RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pour en finir avec le jugement de dieu et les « Culbuto© » de la pensée…

* Pour en finir avec le jugement de dieu et les « Culbuto© » de la pensée… (* Le Figaro comme de bien entendu, interpréta et transforma le titre par cette injonction : «  Il faut en finir avec le jugement de dieu », agrémenté de quelques réflexions condescendantes, un genre de circonvolutions stylistiques commun à ce type d’individus, oeuvrant pour ce genre de presse, hémiplégique et foutrement conservatrice…, hostile, bien entendu, à l’art avant-gardiste (mais pas que…), et arborant ostentatoirement un mépris hautain envers les « masses populaires » ; lisez cet extrait, pour saisir la haine à peine dissimulée, d’un certain Ravon… le 7 février 1948, il écrivit ceci : « Parmi les quinze millions d’auditeurs que risquait d’atteindre le verbe tumultueux d’Antonin Artaud, combien n’y auraient trouvé que matière à scandale ou à basse délectation ? Une certaine forme d’art suppose une audience restreinte. On n’imagine pas un récital de Baudelaire au Vel’d’Hiv. La radio est un art de masse. Et sans doute il faut élever les masses jusqu’à un art qui soit digne d’elle… » Les trois dernières phrases sont dignes de Ravon, un énergumène empli de « crachats », d’excréments, et qui sent le « gaz puant » (comme aurait écrit Artaud)…

Diatribe : dans ce double titre, deux idées complémentaires et absolument indissociables !... La première, est clairement la reprise du titre général d’une série d’émissions radiophoniques qui n’eurent pas le temps de faire scandale, (scandale ?... on se demande bien pourquoi !, car ce génial auteur, qui fut sollicité par Fernand Pouey (alors directeur des émissions dramatiques et littéraires de la Radiodiffusion française), avait mis tout son talent et son incontestable génie, à préparer minutieusement son "émission" - ou messe, du latin « mittere » : envoyer, renvoyer -, pour produire des sons et projeter des ondes…

« Avis de messe », est l’un des titres préparatoire du « Jugement de dieu », c’est aussi lâcher un bruit, répandre hors de soi, et l’émission sera émission de bruits, crachats, salive, sperme, pets (dans cette émission il est fait allusion au « gaz puant », aux pets, (… j’ai pété de déraison et d’excès…), sang, excréments,…), puisque la censure, sanctionna promptement Artaud (par le biais du directeur général de la Radiodiffusion, Wladimir Porché, qui décida d’interdire, malgré l’avis favorable du jury, (composé d’une cinquantaine de personnalités, venus de tous les horizons), qui trouva l’émission géniale !, alors programmée pour le 2 février 1948 à 22 h 45, et ne fut diffusée… que le 6 mars 1973 ! Le public pu enfin écouter cette délicieuse diatribe, (… l’écouter avec les oneilles, et la "sentir" avec leurs sens…), presqu’entièrement dirigée contre la culture occidentale, (Christophe Colomb, l’impérialisme américain - lisez : étasunien), et la spoliation de la terre par des colons avides et sanguinaires, plein de morgue religieuse, (toute ressemblance avec des faits actuels, n’est pas du tout fortuit !), « du peuple indien sans terre ». Qui dit "dieu", dit "diable", et, vis et versa… L’un étant le repoussoir de l’autre, l’un n’allant jamais sans l’autre !

La seconde est évidemment liée à l’actualité (si l’on peut nommer ainsi…, de si vieilles turpitudes ! (voir : « L’argent », d’Emile Zola, paru en 1891 !, où il est question de fétichisme pour la monnaie…))

Dictature de la transparence… (Cette expression, qui est tout sauf anodine, est utilisée à dessein par les caciques du FN et de l’UMP (et de ses alliés) en passant par certains apparatchiks du PS., bizarre, bizarre…)

Une fois n’est pas coutume…, passons directement à l’actualité (« dieu » et le « diable », attendrons bien encore un peu, non ?) Pourquoi diantre cette surenchère à la probité de ces messieurs-dames les députés-es et sénateurs-rices, et du personnel de la haute fonction publique, (la publication de leur "patrimoine", ° mais sans qu’aucun contrôle sérieux ne vienne vérifier la véracité de ces "déclarations", ni sanctionner d’éventuelles fausses déclarations... D’ailleurs, même cette esbroufe, certains-es s’y refusent obstinément, comme par exemple, François Clopé… (Ce citoyen au-dessus de tout soupçon (aux si nombreuses casquettes… dont celle d’avocat-conseilleur, qui lui vaut d’être soupçonné de « conflit d’intérêt »), n’avait pas hésité une seconde… pour faire assouplir une loi qui visait à contrôler la fortune des élus… Ou mieux encore, lui et son complice, le facho honteux, Christian Jacob, en décembre 2010, s’acharnèrent par voie d’amendements sur mesure, pour empêcher que des peines de prison puissent être infligées aux élus-es qui rédigent de fausses déclarations de patrimoine, en début et fin de mandat électif ! C’est dire, si on peut faire confiance à ces deux là , notamment en ce qui concerne la sincérité…) Mais il n’est pas le seul, car une bonne moitié de députés-es et de sénateurs-trices s’y refusent résolument… ainsi que de nombreux élus-es et membres du personnel politique. (Voici ce qu’écrivent les "enquêteurs" du « Le Monde » : « La liste française n’a laissé filtrer que peu de noms de personnalités connues. … », vous êtes prévenu !)

° qui peut croire sérieusement, que le dépôt d’une simple déclaration de patrimoine (même très détaillée, et, qui plus est sur l’honneur !...), peut réellement transformer les mentalités, (« la politique à la papa », c.-à -d., ou tout le monde se tient par la barbichette, du personnel politique actuel, jusqu’au Pouvoir exécutif, en passant par le président de la république - y compris tous les présidents de la Ve république, sans exception !, sauf, bien entendu, ceux qui sont décédés), si celles-ci ne sont pas soumises à des sanctions (réelles) immédiates, (en cas de fausses déclarations et de turpitudes avérées), telles que : poursuites judiciaires, sanctions financières, et surtout, la non-éligibilité à vie, etc., ceci dans le cadre d’une juridiction (totalement) indépendante du Pouvoir exécutif, ou de la représentation nationale et du personnel politique… Nous avons tous en mémoire, les moeurs plus que douteuses de certains chefs d’Etat ou de gouvernement, soupçonnés de turpitudes, et qui malgré cela, misaient, sur les "lenteurs" (souvent provoquées par leurs défenseurs) de la machine judicaire (à leur égard), - jouant allégrement la montre, pour s’assurer du « délai de prescription » - quand ce n’est pas, l’abandon pur et simple de toutes poursuites, grâce aux nombreux stratagèmes débusqués par un staff d’avocats, spécialistes du « vis de forme », ou bien encore, l’échappatoire suprême… qui annihile toutes formes de poursuites judiciaires… (Sauf, lorsqu’il s’agit pour eux de porter plainte contre un simple quidam, pour crime de lèse majesté républicaine…), - provisoirement, puisque la « couverture judicaire » ne couvre que la durée du mandat électif -, en s’appuyant sur un "statut" taillé sur mesure (par des juristes constitutionnalistes aux ordres) ; d’ailleurs ces messieurs connaissaient parfaitement toutes les ficelles qui leur permettent d’échapper à leurs éventuels accusateurs. Eux et leurs avocats, produisent des manoeuvres dilatoires…

Le retournement de témoins, la destruction de preuves, les menaces de mort, les injures, les exactions diverses, comme les menaces ou l’agression d’un membre de la famille d’un juge ou d’un accusateur, (femme et enfants compris, et aussi bien, le cercle d’amis-es), les manipulations par médias interposés (publication de pièces du dossier (alors que l’affaire est en cours d’instruction), fausses informations, etc.), sont monnaies courantes dans ce genre d’affaire. Certains ont même été jusqu’à utiliser, à des fins personnelles, les services de l’Etat ! Tout cela, (sauf la dernière manoeuvre, qui est spécifiquement réservée aux seuls membres du Pouvoir exécutif) est connu et su publiquement… C’est d’ailleurs, ce genre de manoeuvres qu’utilisent très souvent le grand banditisme, le milieu ou la Maffia…

Tout cela ne devrait jamais être prescrit !

Le mandat électif, n’est pas un sauf conduit pour commettre des turpitudes, c’est un engagement solennel envers le peuple souverain, et il serait bon que ce serment, soit enregistré publiquement… pour que tout parjure, soit impitoyablement et sévèrement puni !... Ceci bien entendu, dans un autre cadre que celui qui sévit actuellement dans nos démocraties dites "représentatives", dans la cadre d’un système réellement participatif, qui soit réellement impitoyable avec les parjures !...

« Moraliser la vie politique », certes, mais les déclarations d’intentions n’engagent aucunement leurs auteurs…, sauf peut-être, celles et ceux qui auront la faiblesse d’y croire !

« Opération transparence ! » Sont-ils-elles tellement opaques pour réclamer une telle opération ? « Pacte moral et politique ! » Tout le monde sait depuis longtemps, que "morale", (je n’aime pas beaucoup ce mot, on ne sait jamais ce qu’il recèle exactement !), et politique ne font pas bon ménage… « Opération mains propres ! » Ont-ils-elles les mains sales à ce point, pour réclamer une opération mains propres ?… Même le Luxembourg, ne serait plus opposer à la levée (très partielle, faut pas rêver…) du secret bancaire ; c’est dire si cette impulsion (verbale), pour plus de "transparence", (pour les autres, bien entendu), reste très suspecte !

D’ailleurs l’un des titres paru sur le site « Mediapart » est assez éloquent, lisez plutôt : « Offshore leaks » : le rôle des intermédiaires au grand jour par Martine Orange « Au fur et à mesure des révélations faites par la presse, l’ampleur des paradis fiscaux se dévoile. L’évasion fiscale, l’argent caché et blanchi recouvrent une vraie industrie : banques, avocats, notaires, conseillers fiscaux, auditeurs, experts-comptables. Les gouvernements ont-ils la volonté de s’y attaquer ? »

Le rôle des intermédiaires, les "révélations" faites par la presse, l’ampleur des paradis fiscaux, l’évasion fiscale, l’argent caché et blanchi industriellement, puis l’énumération des intermédiaires… Tout ça, on le sait depuis des années… A part deux noms, Cahuzac et Augier (celui de Augier, sorti opportunément par le quotidien « Le Monde »), aucun nom du gros-ses fraudeurs-euses, alors que selon certaines sources (notamment bancaires), ils-elles seraient un sacré paquet !

Soyez assuré, que le nom des vrais-es coupables, c.-à -d., celles et ceux, qui tirent, en toute opacité, les ficelles, les vrais-es commanditaires de toutes ces turpitudes politico-financières, ° vous n’en connaitrez jamais le nom, JAMAIS ! Vous aurez quelques second couteaux, un avocat et conseiller fiscal par-ci, un notaire et expert-comptable par-là , quelques sociétés financières, quelques banques (la BNP-Paribas et le Crédit Agricole, alors que tout le monde sait, depuis la fameuse crise de 2008 dites des « Subprimes mortgage », que les banques sont mouillées dans tous les coups fourrés…), mais n’aurez jamais accès au rouage des circuits (complets) de ces magouilles. Certains Etats, (pour ne pas dire presque tous), profitent de ces circuits (opaques) pour blanchir de l’argent sale, (en toute quiétude), pour alimenter des filières (plus que) douteuses et financer des coups tordus (les nombreuses opérations "spéciales" (hors théâtre d’opérations), etc.) Vous pensez bien, que toutes ces combines (classées « Secret-défense », « Sureté de l’Etat », etc.) ne seront jamais connues de nous ! Il ne Faudrait pas rêver…

° Les déclarations et les interviews du journaliste à La Croix, Antoine Peillon , qui par ailleurs dévoile le contenu d’un rapport - concernant des fraudes fiscales et leurs bénéficiaires - fait par des officiers de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), et transmis aux députés d’un groupe de travail parlementaire sur l’exil fiscal (créé en 2013 !), qui accuse le renseignement intérieur (notamment, les anciens et actuels patrons ou responsables de la DCRI (dont Squarcini, Gilles Gray, Éric Bellemin-Comte…), notamment, celles et ceux qui étaient et sont encore chargés du renseignement économique et financier, ainsi que ses chefs du « département sécurité » ou du « groupe action » de la sous-direction chargée du renseignement économique, d’entraver la justice !…, et déclaraient il y a peu, que d’autres noms suivraient !, et dans leur cas, il s’agissait d’enrichissement personnel !...

D’ailleurs tout cela est connu et su depuis un certain temps déjà , et si vous (re)lisez « L’argent » d’Emile Zola, tout ce qui est écrit ci-dessus, y est consigné !, (sans, évidemment, les paradis fiscaux, mais à cette époque, la colonisation remplissait parfaitement cette fonction…), et les turpitudes de la caste dominante, y sont bel et bien mentionnées !

Que restera-t-il de toute cette agitation verbeuse ?, sans doute pas grand-chose (?) D’ailleurs l’essentiel est ailleurs…, ils-elles se poussent du coude, pour faire parler d’eux ! chacun-e y va de ses déclarations enflammées, enfin qu’elles soient reprisent (en boucle) par les médias aux inféodés …

Pensez-vous un seul instant qu’un quotidien comme ° Le Monde, (détenu majoritairement par le trio Pierre Bergé, Xavier Niel et Matthieu Pigasse, (des ultra-friqués, dont un banquier !…), qui, le 2 novembre 2010, racheta ce journal, (et que celui-ci, reçoit des subventions de l’Etat, à auteur de 17 millions d’euros !), puissent faire des révélations qui embarrasseraient le système capitaliste (et la finance mondiale) ? Ils feront des révélations, certes, mais jusqu’à un certain point… On nous baladera avec quelques déclarations spectaculaires (mais si peu dangereuses), de type : les « Les listings d’ICIJ (j’ai consulté le site de ce collectif de journalistes internationaux, et celui-ci met effectivement à la disposition des internautes certaines révélations ?...) qui selon le quotidien précité, sont détonants par leur ampleur : ils représentent une masse de données informatiques brutes de 260 gigabits. C’est 162 fois plus que les documents rendus publics par WikiLeaks. Ils fourmillent de renseignements précis, souvent codés, sur l’identité des administrateurs et les actionnaires de ces sociétés établies dans les îles Vierges britanniques, aux Caïmans, aux îles Cook, aux Samoa, à Singapour, dont l’existence à l’abri de ces juridictions opaques aurait dû rester secrète, loin des yeux des régulateurs et des autorités fiscales. Une porte entrouverte sur le monde des centres financiers offshore. … » Tous les jours, des milliers de milliards sont brassés, dont un certain nombre passent par des circuits occultes, comme les paradis fiscaux (les « Offshore »). L’"Opération Offshore Leaks", ne concerne qu’une infime partie de cette masse monstrueuse de milliards (à peine le dixième semble-t-il ?), comment des révélations parcellaires, sur ce circuit, peut mettre à mal l’ensemble du système occulte ?

° Ce n’est évidemment pas le seul, d’autres, tel que le « Washington Post », l’« Asahi Shimbun », ou la Canadian Broadcasting Corporation (CBC), ou le Guardian à Londres, ou le « Premium Times » au Nigeria, ou « La Nación » en Argentine ou « Le Matin Dimanche » en Suisse, etc.

J’ai comme un doute, pas vous ?

Mis à part, l’enquête diligentée par « Mediapart », au sujet des turpitudes du sieur Cahuzac (il est lâché par tout le monde (Haro ! sur le baudet…), car son grand tort, fut de se faire prendre !, (en politique, c’est certainement rédhibitoire… mais jamais mortel !, puisqu’après les déboires judiciaires (et les condamnations) de certains-es, ce la ne les empêchent aucunement de réapparaitre tranquillement, comme si de rien n’était, comme ce fut le cas pour le clan Chirac, - voir le chapitre Dictature de la transparence…, en ce qui concerne : les méthodes et les techniques d’usage - (ne fut-il pas condamner par personnes interposées, puis, longtemps après les faits, - malgré qu’une bonnes parties de affaires le concernant, furent, soit enterrées, soit prescrites -, il aura fallu (attendre) qu’il ait presqu’un pied dans la tombe, pour être enfin juger, puis condamner !), et les clans Pasqua, Tiberi, Balkany…, mais ils-elles ne sont pas les seuls, bien entendu…)

Et toute cette agitation, dont l’orchestration d’un tapage médiatique généralisé, n’a pas d’autre objectif que de créer un vaste écran de fumée... afin de redonner "confiance" au bon peuple souverain !... Pourquoi agir de la sorte, alors que tout le monde constate que la panique générale s’empare du personnel politique, et que le bordel règne à la tête de l’Etat ? Comme ce fut souligné par de nombreux auteurs-es, et dans de nombreux articles parus sur ce site ou d’autres sites, les leurres ont comme premier objectif, escamoter l’essentiel ! Et, quel est donc cet « essentiel » ? Détourner l’attention du public (les "masses médiatiques") de l’actualité brulante (celle qui (les) dérange vraiment, et qu’il faut à tout prix taire, et faire disparaitre derrière un écran de fumée géant !, alors que de pseudos et très parcellaires révélations "fracassantes", - de l’étendue galopante de réseaux et de circuits maffieux pour commettre impunément des malversations, contaminant le système politico-économique, alliée aux révélations de turpitudes et de corruptions "habituelles") Il faut détourner l’attention du public des sujets qui fâchent vraiment !, comme l’Accord National Interprofessionnel, (A.N.I.) - Il faut voir le mal de chien que se donnent les postillonneurs accrédités, essayant par tous les moyens, tous médias importants confondus, de circonscrire la suspicion qui gagne chaque jour, un peu plus de terrain, jusqu’aux hautes sphères de l’Etat, et éclabousse au passage, tout le personnel politique, et expose dangereusement les mentors sous les feux de l’actualité. Il faut entendre, leurs déclarations alarmistes, sonnant le tocsin pour un recentrage immédiat vers l’union sacrée et le "réalisme" politique (la realpolitik), car le bon peuple risque fort, après tout se déballage, de réaliser qu’il est bien seul parmi tous ces bonimenteurs, et que ce personnel politique, est, au mieux complice, et au pire, de la même espèce, que celles et ceux qui se sont fait prendre…, et, que décidemment, c’est tout le système qui est pourri !… Escroquer, mentir, arnaquer, certes, mais cela doit rester entre-soi, sinon, c’est tout le système qui risque de s’effondrer ! Et les postillonneurs, sont, non-seulement pour un recentrage immédiat, sur des sujets (dirons-nous) moins polémiques, mais aussi, moins ravageurs pour l’ensemble du personnel politique…, et cette mission risque d’être fort impossible à tenir, car la prise de conscience collective ne s’arrêterait évidemment pas là , soyez en certain-e…

S’agissant des 2,5 millions de documents, (via le collectif de journalistes "internationaux", le consortium d’investigation américain ICIJ… basé aux Etats-Unis ?!), jetés en "pâture" à un public qui serait en mal d’"informations" (?), via des journaux (voir la liste plus haut), choisis sur on ne sait quels critères (?), sensés distiller des "infos" via le « Comité de rédaction » (c’est le « rédac chef », qui, in fine, décide ce qui sera publiable ou pas par son journal… en toute indépendance, cela va de soi !...) l’intitulèrent pompeusement « Offshore Leaks » (et pour ne prendre que l’exemple du quotidien « Le Monde », je ne l’ai pas constaté sur le site du collectif ICIJ), ils ont osé comparer cette opération (au demeurant, pas très claire !...), à celle qui fit connaître le site Wikileaks, et son principal créateur, Julian Assange (le diseur de vérité, et le lanceur d’alerte, ce qui hélas, ne sera pas le cas de l’opération de com’ « Offshore leaks », quelques broutilles montées en épingle pour amuser la galerie, et enterrer discrètement leurs turpides, et puis rien…, Allez, circulez !, y-a plus rien à voir !) Alors que depuis la diffusion mondiale des révélations du site Wikileaks, (classées « confidentiel-défense » ou « secret-défense »), il fut péremptoirement déclaré, ennemi public N°1 !, par les Etats-Unis, et à cause de cela, des sénateurs étasuniens, se sentir obligés de demander à ce qu’un commando fut formé pour l’exécuter rapidement ! (une exécution dans le genre de celle qui fut réservée à Ben Laden). Pour éviter que soit réaliser cet assassinat, il lui fallut demander l’asile à l’ambassade de l’Equateur à Londres, et il sait pertinemment, que si par malheur il mettait un pied hors de l’ambassade équatorienne, les flics et les services spéciaux anglais lui tomberaient rapidement dessus, l’arrêteraient et l’expulseraient immédiatement vers la Suède, (la Cour suprême britannique a rejeté sa demande de réexamen de l’appel qu’il avait déposé, et ne dispose plus, pour éviter son extradition vers la Suède que d’un éventuel recours devant la Cour européenne des droits de l’homme à Strasbourg), puis de la Suède vers les Etats-Unis, qui serait très certainement pour lui, une condamnation à mort ! Une condamnation d’Assange équivaudrait à une condamnation à mort de la totalité des Hacktivistes ! Le monde serait alors (certainement) en guerre totale, et le capitalisme à l’agonie… et nous serions tous (du moins je l’espère) des combattants pour la Liberté humaine (et sur le net)… je ne parle même pas de la lutte héroïque de Bradley Manning, qui croupit, au fond d’un cachot, depuis le 29 juillet 2010, et qu’il y est détenu à l’isolement, sous surveillance maximale, c.-à -d., 24 sur 24, à poil, sans jamais que la lumière ne s’éteigne… c’est parfaitement dégueulasse… inhumain !, et le quotidien « Le Monde » se fout de la gueule du Monde !

Tout ce bordel médiatique, ° n’a pas d’autre objectif que d’enfumer (un peu plus) l’opinion publique sur le fond… les vrais coupables (pas celles et ceux, qui sont jetés-es en pâture à la vindicte populaire !, ce ne sont que quelques "sacrifiés", qui le seront pour, pensent-ils-elles, amadouer et essayer d’endiguer, à bon compte, la "colère populaire" ; ils-elles seront lâchés-es par leurs anciens-nes collègues et amis-es politiques (et parfois complices), non pour ce qu’on leur reproche, mais bien plutôt parce qu’ils-elles se sont fait prendre… étant jugés bien trop cons-nes (donc, pas assez malins pour naviguer sur un océan de merde…, comme la majorité de leurs collègues et parfois anciens-es complices, car eux, ont su (en grands-es professionnels-les), "éliminés" prestement tous les obstacles et se prémunir de « témoins gênants », c.-à -d., incontrôlables ! Cela, ne sous-entend évidemment pas, que leurs "adversaires" (alliés objectifs), peuvent détenir, des preuves accablantes sur leurs turpitudes !… (les fameux "dossiers", et dans le cas de Cahuzac, apparemment beaucoup de monde était au courant de la détention de comptes à l’étranger…) Toute cette merde (de l’esbroufe, tant qu’aucun-ne de ces messieurs-dames, ne sera réellement poursuivit devant un tribunal, pour « fraude fiscale », « détournement de Fonds », et autres turpitudes…), leur a permis de biffer (tranquillement (?), pas tant que ça, puisque les cinq centrales syndicales majoritaires ont organisé des manif dans toute la France (172 manifs au total), mais malheureusement (comme prévu), celles-ci ont été quasiment évincées du devant de la scène médiatique, pour laisser place nette à l’affaire Cahuzac et « la moralisation de la vie politique française ». Et l’Accord National Interprofessionnel, (A.N.I. ), puisque c’est de cela qu’il s’agit, cette imposture notoire, qui dans toute l’Histoire sociale française et dans le monde du travail, sera l’une des pire casse sociale, que perpétra un gouvernement social-démocrate, (social-traite !), car pendant qu’on nous amusaient avec l’affaire Cahuzac, les syndicats réformistes (minoritaires), le gouvernement social-démocrate et leurs complices au Medef, étaient à la manoeuvre …

Cette trahison, ils la paieront chère, très chère ! Pas seulement dans les urnes, mais aussi en tant que parti politique… l’addition sera bougrement salée ! Le prix à payer sera exorbitant ! (voir le chapitre traitant de la "réussite" d’anciens apparatchiks du système social-démocrate, et l’explosion de joie que provoqua la mort de leur boussole réformiste, l’ignoble Thatcher, sur les "couches" populaires… Il en sera (sans doute) de même, lorsque l’un de ces beaux messieurs passera de vie à trépas… et ce jour là , ce sera du Champagne pour tous !)

° Cela ne les empêchera pas (au contraire) de perpétuer leurs mauvais coups…, pendant que le bon peuple (souverain, bien entendu !), s’amuse de ces soi-disant révélations (sur des combines foireuses, que l’on dénonce régulièrement, et depuis belle lurette !, sur ce site et d’autres… ce qui au fond, ne change pas grand-chose ! Ils-elles continueront à vaquer tranquillement à leurs turpitudes !...

D’abord cet immonde "accord" (une belle arnaque, entre-parenthèse, qu’ils-elles ont osé baptiser "démocratie sociale" !, alors qu’il s’agit d’un recul sans précédent du droit du travail !...), entre, d’un côté les arnaqueurs, trois syndicats réformistes (non-représentatifs, en ce qui concerne deux d’entre-eux, et qui plus est, minoritaires !), les membres du gouvernement social-démocrate, et l’officine patronale, le Medef - à qui ce gouvernement a fait cadeau de 20 milliards d’euros de crédit d’impots, pour soi-disant créer des emplois ?!). Ce soi-disant "accord" (qui par ailleurs, bafoue le droit constitutionnel ou international (via l’OIT) sur plusieurs points…, dont le principal, « la motivation du licenciement »), qui aura pour objectif essentiel, de détruire « le droit du travail », (c’est le Medef qui depuis au moins cinq ans, officie en sous-main, et impose ses diktats au Pouvoir exécutif, c.-à -d., le Normal et son gouvernement social-démocrate) et tout ce qui pourrait entraver le patronat français, dans ce qu’il faut bien appeler « Le grand bon en arrière » (« Le retour vers le passé », et le retour vers une nouvelle forme d’esclavage moderne…) On devine le but final de cet accord…, il s’agit, ni plus ni moins, d’un ballon d’essai pour la mise en forme du dépouillement progressif du droit des travailleurs-ses, et de se libérer de soi-disant entraves, (administratives, juridiques et financières), « La liberté d’entreprendre » pourrait caracoler sans contraintes, dans un monde proche du XIXe siècle… Voilà la vérité !

L’ignoble ° Thatcher est morte… la dame avec son horrible choucroute sur la tronche, a disparu…, mais pas ses successeurs ! Le pire de tous, fut sans conteste, °° Tony Blair (le caniche de Bush), membre du Parti travailliste, mais en réalité, un social-démocrate pur jus !, (trois mandats de « premier ministre », de 1997 à 2207 !...), et qui c’est fortement enrichi ces dernières années (voir plus bas, l’extrait de l’article, publié sur le site Wikipédia), en donnant des conférences et en monnayant ses "conseils", du style : « Comment faire un maximum de fric… sur le dos des pauvres gens ! », mais le tout dernier « premier ministre », David Cameron, tout aussi malfaisant que l’ignoble Thatcher, ne désespère pas de faire encore mieux que ses prédécesseurs-se, et même, si possible, de les surpasser tous ! Figurez-vous que ce petit môssieu, né avec une cuillère d’argent dans la bouche (c.-à -d., qu’il n’a pas « travaillé dur » pour s’assoir sur la montagne de fric dont il bénéficie actuellement), n’est pas aussi sucker (pigeon) qu’on le croit… Ah, que non !, on ne lui l’a fait pas… quand il affirma péremptoirement (le dimanche 7 avril 2013), « Que dépendre de l’Etat-providence était devenu "un choix de style de vie" pour certains de ses concitoyens. … » (C’est d’ailleurs une constance chez celles et ceux qui manient allégrement les formules à base de « ségrégation sociale », comme lors de la dernière campagne présidentielle étasunienne, lorsque l’adversaire d’Obama, Mitt Romney, déclarait que 47% d’électeurs votant pour Obama, étaient des assistés ! (Romney : « Je ne m’intéresse pas aux 47% "d’assistés" qui voteront pour Obama...) Lorsque l’Etat-fédéral se fendait de plusieurs centaines de milliards de dollars pour renflouer les banques privées en faillite, il ne trouvait rien à redire !)

Y’en a marre des « scroungers » (parasites) qui vivent au crochet de la société corrompue ! (Les riches, eux, ne sont absolument pas des parasites !)

Il y a toute une série du même genre, dans la lettre que Cameron adressa au « Sun » : « … L’Etat-providence a été inventé pour aider les personnes à sortir de la pauvreté, mais il a piégé trop de gens en les maintenant dans ce système. Il devait être une mesure provisoire en période difficile, mais il est devenu un choix de style de vie pour certains … ». Le système des prestations sociales « … a été conçu pour nous rassembler, il crée au contraire du ressentiment… », « … Personne ne veut travailler dur et voir ses revenus âprement gagnés utiliser à financer des choses qu’il ne peut pas s’offrir ou à maintenir dans la dépendance des générations… », a-t-il (encore !) déclaré. « … Nous faisons de grands changements. Ce sont des changements dictés par un principe simple : rétablir la justice qui devrait être au coeur de notre système social et de notre fiscalité… », « … Nous disons à toute personne qui travaille dur dans notre pays : nous sommes à vos côtés. … » a assuré Cameron. Il passe ensuite aux actes, et met les plus pauvres à contribution pour soi-disant réduire le déficit… il veut ainsi ponctionner trois milliards d’euros sur le dos des pauvres ! Dans une rare déclaration conjointe, diffusée le dimanche de Pâques, l’Eglise d’Ecosse, l’Eglise protestante unie, l’Union baptiste de Grande-Bretagne et l’Eglise méthodiste ont accusé le gouvernement de Cameron « de systématiquement déformer la représentation des plus pauvres au sein de la société ». De faire des catégories les plus modestes une cible facile en ces temps de crise. Ils veulent donc taxer les pauvres, en n’indexant plus les allocations sur l’inflation (actuellement 2,8 %) et ne les augmentant que de 1 % par an pendant trois années. L’accès aux allocations handicapées va aussi être fortement durci. Mais l’essentiel des réformes concerne trois importants changements. Le premier surnommé la « taxe sur la chambre à coucher » : parce que les Britanniques logeant en HLM, et qui disposent d’une chambre vide, vont subir une baisse de 14 % de leurs aides au logement. L’objectif est de soi-disant pousser ces habitants à déménager dans de plus petits logements, afin, disent-ils, de reloger les familles entassées dans des logements sociaux exigus. (Les pauvres doivent se serrer s’ils veulent garder un toit !) La deuxième réforme au coeur de la polémique est la création d’un plafond maximum d’allocations sociales que les foyers ne pourront franchir : aucune famille ne pourra toucher plus de 2.500 euros par mois d’aides sociales, l’équivalent de ce que gagne un foyer moyen en Grande-Bretagne. Ce montant peut paraître important, mais il est dépassé dans près de 100.000 cas au Royaume-Uni. Il s’agit en majorité de parents célibataires, sans emploi, avec plusieurs enfants à charge, qui vivent à Londres, là où les loyers sont prohibitifs. Ces foyers perdront en moyenne, 450 euros par mois. (Beaucoup seront dans l’obligation de déménager !) Ces deux modifications ne seront cependant qu’un amuse-gueule avant la principale réforme, sur laquelle le gouvernement travaille depuis trois ans : six différentes aides pour les chômeurs vont être fusionnées en une seule. Un projet-pilote va débuter fin avril, avant d’être étendu à tout le pays en octobre. Avec comme principe qu’il ne soit jamais désavantageux financièrement de reprendre un emploi. Mais ces contre-réformes font débat. Les « scroungers » (parasites) qui vivent au crochet de la société sont fréquemment vilipendés par la presse tabloïd et l’aile droite des conservateurs.« Quand des milliers de personnes gagnent plus en vivant d’allocations sociales que des familles qui travaillent dur, il y a quelque chose qui ne va pas », estime Chris Grayling, le secrétaire d’Etat à l’emploi. C’est cette rhétorique que les Eglises condamnent dans leur déclaration commune. Elles rappellent que la majorité des pauvres au Royaume-Uni ont un travail, et que les cas de profiteurs abusant du système restent relativement rares. « La logique de la baisse des allocations sociales donne l’impression que les pauvres mériteraient leur pauvreté, que ce sont des gens inférieurs », regrette Paul Morrison, de l’Eglise méthodiste. Ca ne vous rappelle rien ? Hé, oui ! Lorsque les caciques de l’UMP (et leurs fachos honteux, la droite forte et la droite populaire) tapaient sur ces salauds pauvres…, ces sales profiteurs !...

° Elle a (enfin) rejoint les crapules de son genre… Franco, Pinochet, Reagan and Cie.

°° Blair n’est pas seul dans ce cas, (à s’en mettre plein les poches, en s’appuyant sur d’anciens mandats électifs pour s’enrichir personnellement…), il y a l’incontournable Gherard Schröder (l’ex chancelier social-démocrate, SPD, (deux mandats à la suite, de 1998 à 2205) et sa kyrielle de contre-réformes, au prétexte de « realpolitik ») il pantoufle actuellement à la tête du consortium germano-russe chargé de la construction du projet de gazoduc Nord Stream pour la société russe Gazprom.

Et les oubliés de l’"actualité française" :

D’après une étude conduite par une spécialiste du budget états-unien, Linda Bilmes, de la Harvard Kennedy School, les guerres en Irak et en Afghanistan ont déjà coûté 2.000 milliards de dollars aux Etats-Unis, un coût qui passera à 4.000 à 6.000 milliards sur le long terme (The Three Trillion Dollar War : The True Cost of the Iraq Conflict, avec Joseph E. Stiglitz, 2008). « La guerre c’est la paix », écrivait Georges Orwell, dans un monde ou règnera l’injustice, le crime, la misère… réduit à l’impuissance et à l’agonie !

L’organisation criminelle, Otan-Nato, continue de perpétrer des massacres d’innocents, dans l’indifférence générale… (des milliers de civils désarmés, dont des centaines d’enfants (Après un bombardement des troupes de l’Otan-Nato en Afghanistan, une dizaine d’enfants sont morts, d’autres furent blessés… Voilà la réalité !...) Ceci en notre-votre nom ! Au nom de l’injustice (la liberté selon les canons occidentaux), et la barbarie (la démocratie-financière) !

Yvon Gattaz, qui après avoir reçu son hochet des mains du Normal, en pleine affaire Cahuzac, et après le passage en force de l’accord scélérat que l’on sait, (l’accord national interprofessionnel, A.N.I.) !, - très certainement pour le remercier de son indéfectible loyauté envers le patronat français…), il préconisa (encore un conseil désintéressé !) une attaque en règle des « 35 heures », (du moins, ce qu’il en reste… après le dézingage systématique que l’on sait, sous le règne du duo de choque…, les deux "ex", Parisot-sarkozy)

Allez, portez-vous bien… et à bientôt sans doute ? sergio (fin de la première partie. N’oubliez pas, que la seconde partie sera consacrée à la deuxième « #op-israel », « Rayer Israël de la Toile »… (Une totale réussite !), la divulgation de document ultra-secret sur les agents du Mossad à l’étranger…, à Jeremy Hammond et Aaron Swartz, à dieu et au diable…)

PS : le Normal c’est fendu d’une déclaration concernant « la moralisation de la vie politique française », il y aura un organisme qui sera chargé de contrôler les déclarations (sur l’honneur) de patrimoine de ces messieurs-dames de la représentation nationale… le mieux ce n’est pas de modifier (soi-disant améliorer) un système politique complètement dépassé, mais de l’abolir totalement, pour instaurer « une démocratie réelle » … Les réformettes on n’en veut plus !

Exit : « La fraude fiscale »… Bonjour : « L’optimisation fiscale », « L’évasion fiscale » (c’est carrément une pub pour les croisières "machin" ce slogan !) ; etc.

Voici- quelques unes de ses propositions : « …. Il propose donc de revoir "entièrement" les règles de publication des patrimoines, en créant une haute autorité "totalement indépendante". Celle-ci devrait contrôler les déclarations de patrimoines et d’intérêt des parlementaires, des ministres ainsi que des hauts responsables publics, au début et à la fin de leurs mandats. Cette haute autorité a notamment été réclamée par Jean-Jacques Urvoas, président de la commission des lois de l’Assemblée nationale. … », « … "J’ai décidé la création d’un parquet financier" a également annoncé le président. Un procureur spécialisé devrait pouvoir agir sur les affaires de corruption et de fraude fiscale. Il souhaite également que les sanctions soient renforcées en matière de fraude fiscale. Concernant l’inéligibilité des élus condamnés, il annonce que celle-ci pourra être temporaire ou définitive, … », « "Les banques françaises devront rendre publique la liste de toutes leurs filiales, partout dans le monde, pays par pays", a continué le président. La France établira chaque année une liste des paradis fiscaux, pays par pays." Cette proposition est déjà prévue dans le cadre de la loi bancaire, en attente d’une deuxième lecture à l’Assemblée nationale. Ces paradis fiscaux seront tous les pays qui refuseraient "de coopérer pleinement avec la France" sur ce sujet.  »

L’article concernant Tony Blair sur le site Wikipédia , stipule ces informations :

« … Relation avec Rupert Murdoch : Les relations étroites avec Rupert Murdoch, propriétaire de nombreux médias en Grande-Bretagne ont été l’objet de critiques sur l’indépendance de la presse.

Enrichissement différé fondé sur ses fonctions publiques : Depuis qu’il a quitté ses fonctions publiques, M. Blair aurait accumulé, au travers de diverses sociétés comme Blair Inc. et Tony Blair Associates, entre 24 et 74 millions d’euros grâces aux conférences et conseils privés qu’il monnaye en se prévalant des fonctions politiques qu’il a exercées et des relations qu’il a ainsi tissées. Ibrahim Warde dénonce cette situation dans Le Monde diplomatique.

L’une de ses entreprises, Tony Blair Associates, vise à « offrir, dans une optique commerciale, un conseil stratégique sur les tendances politiques et économiques et la réforme des États. » et permettrait à M. Blair de « monétiser ses anciens contacts. » M. Blair aurait notamment gagné 1,24 millions d’euros en trois heures en intercédant auprès de M. Al Thani, premier ministre du Qatar et patron de Qatar Holding pour le compte de M. Glasenberg, patron de Glencore au moment de l’OPA sur Xstrata.

sergio

URL de cet article 20149
  

Propagande impériale & guerre financière contre le terrorisme
Ibrahim WARDE
« Après chaque attentat, des experts autoproclamés dénoncent les réseaux de financement du terrorisme. Les enquêtes ont beau démontrer que ces attentats nécessitent en réalité très peu de fonds, pour les idéologues endurcis qui forment les bataillons des "guerriers de la finance", l’absence de preuve ne signifie rien : il faut multiplier les attaques contre l’argent caché des terroristes. Or les frappes financières, si elles sont le plus souvent sans effets réels sur leurs cibles officielles, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Chaque fois que nous sommes témoins d’une injustice et que nous n’agissons pas, nous entraînons notre caractère à être passif en sa présence et nous finissons par perdre toute capacité de nous défendre et de défendre ceux que nous aimons. Dans une économie moderne, il est impossible de s’isoler de l’injustice."

Julian Assange - Wikileaks

Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
La crise européenne et l’Empire du Capital : leçons à partir de l’expérience latinoaméricaine
Je vous transmets le bonjour très affectueux de plus de 15 millions d’Équatoriennes et d’Équatoriens et une accolade aussi chaleureuse que la lumière du soleil équinoxial dont les rayons nous inondent là où nous vivons, à la Moitié du monde. Nos liens avec la France sont historiques et étroits : depuis les grandes idées libertaires qui se sont propagées à travers le monde portant en elles des fruits décisifs, jusqu’aux accords signés aujourd’hui par le Gouvernement de la Révolution Citoyenne d’Équateur (...)
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.