RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher
10 
Où il est dit que le Coran prouverait l’existence de Dieu...

Pour en finir avec la Question de Dieu

La population mondiale compte environ 2,5% d’athées (environ 160 millions d’individus), 12% d’agnostiques (ni athées ni croyants) et 85,5% de personnes adhérant à une religion. Le christianisme et l’Islam, les deux religions les plus répandues, s’attirent l’adhésion de plus de la moitié de cette population (33,0% et 20,3% respectivement). Ces données doivent évidemment être relativisées dans la mesure où parmi les croyants, il n’est pas fait distinction entre ceux ayant effectivement accompli une démarche personnelle et ceux, sans doute beaucoup plus nombreux, qu’on comptabilise comme adhérant à la religion de leurs ancêtres, pour des raisons ethnique et culturelle.

Beaucoup de "Non Dit", donc, qui s’explique sans doute par le fait que la Question de Dieu relève, avant tout et après tout, d’un questionnement individuel, mais également par le fait que, bien souvent, les échanges sur ce sujet tournent davantage à la caricature qu’à une vraie argumentation. Pour essayer d’y voir un peu plus clair, ce billet présente les différentes conceptions du monde qui sous-tendent telle ou telle réponse à ce questionnement.

Il existe quatre conceptions du monde : l’athéisme, l’agnosticisme, le déisme et le théisme.

La conception athéiste consiste à nier l’existence de Dieu et de toute autre forme de divinité. Selon cette conception, l’univers est le produit du Hasard et, dans cet univers, l’apparition de l’Homme sur terre n’est qu’une anomalie exceptionnelle dans l’histoire des mutations génétiques. En effet, l’Homme a, en fin de compte, les mêmes besoins que l’animal pour vivre, c’est-à -dire : s’alimenter, dormir, se reproduire, prendre du plaisir, se soigner… Et s’il se distingue de l’animal, c’est uniquement par ses besoins culturels et spirituels, qui sont liés à la créativité particulière du cerveau de l’Homme. Cette créativité, elle-même, n’a nulle autre finalité que de satisfaire les objectifs "animaux" de l’Homme, à travers la connaissance et l’innovation technique. Quant à l’autre particularité distinctive de l’Homme, par rapport à l’animal, qui est sa conscience, elle ne constitue, pour l’athée, qu’un artifice naturel du cerveau de l’Homme, ayant pour fonction de réguler ses relations avec ses semblables ; l’Homme naturellement craintif n’aime pas s’exposer aux risques que les autres peuvent lui faire courir s’il empiète sur leurs intérêts, et c’est surtout pour cette raison qu’il fait appel à sa conscience dans ses relations sociales.

La deuxième conception du monde est l’agnosticisme, fondé sur le doute quant à la création de l’univers par Dieu, tant que l’existence de Dieu n’est pas prouvée scientifiquement. C’est un peu la case de réponse "Indécis/ sans opinion" à la question de l’existence de Dieu et ce, pour cause d’impossibilité de trancher scientifiquement cette question.

La troisième conception, dite déiste, consiste à admettre que l’univers est bien l’oeuvre de Dieu, mais que, depuis cette création, Dieu n’y intervient jamais et n’a pas le moindre égard pour ce que ces "poussières dans le cosmos" que sont les Hommes, peuvent faire de leur vie. De ce fait, le déiste ne croit ni aux révélations ni aux miracles et pense que le fait que l’Homme croit en Dieu ou n’y croit pas, fasse le bien ou le mal, ne change strictement rien à sa destinée ultime et définitive qui ne peut être, rien d’autre, que la mort. Néanmoins, le déiste tâchera pour son propre intérêt de rester dans "le bien" et il peut même éprouver l’envie de se relier avec Dieu spirituellement, par les moyens qui lui semblent appropriés. Et même si cette spiritualité lui procure du bien, le déiste reste convaincu que cet état de fait ne peut découler que du fonctionnement de son propre cerveau et de ses propres facultés émotives, et non d’une quelconque attention de Dieu à son égard.

Enfin, la quatrième conception est le théisme, selon lequel l’univers a été crée par Dieu (ou plusieurs Dieux, pour les polythéismes) qui en assure et suit constamment le fonctionnement. Le théisme recouvre trois formes : le panthéisme, le polythéisme et le monothéisme. Le panthéisme est un théisme philosophique et non religieux ; il consiste en une philosophie à la fois naturaliste et créationniste, qui considère que Dieu est la nature et vice versa. Selon cette philosophie, tout ce qui existe, n’existe pas seulement par Dieu mais en Dieu. Dieu n’est donc pas un créateur qui transcende le monde mais Il lui est essentiellement immanent (Certains principes panthéistes sont très présents dans la tradition Hindoue).

Quant au monothéisme, il est fondé sur le principe de l’existence d’un Dieu unique qui a créé l’univers pour une raison bien précise. Celui des religions dites Abrahamiques (Judaïsme, Christianisme, Islam) est l’une des formes de religion les plus répandues dans le monde. Ce monothéisme affirme aussi bien la transcendance que l’immanence du Dieu Unique et s’appuie sur les révélations (Torah, Evangile, Coran) - et le cas échéant les miracles - par lesquels Dieu s’est fait connaître à l’Homme à travers ses Envoyés et Prophètes, de même qu’Il a, par ce moyen, fait connaître à l’Homme ce qu’Il aime et ce qu’Il déteste chez ses créatures. Ces religions ont donc en commun un double principe ; la croyance en un Dieu unique et la soumission à la Loi divine, en ce sens que toutes les créatures de Dieu sont soumises à sa Loi, soit de gré soit de force. Le vrai croyant, se référant à l’une ou l’autre de ces religions, est, donc, celui qui accepte librement de se soumettre à son Créateur, en un acte d’amour et en toute intelligence. Dés lors, cette soumission devient salutaire, en ce sens qu’elle permet au croyant d’entrer dans la paix de Dieu, une fois qu’il accède à la paix intérieure par la guidée divine et l’effort individuel de prière, de compréhension et d’observation de la Loi divine.

Telles sont, en résumé, les différentes conceptions du monde qui sous-tendent généralement la réponse à la Question de Dieu. Elles appellent de ma part le commentaire ci-après :

Au cours du siècle dernier, la science a prouvé et, même daté avec grande précision, la création de l’univers, il y a 13,7 milliards d’années. Dés lors, la Question de Dieu, dont le thème central revient finalement de se demander "Qui a fait cela ?", requiert un changement d’approche dans le sens d’une conciliation de la science et de la foi, au lieu de continuer à les opposer. A ce sujet, il y a lieu de remarquer que le monothéisme Abrahamique est le seul, parmi les conceptions du monde que nous avons présentées plus haut, à présenter une "revendication" de cette création de l’univers "par Dieu". Et cette revendication est transcrite dans les Ecritures révélées (Bible, Coran) avec d’autres informations sur la création et les phénomènes naturels.

A moins, donc, que ces Ecritures n’offrent pas assez d’informations, vérifiables, de ce type ou que ces informations n’aient été modifiées dans le texte originel par les Hommes, un rapprochement avec les résultats issus de la science moderne permet d’avoir une idée précise du niveau de crédibilité de ces Ecritures. Or, il se trouve que le Coran a été parfaitement conservé dans sa version originelle, révélée il y a plus de 1400 ans, et contient de nombreuses réflexions sur les phénomènes naturels (plus d’un milliers de versets), allant de la création des cieux et de la terre à la reproduction de l’Homme, en passant par les étoiles, l’atmosphère, les montagnes, les mers, le règne animal ou encore le règne végétal. Et force est de constater qu’au lieu de relever dans le Coran ne serait-ce qu’une infime trace de l’ignorance qui régnait à l’époque de sa révélation, on note plutôt la concordance de ces réflexions avec les découvertes les plus récentes de la science moderne (voir par exemple l’ouvrage de Maurice Bucaille « la Bible, le Coran et la Science - Les écritures saintes examinées à la lumière des connaissances modernes »).

Ces spécificités du Coran sont non seulement largement ignorées, faute d’une lecture en profondeur du texte coranique mais donnent souvent lieu à de mauvaises interprétations et à des confusions, y compris chez les musulmans. En fait, le Coran constitue fondamentalement l’ultime livre révélé des religions Abrahamiques ; il devait donc être conservé et c’est dans ce sens qu’il faut comprendre pourquoi cette protection est assurée par Dieu Lui-même (Coran s15-v9). Quant à l’abondance des réflexions concordantes avec la science moderne dans le Coran, et plus généralement la sophistication et la rationalité du message coranique, il ne faut pas perdre de vue que les textes bibliques n’avaient pas la même vocation que le Coran, puisqu’ils étaient accompagnés de miracles surnaturels donnés par Dieu à Abraham, Moïse et Jésus et qu’ils devaient être suivis par d’autres révélations divines. Or, il est bien connu que Muhammad n’a pas eu de miracle surnaturel à l’instar des Envoyés de Dieu et des Prophètes qui l’ont précédé. Pour le croyant, le Coran n’est donc pas seulement l’ultime guide universel pour les pieux qui cherchent l’agrément de Dieu, mais également un recueil de preuves de Dieu ; c’est le miracle donné par Dieu au Sceau des Prophètes pour perpétuer le rappel de la Loi divine.

Ben Khabou.

URL de cet article 12095
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

Même Thème
Du bon usage de la laïcité
sous la direction de Marc Jacquemain et Nadine Rosa-Rosso. Depuis quelques années, une frange de la mouvance laïque, qui se baptise elle-même « laïcité de combat », développe un prosélytisme anti-religieux qui vise essentiellement l’islam et, très accessoirement, les autres religions. Cela nous paraît un très mauvais combat pour la laïcité. Cette logique va-t-en-guerre est d’autant plus malvenue qu’elle se développe dans un contexte marqué, dans le monde, par l’unilatéralisme militaire américain, et, chez (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Je crois, juridiquement parlant, qu’il y aurait des motifs sérieux pour inculper chaque président des Etats-Unis depuis la seconde guerre mondiale. Il ont tous été soit de véritables criminels de guerre, soit impliqués dans de graves crimes de guerre.

Noam Chomsky, in "What Uncle Sam Really Wants"

Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Lorsque les psychopathes prennent le contrôle de la société
NdT - Quelques extraits (en vrac) traitant des psychopathes et de leur emprise sur les sociétés modernes où ils s’épanouissent à merveille jusqu’au point de devenir une minorité dirigeante. Des passages paraîtront étrangement familiers et feront probablement penser à des situations et/ou des personnages existants ou ayant existé. Tu me dis "psychopathe" et soudain je pense à pas mal d’hommes et de femmes politiques. (attention : ce texte comporte une traduction non professionnelle d’un jargon (...)
46 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.