Quantcast
RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher


Portugal : la calamité des feux de forêts augmente les profits de l’industrie du bois et du papier

La calamité des feux de forêts au Portugal, qui perdure depuis le début du siècle, a bien profité à l’industrie de pâte à papier et d’agglomérats de bois. Le prix du bois fixé cet été par le gouvernement de Lisbonne à un minimum de 25 euros la tonne, a fait déserter les entreprises de transformation des ventes aux enchères.

Fernando Dias est propriétaire d’une scierie de bois à Sertã au centre du Portugal, il soupire : « Le bois brûlé vaut cinq à six euros de moins que le prix pratiqué habituellement. C’est le résultat de l’offre supérieure à la demande pour ce genre de bois qui ne peut être que broyé ou servir à faire des palettes ».

L’agence de presse portugaise Lusa a avancé que « l’État a réussi à ramasser seulement 2,85 millions d’euros en deuxième tour d’enchères concernant le bois brûlé dans les incendies de 2017, alors que la tutelle s’attendait à encaisser 4,4 millions avec la vente de plus d’un million d’arbres ».

La maire de Góis a dit sur la chaîne de radio TSF que « beaucoup de propriétaires de bois brûlé affirment que le montant proposé est insuffisant pour récupérer l’investissement et que souvent ils n’arrivent même pas à couvrir le coût du nettoyage des forêts ». Ce qui amène à ce que cette matière, combustible, va rester sur le terrain, entraînant un risque de déflagration l’année suivante. Pour les revendeurs, le cauchemar est encore plus grand : l’industrie de papier portugaise, une des plus importantes d’Europe, impose un prix du bois de l’ordre de 23 euros en moyenne, ce qui anéanti les marges de profit des intermédiaires – bûcherons – et conduit les producteurs à vendre directement aux industries de transformation. Y compris dans ce cas, le gain reste inexistant.

Domingos Luís, petit propriétaire forestier affirme à la même radio que « sans régulation, il est normal que les bûcherons essayent de gagner leur vie en achetant au meilleur prix ». C’est le pire scénario pour celui qui exploite la forêt, alors – car c’est lui qui gagne le moins et qui n’est plus en capacité de nettoyer la forêt et d’éviter ainsi, année après année l’incendie.

Les industriels se gavent

Ce n’est pas par hasard que le business de pellets a permis d’amasser 67,6 millions d’euros et une plus-value de 15,8 millions à la plus grande entreprise de bois portugaise, la Navigator. Le propriétaire de ce géant mondial est décédé après une attaque cardiaque en Espagne, le 20 août 2018. Mais le business qui déjà appartient à sa fille, a bondit de 50% rien que pour les ventes vers les États-Unis. Cependant, champion d’une taxation effrénée, le président Trump veut que cette entreprise paye 37% de taxes sur ses profits de 2015 et 2017, soit plus de 45 millions d’euros de bénéfices net.

L’autre géant portugais du bois et papier, l’Altri, a annoncé un « profit net de 32,6 millions d’euros pour le premier trimestre 2018, soit 90,6% de plus que sur la même période en 2017 », citation parue dans le « Jornal Económico », publication portugaise dédiée au monde de la finance. Les deux paramètres expliquant ces résultats sont d’une part qu’il s’agit de bois brûlé et que les feux ont majoritairement lieu chez des petits propriétaires forestiers.

L’Altri est un conglomérat portugais de référence mondiale dans la production de pâte d’eucalyptus et dans la gestion forestière – ses terrains curieusement, ne prennent pas feu, même s’ils abritent 84 mille hectares de forêt certifiée. L’entreprise a été visée par cinq procès d’infraction environnementale entre 2011 et 2017, mais un seulement a abouti à une amende de 12 500 euros.

João Vasco Almeida, journaliste et auteur littéraire portugais. Éditeur littéraire de l’association « Rossio » http://arossio.com/. Il publie ses chroniques sur son blog « Ideia Perigosa – Idée Dangereuse » https://ideiaperigosa.wordpress.com/

Paulo Correia est musicien et ex-géologue pétrolier. Il collabore en tant que traducteur pour Investig’Action

»» https://www.investigaction.net/fr/portugal-la-calamite-des-feux-de-for...
URL de cet article 33890
   
Communication aux lecteurs
Libérez Assange avant qu’il ne soit trop tard

Julian Assange est un citoyen australien qui a été détenu "arbitrairement" pendant plus de 6,5 ans et qui plus récemment a subi à ce jour plus de 231 jours de torture sous la forme d’un isolement continu. Privé de soleil, de contact avec le monde extérieur et de soins de santé adéquats. Le 5 février 2016, le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme a déterminé que la "détention arbitraire" de Julian Assange devait cesser et que M. Assange devait avoir droit à une indemnisation".

Lire la suite : https://www.legrandsoir.info/liberez-assange-avant-qu-il-ne-soit-trop-...

Soutien financier à ceux et celles qui montent la garde 24/24h devant l’ambassade de l’Equateur et qui viennent d’un peu partout, à leurs frais. Exemples :


Vous avez une minute ?

Missions en conflit
Piero GLEIJESES
Cet ouvrage présente un récit haletant de la politique cubaine en Afrique de 1959 à 1976 et de son conflit croissant avec les États-Unis. L’auteur conduit le lecteur des premiers pas de Cuba pour aider les rebelles algériens combattant la France en 1961, à la guerre secrète entre La Havane et Washington au Zaïre en 1964-65 — où 100 Cubains menés par le Che Guevara ont affronté 1 000 mercenaires contrôlés par la CIA — et, finalement, à l’envoi héroïque de 30 000 Cubains en Angola en 1975-76, qui a stoppé (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

« Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

John Swinton, célèbre journaliste, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet à New York quand on lui propose de porter un toast à la liberté de la presse

(Cité dans : Labor’s Untold Story, de Richard O. Boyer and Herbert M. Morais, NY, 1955/1979.)


Revolucionarios : "On ne nait pas révolutionnaire... on le devient."
Chères lectrices, cher lecteurs du Grand Soir Nous vous proposons à la diffusion un documentaire intitulé « Revolucionarios ». Durée 57 Min – Version VOSTFR. Ce film, le premier d’une série, c’est la révolution cubaine racontée par celles et ceux, souvent anonymes, qui y ont participé d’une manière ou d’une autre. Des témoignages qui permettront de comprendre la réalité de ce que vivait le peuple cubain avant l’insurrection, de découvrir les raisons de cet engagement dans la lutte et de voir comment chacun (...)
20 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
97 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
51 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.