RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Premier sommet énergétique sud-américain au Venezuela, par Raul Dellatorre.








Página 12, 17 avril 2007.


Dix pays sud-américains se sont réunis au Venezuela les 16 et 17 avril pour ce sommet inédit. Ils ont notamment annoncé la construction pharaonique du gazoduc du Sud qui doit relier le Venezuela à la Patagonie et la création de l’OPEP du gaz du Sud.


A l’heure où l’on annonce un épuisement des énergies non renouvelables, les ministres de l’Energie d’Amérique du Sud [réunis sur l’île de Margarita, au large du Venezuela, à l’occasion du premier Sommet énergétique sud-américain] ont su faire taire leurs différences pour se rallier à un projet commun. Le Venezuela a mis les ressources de son sous-sol au service de son projet politique, lequel s’appuie sur une solide intégration avec les pays voisins. Hier, le ministre de l’Energie et des Mines et président de Pdvsa (Petróleos de Venezuela SA), Rafael Ramà­rez, a cité l’exemple des accords de coopération avec l’Argentine pour décrire la forme d’intégration que propose le Venezuela. "Le gaz que possède l’Amérique du Sud doit servir à la consommation et au développement de l’Amérique du Sud", a rappelé à plusieurs reprises le ministre pendant une réunion à huis clos avec ses homologues régionaux qui a duré près de quatre heures et où les discours protocolaires ont été réduits au strict minimum.

Il n’est pas innocent que la réunion ait débuté par une longue présentation du projet de gazoduc du Sud, un chantier qualifié de "pharaonique", consistant à traverser l’Amérique du Sud depuis le Venezuela jusqu’à l’Argentine. De quoi matérialiser l’intégration de tout le sous-continent. Le premier tronçon reliera Güiria (Venezuela) et Recife (Nordeste brésilien), sur une distance de 5 000 kilomètres - dont 4 000 en territoire brésilien -, pour un coût de 11 milliards de dollars, selon une estimation d’une source appartenant à la délégation argentine. Au dire de Ramà­rez, le chantier sera lancé fin 2009 et le gazoduc entrera en service fin 2013.

L’autre volet important de cette réunion a été la présentation de l’OPEP du gaz du Sud, une proposition de coordination des politiques de production, de prix et d’exportation des pays de la région en matière gazière. Même le Brésil, qu’on croyait totalement étranger à cette initiative (promue par l’Argentine, le Venezuela et la Bolivie), s’y est dit favorable. "Nous venons seulement de prendre connaissance de ce projet, a déclaré Silas Rondeau, ministre de l’Energie et des Mines du Brésil, mais nous sommes tout à fait partisans de sa mise en oeuvre". Le premier pas, le plus difficile, était franchi.

Après avoir exprimé leur soutien au projet de gazoduc du Sud et leur engagement en faveur d’une union stratégique autour d’une OPEP du gaz, les participants ont évoqué l’idée d’un "anneau énergétique" qui relierait à terme tous les pays du Pacifique. Une fois tous ces pays raccordés les uns aux autres, on pourrait imaginer que le gaz soit acheminé dans n’importe quel sens afin d’approvisionner à tout moment les pays qui en auraient besoin.

La plupart des chefs d’état des pays invités - Argentine, Brésil, Bolivie, Chili, Colombie, Equateur, Paraguay, Pérou, Uruguay et Venezuela - étaient présents à ce sommet. Seuls l’Uruguayen Tabaré Vasquez et le Péruvien Alan Garcà­a se sont excusés.

Animés de grands projets, les participants du premier Sommet énergétique sud-américain ont donc accepté de laisser de côté leurs différences en ce qui concerne le développement des biocarburants. Cette question n’a été abordée qu’en passant pendant la rencontre, toujours sur un ton aimable et sans faux-semblants. Le Brésil était ainsi remercié d’avoir soutenu les deux initiatives autour desquelles s’est articulée la rencontre.

Raul Dellatorre


- Publié sur Página 12 www.pagina12.com.ar

- Source : Courrier International
www.courrierinternational.com









URL de cet article 4948
  

Même Thème
La Colombie [sans Ingrid ni Pablo] – Un récit de voyage
Cédric Rutter
On ne peut pas évoquer la Colombie sans penser à Ingrid Betancourt ou à Pablo Escobar. Pourtant, les interlocuteurs rencontrés par Cédric Rutter au cours de son voyage n’ont jamais parlé d’eux. Ce pays ne se limite pas au trafic de drogue et à la guérilla des Farc. Cette zone stratégique et magnifique, porte de l’Amérique du sud entre deux océans, abrite des communautés et des individus en demande de paix dans une démocratie fragile. Ils ont tant à enseigner et à dire. L’auteur les a écoutés et nous (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

"Acheter un journaliste coute moins cher qu’une bonne call-girl, à peine deux cents dollars par mois"

un agent de la CIA en discussion avec Philip Graham, du Washington Post, au sujet de la possibilité et du prix à payer pour trouver des journalistes disposés à travailler pour la CIA. dans "Katherine The Great," par Deborah Davis (New York : Sheridan Square Press, 1991)

Comment Cuba révèle toute la médiocrité de l’Occident
Il y a des sujets qui sont aux journalistes ce que les récifs sont aux marins : à éviter. Une fois repérés et cartographiés, les routes de l’information les contourneront systématiquement et sans se poser de questions. Et si d’aventure un voyageur imprudent se décidait à entrer dans une de ces zones en ignorant les panneaux avec des têtes de mort, et en revenait indemne, on dira qu’il a simplement eu de la chance ou qu’il est fou - ou les deux à la fois. Pour ce voyageur-là, il n’y aura pas de défilé (...)
43 
Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
L’UNESCO et le «  symposium international sur la liberté d’expression » : entre instrumentalisation et nouvelle croisade (il fallait le voir pour le croire)
Le 26 janvier 2011, la presse Cubaine a annoncé l’homologation du premier vaccin thérapeutique au monde contre les stades avancés du cancer du poumon. Vous n’en avez pas entendu parler. Soit la presse cubaine ment, soit notre presse, jouissant de sa liberté d’expression légendaire, a décidé de ne pas vous en parler. (1) Le même jour, à l’initiative de la délégation suédoise à l’UNESCO, s’est tenu au siège de l’organisation à Paris un colloque international intitulé « Symposium international sur la liberté (...)
19 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.