RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Dans la cour du palais, des dames pas comme les autres

Dans la littérature chrétienne nous lisons : en tant que prototype de tous les pécheurs, une fois qu'Ève a péché, elle amène Adam à pécher avec elle. La misère aime la compagnie. Pour terminer, le feuilleton des deux dames se résume comme suit. Le prince demande à son conseiller de trouver une solution à un malentendu diplomatique. Le conseiller envoie Khalti Magadou en mission en Europe. Khalti Magadou rencontre Khalti Simone dans un lieu bien précis, le Restaurant du Musée d'Orsay, après organisation et étude de sa mission.

Bruno Clément-Bolle (général de corps d’armée) nous informe qu’« un prince avisé et un brillant capitaine sortent toujours victorieux de leurs campagnes et se couvrent d’une gloire qui éclipse leurs rivaux grâce à leur capacité de prévision. Or la prévision ne vient ni des esprits ni des dieux ; elle n’est pas tirée de l’analogie avec le passé pas plus qu’elle n’est le fruit des conjectures. Elle provient uniquement du renseignement, les renseignements obtenus auprès de ceux qui connaissent la situation de l’adversaire.

Aujourd’hui, en raison des médias sociaux, nous sommes régulièrement exposés à des personnes perverses qui croient savoir de quoi elles parlent mais en réalité elles ne comprennent rien à ce qu’elles racontent.

Tous les problèmes du monde de l’Ukraine au Soudan, en passant par la Syrie ou la Palestine, viennent du fait que les stupides et les intolérants sont toujours si sûrs d’eux-mêmes, et les éclairés naviguent dans le doute et sont pleins d’incertitudes. Ledit axiome de Russell postule que les gens qui sont mauvais dans une spécialité croient qu’ils sont bons dans ce domaine, et les gens qui sont bons dans ce domaine croient qu’ils sont mauvais dans ce domaine. Les amateurs sont trop confiants et les experts manquent de confiance. Les débutants croient qu’ils ont tout compris et les experts comprennent que rien n’est vraiment sûr. Dans ce même domaine, notre ami Concunhado d’Ifrane expert dans le traitement du renseignement a son propre axiome : parfois l’ignorance est nécessaire quand on est incapable de faire face à la réalité. Elle est même bénie dans certaines circonstances. Pour notre ami, l’ignorance, c’est quand vous ne savez pas quoi faire, tandis que l’intelligence, c’est quand vous savez quoi faire, mais vous êtes incapables de faire ce qui doit être fait.

Notre ami Concunhado, son ami sénégalais Benbunhato et Monsieur Beau, prétendent être membres très actifs du Think Tank africain. Nous savons que les Think Tanks les plus importants et influents aux États-Unis dans le domaine de la défense consacrent une partie de leurs travaux aux problématiques du renseignement. Si ces trois amis sont membres du Think Tank africain, ils doivent avoir une connaissance des relations Khalti et Tata. Ils pensent que khalti a pour nom Magadou et elle est connue sous le nom de Khalti. Ils confirment Simone se nomme Tata Simone. Le feuilletonde ces deux dames n’est pas encore en vente. Ces malicieuses ne sont pas réelles mais peuvent l’être un jour.

Même si les services modernes sont de plus en plus efficaces, ils ne couvrent qu’une proportion des manœuvres de Khalti et Tata dans le continent africain. Il est très utile de signaler que dans l’histoire des états, le renseignement a toujours été observé comme l’un des plus vieux métiers. Sa pratique met en épigraphe son importance dans l’édifice d’une nation stable et sécurisée. Une nation qui ne possède pas un service de renseignement fort et bien structuré est appelée à perdre sa souveraineté. Le renseignement sert à protéger une nation des menaces internes et externes. Dans un Etat qui se respecte, le département de renseignement doit avoir des influences politiques rigoureuses, des stratégies draconiennes, des connaissance économiques et culturelles profondes.

Pour satisfaire ces tâches, le personnel de renseignements doit être hautement qualifié et nationaliste. Ces deux critères lui permettent d’exercer son métier dans le cadre de la protection des intérêtsde la nation. L’image de la puissance d’un pays est dans force de sa direction de renseignement et le savoir-faire de son personnel. Dans les pays qui imposent leur force dans le monde, les services de renseignement sont composés de chercheurs permanents pluridisciplinaires qui travaillent étroitement avec des chercheurs universitaires et militaires.

Voici comment le feuilleton Khalti et Tata se présente. Les petits Français appellent toute femme âgée Tata et les petits garçons d’Afrique du Nord l’appellent Khalti. La tante a toujours joué un rôle en politique. Le feuilleton Khalti et Tata est une version pour les Africains. Pour les autres, la version Ignorance et Savoir-faire est plus adéquate. Les relations politiques africo-françaises sont bien jouées dans ce feuilleton. Plus clairement, si vous êtes un haut fonctionnaire compètent et honnête, Khalti vous gomme et Tata nomme son pion pour vous remplacer. Le principe des vases communicants impose sa loi et la nécessité diplomatique oblige. Dans ce feuilleton, la confusion des personnages politiques et la rumeur diplomatique sont la plupart du temps prises comme la face cachée de la vérité. Les bourgeois africains disent : tout métier comme gagne-pain pour un haut fonctionnaire est entre les mains de nos tantes Tata et Khalti.

Khalti et Tata arrivent à semer le trouble et la confusion dans quelques états africains. Khalti Magadou est africaine, elle n’a pas étudié le renseignement et bavarde sans savoir qu’elle est entrain de divulguer des secrets d’Etat. Elle joue à l’agente honnête et disciplinée et se fait passer pour madame la nationaliste sérieuse ou l’influenceuse sans rival. Par fanfaronnade, elle parle pour monter qu’elle est bien introduite dans les rouages de l’Etat. Khalti Magadou a l’art du verbe et la force de convaincre les sans bagages. Quand elle rencontre un haut fonctionnaire de l’Etat ou un ministre, elle écoute et enregistre. Le soir dans son café habituel, elle rencontre ses amis(es). Pour se monter importante, elle raconte ce qu’elle a entendu avec quelques exagérations. De bouche àoreille, De Facebook à WhatsApp, de tiktok à Instagram, elle s’est fait un nom. Khalti la dame qui manipule le pouvoir. Elle arrive à déplacer des hauts fonctionnaires et à déraciner d’autres. Le principe de Khalti Magadou est comme suit « Plus les hauts fonctionnaires sont désorientés, plus ils semblent confiants dans leurs déclarations et actions. »

En contraste, Tata Simone a une grande expérience dans le traitement de l’information. Elle est diplômée d’une grande école de stratégie. Elle est secrétaire d’ambassade chargée des relations douteuses. Elle applique les conseils de son maitre « La réussite, c’est trois choses : du travail, de la chance, et des relations humaines. » Tata Simone fait tout pour protéger les intérêts de son pays. Elle collecte ses informations via le téléphone arabe et les réseaux sociaux et surtout à travers son amie intime Khalti Magadouqu’elle rencontre souvent dans son café habituel. Tata Simone est experte dans les affaires africaines. Elle sait qu’en Afrique un message sur Facebook peut causer une tempête politique et que Khalti Magadou, par ignorance, lui dit tout quand elle a besoin d’un visa vers l’Europe pour aller rencontrer son ami le Beau.

Dans la littérature chrétienne nous lisons : en tant que prototype de tous les pécheurs, une fois qu’Ève a péché, elle amène Adam à pécher avec elle. La misère aime la compagnie. Pour terminer, le feuilleton des deux dames se résume comme suit. Le prince demande à son conseiller de trouver une solution a un malentendu diplomatique. Le conseiller envoie Khalti Magadou en mission en Europe. Khalti Magadou rencontre Khalti Simone dans un lieu bien précis, le Restaurant du Musée d’Orsay, après organisation et étude de sa mission.

Le capitaine n’était pas au-courant de cette mission. Le prince ne connait pas Khalti Magad ou même si cette dernière fréquente la cour du palais royal. En plus il n’est pas informé par son conseiller que Khalti Magadou va rencontrer Khalti Simone durant sa mission. Faute de bonne communication et de traitement du renseignement, le prince et son capitaine se trouvent dans une situation très embarrassante. Les relations diplomatiques entre le pays de Simone et le Royaume du prince deviennent trop fragiles.

La morale de ce feuilleton est : quand l’inaptitude remplace le savoir-faire, le jeu trouble de la diplomatie est maitre de la situation. On ne sait ni la suite ni la fin et le folklore diplomatique est joué par des amateurs amis de Khalti.

»» https://elwatan-dz.com/dans-la-cour-du-palais-desdames-pas-comme-les-autres
URL de cet article 39194
  

Karl Marx, le retour - Pièce historique en un acte
Howard ZINN
Moins de cinq cents personnes contrôlent deux mille milliards de dollars en actifs commerciaux. Ces gens sont-ils plus nobles ? Travaillent-ils plus durement ? N’ai-je pas dit, voilà cent cinquante ans, que le capitalisme allait augmenter la richesse dans des proportions énormes mais que cette richesse serait concentrée dans des mains de moins en moins nombreuses ? « Gigantesque fusion de la Chemical Bank et de la Chase Manhattan Bank. Douze mille travailleurs vont perdre leur emploi… Actions en (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Les Occidentaux ont pour système de soutenir et de porter aux nues à l’Est des gens qu’ils s’empresseraient de jeter en prison chez eux.

Slobodan Despot

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.