigeants soviétiques disparaissaient, a résumé plus tard ce qui arrivait à la Russie sous Eltsine :

"La population se sépare entre les extrêmement pauvres et les extrêmement riches."

Avec son prix Nobel en poche et sa réputation héroïque à l’étranger, Gorbatchev a mis sa popularité à l’épreuve en se présentant à la présidence russe en 1996. Il a obtenu 0,5% des voix.

Catalyseur de la contre-révolution

Plus charitablement, Gorbatchev était incompétent et naïf. En réalité, il a été un catalyseur dans la destruction du socialisme soviétique ; la montée des oligarques milliardaires ; l’appauvrissement du peuple ; la privatisation de la moitié de l’Europe et d’un tiers de l’Asie ; la croissance exponentielle de la puissance et de la portée de l’OTAN, de 16 à 30 membres ; et la montée d’un ordre mondial unipolaire sous l’emprise de l’impérialisme étasunien.

Pour cela, il est méprisé dans son propre pays. Un ami du correspondant socialiste qui a vécu et travaillé en Russie écrit :

« La réponse des Russes à la mort de Gorbatchev a été extrêmement négative, les médias sociaux attaquant son rôle [dans le pays] dans les années 1980 et sa destruction du système socialiste mondial. Les médias ont été en partie respectueux, mais beaucoup indiquent que la guerre actuelle [en Ukraine] est le résultat de sa trahison et de son incompétence. Les médias sociaux ont été uniformes en le traitant de traître.

Une évaluation honnête de Gorbatchev doit tenir compte du fait que le déclin politique progressif de l’Union soviétique et de son Parti communiste au cours de la dernière phase de la direction de Brejnev fut le reflet de l’émergence du révisionnisme et du carriérisme au sein du Parti et de l’État.

Ces développements ont affaibli la classe ouvrière soviétique et ont neutralisé les forces nécessaires pour résister à l’ingérence ouverte et secrète de l’Occident, ainsi qu’à la montée de Gorbatchev, d’Eltsine et d’une oligarchie milliardaire. La contre-révolution a abouti à l’éclatement d’une économie planifiée très prospère, à une privatisation à grande échelle, à une régression sociale et démocratique et au rétablissement du capitalisme.
Une avant-garde révolutionnaire vigilante, florissante d’une classe ouvrière politiquement éduquée et mobilisée n’aurait pas permis à Gorbatchev et Eltsine de détruire plus de 70 ans de progrès socialiste.

Churchill avait un jour déploré : « nous aurions dû étrangler l’enfant bolchevique dans son berceau ». Comme son adoratrice conservatrice Thatcher, lui aussi aurait pu faire des affaires avec Mikhaïl Gorbatchev.

»» https://www.facebook.com/thesocialistcorrespondent/posts/pfbid02XMFuhk...
URL de cet article 38214
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
L’écologie réelle
Guillaume SUING
Des premières aires naturelles protégées (zapovedniki) en 1918 jusqu’au plus grand plan d’agroforesterie au monde en 1948, avant que Nikita Khrouchtchev ne s’aligne sur le modèle intensif américain dans les années soixante, c’est toute une écologie soviétique qui fut jadis raillée par les premiers zélateurs occidentaux de l’agriculture « chimique ». Cette « préhistoire dogmatique », pourtant riche d’enseignements pour l’époque actuelle, est aujourd’hui totalement passée sous silence, y compris dans le (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

L’emprise des multinationales sur l’opinion publique des Etats-Unis est une des choses incroyables du monde occidental. Aucun pays développé n’a réussi à éliminer des média, et avec autant d’efficacité, toute forme d’objectivité - sans même parler de dissidence.

Gore Vidal

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.