RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

ObamaCare ? Santé précaire !

Le Patient Protection and Affordable Care act (loi sur la protection des patients et des soins abordables ou Obamacare) devait être la mesure phare du premier mandat de Barack Obama en constituant le principal volet de la réforme du système de protection sociale aux États-Unis. Un peu plus d’un mois après son entrée en vigueur, l’expérience tourne au fiasco.

Le site HealthCare.gov aurait ainsi dû permettre à ceux qui sont sans police d’assurance d’en souscrire une dès le 1er octobre. Mais il a connu de graves dysfonctionnements. Pas loin de trois millions d’Américains curieux de savoir s’ils étaient éligibles à la couverture maladie universelle offerte par l’État ou à l’assurance maladie low-cost privée garantie par l’État se sont rués sur le site dès les premières heures suivant sa mise en ligne, occasionnant des problèmes de connexion et des ralentissements du trafic. Seulement 27.000 personnes avaient réussi à y souscrire une assurance en octobre (106.000 au total, en comptant les sites gérés directement par quatorze États), alors que la réforme vise à couvrir à terme quelque trente millions de personnes jusqu’alors sans protection de santé.

Le président Obama a accusé encore un peu plus le coup lorsque des compagnies d’assurance ont commencé à envoyer des lettres de résiliation de polices d’assurance à des milliers de clients. En effet, la loi de 2010 comporte des critères qui, s’ils ne sont pas remplis par les assureurs, rendent leurs contrats non avenus. Les difficultés précédemment citées rendent biens sûr difficiles de nouvelles souscriptions. Le locataire de la Maison Blanche a affirmé, jeudi 14 novembre, avoir reçu « cinq sur cinq » les plaintes de ses compatriotes concernés par le problème, et a annoncé une solution administrative en forme de concession pour leur permettre de les garder. La solution administrative annoncée par le président vise à permettre à des millions d’assurés actuels de conserver pendant encore un an leurs forfaits d’assurance menacés de résiliation car ils ne répondaient pas aux nouveaux critères exigeants de la loi en termes de couverture.

L’Obamacare partait d’un bon sentiment. Il vise à rendre l’assurance maladie obligatoire pour tout Américain. Pourtant, des millions de pauvres pourraient se retrouver sans assurance maladie, faute de pouvoir prétendre au Medicaid (la couverture maladie publique pour les personnes à faible revenu et ressource) dans les États gouvernés par des républicains, indique le New York Times. En effet, chaque État choisit ses propres conditions d’admission au programme de couverture santé. Or, les Républicains y sont farouchement opposés et les États sous leur contrôle refusent d’étendre la couverture publique Medicaid (le nombre de citoyens éligibles à ce système étant censé augmenter). Dans ces États, la limite du revenu médian pour pouvoir prétendre au programme Medicaid est ainsi de 5.600 dollars par personne et par an, soit un peu moins de la moitié du seuil de pauvreté fédéral. Alors que dans les autres, la limite se situe au-dessus du seuil de pauvreté à environ 12.200 dollars par an. Nombre de pauvres, dont les revenus se situent juste au-dessus du seuil de pauvreté, se verront ainsi refuser l’accès à la couverture santé publique. À moins de déménager dans un autre État…

Mais surtout, le système rend obligatoire la souscription à une assurance santé pour tous les autres. La réforme voulue par Obama n’est en réalité que le résultat des efforts de la classe politique étasunienne et des compagnies d’assurance visant concrètement à réduire les coûts des entreprises privées d’assistance médicale… tout en réduisant les services offerts aux citoyens et en augmentant les bénéfices de ces même sociétés.

Capitaine Martin

»» http://www.resistance-politique.fr/article-obamacare-sante-precaire-12...
URL de cet article 23402
  

Maxime Vivas : le gai Huron du Lauragais
Bernard GENSANE
C’est sûrement parce qu’il est enraciné dans les monts du Lauragais que Maxime Vivas a pu nous livrer avec ce roman une nouvelle version de l’ébahissement du Candide face aux techniques asservissantes censées libérer les humains. Soit, donc, un Huron né à des milliers de kilomètres de l’Hexagone, sur l’àŽle Motapa, d’une mère motapienne et d’un père parisien. A l’âge de 25 ans, ce narrateur décide de voir Paris. Motapa est une île de paix, de sagesse, de tranquillité. La lave de son volcan charrie (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe d’investir où il veut, le temps qu’il veut, pour produire ce qu’il veut, en s’approvisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales.

P.Barnevick, ancien président de la multinationale ABB.

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.