RSS SyndicationTwitterFacebookFeedBurnerNetVibes
Rechercher

Procès des insoumis : la fin d’un spectacle politique ?

« Rien ne me fera renoncer à l’honneur d’être leur cible », c’est par ces mots que Jean-Luc Mélenchon termine sa petite déclaration d’après procès, mise en ligne sur Youtube, sur la chaîne du leader de la France Insoumise. Un procès qui aura fait couler beaucoup d’encre, mais pour quel résultat ?

L’affaire avait commencé il y a presque un an, lorsque le 16 octobre 2018 le domicile de Jean-Luc Mélenchon et de douze autres personnes, les sièges de la France insoumise (LFI) et du Parti de gauche avaient été perquisitionnés, sur une simple dénonciation d’une élue du parti d’extrême-droite Les Patriotes. Les moyens déployés avaient alors surpris, voire choqué. Surtout lorsqu’ils étaient comparés avec ceux déployés pour la perquisition à l’encontre d’Alexandre Benalla.

Les images tournées par Quotidien avaient alors été largement médiatisées pendant plusieurs jours. C’est sur la base de ces images que Jean-Luc Mélenchon, Alexis Corbière et Bastien Lachaud (tous trois députés LFI), l’eurodéputé Manuel Bompard, Bernard Pignerol, conseiller de Jean-Luc Mélenchon et Muriel Rozenfeld, attaché de presse, comparaissaient au tribunal de Bobigny ce jeudi 19 septembre et ce vendredi 20 septembre pour « outrage à magistrat et agent dépositaires de l’autorité publique dans le cadre de leur mission ».

Les peines encourues étaient lourdes : près de 10 ans de prison et 150 000 euros d’amende pour des supposés faits « d’intimidation commis sur les magistrats et les policiers » et 1 an de prison et 15 000 euros d’amende pour « outrage à magistrat et agent dépositaires de l’autorité publique dans le cadre de leur mission ». Des peines inélligibilité pouvaient également être invoquées. Il n’en sera finalement rien. Le parquet requiert ainsi 3 mois de prison avec sursis et 8 000 euros d’amende contre Jean-Luc Mélenchon et des amendes, allant de 2 000 à 10 000 euros, pour les autres.

« Je pense que le tribunal ne suivra pas une telle réquisition. Parce que cela revient à mettre un bâillon sur ma bouche » a commenté Jean-Luc Mélenchon. Il a par ailleurs ajouté qu’à « cet instant les réquisitions fonctionnent pour moi comme une décoration. J’avais raison, ils avaient tort, ils le reconnaissent ».

De nombreux soutiens, Quotidien et le Venezuela

Avant ces deux jours de procès, les inculpés avaient reçu de nombreux soutiens de toute la sphère politique française. Ce soutien accordé par des personnes, ne partageant pas forcément les idées des insoumis, témoigne du caractère éminemment politique de cette opération. Preuve supplémentaire le choix d’Eric Dupond Moretti, figure médiatique par excellence, pour la défense des parties civiles. Ce dernier s’est d’ailleurs illustré d’une manière singulière en évoquant le Venezuela dans sa plaidoirie. Et même si on a du mal à comprendre le lien entre cette affaire et ce pays, nul doute que l’évocation du Venezuela répond à un objectif précis.

Parmi les soutiens on retrouve ainsi des personnalités issues de la gauche française (Pierre Laurent, Olivier Besancenot, Gérard Floche, Benoit Hamon etc.), des personnalités internationales (Cristina Kirchner, ancienne présidente de l’Argentine, Dilma Rousseff, ancienne présidente du Brésil, etc.), des élus des Républicains (Guillaume Arrivé, Bruno Retailleau) mais aussi des journalistes et éditorialistes pourtant peu enclins, d’habitude, à soutenir le leader de la France insoumise.

« C’est vrai qu’il y a eu déploiement de moyens absolument incroyables contre la France insoumise. Bayrou n’a pas été perquisitionné chez lui. Mélenchon oui et sur la base simplement d’un signalement de Mme Montel. » Bruno Jeudy, rédacteur en chef à Paris-Match.

Il y a quelques jours, peu avant l’ouverture du procès, Quotidien révélait d’autres images des perquisitions. La séquence, d’un peu plus de quarante minutes, démontrait en effet un Mélenchon apaisant, répétant à plusieurs reprises qu’il fallait laisser faire les policiers et ne pas entraver leur travail. Quelle dimension aurait eu ce procès si la séquence entière avait été diffusée, dès le début, dans son intégralité ?

Le verdict final du tribunal sera connu le 9 décembre prochain.

»» https://lesnouvelleslibres.com/2019/09/20/proces-des-insoumis-la-fin-d...
URL de cet article 35239
  

Abrégé du Capital de Karl Marx
Carlo CAFIERO
« Le capitalisme n’est et ne sera pas là de toute éternité. » Cet Abrégé, rédigé en 1878, nous livre l’essentiel de l’analyse contenue dans le Livre I du Capital de Karl Marx. Ce compendium de la critique du système capitaliste - « où ce ne sont pas les moyens de production qui sont au service du travailleur, mais bien le travailleur qui se trouve au service des moyens de production » - a été rédigé à destination d’un public populaire. Écrit dans un style simple et sans l’appareil scientifique qui rend (...)
Agrandir | voir bibliographie

 

Que ce soit bien clair : nous avons commis des erreurs, évidemment. Et nous en commettrons d’autres. Mais je peux te dire une chose : jamais nous n’abandonnerons le combat pour un monde meilleur, jamais nous ne baisserons la garde devant l’Empire, jamais nous ne sacrifierons le peuple au profit d’une minorité. Tout ce que nous avons fait, nous l’avons fait non seulement pour nous, mais aussi pour l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie, les générations futures. Nous avons fait tout ce que nous avons pu, et parfois plus, sans rien demander en échange. Rien. Jamais. Alors tu peux dire à tes amis "de gauche" en Europe que leurs critiques ne nous concernent pas, ne nous touchent pas, ne nous impressionnent pas. Nous, nous avons fait une révolution. C’est quoi leur légitimité à ces gens-là, tu peux me le dire ? Qu’ils fassent une révolution chez eux pour commencer. Oh, pas forcément une grande, tout le monde n’a pas les mêmes capacités. Disons une petite, juste assez pour pouvoir prétendre qu’ils savent de quoi ils parlent. Et là, lorsque l’ennemi se déchaînera, lorsque le toit leur tombera sur la tête, ils viendront me voir. Je les attendrai avec une bouteille de rhum.

Ibrahim
Cuba, un soir lors d’une conversation inoubliable.

Analyse de la culture du mensonge et de la manipulation "à la Marie-Anne Boutoleau/Ornella Guyet" sur un site alter.
Question : Est-il possible de rédiger un article accusateur qui fait un buzz sur internet en fournissant des "sources" et des "documents" qui, une fois vérifiés, prouvent... le contraire de ce qui est affirmé ? Réponse : Oui, c’est possible. Question : Qui peut tomber dans un tel panneau ? Réponse : tout le monde - vous, par exemple. Question : Qui peut faire ça et comment font-ils ? Réponse : Marie-Anne Boutoleau, Article XI et CQFD, en comptant sur un phénomène connu : "l’inertie des (...)
93 
Hier, j’ai surpris France Télécom semant des graines de suicide.
Didier Lombard, ex-PDG de FT, a été mis en examen pour harcèlement moral dans l’enquête sur la vague de suicides dans son entreprise. C’est le moment de republier sur le sujet un article du Grand Soir datant de 2009 et toujours d’actualité. Les suicides à France Télécom ne sont pas une mode qui déferle, mais une éclosion de graines empoisonnées, semées depuis des décennies. Dans les années 80/90, j’étais ergonome dans une grande direction de France Télécom délocalisée de Paris à Blagnac, près de Toulouse. (...)
69 
Médias et Information : il est temps de tourner la page.
« La réalité est ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est ce que nous croyons. Ce que nous croyons est fondé sur nos perceptions. Ce que nous percevons dépend de ce que nous recherchons. Ce que nous recherchons dépend de ce que nous pensons. Ce que nous pensons dépend de ce que nous percevons. Ce que nous percevons détermine ce que nous croyons. Ce que nous croyons détermine ce que nous prenons pour être vrai. Ce que nous prenons pour être vrai est notre réalité. » (...)
55 
Vos dons sont vitaux pour soutenir notre combat contre cette attaque ainsi que les autres formes de censures, pour les projets de Wikileaks, l'équipe, les serveurs, et les infrastructures de protection. Nous sommes entièrement soutenus par le grand public.
CLIQUEZ ICI
© Copy Left Le Grand Soir - Diffusion autorisée et même encouragée. Merci de mentionner les sources.
L'opinion des auteurs que nous publions ne reflète pas nécessairement celle du Grand Soir

Contacts | Qui sommes-nous ? | Administrateurs : Viktor Dedaj | Maxime Vivas | Bernard Gensane
Le saviez-vous ? Le Grand Soir a vu le jour en 2002.