RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
Thème : Santé

Coups d’État et multinationales : Moderna et Pfeizer n’offrent aucun remède à ces maux

Maryse Laurence LEWIS
Premier article déjà paru sur mondialisation.ca https://www.mondialisation.ca/covid-19-hi-trumpsfeld-operation-ld333-r... Second article : COUPS D'ÉTAT ET MULTINATIONALES : MODERNA ET PFIZER N'OFFRENT AUCUN REMÈDE À CES MAUX Lorsqu'on se renseigne, à des sources plus variées qu'aux seuls médias tributaires d'entreprises privées, on sait que la plupart des interventions militaires servent à s'accaparer des richesses naturelles et des infrastructures de contrées jusque-là indépendantes. Le Coup d'État contre Jacobo Arbenz, au Guatemala, servit à restituer à la United Fruit son monopole sur les voies de chemin de fer et les plantations. La destitution de Lugo, élu par 98% des Paraguayens, fit espérer à Río Tinto Alcan un forfait hydroélectrique, plus avantageux pour la firme que pour le pays, tout en redonnant aux multinationales les meilleures terres agricoles. L'éviction d'Evo Morales, en Bolivie, entrouvrit les mines de lithium à la famille Trump-Kushner et à Bill Gates. ¹ À l'inverse, la (...) Lire la suite »

Covid : les médecins commencent à percer le mystère des séquelles à long terme

Sarah TOY, Sumathi REDDY, Daniela HERNANDEZ

Fatigue sévère, trous de mémoire et autres problèmes cardiaques touchent des personnes dont l’épisode grippal n’avait pas été très grave

Près d’un an après le début de la pandémie mondiale de coronavirus, scientifiques, médecins et patients commencent enfin à comprendre un phénomène étrange : l’effet dévastateur de le Covid-19 sur de nombreux malades, y compris des jeunes qui n’avaient pas eu besoin d’hospitalisation. Alors qu’ils devraient être remis depuis des semaines voire des mois, beaucoup souffrent de nouvelles pathologies déroutantes : fatigue sévère, problèmes cognitifs, trous de mémoire, soucis digestifs, irrégularité du rythme cardiaque, maux de tête, vertiges, fluctuations de la pression artérielle, et parfois chute de cheveux. Ce qui étonne le corps médical, c’est que l’essentiel de ces problèmes touchent des personnes qui n’avaient pas été particulièrement malades quand elles ont eu le coronavirus, un constat qui remet en cause l’hypothèse d’une convalescence en quinze jours pour les formes les moins aiguës. C’est ce que les médecins appellent un « Covid chronique ». Aux Etats-Unis, ceux qui en souffrent se sont baptisés « malades (...) Lire la suite »
21 

Le système Public de Santé grec va s’effondrer

Dispensaire Social Métropolitain d’Elliniko

Communiqué de presse du 11novembre 2020 . Le dispensaire d'Elliniko avait été expulsé pour construire à sa place casino, palaces et maisons de jeux. Il vient de rouvrir, accueilli par la municipalité de Glyfada. A peine installé il reprend la lutte et voici son premier communiqué de presse . La description de la situation face à la pandémie et au confinement ressemble étrangement à la nôtre, le confinement continue la destruction de l'hôpital public qui avait commencé bien avant.

Depuis début octobre notre pays revit le cauchemar de la pandémie qui prend cette fois une importance particulièrement menaçante avec des dizaines de morts, un nombre à trois chiffres d’intubations et des milliers de contaminations chaque jour. Alors que les scientifiques avertissaient de la tempête imminente, nous, citoyens, avons connu l'absence de prévention avec des moyens de transport bondés tous les jours, des classes surpeuplées dans les écoles et une mauvaise gestion du tourisme. Nous avons constaté que la manière envisagée de faire face à la pandémie était essentiellement d’en transférer à nouveau la responsabilité exclusivement aux citoyens. Cela s’est traduit au départ par la prise de mesures ponctuelles et locales pour aboutir finalement à l’imposition d’un second confinement général. Au-delà des conséquences sociales et économiques désastreuses, cette situation a mis une fois de plus en évidence l'ampleur des insuffisances du système de santé publique et de la protection inadéquate du pays en (...) Lire la suite »

Sans frontières : les médecins cubains à Cuba et dans le monde

Mario Antonio PADILLA TORRES
Avant le triomphe de la Révolution cubaine, le 1er janvier 1959, il y avait 6 250 médecins sur l’île, dont la moitié environ quitta le pays après cette date. En outre, plus de 63,2 % d’entre eux se trouvaient à La Havane, où les hôpitaux publics, les cliniques et les centres de santé privés n’étaient accessibles qu’à ceux qui en avaient les moyens et pouvaient en payer les services. Dans les trois massifs montagneux de Cuba, c’est tout juste si l’assistance médicale arrivait. La santé publique, dès les premières années de la Révolution, se convertit en une priorité pour l’État cubain qui, dès le début, la considéra comme un droit du peuple, de sorte que furent garanties les conditions nécessaires pour offrir les services de santé à tous sur un pied d’égalité, et ce gratuitement. On commença à combattre les maladies, avec un budget de 22 670 965 pesos pour financer la santé de la population. Ces chiffres ont progressivement augmenté avec le temps. Pour l’année 2019, 10 662,2 millions de pesos ont été alloués, et pour (...) Lire la suite »

Conflits d’intérêt ? Le classement des professionnels de santé les plus rémunérés par l’industrie pharmaceutique

France Soir

Le site FranceSoir.fr a publié ce 24 août un “Top 13 du classement des revenus récents versés par l’industrie pharmaceutique” aux professionnels de santé, source d’interrogations de l’auteur de l’article sur d’éventuels “conflits d’intérêt”.

Conflits d’intérêt ? Le classement des professionnels de santé les plus rémunérés par l’industrie pharmaceutique “N°1. La Palme d’Or revient au Pr François Raffi de Nantes. 541.729 €, dont 52.812€ de Gilead. Est-ce un hasard si on nous apprend que le coup de téléphone anonyme pour menacer Didier Raoult, s’il persistait avec l’hydroxychloroquine, est parti du téléphone portable du service d’infectiologie du CHU de Nantes, dont François Raffi est chef de service ? Sûrement une pure coïncidence. N°2. Le Pr Jacques Reynes de Montpellier. 291.741 €, dont 48.006 € de Gilead et 64.493 € d’Abbvie. Or Jacques Reynes a été sollicité par Olivier Véran pour piloter l’essai clinique du protocole Raoult à Montpellier alors qu’il est en même temps le coordinateur national de deux études sur le remdesivir pour le compte de Gilead. Il n’avait sûrement pas eu le temps d’envoyer au Ministre sa Déclaration publique d’intérêts (DPI). N°3. La Pr Karine Lacombe de Paris – Saint Antoine. 212.209 €, dont 28.412 € de Gilead. Elle est sur la (...) Lire la suite »

La disparition

Zé ninguém
Cela ressemblait à des langues de brume sur la mer. Elles erraient, éparses et paresseuses au-dessus de la plage vide. C'était un curieux spectacle. Un ballet d'écharpes de soie qui dansaient lentement en frôlant le sable. Quelquefois, comme prises d'une volonté propre dans le ciel sans vent, elles se rassemblaient lentement en un nuage effiloché et prenait la direction d'une rue, ou de la fenêtre ouverte d'un immeuble du bord de mer, ou suivait nonchalamment un marcheur solitaire et masqué sur le trottoir abandonné par les joggeurs. C'était le temps de l'épidémie à Rio de Janeiro. La plage était interdite. Le lac était interdit. Les parcs étaient interdits. Les magasins, les restaurants, les cinémas, les librairies, les musées, tout était interdit. Et depuis cette interdiction, cette nuée fantomatique était apparue, d'abord sur la plage, puis au-dessus des montagnes et des favelas accrochées à leur flancs. Au début, elle ne bougeait pas. Cette brume, que l'on croyait éphémère, gardait le ciel en (...) Lire la suite »

« Près de quarante pays bénéficient de l’aide médicale cubaine »

Pierre Barbancey

Solidarité. Enseignante-chercheuse en civilisation latino-américaine, Janice Argaillot évoque l’action des médecins de la Grande Île envoyés dans le monde pour lutter contre la pandémie et dénonce l’embargo contre La Havane.

Quelle est l’action des autorités à Cuba ? Janice Argaillot, Maître de conférences à l’université Grenoble-Alpes Janice Argaillot La stratégie adoptée concilie veille épidémiologique, réaffectation des personnels médicaux dans les unités les plus à risques (soins intensifs, gériatrie...), formation d’un maximum de personnel au diagnostic et information importante auprès de la population. La prévention est renforcée auprès des groupes « vulnérables ». Elle se fait par les médecins de famille qui vont sur le terrain, mais également par les Comités de défense de la révolution (CDR). Ces derniers surveillent l’apparition de symptômes chez les habitants, ce qui ne plaît pas à tout le monde. Des mesures locales de confinement ont été adoptées. Il s’agit d’une cuarentena, plus que d’un confinement général. Comment ce pays peut-il envoyer des brigades médicales dans le monde, y compris en Europe et dans les Antilles françaises ? Janice Argaillot La médecine mais également l’internationalisme sont dans l’ADN de la (...) Lire la suite »

Contrôle des épidémies ? L’OMS avait la solution il y a 40 ans

Alison Rosamund Katz

Pour une fois, tout le monde est d’accord. Les systèmes de santé intégrés, équitables et accessibles à tous et toutes représentent le seul moyen pour lutter efficacement contre le Covid 19.

C’est précisément la solution que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) préconisait à ses Etats membres lors de la Conférence internationale sur les soins de santé primaires,[1] organisée en 1978 à Alma Ata, dans l’ex-Union Soviétique.

Si le magnifique projet de justice sociale de l’OMS avait été soutenu, tous les pays du monde aujourd’hui seraient bien équipés pour faire face à la crise sanitaire actuelle ainsi qu’à leurs problèmes sanitaires quotidiens. Mais le projet des soins de santé primaires n’a pas été appuyé. Au contraire, au bout de quelques années, les piliers de ce projet – la justice sociale et économique – ont plus ou moins été détruits et le projet a été démantelé progressivement pendant la décennie qui suivit. Des Etats membres puissants de l’OMS, leurs sociétés transnationales et les institutions financières internationales ont largement contribué à bloquer le développement et le maintien des systèmes sanitaires équitables dans les pays pauvres et ils ont aussi contribué à l’affaiblissement et au démantèlement des services sanitaires des pays riches. Ils auront bien des comptes à rendre ces prochains mois. Les soins de santé primaire représentent encore et toujours la solution mais les diverses tentatives de l’OMS pour relancer ce (...) Lire la suite »

Derrière la casse de l’hôpital public, les ordonnances du docteur Union européenne !

Tom

Comme chacun le sait, la situation de l’hôpital public est catastrophique. Chaque jours les personnels soignants doivent faire des miracles pour sauver nos vies, et ce au détriment de la leur (journée à rallonge, stress, fatigue, sentiment d’abandon, refus de congés…). Et cette situation est quotidienne, la crise du Covid-19 l’a simplement exacerbée et révélée de manière incontestable. D’où vient cette situation ? Cela fait bien longtemps que nous expliquons qu’elle est le fruit des traités européens, notamment des critères de Maastricht repris dans la constitution européenne bis (concurrence libre et non faussée, euro-austéritée…). Cela concerne donc des pans entiers de l’économie française : concurrence exacerbée, droit du travail, sécurité sociale, services publics… Toutefois, certains continuent encore et toujours à ignorer le rôle de l’Union Européenne dans la situation sociale et environnementale que nous vivons. Alors, pour être tout fait factuel, nous nous sommes intéressés aux recommandations de la Commission Européenne de 2011 à 2019. (A noter qu’avant 2011 les recommandations ne sont pas publiques… transparence démocratique oblige !) Vous trouverez donc ci-dessous les morceaux les plus « croustillants » des « ordonnances du Docteur Union Européenne » concernant la sécurité sociale et l’hôpital public. Aussi, afin d’être tout à fait clair, nous vous proposons une « traduction » de ces « recommandations ». En espérant que cela puisse ouvrir quelques yeux…

– 2013 – https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=CELEX:52013DC... Point 10 : « Compte tenu du niveau élevé de la dette, qui continue d’augmenter, et du nouveau report du délai de correction du déficit excessif, [à 2015], il est particulièrement important que le budget 2013 soit rigoureusement exécuté et que des efforts d’assainissement substantiels soient résolument poursuivis les années suivantes. Il est impératif notamment que les dépenses publiques de la France croissent beaucoup moins vite que le PIB potentiel, dans la mesure où les améliorations du déficit structurel ont jusqu’à présent reposé principalement sur les recettes. À cet égard, l’examen en cours des dépenses publiques (« Modernisation de l’action publique »), qui concerne non seulement l’administration centrale mais aussi les administrations des collectivités locales et de la sécurité sociale, devrait indiquer comment améliorer encore l’efficacité des dépenses publiques. Il est également possible de rationaliser davantage les (...) Lire la suite »

Vers une obligation du charbon végétal ?

Ollivier RUCA

La lutte contre le réchauffement planétaire et les effets de serre est un objectif clairement affiché par le Président Macron. Les prochaines mesures qui devraient être annoncées après le virus du coronavirus seront-elles à la hauteur des enjeux et des attentes ? Les débats pourraient être pestilentiels au regard de l’implication individuelle qu’elles généreraient.

Les études sont formelles. Les hommes, comme les ruminants, sont une source importante de gaz à effet de serre. A raison, en moyenne, de 15 pets par jour, de l’expulsion quotidienne d’1 litre de gaz, la flatulence et ses émissions de gaz intestinal par l’anus produites par la fermentation des matières décomposées est une priorité sur laquelle le cabinet du Président se penche assidûment. Considérant que le méthane, matière inflammable au demeurant, est un gaz à effet de serre 25 fois plus puissant que le CO2, l’heure est désormais à l’urgence à l’Elysée qui considère que les répercussions mondiales d’une telle orientation offriraient à la France une caisse de résonnance incomparable tout en lui redonnant une place de choix dans le concert international. L’objectif visé est la réduction par deux des flatulences et de leur effet catastrophique sur l’environnement. Le gouvernement envisage une batterie de mesures dont la mise en place effective serait intégrée dans les propositions du candidat Macron lors des (...) Lire la suite »
afficher la suite 0 | 10 | 20 | 30 | 40 | 50 | 60 | 70 | 80 | ... | 140