RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Oppenheimer ou La bombe ?

Vous avez sans doute vu passer la question suivante « Barbie ou Oppenheimer ? » Je n’avais pas très envie d’aller voir une pub version longue mais pas plus le dernier Christopher Nolan, bien que très intéressé par l’histoire du créateur de la bombe nucléaire, étant habitué à la déception avec le cinéma étasunien et le cinéma de Nolan en particulier.

Je l’ai finalement vu avec des amis et sans surprise la qualité n’était pas au rendez-vous. Au moins le film est assez rythmé pour pouvoir faire passer sans problème les 3h de durée. Le premier problème vient de la révolution cinématographique tant attendue si l’on devait en croire son réalisateur n’est qu’un condensé de tous les clichés du biopic, y compris les scènes de sexes qui n’ont aucune utilité dans l’intrigue. Pour rendre le personnage plus trouble on lui invente des méfaits (ici empoisonner la pomme de son professeur) afin de laisser douter de sa mégalomanie dans la création d’une arme pouvant détruire l’humanité (plus pratique que de dire qu’il n’a été qu’un instrument certes génial d’une situation plus complexe, lié au développement du capitalisme et aux affrontements géopolitiques). Lorsqu’on voit le personnage en mauvaise posture, on voit le sol trembler comme sous une explosion nucléaire pour montrer le trouble du personnage. Même le découpage avec des flash-back et de retour au présent du film est d’un déjà vu.

Cependant, le plus décevant c’est qu’Oppenheimer n’est pas un film sur la peur de la bombe nucléaire. On ne voit jamais ses effets, on se contente de les décrire. Histoire que le spectateur ait quand même peur, le réalisateur est obligé de montrer une scène où le savant imagine les conséquences de l’explosion, mais les conséquences dans la réalité on ne les voit pas. Qui a vu les images d’archives ou tout simplement la fameuse scène du film d’animation Gen d’Hiroshima sait à quel point la réalité est effroyable. Mais on n’en saura rien avec Nolan. Scène caractéristique, on voit Oppenheimer à une vidéo projection montrant les victimes d’Hiroshima et de Nagasaki. Ce que l’on voit, nous spectateurs, ce n’est pas les images du drame. Non, ce que l’on voit, c’est Oppenheimer regardant les images. Cela n’a pas le même impact. Ici c’est pour nous identifier à un personnage qui commence à regretter sa création. Ironiquement, l’identification est rendue plus difficile car on discerne mal la raison de ses doutes.

Et c’est pour comprendre les remords bien réel du scientifique que je vous conseille de voir La bombe de Peter Watkins (1966), un moyen métrage montrant l’effet de l’explosion d’une bombe atomique en pleine Angleterre dans un style quasi-documentaire. Au menu, on y voit les cris, les tremblements et le bruit assourdissant de la bombe, la lumière de l’explosion qui brûle la peau et rend aveugle, la tempête de feu qui emmène les maisons sur son passage, la distance de touche de la bombe et les gens qui s’étouffent. Une scène qui dure environ 10 minutes et qui est effroyable à regarder.

Cela ne s’arrête pas là car Watkins nous montre l’après, en se basant sur différents bombardements ayant eu lieu. Le territoire du pays étant en partie inhabitable à cause de la radioactivité, les ressources utilisables s’affaiblissent. Afin de conserver un semblant d’Etat les autorités sont obligées de favoriser dans l’accès aux premières nécessités ceux qui maintiennent leur pouvoir : la police et l’armée. C’est comme cela qu’un pays autoritaire, où toutes révoltes de la faim est terminée par des exécution sommaires, vient au monde. Séquence qui a beaucoup déplu à la BBC, le financeur du film.

Sortez d’Oppenheimer et vous vous direz que c’est une triste histoire, sortez de La bombe et vous vous direz que le monde ne mérite pas de connaître cette horreur.

»» https://lecuirassedoctobre.fr/2023/08/16/oppenheimer-ou-la-bombe/
URL de cet article 38931
  

La République contre son École
Muriel FITOUSSI, Eddy KHALDI
Certains, après la sortie de « Main basse sur l’école publique », (1) n’ont pas voulu croire, au moins dans un premier temps, dans la radicalité des postulats et parti-pris idéologiques qui avaient présidé, comme nous le dénoncions alors, aux mesures initiées par Xavier Darcos. Puis la « fusée des réformes » a décollé, et les yeux de nombreux citoyens, au-delà même de la communauté éducative, ont été décillés. Les atteintes graves au service public d’éducation se sont succédées à un rythme infernal, de la (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Si vous n’avez pas suivi de près l’affaire Julian Assange, tout ce que vous croyez savoir est probablement faux."

Viktor Dedaj

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.