RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Pourquoi les occupations durables de l’Afghanistan échouent toujours

L’armée étasunienne se prépare actuellement à occuper durablement l’Afghanistan. Une réflexion sur l’analogie historique des Soviétiques en Afghanistan montre que cette entreprise a peu de chance d’être couronnée de succès.

Un responsable pakistanais a résumé le dilemme soviétique en Afghanistan comme suit :

Les Soviétiques peuvent continuer à occuper le pays, mais ils ne peuvent pas gagner la population. Plus ils restent, plus ils s’aliènent le peuple. Plus ils s’aliènent le peuple, plus ils sont obligés de rester. Ce dilemme russe est également le dilemme afghan, et les deux pays semblent condamnés à en subir les conséquences.

C’est dans le livre de Joseph. J. Collins, Afghanistan : The Empire Strikes Out, qu’on trouve ce commentaire, et c’est une bonne description de la situation actuelle en Afghanistan : il suffit de remplacer Soviétiques par Etasuniens.

Après avoir essayé d’en finir par la torture, les bombardements aveugles, les pots de vin tous azimut, l’escalade via le « déferlement » de renforts, COIN** et autres sottises de science sociale, l’armée étasunienne veut maintenant s’installer en Afghanistan pour dix ans pour arriver à une Afghanisation durable du conflit :

Des hauts-gradés militaires étasuniens, qui, il y a seulement quelques mois, avaient l’intention de retirer les dernières troupes étasuniennes d’Afghanistan avant la fin de l’année, parlent maintenant tranquillement d’un engagement étasunien qui reviendrait à maintenir des milliers de soldats dans le pays pendant des décennies.
...
Le Pentagone s’est rendu compte que la construction d’une armée et d’une police afghane efficaces prendra une génération, des milliards de dollars annuels, et le soutien constant de milliers de conseillers étrangers sur le terrain.

« On a compris qu’on ne pouvait pas partir », a déclaré un important officiel du Pentagone qui a une longue expérience de l’Afghanistan et de l’Irak, et qui, comme tant d’autres, a préféré parler sous couvert d’anonymat. « Les forces locales ont besoin de soutien aérien, de renseignements et d’aide logistique. Elles ne seront pas prêtes en quatre ou cinq ans. On va devoir y rester très longtemps ».

Dans le livre cité au début de cet article, il y a une analyse d’une occupation durable de ce type et des avantages et inconvénient d’une Afghanisation pour les Soviétiques :

« L’Afghanisation » pourrait constituer une solution de long terme, mais les efforts dans ces sens n’ont pas donné beaucoup de résultats, à ce jour. Cet échec n’est pas surprenant puisque les Soviétiques ont rarement réussi à former des cadres de type soviétique dans les pays du Tiers-Monde. Les mouvements pro-soviétiques autochtones ont rencontré plus de succès, mais seulement quand ils s’appuyaient sur le nationalisme ou sur l’appartenance ethnique ou tribale. Les chances que les soviétiques puissent exploiter de tels facteurs d’unification en Afghanistan sont extrêmement faibles.

Remplacez à nouveau Soviétiques par Etasuniens et l’analyse est valide.

Le document se termine par une leçon que les arrogants politiciens et généraux de Washington n’ont pas encore apprise :

L’Afghanistan montre clairement que le fait de détenir une immense puissance n’empêche pas de faire de grosses erreurs. Au contraire même, avoir beaucoup de pouvoir conduit à se croire invincible en toutes circonstances. L’Afghanistan démontre de façon éblouissante que même les superpuissances sont à la merci des forces historiques religieuses, ethniques, radicales et autres, dans leurs relations avec les pays du Tiers-Monde. Les divisions blindées et les missiles balistiques intercontinentaux de destruction massive (ICBM) ont rarement réussi à vaincre les forces nationalisme et la foi religieuse des autochtones. Les grandes puissances doivent en tenir compte dans leurs relations avec les pays du Tiers-Monde. Il y a des courants contre lesquels on ne peut pas aller.

L’Afghanistan est composé de peuples de diverses ethnies, tribus et affiliations religieuses. Il n’y a pas, excepté peut-être pour le sport, de réelle nationalité afghane sur laquelle on puisse bâtir une structure nationale pour diriger le pays. Les érudits des années 1980 le savaient, mais on a oublié leurs leçons. Quand les apprendra-t-on à nouveau ?

Moon of Alabama

Notes :

* Périmètres, 1982

** La contre-insurrection, aussi appelée guerre contre-subversive, guerre contre-révolutionnaire, guerre contre-insurrectionnelle, contre-guérilla ou COIN (de l’anglais Counter-Insurgency), est une doctrine militaire qui vise à obtenir le soutien de la population dans le cadre d’un conflit opposant un mouvement insurgé à une force gouvernementale de contre-insurrection (Wikipedia).

Traduction : Dominique Muselet

»» http://www.moonofalabama.org/2016/01/why-a-long-term-occupation-of-afg...
URL de cet article 29880
  
AGENDA

RIEN A SIGNALER

Le calme règne en ce moment
sur le front du Grand Soir.

Pour créer une agitation
CLIQUEZ-ICI

DEPUIS LA NUIT ET LE BROUILLARD - FEMMES DANS LES PRISONS FRANQUISTES - de Juana Doña
traduit par à ngeles Muñoz avec la collaboration de Sara Albert Madrid, février 1939. La Guerre d’Espagne touche à sa fin. Leonor va connaître l’exode, la torture, la condamnation à mort, et les longues années de prison... L’horreur quotidienne de l’univers carcéral franquiste tel que l’ont vécu des milliers de femmes et d’enfants est décrite ici par Juana Doña avec un réalisme sans concession et sans complaisance. Ce livre est son témoignage. Écrit en 1967, publié seulement après la mort du dictateur, (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Etre radical, c’est prendre les choses par la racine. Et la racine de l’homme, c’est l’homme lui-même.

Karl Marx

Le fascisme reviendra sous couvert d’antifascisme - ou de Charlie Hebdo, ça dépend.
Le 8 août 2012, nous avons eu la surprise de découvrir dans Charlie Hebdo, sous la signature d’un de ses journalistes réguliers traitant de l’international, un article signalé en « une » sous le titre « Cette extrême droite qui soutient Damas », dans lequel (page 11) Le Grand Soir et deux de ses administrateurs sont qualifiés de « bruns » et « rouges bruns ». Pour qui connaît l’histoire des sinistres SA hitlériennes (« les chemises brunes »), c’est une accusation de nazisme et d’antisémitisme qui est ainsi (...)
124 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Appel de Paris pour Julian Assange
Julian Assange est un journaliste australien en prison. En prison pour avoir rempli sa mission de journaliste. Julian Assange a fondé WikiLeaks en 2006 pour permettre à des lanceurs d’alerte de faire fuiter des documents d’intérêt public. C’est ainsi qu’en 2010, grâce à la lanceuse d’alerte Chelsea Manning, WikiLeaks a fait œuvre de journalisme, notamment en fournissant des preuves de crimes de guerre commis par l’armée américaine en Irak et en Afghanistan. Les médias du monde entier ont utilisé ces (...)
17 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.