RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pour la Syrie, terre d’accueil des réfugiés irakiens, la barque est bientôt pleine, par Norah Louise.








Le Courrier, mardi 9 Octobre 2007.


Damas


Depuis l’invasion américaine, la Syrie a accueilli 1,5 million d’Irakiens presque sans assistance internationale. Cet afflux de réfugiés menace l’équilibre du pays.


La Syrie est en ébullition. Destination touristique modérément appréciée des Occidentaux de nos jours, Damas reste en revanche très prisée par les Arabes, et voit défiler dans ses souks et ses mosquées toutes les nationalités de la région.
Précisons que les citoyens des pays membres de la Ligue arabe n’ont pas besoin de visa pour entrer en Syrie, pour y posséder des biens et pour y travailler. Une seule nation fait exception à la règle, l’Irak, et ce depuis le 10 septembre dernier. En effet, une loi interdit désormais aux Irakiens de se réfugier en Syrie sans visa, ce qui était le cas jusque-là . Les Irakiens ne peuvent plus travailler en Syrie, ni être propriétaires. Les futurs réfugiés devront aussi repasser la frontière dans l’autre sens tous les trois mois, ce qui signifie pour eux retourner en Irak, puis revenir en Syrie, où on leur renouvellera leur permis.
Paraît-il... Depuis l’invasion américaine de l’Irak, en 2003, le flot des réfugiés irakiens en Syrie n’a pas cessé. Leur nombre atteint aujourd’hui le chiffre record de 1,5 million de personnes, ce qui menace dangereusement l’équilibre démographique et économique de la Syrie.


De plus en plus incontrôlable

Un ancien conseiller de feu le président Hafez Al-Assad estime que le gouvernement syrien ne sait plus comment gérer cette situation à la limite du supportable. « Nous sommes une terre de refuge, l’accueil que nous avons offert aux réfugiés palestiniens de 1948 le prouve. Plusieurs leaders irakiens de l’opposition vivent ici depuis quarante ans. Ils sont bien intégrés, mais cette récente émigration de masse est totalement inédite pour nous. »

Face au gouvernement syrien désarçonné, le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) fait figure de sauveur pour des milliers de victimes échappées de l’enfer irakien. Ayant obtenu difficilement, en avril dernier, l’aval du gouvernement syrien pour l’ouverture d’un centre d’enregistrement et d’aide aux réfugiés, dans un des quartiers de Damas, le HCR est débordé. Il l’est d’autant plus qu’il est la seule entité internationale humanitaire autorisée en Syrie.

Astrid van Genderen Stort, porte-parole du HCR, tente de sensibiliser les médias occidentaux aux problèmes titanesques que doit affronter aujourd’hui la Syrie. « La loi du 10 septembre dernier est une façon de tirer la sonnette d’alarme. Plus de 4,2 millions d’Irakiens ont quitté leur foyer et errent quelque part en Irak ou ont fui à l’étranger. Hors des frontières irakiennes, la majorité se trouve ici. Si cela continue, 10% de la population vivant en Syrie sera irakienne ! »
Ce que ne dit pas la porte-parole, c’est que le gouvernement américain ne délivre que 15 000 visas par année aux Irakiens qui fuient la guerre. Et qu’il n’accorde pas un dollar à la Syrie pour le poids humain qu’elle endure.


Frontières perméables

« En une année, confie Astrid van Genderen Stort, seules 120 000 personnes sont passées par nos bureaux, à Damas. C’est peu. » Le chaos est en effet total, les réfugiés étant dispersés dans toutes les villes de Syrie. Aucun camp n’a été construit à leur intention. Par ailleurs, beaucoup de familles réfugiées le sont illégalement, les frontières syro-irakiennes étant situées en plein désert et très perméables. Terrorisés à l’idée d’être refoulées vers l’Irak, ces malheureux n’osent demander l’assistance de personne.

A l’entrée des bureaux du HCR à Damas, c’est bien souvent le désespoir. L’attente quotidienne n’en finit plus. Les visages sont tendus. Les ambassades étrangères n’accordent des visas qu’au compte-goutte, et uniquement aux cas humanitaires les plus graves.
Un homme, dans la foule, cache sa détresse derrière un sourire poli. Cet ancien officier dans l’armée irakienne promène depuis des semaines son angoisse d’une ambassade à l’autre... « Personne ne veut de moi, personne ne veut plus de nous », s’exclame-t-il. « Je n’ai pas de famille en Europe ou aux Etats-Unis qui puisse m’aider financièrement. Comment vais-je survivre ? Ma famille est restée en Irak car elle n’avait pas assez d’argent pour fuir. »


« Les voilà toujours là »

Jaramana, une des banlieues de Damas, est un haut lieu de l’émigration irakienne. S’y côtoient des immeubles surpeuplés, des chantiers en construction. Dans la poussière des rues de cette ancienne zone agricole, des enfants jouent... Les odeurs se mélangent. Nous arrive, par bouffées, le parfum du jasmin, la fleur tant aimée des Syriens.

A Jaramana, la présence des Irakiens date de 2002 déjà , du temps de Saddam Hussein. Des chrétiens irakiens furent les premiers à s’y installer. En 2003, six mois après le début de la guerre, l’émigration en masse a commencé à arriver.

Souad Youssef, pharmacienne, cinquante ans, fait partie de la deuxième vague. Catholique pratiquante, elle apprécie la tranquillité des lieux : « La vie à Jaramana est agréable, je connais tout mes voisins. La majorité vient de Bagdad ou du centre du pays. Les chrétiens d’Irak sont rassemblés ici, les Chiites à Saida Zeinab, où ils ont une mosquée, et les Sunnites à Qudsia. »


L’hospitalité, malgré tout

Un Syrien, habitant du quartier et qui tient à rester anonyme, me confie que les Irakiens sont de moins en moins bien accueillis en Syrie. « Au début, on croyait qu’ils allaient s’installer pour quelques temps, et les voilà toujours là . » Des bagarres éclatent en effet entre Irakiens et Syriens malgré l’omniprésence des services de sécurité. Pour éviter des heurts, le gouvernement maintient le riz et le pain à prix fixes mais jusqu’à quand ? Les problèmes de logement et de nourriture sont des bombes à retardement.

Mais rien n’arrêtera l’hémorragie, semble-t-il. Selon un Bagdadi arrivé il y a deux mois à Damas, « les Occidentaux ne se rendent pas compte à quel point c’est intenable là bas. La mort est dans la rue, chez soi, partout. » Ce père de famille dresse un tableau cauchemardesque de la vie à Bagdad. « Tu remercies Dieu de revenir vivant quand tu sors acheter du pain. Accompagner mes filles à l’école ? C’était le parcours du combattant. Plus de vie sociale. Notre seule distraction, conclut-il, en adepte de l’humour noir, était de profiter, entre deux coupures d’électricité, de téléphoner à notre famille... pour savoir s’ils étaient encore vivants. »
« Un jour, poursuit-il, un convoi américain a tiré dans le tas en plein milieu d’une avenue, leur façon à eux de se frayer un passage dans les embouteillages sans doute... J’étais dans ma voiture avec mes trois enfants. Et là , j’en ai eu marre, j’ai décidé de partir. » La famille plie bagages, loue une voiture pour 700 dollars et en douze heures, rejoint la frontière syrienne. « Sur la route, la trafic était infernal. J’avais heureusement préparé tous nos papiers, et le passage n’a pas posé problème. » Ce riche propriétaire terrien loue l’hospitalité syrienne. Il a été « reçu comme un invité, pas comme un réfugié. » Lui a eu de la chance.



Les filles et les soeurs poussées à la prostitution.


La prostitution des Irakiennes victimes de la guerre prend toujours plus d’ampleur en Syrie. Les réseaux de proxénétisme s’en remplissent les poches. La guerre, la mort des hommes, la destruction des réseaux familiaux ont bouleversé la société irakienne, et comme toujours les femmes payent le prix fort. Pour survivre et faire survivre les leurs, ces jeunes Irakiennes issues d’une société ultra-conservatrice vendent leur corps, ce qui équivaut pour elles à une mort sociale, ni plus ni moins.

Une loi votée il y a quelques semaines à Damas tente bien de résoudre le problème, à savoir qu’aucune femme de moins de trente-cinq ans ne sera désormais autorisée à entrer en Syrie sans être accompagnée d’un homme de sa famille. Mais pour le directeur du centre syrien des droits de l’homme, cette législation est un coup d’épée dans l’eau, tant il est vrai que « ce sont souvent les pères ou les frères qui poussent ces jeunes femmes à se prostituer. Il faut bien trouver de l’argent quelque part !... Cette fameuse loi risque en plus d’avoir des conséquences dramatiques pour les femmes sans hommes, des femmes seules, ou avec des enfants, qui peuvent être refoulées à la frontière et forcées de retourner en Irak. »

Dans les night clubs de Damas, on peut même s’offrir des enfants de douze ans... Tout cela n’en reste pas moins un sujet totalement tabou. Le dictateur Bachar Al-Assad tient à son image. Les services de renseignements syriens veillent sur ces lieux sordides où viennent se défouler des clients de tout le Proche-Orient. Les ONG sont interdites en Syrie. Alors ? Combien de temps encore pour que ce trafic soit enfin dénoncé ?

Norah Louise


- Source : Le Courrier www.lecourrier.ch




Syriens-Libanais : Riches en générosité, par Rafqa Farah.


Liban - La Syrie, un bouc émissaire commode pour la mort de Gémayel, par Jonathan Cook.



« Malgré le désastre, les Etats-Unis ne peuvent quitter l’Irak... », entretien avec Anthony Arnove.






URL de cet article 5550
  

Pourquoi les riches sont-ils de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres ?
Monique Pinçon-Charlot - Michel Pinçon - Étienne Lécroart
Un ouvrage documentaire jeunesse engagé de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon, illustré par Étienne Lécroart Parce qu’il n’est jamais trop tôt pour questionner la société et ses inégalités, les sociologues Monique et Michel Pinçon-Charlot, passés maîtres dans l’art de décortiquer les mécanismes de la domination sociale, s’adressent pour la première fois aux enfants à partir de 10 ans. Avec clarté et pédagogie, ils leur expliquent les mécanismes et les enjeux du monde social dans lequel ils vont grandir et (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Rien n’est aussi stupide que l’intelligence orgueilleuse d’elle-même.

Mikhaïl Bakounine

L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Reporters Sans Frontières, la liberté de la presse et mon hamster à moi.
Sur le site du magazine états-unien The Nation on trouve l’information suivante : Le 27 juillet 2004, lors de la convention du Parti Démocrate qui se tenait à Boston, les trois principales chaînes de télévision hertziennes des Etats-Unis - ABC, NBC et CBS - n’ont diffusé AUCUNE information sur le déroulement de la convention ce jour-là . Pas une image, pas un seul commentaire sur un événement politique majeur à quelques mois des élections présidentielles aux Etats-Unis. Pour la première fois de (...)
23 
Ces villes gérées par l’extrême-droite.
(L’article est suivi d’un « Complément » : « Le FN et les droits des travailleurs » avec une belle photo du beau château des Le Pen). LGS Des électeurs : « On va voter Front National. Ce sont les seuls qu’on n’a jamais essayés ». Faux ! Sans aller chercher dans un passé lointain, voyons comment le FN a géré les villes que les électeurs français lui ont confiées ces dernières années pour en faire ce qu’il appelait fièrement « des laboratoires du FN ». Arrêtons-nous à ce qu’il advint à Vitrolles, (...)
40 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.