RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Poutine et ce qui compte vraiment sur l’échiquier

Il est fascinant de voir comment les correspondants de guerre russes jouent désormais un rôle similaire à celui des anciens commissaires politiques de l’URSS.

La rencontre du président Poutine avec un groupe de correspondants de guerre russes et de blogueurs de Telegram – notamment Filatov, Poddubny, Pegov de War Gonzo, Podolyaka, Gazdiev de RT – a été un exercice extraordinaire de liberté de la presse.

Il y avait parmi eux des journalistes sérieusement indépendants qui peuvent être très critiques sur la façon dont le Kremlin et le ministère de la Défense (MoD) mènent ce qui peut être défini alternativement comme une opération militaire spéciale (OMS) ; une opération de contre-terrorisme (OCT) ; ou une « presque guerre » (selon certains cercles d’affaires influents à Moscou).

Il est fascinant de voir comment ces journalistes patriotes/indépendants jouent désormais un rôle similaire à celui des anciens commissaires politiques de l’URSS, tous profondément engagés, à leur manière, à guider la société russe vers l’assèchement du marais, lentement mais sûrement.

Il est clair que Poutine non seulement comprend leur rôle, mais que parfois, « à la manière d’un choc dans le système », le système qu’il préside met effectivement en œuvre les suggestions des journalistes. En tant que correspondant étranger travaillant dans le monde entier depuis près de 40 ans, j’ai été très impressionné par la façon dont les journalistes russes peuvent jouir d’un degré de liberté inimaginable sous la plupart des latitudes de l’Occident collectif.

La transcription de la réunion par le Kremlin montre que Poutine n’est pas du tout enclin à tourner autour du pot.

Il a admis qu’il y avait des « généraux d’opérette » dans l’armée, qu’il y avait une pénurie de drones, de munitions de précision et d’équipements de communication, qui est en train d’être résolue.

Il a discuté de la légalité des groupes de mercenaires, de la nécessité d’installer tôt ou tard une « zone tampon » pour protéger les citoyens russes des bombardements systématiques du régime de Kiev, et il a souligné que la Russie ne répondrait pas au terrorisme inspiré par Bandera par le terrorisme.

Après avoir examiné les échanges, une conclusion s’impose : les médias de guerre russes ne préparent pas d’offensive, même si l’Occident collectif attaque la Russie 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, avec son énorme appareil médiatique composé d’ONG et de soft power. Moscou n’est pas – encore ? – totalement engagée dans les tranchées de la guerre de l’information ; pour l’instant, les médias russes ne font que jouer la Défense.

Jusqu’à Kiev ?

La citation la plus intéressante de toute la rencontre est sans doute l’évaluation concise et effrayante de Poutine sur notre position actuelle sur l’échiquier :

« Nous avons été contraints d’essayer de mettre fin à la guerre que l’Occident a déclenchée en 2014 par la force des armes. Et la Russie mettra fin à cette guerre par la force des armes, en libérant l’ensemble du territoire de l’ancienne Ukraine des États-Unis et des nazis ukrainiens. Il n’y a pas d’autres options. L’armée ukrainienne des États-Unis et de l’OTAN sera vaincue, quels que soient les nouveaux types d’armes qu’elle recevra de l’Occident. Plus il y aura d’armes, moins il restera d’Ukrainiens et de ce qui était l’Ukraine. L’intervention directe des armées européennes de l’OTAN ne changera rien à l’affaire. Mais dans ce cas, le feu de la guerre engloutira toute l’Europe. Il semble que les États-Unis soient également prêts pour cela ».

En résumé, cette guerre ne se terminera qu’aux conditions de la Russie, et seulement lorsque Moscou estimera que tous ses objectifs ont été atteints. Tout le reste n’est que vœux pieux.

De retour sur la ligne de front, comme l’a souligné l’indispensable Andrei Martyanov, le correspondant de guerre de première classe Marat Kalinin a exposé de manière concluante comment l’actuelle contre-offensive ukrainienne de cercueils métalliques n’a même pas été en mesure d’atteindre la première ligne de défense russe (ils sont à une longue – autoroute de l’enfer – 10 km de distance). Tout ce que la meilleure armée mandataire de l’OTAN jamais rassemblée a pu accomplir jusqu’à présent, c’est de se faire massacrer sans pitié à une échelle industrielle.

Voici le général Armageddon en action.

Sourovikine a eu huit mois pour s’implanter en Ukraine et, dès le début, il a compris exactement comment transformer la situation en un tout nouveau jeu. La stratégie consiste sans doute à détruire complètement les forces ukrainiennes entre la première ligne de défense – à supposer qu’elles la franchissent un jour – et la deuxième ligne, qui est assez importante. La troisième ligne restera interdite.

Les médias occidentaux collectifs s’affolent, comme on pouvait s’y attendre, et commencent enfin à montrer les pertes horribles subies par l’Ukraine, démontrant ainsi l’incompétence totale accumulée par les hommes de main de Kiev et leurs responsables militaires de l’OTAN.

Et juste au cas où les choses se corseraient – ce qui est pour l’instant une lointaine possibilité – Poutine lui-même a livré la feuille de route. Doucement, doucement. Comme dans : « Faut-il marcher sur Kiev ? Si oui, nous avons besoin d’une nouvelle mobilisation, si non, nous n’en avons pas besoin. Il n’y a pas besoin de mobilisation tout de suite ».

Le mot clé est « tout de suite ».

La fin de tous vos plans élaborés

Pendant ce temps, loin du champ de bataille, les Russes sont très conscients de l’activité géoéconomique frénétique.

Moscou et Pékin échangent de plus en plus en yuans et en roubles. Les dix pays de l’ANASE se lancent à corps perdu dans la création de monnaies régionales, contournant ainsi le dollar. L’Indonésie et la Corée du Sud accélèrent leurs échanges en rupiah et en won. Le Pakistan paie le pétrole russe en yuans. Les Émirats arabes unis et l’Inde augmentent leurs échanges non pétroliers en roupies.

Tout le monde et son voisin s’apprêtent à rejoindre les BRICS+, obligeant un hégémon désespéré à commencer à déployer toute une série de techniques de guerre hybride.

Le chemin a été long depuis que Poutine a examiné l’échiquier au début des années 2000, puis a déclenché un programme de missiles défensifs et offensifs en catastrophe.

Au cours des 23 années suivantes, la Russie a développé des missiles hypersoniques, des ICBM avancés et les missiles défensifs les plus avancés de la planète. La Russie a gagné la course aux missiles. Point final. L’Hégémon, obsédé par sa propre guerre contre l’islam, a été complètement pris au dépourvu et n’a fait aucune avancée matérielle en matière de missiles pendant près de deux décennies et demie.

Aujourd’hui, la « stratégie » consiste à inventer de toutes pièces la question de Taïwan, ce qui configure l’échiquier comme l’antichambre d’une guerre hybride sans merci contre la Russie et la Chine.

L’attaque par procuration – via les hyènes de Kiev – contre le Donbass russophone, encouragée par les psychopathes néocons straussiens en charge de la politique étrangère étasunienne, a assassiné au moins 14 000 hommes, femmes et enfants entre 2014 et 2022. Il s’agissait également d’une attaque contre la Chine. Le but ultime de ce stratagème « diviser pour régner » était d’infliger une défaite à l’allié de la Chine dans le Heartland, afin d’isoler Pékin.

Selon le rêve humide des néocons, tout ce qui précède aurait permis à l’Hégémon, une fois qu’il aurait repris le contrôle de la Russie comme il l’a fait avec Eltsine, de bloquer l’accès de la Chine aux ressources naturelles russes à l’aide de onze forces opérationnelles de porte-avions étasuniens et de nombreux sous-marins.

De toute évidence, les néoconservateurs, incapables d’acquérir des connaissances en sciences militaires, n’ont pas conscience du fait que la Russie est aujourd’hui la plus grande puissance militaire de la planète.

En Ukraine, les néoconservateurs espéraient qu’une provocation amènerait Moscou à déployer d’autres armes secrètes que les missiles hypersoniques, afin que Washington puisse mieux se préparer à une guerre totale.

Tous ces plans élaborés ont peut-être lamentablement échoué. Mais un corollaire demeure : les néoconservateurs straussiens croient fermement qu’ils peuvent instrumentaliser quelques millions d’Européens – qui seront les prochains ? Les Polonais ? Les Estoniens ? Les Lettons ? Les Lituaniens ? Et pourquoi pas les Allemands ? – comme de la chair à canon, comme les États-Unis l’ont fait pendant la Première et la Seconde Guerre mondiale, sur les cadavres d’Européens (notamment de Russes) sacrifiés pour la même vieille prise de pouvoir anglo-saxonne de Mackinder.

Des hordes de 5èmes colonnes européennes facilitent grandement la « confiance » dans les États-Unis pour les protéger, alors que seules quelques personnes ayant un QI supérieur à la température ambiante ont compris qui a réellement bombardé Nord Stream 1 et 2, avec la connivence du chancelier saucisse de foie allemand.

En fin de compte, l’hégémon ne peut tout simplement pas accepter une Europe souveraine et autosuffisante, mais seulement un vassal dépendant, otage des mers contrôlées par les États-Unis.

Poutine voit clairement comment l’échiquier a été mis en place. Et il voit aussi que « l’Ukraine » n’existe même plus.

Alors que personne n’y prêtait attention, le mois dernier, le gang de Kiev a vendu l’Ukraine à BlackRock, qui pèse 8 500 milliards de dollars. C’est ainsi que les choses se sont passées. L’accord a été conclu entre le gouvernement ukrainien et Philipp Hildebrand, vice-président de BlackRock.

Ils mettent en place un Fonds de développement ukrainien (FDU) pour la « reconstruction », axé sur l’énergie, les infrastructures, l’agriculture, l’industrie et les technologies de l’information. Tous les actifs de valeur restants dans ce qui sera une Ukraine croupion seront engloutis par BlackRock : de Metinvest, DTEK (énergie) et MJP (agriculture) à Naftogaz, Ukrainian Railways, Ukravtodor et Ukrenergo.

Quel est donc l’intérêt de se rendre à Kiev ? Le néolibéralisme toxique de qualité supérieure fait déjà la fête sur place.

Pepe Escobar

source : Strategic Culture Foundation

traduction Réseau International

»» https://reseauinternational.net/poutine-et-ce-qui-compte-vraiment-sur-...
URL de cet article 38722
  

Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary
Guy HOCQUENGHEM
Préface de Serge Halimi : Avant de mourir, à 41 ans, Guy Hocquenghem a tiré un coup de pistolet dans la messe des reniements. Il fut un des premiers à nous signifier que, derrière la reptation des « repentis » socialistes et gauchistes vers le sommet de la pyramide, il n’y avait pas méprise, mais accomplissement, qu’un exercice prolongé du pouvoir les avait révélés davantage qu’il les avait trahis. On sait désormais de quel prix - chômage, restructurations sauvages, argent fou, dithyrambe des patrons - (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

En 2001, on nous a dit que la guerre en Afghanistan était une opération féministe. Les soldats US libéraient les femmes afghanes des talibans. Peut-on réellement faire entrer le féminisme dans un pays à coups de bombes ?

Arundhati Roy

Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Le DECODEX Alternatif (méfiez-vous des imitations)
(mise à jour le 19/02/2017) Le Grand Soir, toujours à l’écoute de ses lecteurs (réguliers, occasionnels ou accidentels) vous offre le DECODEX ALTERNATIF, un vrai DECODEX rédigé par de vrais gens dotés d’une véritable expérience. Ces analyses ne sont basées ni sur une vague impression après un survol rapide, ni sur un coup de fil à « Conspiracywatch », mais sur l’expérience de militants/bénévoles chevronnés de « l’information alternative ». Contrairement à d’autres DECODEX de bas de gamme qui circulent sur le (...)
103 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.