RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pourquoi le Soudan ?


Centre de recherche sur la mondialisation


21 septembre 2004


Désormais, nous en savons beaucoup sur l’administration Bush, sur ses prédécesseurs et, hélas, sur ses successeurs. Résumons.

- Le pétrole est important pour Washington.

- Influer sur la production du pétrole est important pour Houston, New York et Washington.

- Il faut maintenir une illusion de sécurité financière au plan national, à n’importe quel prix.

- Le culte sacré de la Réserve Fédérale et l’intérêt obsessionnel et fétichiste que le marché porte à la santé physique et mentale d’Alan Greenspan sont "positifs".

- La propagande fonctionne encore mieux qu’avant, à l’ère de l’information. Avant la télévision et Internet, les gens avaient tendance à croire ce qu’ils voyaient de leurs propres yeux et à faire confiance à leur propre expérience. De nos jours, nous consommons sans vérifier d’énormes quantités de désinformation, "gouvernementale" et autre.

- L’Américain aime être le brave gars, qui agit "pour la bonne cause".




En se référant à ces "règles", il est possible d’expliquer la Bosnie, le Kosovo, l’Afghanistan, l’Irak, le néo-conservatisme, une bonne partie de la gauche américaine et, naturellement, le Soudan et la récente résolution passée par la Chambre, "Déclaration d’un génocide au Darfour, région du Soudan."

Le Soudan est un pays où, comme en Bosnie, au Kosovo, en Afghanistan, en Irak et dans de nombreux autres pays, il s’est passé des événements regrettables et il continue de s’en passer chaque jour. Toutefois, il nous sera plus aisé de comprendre la question spécifique du Soudan en nous référant à ce que nous savons déjà .


-Règle n°1 : Le pétrole est important. Allez jeter un coup d’oeil au très actuel compte-rendu que le Département de l’Energie consacre au Soudan ! Mis à jour en juillet 2004, tiens donc !

-Règle n°2 : L’influence dans le domaine pétrolier est importante et c’est le pays qui exerce le plus d’influence qui l’emporte ! Puisque vous avez déjà examiné l’analyse que le Département de l’énergie fait du Soudan, vous savez quel est le gouvernement qui travaille en proche collaboration avec le [mauvais] gouvernement soudanais depuis des années, accordant à son industrie pétrolière protection et investissements. Vous savez également quel est le gouvernement qui a fait tomber le Soudan sous le coup de sanctions en tant que pays "terroriste." Pour faciliter les choses, appelons ces deux gouvernements, euh, au hasard, la Chine et les Etats-Unis ? Et en plus, oh la la, l’année dernière ces maudits Français ont accepté de participer à un énorme projet énergétique au Soudan. [1] Ce scénario commence à vous sembler vaguement familier ? Bienvenue dans la Pièce 101, [2] Politique Extérieure de l’Amérique Moderne !

-Règle n°3 : Les illusions de sécurité financière sont sacro-saintes. Pas de problèmes pour inclure le génocide soudanais dans le "problème" au Moyen-Orient, et pas de problèmes pour financer la machine de guerre. Les soldats s’engagent en masse, et cela fait des années que l’économie ne fait que se consolider. Allez lire les bonnes nouvelles !

-Règle n°4 : Souvenez-vous du Système de la Réserve Fédérale et continuez de le révérer. Le Soudan est probablement important uniquement à cause de son pétrole. Mais si vous réfléchissez aux intérêts économiques et financiers de la Chine, auxquels viennent s’ajouter les règles n°2 et n°3, la situation semble un peu risquée. Relisez le compte-rendu de Gary North d’il y a quelques semaines pour en savoir plus.

- Règle n°5 : La propagande fonctionne, et, de toutes, c’est celle du gouvernement qui fonctionne le mieux. Les pères fondateurs avaient raison de se méfier des alliances contraignantes avec l’étranger, parce qu’un nombre important d’Américains influents étaient déjà liés par de telles alliances. Les Américains, en particulier les membres de la classe des électeurs, avaient une expérience personnelle des pays européens et conservaient avec eux de puissants liens culturels, commerciaux et familiaux. On craignait que les gens qui avaient une expérience personnelle et de forts intérêts outremer ne fassent prendre à Washington des décisions déraisonnables en matière de politique extérieure. 230 ans plus tard, le problème a donné naissance à des métastases. Dans notre bouillon de culture de Washington, que personne ne surveille, la politique extérieure américaine est concoctée et servie de façon créative par des personnes qui sont mues par des intérêts spécifiques, idéologiques et économiques, souvent d’ordre strictement privé et souvent complètement contraires aux intérêts américains. Les corporatistes se sont installés à l’intérieur du périphérique [3] et dévorent la baraque comme autant de petits termites zélés. Ce faisant, ils produisent d’énormes quantités de politiques extérieures de type invasions préventives, ainsi que les lois qui régissent le globe, que nous édictons tout en étant les seuls à pouvoir nous en affranchir - ce qui est bien commode.

En l’absence d’opposition populaire à l’agenda corporatiste de Washington, nous acceptons la politique extérieure américaine comme s’il s’agissait d’une espèce de Viagra national. Nul n’est besoin de comprendre les sujets sensibles, d’améliorer la qualité des échanges ou d’examiner avec honnêteté les performances passées et les leçons que l’on a pu en tirer. Tout ce que l’on a à faire, c’est avaler une pilule à chaque fois que l’on a besoin de s’ingérer dans les affaires d’un gouvernement étranger, comme Washington nous le recommande.

Règle n°6 : L’Américain aime être le bon gars, qui agit "pour la bonne cause". La Règle n°6 et la Règle n°5 vont joliment bien ensemble, et c’est ce qui nous permet de rationaliser autant que nous le faisons depuis si longtemps. Parce qu’aucun Américain ne se souvient d’avoir vécu sous loi martiale américaine, gouverné par l’armée, ni d’avoir assisté à des batailles livrées sur le sol national, aucun Américain n’a la moindre idée de la manière dont on peut voir et ressentir les choses dans de telles circonstances ni des réalités de ce genre de situation. Nous sommes bien contents de croire que toutes nos occupations et nos interventions sont "de bonnes actions" lorsque les organes du gouvernement, et les bureaucrates et les hommes politiques, nous l’affirment. Un génocide a lieu au Soudan, au sud et à l’ouest du pays, au Darfour. Tous les "bons" Américains ont le désir d’y faire quelque chose, nous dit la majorité des représentants de la Chambre.


Sans vouloir offenser l’administration Bush, le génocide au Soudan (la version donnée par la Chambre des représentants, pas son modèle dans la réalité) n’aurait pas pu tomber mieux.

Karen Kwiatkowski

Karen Kwiatkowski (courriel) est un lieutenant-colonel en retraite de l’Armée de l’Air américaine, qui à la fin de sa carrière a passé quatre ans et demi au Pentagone. Elle vit maintenant dans la Vallée de Shenandoah avec sa famille éprise de liberté et signe deux fois par semaine sur le site militaryweek.com une colonne d’orientation libertaire sur le thème de la défense.


- Source : http://globalresearch.ca/articles/KWI409A.html

- Traduction : C.F. Karaguezian

© Copyright Karen Kwiatkowski, 2004. Pour usage équitable seulement.




Djibouti : Hôtel Corne d’Afrique, grande base américaine, par Emilio Manfredi.






[1N.d.l.t : Alstom a remporté un contrat portant sur la fourniture du lot électromécanique du barrage de Merowe (Soudan), pour un montant de plus de 250 millions d’euros

[2N.d.l.t : Référence à la pièce 101 du Ministère de l’Amour, chambre des tortures dans 1984 (éditions Gallimard) de George ORWELL
http://www.cafardcosmique.com/auteur/orw.html

[3N.d.l.t : Le "périphérique" dont il est ici question est celui qui entoure Washington D.C. et qui pour les Etats-Uniens délimite ce qu’ils perçoivent comme un univers politique insulaire, coupé du reste du pays.


URL de cet article 1793
  

Cuba Miracles
Ramon CHAO
(précipitez-vous pour acheter Cuba Miracles, cet "objet -livre", merveille de couleurs, d’odeurs et de musiques) Le « dictateur » cubain Fidel Castro vient de passer les rênes de l’Etat à son frère Raúl. C’est bien la première fois qu’un chef d’État abandonne ses fonctions motu proprio. Un certain nombre d’hommes politiques n’ont pas, eux, daigné se démettre de leur fonction avant de mourir. Souvenons-nous par exemple des longues agonies des entubés Georges Pompidou, François Mitterrand, ou Jean-Paul II, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

’’Derrière chaque enfant qui meurt de faim se cache un assassin’’

Jean Ziegler ( Forum Social Mondial de Porto Alegre 2003)

Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.