RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Obama aurait-il lu Luciano Canfora ?

Je suis en train de lire quelques ouvrages de l'universitaire italien Luciano Canfora et je ne peux m'empêcher, au moment où les États-Unis commencent à considérer Cuba d'un autre oeil, de porter à la connaissance des lecteurs du GS cet extrait du livre L'imposture Démocratique publié en italien en 2002, traduit en français en 2003, et qui reste d'une grande actualité.

Sur combien de générations peut durer l’expérience « révolutionnaire » ? La révolution française de la fin du XVIIIème siècle autant que la révolution communiste, qui couvre une grande partie du XXème, démontrent que, passé la seconde génération, cette expérience ne se transmet pas. Non qu’on veuille en tirer une loi générale : ce n’est que le constat d’une évidence. N’en déplaise aux « marxistes orthodoxes » (tribu au prestige scientifique douteux et souvent sans grand rapport avec la pensée de Marx), il faut observer que le fondement des révolutions est avant tout la tension morale. Sans rien enlever, évidemment, aux présupposés matériels, en l’absence desquels aucune crise ne se déclenche, j’entends ici par « fondement » ce « je-ne-sais-quoi » de la psychologie collective qui, effectivement, met en branle le soulèvement révolutionnaire — lequel n’est jamais inévitable et, pour exploser, a besoin de la conviction diffuse que l’ordre établi n’est plus viable mais aussi du choix délibéré de tout remettre en question, depuis sa tranquillité jusqu’aux certitudes quotidiennes. Ce « saut » lourd de conséquences extrêmes n’est jamais accompli à la légère (sauf par les révolutionnaires d’opérette qui s’excitent surtout à en parler). Il serait très souvent possible, mais il est rare, très rare, qu’on l’accomplisse effectivement, précisément parce qu’il s’agit d’un choix radical, qui engage toute la vie et requiert une tension et un élan moraux très supérieurs à la moyenne, souvent encouragés par des conditions exceptionnelles telles qu’une guerre catastrophique (1917) ou la révélation inopinée de l’incroyable faiblesse du pouvoir (1789). Mais la tension morale qui pousse au choix extrême, et permet d’aller au-devant de sacrifices inouïs, ne se transmet ni « génétiquement » ni pédagogiquement. Elle se perd purement et simplement. Parce que l’expérience peut tout au plus se raconter. en aucune façon se transmettre : elle est individuelle et ne saurait se répéter. Aussi les révolutions finissent-elles par s’enliser et connaissent toutes, tôt ou tard, leur « thermidor ». Si l’on tente obstinément d’en préserver la vitalité par voie pédagogique de génération en génération, cette pédagogie est vite perçue comme pure rhétorique, et donc rejetée. Tel est le mécanisme que nous avons vu à l’œuvre au cours d’une expérience soviétique longue et tourmentée.

Même la révolution mexicaine, l’un des grands événements du début du XXe siècle dans l’hémisphère occidental, a connu une évolution de ce genre. Et le parti « révolutionnaire » (dénomination générique significative) qui en fut l’artisan n’est plus aujourd’hui qu’un lobby tranquille et corrompu. Si l’on ne voit pas se profiler cette involution à Cuba, c’est surtout du fait de la menace constante des États-Unis, qui justifie chaque jour, et de manière évidente pour tous les intéressés, le maintien et la reproduction de cette tension morale sans laquelle toute révolution finit par s’éteindre. C’est la persécution extérieure, qui veut ramener l’île à la servitude plus ou moins dorée du « bordel de l’empire », qui entretient la tension d’un peuple qui refuse de courber l’échine, même après la trahison éhontée de la Russie « démocratique ». Il ne sera cependant pas facile de continuer ainsi sine die, maintenant qu’à la suite du coup d’Etat électoral de novembre 2000 Bush Il se trouve à la tête de l’empire.

URL de cet article 28240
  

Même Thème
Les Cinq Cubains (éditions Pathfinder)
Une sélection d’articles de l’hebdomadaire The Militant depuis 13 ans sur le combat pour libérer Gerardo Hernández, Ramón Labañino, Antonio Guerrero, Fernando González et René González. Les Cinq Cubains, connus sous ce nom à travers le monde, ont été condamnés par le gouvernement U.S. sur des chefs d’accusation de « complot » fabriqués de toutes pièces et ont reçu des sentences draconiennes. Ils sont emprisonnés depuis leur arrestation après les rafles du FBI en 1998. Leur « crime » ? Avoir surveillé les (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je suis pour la vérité, peu importe qui le dit.
Je suis pour la justice, peu importe en faveur ou au détriment de qui.

Malcolm X

La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.