RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Au Maroc, on te traite comme un insecte

L’histoire classe l’avocat Omar parmi les ignorants et la diplomatie le déclasse dans la case des débiles politiques. Il plaide pour le droit à l’autodétermination de la Kabylie et oublie l’histoire de bled Siba. La vérité et la justice sont souveraines, car elles seules assurent la grandeur des nations. Emile Zola

Introduction

Je commencerai mon propos par le traité de Tanger, lequel fut signé le 10 septembre 1844. Le Makhzen y reconnaissait la présence française en Algérie et cessait tout soutien officiel à l’émir Abd el-Kader déclaré hors-la-loi au Maroc et en Algérie. Dans ce traité, l’article quatre dévoile le vrai visage du Maghzen. Hadj Abdelkader est mis hors-la-loi sir toute l’étendue du royaume du Maroc, aussi bien qu’en Algérie. Il sera en conséquence poursuivi par les Français sur le territoire de l’Algérie, et par les Marocains sur leur territoire jusqu’à ce qu’il en soit expulsé ou qu’il soit pris par l’une ou l’autre nation. Dans le cas où Abdelkader tomberait aux mains des troupes françaises, le gouvernement de sa Majesté, le roi des Français, s’engage à le traiter avec égard et générosité. Dans le cas où il tomberait dans celles des troupes marocaines, sa Majesté le souverain du Maroc s’engage à l’interner dans l’une des villes du littoral ouest jusqu’à ce que les deux gouvernements aient adopté de concert les mesures indispensables pour qu’Abdelkader ne puisse en aucun cas reprendre les armes et troubler de nouveau la tranquillité de l’Algérie et du Maroc. Cet article fut mis à exécution par Moulay Abderrahmane, au printemps de l’année 1847.

Je suis un Algérien d’origine berbère

Revenant à l’avocat Omar, je lui dis « Je suis un Algérien d’origine berbère et mon nom de famille m’oblige à vous répondre.

Pour rafraîchir votre mémoire, si tant est qu’il en existe dans votre petite cervelle, je vous invite à lire un extrait du discours du premier président de la République du Rif, Son Excellence Moulay Mohand. Son Excellence Moulay a réussi à établir une république libre sur une partie du royaume du Makhzen quand son sultan vendu acceptait le protectorat français ». Il s’exprimait ainsi « Nous considérons que nous avons le droit, comme toute autre nation, de posséder notre territoire, et nous considérons que le parti colonial espagnol a usurpé et violé nos droits, sans que sa prétention à faire de notre gouvernement rifain un protectorat ne soit fondée. [...] Nous voulons nous gouverner par nous-mêmes et préserver entiers nos droits indiscutables ». Qui dit mieux ? Un dealer de kif s’est autoproclamé avocat des Kabyles algériens ?

L’histoire de la République Bled Siba

Pour l’historien Henri Terrasse, la politique du Makhzen a toujours été commandée par l’existence d’un bled El Makhzen et d’un bled Siba. Cela nous conduit à dire que le Maroc comprend deux parties, le Bled El Makhzen et le Bled Siba. La politique coloniale française durant le protectorat a renforcé l’idée de bled Siba et bled Makhzen à partir des oppositions qui existent entre les intérêts du centre et de la marge, référence, Burke II 2013 : 39.

Situé entre la mer Méditerranée et la rivière Ouergha, le Rif ou bled Siba est délimité à l’est par la rivière Moulouya et à l’ouest par l’océan Atlantique. Dans cet environnement rude, les villes sont rares et les villages sont organisés selon un système tribal qui sert de socle à la vie politique, sociale et économique des Berbères rifains. En dépit du relief tourmenté de la région, les Rifains possèdent une très forte identité dont témoigne leur réticence à toute domination étrangère. Ils refusent catégoriquement la soumission au pouvoir central. Le Rif a depuis longtemps, des problèmes avec l’autorité du pouvoir central du Makhzen. C’est ainsi qu’entre 1921 et 1926, une république rifaine a été proclamée par Muhammad Ibn ‘Abd al-Krim al-Khattabi .

Qui est Muhammad Ibn ‘Abd al-Krim al-Khattabi ?

Une blague diplomatique : un dealer de kif s’autoproclame avocat des Kabyles algériens.
El Khatabi est considéré comme le héros de cette région. Né dans la tribu Beni Ouriaghel en 1882, Muhammad Ibn ‘Abd al-Krim al-Khattabi étudie la théologie et les lois coraniques à Fez. Avec le consentement du gouvernement espagnol, il devient Cadi à Melilla. En 1921, son père lui demande de revenir au pays (le Rif) et de lui succéder à la tête de la révolte contre les troupes espagnoles.

Son statut sacré de Commandeur des croyants, les Français l’avaient prévu. Comme l’Emir Abdelkader en Algérie, Muhammad Ibn ‘Abd al-Krim al-Khattabi était un homme-charnière dans l’histoire du nationalisme maghrébin. And al-krim était un véritable homme d’État, rehaussé d’une grande dignité puisée aux sources de l’Islam. Il ne peut plus s’agir seulement d’interdire le Rif à l’Espagne, mais de remporter un djihad contre le sultan du Maroc, solide allié des Français qui protègent son statut sacré de Commandeur des croyants. Puisque vous ignorez l’histoire de votre Makhzen, je vais être plus clair avec vous monsieur l’ambassadeur, je vous renvoie aux paroles du Général Lyautey qui remet votre Makhzen à sa valeur réelle : « Abdelkrim est considéré ouvertement comme le seul et unique sultan du Maroc depuis Abdelaziz, vu que Moulay Hafid a vendu le pays à la France par le traité du Protectorat et que Moulay Youssef est seulement un fantoche entre mes mains ». C’est honteux mais c’est l’amère vérité. Qui dit mieux ? Hilale s’est autoproclamé avocat des Kabyles algériens.

Bled Siba entre 1959 et 1958

Je vous rappelle, qu’en 1958 et 1959, deux ans après l’indépendance du Maroc (1956), les Rifains continuaient à avoir des revendications, en particulier concernant la reconnaissance de leur spécificité culturelle. Ils sont en effet des Amazighs (Berbères), ils ont une culture et une langue qui leur sont propres. En 1959, la riposte du Makhzen a été très dure. Selon certains historiens comme Mohamed Ameziane, on parle de milliers de morts, de centaines de femmes violées et beaucoup d’exilés. Je vous informe qu’une partie de la famille de Mohamed Ameziane vit toujours en Algérie à la suite de ces évènements. Qui dit mieux à monsieur Omar Hilale qui s’est autoproclamé avocat des Kabyles algériens ?

Selon le chercheur marocain Hsain Ilahiane, les révoltes de 1958-1959 ont été aggravées par la fermeture de la frontière algérienne à la migration rifaine. La fermeture de nos frontières conduit au chômage et vous causent des problèmes. Je vous demande de tourner sept fois votre langue dans votre bouche avant de parler d’un pays qui vous nourrit. Qui dit mieux à monsieur Omar Hilale qui s’est autoproclamé avocat des Kabyles algériens ?

L’image actuelle de Bled El Makhzen

Monsieur Omar Hilale, je sais que vous n’avez pas lu le rapport du journaliste français Pierre Puchot « Au Maroc, on te traite comme un insecte ». Dans ce rapport, j’ai vu que votre éducation et votre système de santé sont très en retard.

Je vous invite à lire les dires de madame Samira T, une enseignante, et les constatations d’Othmane Boumaalif, médecin généraliste.

Samira T., 30 ans, enseignante dans un collège public nous déclare « Le Maroc, c’est simple : il n’y a rien à faire, la galère est partout, même pour retirer le moindre papier administratif... On te traite comme un insecte ». Elle continue « j’ai enseigné quatre ans dans un environnement difficile, à Fnideq, une ville très conservatrice d’où sont partis beaucoup d’hommes ayant rejoint l’Organisation de l’État islamique. Mors de ma mutation à Tanger, je pensais que mon quotidien allait s’améliorer. Mais non, au contraire, ça a été le vrai début de l’enfer ». Dix-huit mois d’une dépression traitée aux anxiolytiques, dont la jeune femme se remet à peine. Pourtant, le quartier n’est pas spécialement pauvre. Les élèves ont presque tous des tablettes. Mais les conditions d’enseignement sont insupportables. « J’ai grandi dans un village perdu, dépourvu de tout. Mais au moins, avec l’école publique, on avait une chance de s’en sortir. Aujourd’hui, le niveau est très bas ».

« Au Maroc, c’est simple : c’est tout un système de santé qu’il faudrait créer », remarque Othmane Boumaalif. À 38 ans, ce médecin généraliste appartient à la génération des militants du mouvement dit du « 20-Février », apparu en 2011 dans le sillage des révoltes populaires en Tunisie et en Égypte. Il préside Anfass (« souffles » en arabe) démocratique, une association qui produit régulièrement des notes sur l’économie et la société. « Le problème est structurel, nous n’avons pas de première ligne, le médecin traitant qui ausculte puis oriente le patient selon sa pathologie. Au Maroc, le patient va soit chez le médecin, s’il obtient un rendez-vous avant six mois, soit au centre hospitalier universitaire [CHU], quand il existe, soit au dispensaire... C’est le chaos total, et les gens ont souvent recours à l’automédication ». Que pense-t-il des établissements flambant neufs construits en partenariat avec les États du Golfe ? « On bâtit une poignée d’hôpitaux-vitrines, très bien équipés. Mais personne ne peut se les payer ! À côté, le Maroc demeure un gigantesque désert médical, d’autant que beaucoup de nos praticiens émigrent en Allemagne, où leur diplôme est désormais reconnu ». Qui dit mieux ? Hilale s’est autoproclamé avocat des Kabyles algériens.

»» https://www.podcastjournal.net/Une-blague-diplomatique-Un-dealer-de-ki...
URL de cet article 38285
  

La Colombie [sans Ingrid ni Pablo] – Un récit de voyage
Cédric Rutter
On ne peut pas évoquer la Colombie sans penser à Ingrid Betancourt ou à Pablo Escobar. Pourtant, les interlocuteurs rencontrés par Cédric Rutter au cours de son voyage n’ont jamais parlé d’eux. Ce pays ne se limite pas au trafic de drogue et à la guérilla des Farc. Cette zone stratégique et magnifique, porte de l’Amérique du sud entre deux océans, abrite des communautés et des individus en demande de paix dans une démocratie fragile. Ils ont tant à enseigner et à dire. L’auteur les a écoutés et nous (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

(CUBA) "Tant qu’il y aura l’impérialisme, nous ne pouvons nous permettre le luxe du pluri-partisme. Nous ne pourrions jamais concurrencer l’argent et la propagande que les Etats-Unis déverseraient ici. Nous perdrions non seulement le socialisme, mais notre souveraineté nationale aussi"

Eugenio Balari
in Medea Benjamin, "Soul Searching," NACLA Report on the Americas 24, 2 (August 1990) : 23-31.

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.