RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Mme Budimir, prénommée Milka, condamnée à céder son site internet au chocolat Milka.

Que vaut un être humain face à une multinationale de l’agro-alimentaire ? Avant même que le « Traité constitutionnel européen » soit adopté (ce qu’à l’Histoire ne plaise !), la réponse est : rien.

Mme Milka Budimir, commerçante de 58 ans, propriétaire de deux boutiques de couture dans la Drôme vient de l’apprendre à ses dépens. Cette spécialiste des vêtements sur mesure, retouches rapides et autres confections de rideaux a mis en ligne un site internet qu’elle a tout naturellement nommé « milka.fr ». Elle a pour cela déposé le nom de domaine qui était disponible début 2002, personne n’ayant songé à le faire avant.

Voilà qui n’a pas été du goût du géant américain de l’agro-alimentaire Kraft Foods, propriétaire de la marque de chocolat Milka. Entre autres délices.

Mme Dubimir, en effet, lui faisait de l’ombre ! C’est du moins ce que lui faisait savoir l’avocat du géant américain de l’agro-alimentaire en juin 2002 : « (...) la réservation du nom de domaine « milka.fr » (...) porte gravement atteinte aux droits de [Kraft Foods Schweiz Holding] sur les marques notoires précitées et lui causent un préjudice important dont elle est fondée à obtenir réparation (...) »

On imagine facilement le désastre : les milliers d’internautes qui, chaque jour, recherchent désespérément des renseignements sur le chocolat Milka, changeant soudain d’avis au profit d’une paire de rideaux ou d’un ourlet au pantalon. Quelle perte pour la marque à la grosse vache mauve !

C’est sans doute ce qui justifie que dans son jugement, le tribunal de Nanterre "dit qu’en réservant et utilisant le nom de domaine milka.fr, Mme Milka Budimir a fait un emploi injustifié des marques dénominatives notoires Milka dont la société Kraft Foods est propriétaire".

En conséquence, ils ont "interdit" à Mme Budimir l’emploi du nom de domaine milka.fr et l’ont condamnée à le transférer à Kraft Foods dans un délai d’un mois à compter du jugement, sous peine d’une astreinte de 150 euros par jour. La couturière a également été condamnée aux dépens.
Lundi, l’avocat de Mme Milka a affirmé : « nous sommes désolés de voir que le droit des marques triomphe sur le droit des personnes ». Désolé, certes. Mais pas surpris, au moins ?

Une chose est sure, c’est que Kraft Foods avait assigné Mme Budimir prétextant que la multinationale subissait notamment un préjudice d’image. Parions que son image sort renforcée de cette affaire.

D’ailleurs, nous allons en profiter pour lui faire un peu de publicité, car nous sommes persuadés que nos lecteurs méconnaissent trop cette société et ses produits. Après le préjudice financier subi par ses actionnaires, c’est le moins ! Si, donc, vous souhaitez aider ces aimables humanistes philanthropes, précipitez-vous dans votre hypermarché favori et achetez sans compter les marques suivantes :

- Tassimo
- Carte Noire
- Jacques Vabre
- Grand’Mère
- Maxwell House
- Velours Noir
- Côte d’Or
- Daim
- Suchard
- Toblerone
Et bien sûr, celle qui vous fera changer de costume, refaire vos ourlets, grimper aux rideaux :

Milka

URL de cet article 2136
  

Histoire du fascisme aux États-Unis
Larry Lee Portis
Deux tendances contradictoires se côtoient dans l’évolution politique du pays : la préservation des “ libertés fondamentales” et la tentative de bafouer celles-ci dès que la “ nation” semble menacée. Entre mythe et réalité, les États-Unis se désignent comme les champions de la « démocratie » alors que la conformité et la répression dominent la culture politique. Depuis la création des États-Unis et son idéologie nationaliste jusqu’à George W. Bush et la droite chrétienne, en passant par les milices privées, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

La liberté commence où l’ignorance finit.

Victor Hugo

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.